Nicolas Tagliafico, champion du monde avec l'Argentine
Nicolas Tagliafico, champion du monde avec l’Argentine (Photo by Kirill KUDRYAVTSEV / AFP)

OL : Tagliafico a mis "une semaine pour se remettre" du sacre mondial

Revenu à l’OL depuis quinze jours, Nicolas Tagliafico a repris le quotidien avec le club lyonnais. Un retour à la réalité après avoir touché le graal avec l’Argentine à la Coupe du monde.

C’est ce qui s’appelle un dur retour à la réalité. Revenu entre Rhône et Saône début janvier, Nicolas Tagliafico aurait certainement préféré poursuivre sur son élan positif avec l’OL plutôt que de connaitre les turbulences dont doit faire face le club lyonnais depuis la défaite (1-2) contre Strasbourg samedi soir (1-2). Ayant repris avec le 32e de finale de Coupe de France contre Metz, le latéral gauche argentin a vite été rattrapé par les difficultés lyonnaises depuis le début de la saison. Même lui n’est pas apparu aussi souverain que lors de la première partie de saison, bien qu’il ait des circonstances atténuantes. Entre son titre de champion du monde avec l’Argentine, les célébrations et son mariage, Tagliafico n’a pas eu le temps de bien se reposer depuis son départ de Lyon à la mi-novembre.

S’il ne cherchera jamais d’excuse, l’Argentin est revenu pour la première fois sur ces deux dernières semaines de folie en décembre. "Après la finale, on a pris l’avion, fait une escale à Rome avant d’arriver à Buenos Aires. On était morts, on n’en pouvait plus. On aurait voulu se téléporte en Argentine ! Une fois là-bas, on a mis 2h pour atteindre notre centre d’entraînement, tellement il y avait du monde. Le lendemain, on a défilé pendant quatre heures sous le soleil. J’ai mis plus d’une semaine à me remettre de tout ça, a-t-il avoué dans France Football. Ca restera gravé en moi pour toujours. Il y avait des gens à perte de vue sur l’autoroute. On aurait dit World War Z (un film de zombie). Je me suis marié quelques jours après et j’ai voulu que ce jour soit une fête à double titre."

Après l’euphorie argentine, Nicolas Tagliafico a retrouvé la grisaille lyonnaise. S’il n’est pas le plus bavard dans le vestiaire, l’Argentin est vu comme l’un des exemples sur lesquels le groupe de Laurent Blanc doit s’appuyer. Ne lui reste plus qu’à digérer complètement ce titre de champion du monde pour retrouver la force du début de saison.

17 commentaires
  1. ChiesaLacombeDiNallo - mar 17 Jan 23 à 16 h 22

    Heureusement qu'il a gagné. Sinon, il aurait mis le reste de la saison à se requinquer!

    Signaler
    1. orangecj85 - mar 17 Jan 23 à 17 h 06

      ça explique les performances de Toko Ekambi.... Il va lui falloir le reste de la saison !

      Signaler
      1. OL-91 - mar 17 Jan 23 à 17 h 17

        Toko, c'est plutôt la déprime après le massacre du Mondial.

  2. Sebepe - mar 17 Jan 23 à 17 h 05

    C'est ChatGPT qui écrit l'article ? "Les turbulences dont"... Non "les tubulences auxquelles l'OL est confronté".
    A moins que ce soit rédigé à Madagascar ?

    Signaler
    1. OLVictory - mar 17 Jan 23 à 17 h 23

      Mes clients Malgaches écrivent tous parfaitement le Français.

      Signaler
    2. le_yogi - mar 17 Jan 23 à 17 h 40

      Les français étant particulièrement calamiteux en langues étrangères, ce genre de réflexion gratuite contre Mada prête quand même à sourire (même si à l'inverse du sens souhaité par notre humoriste franc-tireur) !

      D'ailleurs puisqu'on y est, on pourrait aussi parler des nombreux français "d'un certain âge" qui vont y pratiquer un tourisme d'un genre particulièrement dégueulasse.

      Signaler
  3. pgdu - mar 17 Jan 23 à 17 h 45

    il a fait un match convenable sur le plan engagement contre Strasbourg, pour la mentalité jamais pris en défaut jusque là ... une des raisons avec Messi du sacre mondial de l'Argentine !

    Signaler
    1. Mym’b - mar 17 Jan 23 à 20 h 05

      Il avait été très mauvais contre Lorient... je m'en souviens encore
      Au mondial, il a été vraiment moyen. Il a meme perdu sa place de titu au profit de Acuna.... De retour ensuite grâce à la suspension de Acuna...
      Son statut d'international argentin est très flatteur par rapport à son niveau je trouve...
      J'aime bien le joueur et sa mentalité. Mais je suis loin de l'emflammade à son sujet. Je dirais moyen+ (offensivement, comme défensivement...mais il sait faire les 2)
      Comme Gusto, il a donc la palette pour occuper seul un couloir en 3-5-2, ce qui n'est pas donné à tout le monde. Et une bonne mentalité comme tu dis! Il est moyen +, mais dans notre effectif moyen, il fait partie des bons éléments 😉

      Signaler
      1. Juninho Pernambucano - mar 17 Jan 23 à 20 h 09

        Je suis du même avis . Bon joueur mais rien d'exceptionnel .
        Il a fait son job en bon soldat , avec l'équipe d'argentine , mais sans plus .
        Il doit sa sélection un peu comme Dubois en son temps , à un vide concurrentiel à ce poste .
        Un joueur moyen + mais qui au sein de l'OL figure dans les meilleurs car l'effectif est moyen -

      2. Mopi do Brasil - mer 18 Jan 23 à 4 h 15

        Certes, mais il a fait une excellente 1/2 finale et une très bonne finale.

      3. OLVictory - mer 18 Jan 23 à 7 h 08

        Oui Mopi do Brasil, comme la majorité des joueurs dans un tournoi mondial, il n'a pas réussi tous ses matchs.

  4. Poupette38 - mar 17 Jan 23 à 18 h 10

    Contre Strasbourg Nicolas perd le ballon 3 fois encore . Une fois l'arbitre siffle une faute mais les 2 autres fois, le jeu continu .

    Signaler
    1. Juninho Pernambucano - mar 17 Jan 23 à 20 h 10

      Oui , il était mieux que contre Clermont mais pas revenu à son niveau d'avant le mondial .
      Assez compréhensible après tout ce qu'il a vécu depuis 2 mois .

      Signaler
  5. Juni forever OL - mar 17 Jan 23 à 20 h 12

    Retrouver son club de zombi ou moribond actuel a Lyon après ce qu'il a vécu 😮
    Je lui tire mon chapeau 👏👏
    C'est pire que de rentrer de vacances sous 30 degrés l'hiver a l'autre bout du monde et que tu atteris a st ex avec -2

    Signaler
    1. Mym’b - mar 17 Jan 23 à 20 h 15

      C'est clair.
      Passer des acclamations dans les rues blindées de monde à Buenos Aires, aux sifflets et aux affiches haineuses du Groupama Stadium dans un stade à moitié vide, ça doit faire tout bizarre

      Signaler
    2. Juninho Pernambucano - mar 17 Jan 23 à 20 h 20

      En plus il n'a pas encore décuvé . Tu imagines la gueule de bois ?!

      Signaler
    3. OLVictory - mar 17 Jan 23 à 20 h 20

      Ca pourrait être pire, tu pourrais atterrir à St Etienne

      Signaler

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut