Inès Benyahia (crédit : David Hernandez)

Inès Benyahia, un talent brut à polir pour l’OL

A 19 ans, Inès Benyahia a déjà su se faire une place dans le groupe de l’OL avec Sonia Bompastor. Ses formateurs nous parlent de ce talent brut, qui passe petit à petit les étapes pour s’affirmer chez les Fenottes.

Vendredi, le déplacement à Montpellier pour la 3e journée de D1 (1-3) était forcément particulier pour Inès Benyahia. Native de Sète, dans la région, elle a très longtemps fréquenté les équipes de jeunes du club héraultais. Elle y a été formée de 2010 à 2018, avant de rejoindre l’OL à 15 ans. Quatre ans plus tard, la voilà désormais bien lancée chez les professionnelles, même si la concurrence est forte à son poste (milieu de terrain plutôt offensive). Depuis ses premiers pas au plus haut niveau en mars 2021, elle a disputé 12 matchs, la plupart du temps dans un rôle de remplaçante (34 minutes de temps de jeu en moyenne), pour un but. 

Entraîneur chez les U19 de l’Olympique lyonnais de 2016 à 2019, Théo Rivrin a vu arriver la jeune footballeuse en provenance du MHSC. “C’est une joueuse que je connais depuis longtemps. Elle est talentueuse, elle sent le jeu et sait faire jouer les autres. Inès possède aussi des qualités de prise d’information et de pied, nous a-t-il décrypté. Elle peut être décisive, même si cela fait partie de ses axes de progression, elle doit être plus efficace devant le but pour marquer et donner des passes décisives.


Il lui manque d'être encore plus décisive


Effectivement, et à l’image de sa rentrée contre Soyaux le 18 septembre (2-1), elle aurait pu donner l’avantage aux Fenottes, mais elle a buté sur la gardienne au moment de conclure. Elle a néanmoins parfaitement lancé Delphine Cascarino sur le deuxième but des Rhodaniennes, une réalisation finalement salvatrice. 

Cette idée de talent brut à polir est également entretenue par Antoine Capinielli, coach à l’académie et qui a eu Inès Benyahia sous ses ordres, notamment l'an passé lors du titre de championne de France U19 décroché par l’OL. “C’est un profil de joueuse talentueuse depuis son plus jeune âge. Elle a franchi les paliers chez nous assez rapidement grâce à ses qualités. C’est une bonne footballeuse qui techniquement a des facilités”, a-t-il décrit.  

Pour l’heure, l’internationale U20 française a disputé trois des quatre matchs officiels joués par l’Olympique lyonnais (elle n’est pas entrée face à Montpellier). Dans son secteur de jeu, plusieurs éléments sont actuellement blessés comme Catarina Macario et Dzsenifer Marozsán. Pour intégrer définitivement le groupe (qui peut être élargi si on prend en compte le calendrier et les nombreuses affiches de cette saison) de 18 chaque week-end, elle a donc encore du travail à accomplir afin de parvenir au niveau de ses coéquipières. “Après, peut-être que ce qui sera un frein là haut, c’est ce côté où elle a toujours été la meilleure, ou une des meilleures, des effectifs de jeunes. Maintenant, je pense que si elle veut franchir une étape là-haut (chez les pros), cela passera par le travail qu’elle va fournir, a insisté Antoine Capinielli. Mais en voyant son évolution au cours de cette (dernière) saison, je pense qu’elle le comprend et qu’elle met en œuvre ce qu’il faut pour faire la bascule. Elle peut devenir une super joueuse.


Le staff de l'OL est satisfait de sa progression


Dans le staff de Sonia Bompastor, on est également satisfait du chemin que prend Inès Benyahia. “Avec elle, on travaille beaucoup sur l’intensité, dans ses appels, à la perte de balle. Sur cet aspect, elle est en progression et par rapport à ça, on est content d’elle, a relaté Théo Rivrin, adjoint de l’entraîneure de l’OL depuis un an. C’est une joueuse en devenir et l’objectif est qu’elle passe un palier pour changer de statut et être une footballeuse performante en D1. Elle est sur une évolution. Elle doit être encore plus régulière car elle est encore un peu en dents de scie. Même s’il y a des progrès dans ce domaine. Mentalement, elle commence à passer des caps et à être plus professionnelle, ce qui est important pour elle.” 

Pour l’Héraultaise, qui aurait certainement aimé jouer vendredi devant son ancien public, cette saison 2022-2023 doit servir à confirmer tout son potentiel, avec un objectif, celui de disputer plus de rencontres que lors du précédent exercice (7), tout en essayant, pourquoi pas, de glaner quelques titularisations. 

2 commentaires
  1. dede74 - sam 24 Sep 22 à 19 h 44

    Elle a du être déçue de ne pas rentrer et ne pas jouer, ne serait-ce que 10 mn, devant son ancien public et, peut-être, sa famille.
    Ce sera pour l'année prochaine !

  2. isabielle - sam 24 Sep 22 à 21 h 42

    Vu la tournure du match, l'intensité des duels et le nombre d'irrégularités non sanctionnées - donc devenues permises - je pense qu'il aurait été difficile pour elle de déployer son jeu fluide et technique.
    Elle est aussi encore un peu tendre donc il vaut mieux éviter le risque de blessure... elle encaisse certainement moins bien que Selma.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut