(Photo by Alain JOCARD / AFP)

Lopes : "Ne plus accepter la défaite parce qu’elle doit être inacceptable à l’OL"

Il a l'amour de Lyon et l'OL chevillé au corps. Dimanche, pour le match amical contre Feyenoord (16h45 heures), Anthony Lopes va tenter de garder sa cage inviolée. Et le gardien lyonnais espère voir son équipe se remettre sur de bons rails à quelques semaines du début du Championnat.

De notre envoyé spécial, à Saint-Michel-Gestel. 

Le stage aux Pays-Bas 

"Cela se passe bien. Le groupe, les installations, tout va bien pour l’instant. On est plutôt tranquille ici, cela nous permet de bien nous concentrer sur le football. La saison dernière, il faisait beaucoup plus chaud lors du stage estival (à Murcie). Ici, les terrains sont vraiment d’une très bonne qualité. C’est une grosse différence avec le stage de l’an passé. Nous sommes dans de bonnes conditions pour pouvoir se préparer pour la suite."

Les retours de Lacazette et Tolisso

"On m’a collé une petite étiquette de "directeur sportif" (rires). Concernant Coco (Tolisso) et Alexandre (Lacazette), on était constamment en contacts toute l’année. Ils n'ont jamais caché leur envie de revenir au club, et je pense que c’était réellement le bon moment pour tous les deux. De pouvoir apporter un énorme plus sur les années à venir. Sans trop leur mettre de pression, on va avancer tous ensemble en groupe. C’est la clé du succès. Ce sont deux garçons qui nous rejoignent avec un tempérament de vainqueurs. Et ça va faire la différence. Il faut que l’on ait un tout autre état d’esprit par rapport à la saison précédente, parce que refaire une année comme cela c’est inimaginable. Mais leurs retours va, je l’espère, apporter une grosse dynamique positive."

L'ADN OL

"On a été pointés du doigt sur l’ADN OL, mais il n’y a pas que des anciens Lyonnais qui ont signé cet été. Il y a d’autres joueurs, qui peuvent être étrangers, et qui risquent de nous rejoindre également. Je pense que c’est bien de faire un mélange de tous ces joueurs. Récupérer des joueurs qui connaissent déjà bien le club, avec lesquels il n’y a pas forcément besoin d’adaptation par rapport au mode de fonctionnement du club, du championnat… Selon moi, c’est une très bonne chose même si seul l’avenir nous le dira."


"Il faut être conscient du maillot que l’on porte"


Cette 8e place

"J’ai envie de me dire que c’est un cauchemar. Maintenant, c’est la réalité de la saison passée. Mais c’est inimaginable de réaliser une saison pareille. On doit remettre l’Olympique lyonnais vraiment tout en haut, et chercher à donner au club ce qu’il mérite. Dans un premier temps, on va prendre les matches les uns après les autres. En faisant un très gros mois d’août, parce que l’on sait qu’on est attendus au tournant sur ce premier mois. Mais tous les joueurs qui étaient présents la saison passée. on est tellement revanchards. On veut repartir de l’avant et lancer quelque chose de positive. Notre seule envie, c’est d’en découdre le 5 août (contre Ajaccio), chez nous, devant nos supporteurs et de gagner."

L’attente sur cette nouvelle saison

"Il y a beaucoup d’attentes chez les supporteurs. C’est forcément lié aux retours d’Alexandre (Lacazette) et Corentin (Tolisso) qui ont joué sur l’état d’esprit au niveau des supporteurs. On a tous envie d’en découdre et de commencer le plus vite possible."

La responsabilité de porter le maillot de l’OL

"Il faut être conscient du maillot que l’on porte. Le respecter, évidemment, et surtout respecter le grand club qu’est l’Olympique lyonnais. Il faut avoir cette culture de la gagne. Retrouver un état d’esprit de vainqueur, et ne plus accepter la défaite parce qu’elle doit être inacceptable à l’OL."


"Je sais où j’en suis"


L'effectif 2022-2023

"On repart à peu près sur les mêmes bases que la saison passée avec des joueurs qui étaient déjà là. Il y a des automatismes qui sont déjà présents. Reste à savoir ce qu’il se passera au niveau des transferts lors du mercato. On travaille avec l’équipe que l’on a, elle est déjà très compétitive. Mais ensuite, on verra puisque c’est pas nous qui avons les cartes en main à ce niveau-là."

Trop de but encaissés la saison passée

"Je suis conscient, c’est moi qui vais chercher le ballon au fond des filets (sourire). Je suis aller le récupérer 51 fois la saison dernière. C’était compliqué à vivre. J’ai pu faire une bonne saison sur un plan personnel, mais ce qui compte c’est le collectif. Je ne peux pas dire que j’ai fait une bonne saison, à titre individuel, alors que l’on a fini 8e de Ligue 1."

Un bilan personnel

"Par rapport à la saison que j’ai faite il y a un an et demi, j’ai progressé. J’avais besoin de me remettre en question, d’être entouré… Je sais où j’en suis. J’arrive à savoir quand je suis bon, et quand je le suis moins. Mais je me suis toujours inscrit dans le collectif, jamais dans l’individuel. Dans un sport collectif, cela me semble primordial."


Cette saison ? "J’y crois dur comme fer"


Moins sanguin 

"Vous ne m’avez pas vu dans les vestiaires (rire). Bien sûr, la saison dernière, c’était dur, mais il faut réussir à faire la part des choses. J’ai évolué sur beaucoup d’aspects. Il y a certaines choses qui se passent dans les vestiaires et que l’on ne peut pas ressortir ici puisque l’intimité du groupe passe avant le reste. Quand il y a moins d'informations de la vie du groupe qui sortent, c’est mieux pour tout le monde. Quand on arrive face à vous (les médias), en zone mixte par exemple, il faut réussir à peser ses mots même s’il y a parfois de la nervosité derrière."

Les ambitions cette saison

"Je suis confiant parce qu’il est nécessaire de montrer énormément de positifs pour le futur. J’y crois dur comme fer. Comme 100 % de l’effectif, comme le club, comme les supporteurs, oui, j’y crois."

Peter Bosz

"Dans un premier temps, je pense que le coach a été surpris du niveau de la Ligue 1. Peut-être quand il l’avait quitté, le championnat n’était pas à ce niveau-là. Il a dû s’adapter par moment sur ses choix, sur la tactique. On a un gros mois de juillet pour finir de tout préparer et mettre notre jeu en place. Il souhaite que tout avance rapidement au niveau des transferts afin d’avoir une équipe stable dès les matches de préparation. La saison dernière lui a, je pense, énormément servi dans tous les domaines.


"Aller plus haut dans les records de matches joués"


Le vivier de joueurs formés à l'OL

"Cela nous rappelle quelques saisons en arrière. C’est une bonne chose de voir le club s’appuyer d’années en années sur le centre de formation. On a de très bons éducateurs qui font un travail extraordinaire. C’est la juste récompense pour eux, et pour les joueurs qui font en sorte d’être bons dans leur formation. Et d’ensuite être à l’écoute dans le monde professionnel pour pouvoir faire en sorte de jouer avec le groupe pro."

La chasse aux records

"Si j’ai signé jusqu’en 2025 dans un premier temps, c’est déjà pour, à titre personnel, aller plus haut dans les records de matches joués. Cela a toujours été un objectif personnel, je l'a toujours avoué. En termes de buts inscrits, c’est pareil pour Alexandre (Lacazette). Quand on a la possibilité de marquer l’histoire de son club à travers le nombre de matches joués… D’inscrire son nom dans l’histoire de son club, de celui qui m’a formé et d’avoir la possibilité de pouvoir défendre ses couleurs, pour moi c’est la plus belle chose qui puisse m’arriver."

Le dernier trophée décroché par l'OL

"On en a beaucoup parlé. Ce sont des objectifs que l’on doit aller chercher à court terme. Maintenant, on ne veut pas se mettre trop de pression. On va faire les choses les unes après les autres. On va commencer dès le mois d’août et jusqu’à la première trêve hivernale, ensuite, on pourra faire les comptes. Il y a énormément d’attentes autour de nous."


Avec Rémy (Vercoutre), "on a une très bonne complicité"


Les gardiens

"Le décor a un peu changé, Rémy (Vercoutre) nous a rejoints. Julian (Pollersbeck) était-là la saison passée, Kayne (Bonnevie) également. Un départ de Julian ? Je m’occupe de mon cas personnel, j’ai signé jusqu’en 2025 tout va bien pour moi. On est une équipe dans une équipe, Rémy (Vercoutre) nous le dit souvent. On a un état d’esprit un peu différent des joueurs. On se pousse les uns vers les autres durant les entraînements. Le week-end, c’est tout pour celui qui joue en cherchant à le mettre dans les meilleures dispositions."

L'apport de Rémy Vercoutre

"Je ne m’en suis jamais caché, il me connaît par cœur. Il m’a vu évoluer chez les jeunes, puis dans le monde professionnel. Il sait à quoi s’en tenir avec moi, pareil pour moi avec lui. On a une très bonne complicité. On se comprend parfaitement. Il sait que je suis un affectif, et que j’accorde beaucoup d’importance à l’aspect humain. Il est aussi "zinzin" que moi ? Ah ça, je ne peux pas le dire. Vous voulez que je me fasse tirer les oreilles. Vous le connaissez (sourire). On travaille sérieusement, et il y a une joie de vivre qui est top à l’entraînement."

17 commentaires
  1. XUO - sam 23 Juil 22 à 7 h 50

    C'est le type de déclaration qu'on peut faire deux fois l'an : le premier janvier et à l'aube de la nouvelle saison. Les éditeurs pédagogiques, c'est pas mal, non plus : entre les déclarations d'intention et le résultat, il y a tout un monde. Seuls les politiques font mieux, ce sont les champions toutes catégories : eux, c'est leur quotidien !

    Signaler
  2. Darn - sam 23 Juil 22 à 8 h 26

    C'est clair qu'aujourd'hui, nous attendons des actes, avant toute chose. Ça parle beaucoup, mais ça nous intéresse peu.
    Cela dit, je ne reproche rien à Lopes.

    Signaler
  3. Lacalade - sam 23 Juil 22 à 9 h 02

    Les commentaires habituels….
    La saison va être longue dès la 3ème journée.
    J’ai peur que cet entraîneur soit quand même sacrément surcote. À suivre

    Signaler
  4. Jer_ol - sam 23 Juil 22 à 9 h 24

    Tout ceci est bien dit mais maintenant il faut joindre les actes à la parole car le match de préparation contre Anderlecht n'a vraiment pas mis en évidence cet état d'esprit...

    Signaler
  5. gonebad - sam 23 Juil 22 à 10 h 21

    aaah! s il y avait onze Lopes sur le terrain ..

    Signaler
  6. LinkPretender - sam 23 Juil 22 à 10 h 31

    Bonjour à tous,

    Je viens de tomber sur cette vidéo Youtube sur l'ancien préparateur de l'OL et du PSG qui parle de ses expériences sur RMC hier. J'aimerais savoir ce que ça vous inspire, moi ce que j'entends est scandaleux ! Parce que ça explique en grande partie notre déclin et le fossé qui nous sépare avec le PSG tout simplement !

    https://www.youtube.com/watch?v=2bZ_Ivt4jKk

    Signaler
    1. Moimoi - sam 23 Juil 22 à 11 h 08

      Salut et merci pour le lien LinkPretender,

      C'est un point de vue intéressant, d'autant que le gars est arrivé à l'OL après avoir passé un an au PSG.
      D'après son cv, il était "Directeur de la Performance" chez nous de juin 2014 à janvier 2017. On peut espérer que le club s'est amélioré depuis.
      On relativisera tout de même dans le sens où il n'est à chaque fois pas resté très longtemps en poste. Est-il suffisamment doué ?

      En ce qui concerne l'OL, il faut garder à l'esprit qu'il reste un club "familial" là où le PSG s'est quasiment mis au top mondial depuis l'arrivée des qataris.
      Et encore, le côté "je rachète le PSG pour faire parler de moi dans le monde" a nuit sportivement à leur équipe (le côté bling bling), j'entends sur les résultats sportifs en Ligue des champions (le côté "je complexe face aux grands d'Europe").

      Après, l'OL n'est certainement toujours pas au top, ne serait-ce qu'au niveau des mentalités des joueurs, comme un certain Juninho l'a très rapidement dit en revenant au club en 2019...

      Signaler
      1. Philippeb - sam 23 Juil 22 à 11 h 43

        Je me rappelle, c'était une tronche, un théoricien qui écrivait des livres. Le seul problème c'est qu'avec lui les joueurs n'ont jamais réussi à être en forme. Je me souviens du capitaine Gonalons qui s'est plaint et le type a fini par se faire virer.
        Ça ne remet pas complétement en cause son témoignage, mais...

    2. Olreal - sam 23 Juil 22 à 11 h 16

      Salut LinkPrentender
      Il faut tout de même relativiser..
      Ce qu’il dis est vrai et a déjà été évoqué plusieurs fois
      Par contre la où il faut relativiser c’est qu’en 2015/2016 ce sont quasiment que des joueurs du cru qui ont du sauter des classes ( période Garde) car le club n’avait pas un sous
      La plus part ont sauté leur période de formation pour venir compléter rapidement les équipes pro
      On s’en été aperçu à l’époque que ça avait du mauvais
      Ils étaient talentueux mais pas encore prêt ou assez prêt pour rentrer dans le monde pro
      Je ne les excuses en rien mais je viens juste relativiser les propos qui sont véridiques
      Ce que je veux dire c’est que cela n’a pas toujours été le cas à l’OL, on aurait jamais gagné autant de titre que cela sans professionnalisme
      Avec Bart et Duverne, cela m’étonnerai bien
      Et j’ai déjà lu ici pas mal de commentaires objectifs là dessus qui vont dans ce sens, en ce moment on manque peut être de professionnalisme

      Signaler
      1. LinkPretender - sam 23 Juil 22 à 12 h 16

        OLREAL Justement des joueurs qui sautent des classes ne devraient pas avoir de légitimité pour "demander" à revoir des méthodes d'entraînements sous prétexte qu'ils s'entrainaient d'une certaine façon dans les classes plus basses ! J'avais déjà un à priori négatif à l'époque sur la demande de Gonalons (qui représentait l'équipe ou du moins certains qui se plaignaient) mais là avec ça, c'est un NON total !

        Je ne vois pas ce qu'il faut relativiser dans ça, à partir du moment où ils ont quasiment tous demander à revoir leur prétentions salariales pour soi-disant récompenser et garder leurs performances dans notre club, le PROFESSIONNALISME est leur DEVOIR numéro 1.

        Nous avons gagné des titres car nous avions des professionnels, même les plus fêtards étaient des monstres à l'entrainement et rechignaient très rarement à la tâche. Je me rappelle encore de Toulalan qui disait au micro après une victoire en LDC qu'il trouvait que l'entraînement était parfois plus difficile que de jouer un match.

        Moimoi un préparateur physique est souvent régit par l'entraineur mis en place et son éviction, Fournier et Génésio n'avaient pas trop de poids pour demander son remplacement et on a pas l'information pour savoir si il a été remercier ou si il a simplement terminer son contrat et chercher ailleurs comme n'importe quel salarié d'entreprise en CDD.

        Sur ces courtes périodes, je vois quand même que malgré ces obstacles, les équipes ont eu des performances au niveau national, surtout pour nous car elle coïncide avec peut-être notre meilleur saison pour décrocher un titre avec Hubert Fournier.

        Phillipeb Il vient du PSG qui a déjà Zlatan et consort dans l'équipe, il est dépêcher chez nous pour reformer notre méthode vieillote d'entraînement parce que le staff est déjà au courant qu'il faut moderniser ça mais ce sont les joueurs qui ont fait les conservateurs et pour quel résultat...

    3. Poupette38 - sam 23 Juil 22 à 12 h 10

      Bonjour,
      Je l'ai écouté en direct, édifiant .
      Depuis le temps que l'on entend ça je ne comprend pas pourquoi rien ne bouge . Les joueurs qui partent à l'étranger le disent pratiquement tous pourtant, que le travail est plus dur qu'en France, que ce soit en Angleterre ou ailleurs .
      Je me rappelle lorsqu'on avait rencontré les allemands en 1/2 finale, JMA avait même sous entendu des choses

      Signaler
      1. LinkPretender - sam 23 Juil 22 à 12 h 23

        Sur quelle déclaration ? Je ne me rappelle pas.

      2. Olyonn@is - sam 23 Juil 22 à 12 h 24

        Le Français serait t'il fainéant ?🤔

      3. XUO - sam 23 Juil 22 à 12 h 46

        Le Français serait-il fainéant?
        Pour ce qui est du Français moyen, ce serait lui faire injure de tenir ce genre de propos.
        En revanche, concernant les footballeurs, il n'y a pas à se poser la question.
        Qu'eux-mêmes le reconnaissent en franchissant les frontières est suffisant.
        Je retiendrais pourtant un autre point de vue, celui de Carlo Ancelotti. Il a clairement dénoncé la paresse des Français en quittant le PSG. On peut lui faire confiance. Avec la carrière qui est la sienne, son ensemble de définition est suffisamment étendu.
        Explication : On est en France, le pays des droits de l'Homme. Et qui en profite ? Les privilégiés, bien autant que le bas de l'échelle sociale, souvent montré du doigt.

      4. Grokik - sam 23 Juil 22 à 14 h 24

        Bah, d'une manière générale (et, heureusement, les exceptions sont nombreuses), le français a une certaine tendance à rester le cul sur sa chaise en gueulant de ne pas recevoir assez d'aide plutôt que de se le bouger, son cul, pour aller chercher ce qu'il veut.
        En poussant le bouchon un peu, on pourrait dire pays d'assistés, mais cela ne rendrait pas hommage aux nombreux français qui, a rebours de cette tendance, se défoncent comme des bêtes

  7. JUNi DU 36 - sam 23 Juil 22 à 11 h 02

    @Juni forever. Record du monde du 400 m haies femme par l'américaine Mclaughlin en 50, 68. Quelle course 🤩

    Signaler
  8. pgdu - dim 24 Juil 22 à 23 h 32

    le style de commentaires dont il nous a abreuvé comme d'autres l'année dernière et on connait la suite ... cette année on ne veut pas du baratin on veut des actes ! qu'il commence par bien jouer, par améliorer entre autres ses relances (sur ce qu'on a vu cet après midi il a encore du travail !) et à ne pas nous faire perdre les 6 à 8 points par saison comme cela se passe depuis trop longtemps ...

    Signaler

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut