Fabio Grosso et John Textor lors de l'arrivée du coach à l'OL.
Fabio Grosso et John Textor prennent la pose, le 18 septembre à Décines. (Photo by JEFF PACHOUD / AFP)

OL : le dossier Grosso reste encore à régler

À quelques jours de la reprise de l’entraînement, Pierre Sage n’a toujours pas été intronisé sur le banc de l’OL jusqu’à la fin de la saison. Le licenciement de Fabio Grosso reste toujours en cours.

L’un ne peut pas aller sans l’autre. Depuis maintenant une semaine, les supporters de l’OL attendent l’officialisation de la nouvelle concernant Pierre Sage : celle, comme évoquée sur Olympique-et-Lyonnais, de la nomination jusqu’à la fin de la saison du coach en qualité d’entraîneur principal et non plus d’entraîneur intérimaire. Il n’y a toujours pas de fumée blanche publiquement, mais rien n’indique que Sage ne sera pas présent dimanche à la reprise de l’entraînement. Il s’assoira même sur le banc face au CA Pontarlier le dimanche 7 janvier pour l’entrée en lice de l’OL en Coupe de France. En réalité, en plus de la réorganisation sportive qu'entraîne cette promotion à l'échelle du club, un autre point bloque aujourd’hui cette nomination, celui du licenciement de Fabio Grosso qui prend plus de temps que prévu.

L’entraîneur italien n’est plus celui de la formation lyonnaise depuis le 30 novembre dernier, mais il est toujours juridiquement rattaché à l’OL. Une procédure de licenciement a été lancée, mais n’a toujours pas abouti à un accord financier entre les deux parties. Tant que ce dossier ne sera pas bouclé, il ne faut pas s’attendre à voir le club communiquer sur l’arrivée de Pierre Sage.

Dans les faits, cela ne changera pas grand-chose car la période de 30 jours offerte aux clubs pour se retourner en cas de changement de coach va expirer au 1er janvier. Officialisation ou non, l’OL sera quoi qu’il arrive obligé de payer une amende de 25 000€ à chaque match dirigé par l’ancien directeur de l’Académie, non titulaire de BEPF. À moins qu’un consensus ne soit trouvé avec la FFF dans les prochains jours…

6 commentaires
  1. JFOL
    JFOL - jeu 28 Déc 23 à 9 h 00

    Coach Autodidacte, ça n'existe pas dans le foot, c'est interdit au point qu'il faut un diplôme 😕

    1. Avatar
      Provencal - jeu 28 Déc 23 à 9 h 23

      Comme souvent c'est une histoire de pognon et de corporation...
      Les entraineurs et dirigeant français veulent garder le monopole et ne surtout pas partager les places.
      La formation est très cher et peu de candidats sont admis chaque année (surtout si tu n'as pas les bons contacts).

      C'est en grande partie pour ça que les coachs de ligue 1 sont quasiment tous des anciens joueurs et naviguent régulièrement dans les différents clubs français. On fait bouffer en priorité les copains.

      1. Altheos
        Altheos - jeu 28 Déc 23 à 9 h 45

        Et il faut ajouter également qu'il n'est pas donné le diplôme financièrement.
        27 100€.
        Même pour un coach d'une équipe de N2 ou au dessous, c'est quand même une sacrée somme à sortir pour lui ou son club de N2 ou d'une division inférieure.
        Alors pour un bénévole qui entraîne des jeunes, c'est quasiment inatteignable.

  2. JUNi DU 36
    JUNi DU 36 - jeu 28 Déc 23 à 10 h 10

    Et si ça marche super bien jusqu'à la fin de la saison avec Sage on va continuer à payer 25 000 à chaque match pour la saison suivante ??
    Un sacré business pour la FFFM

    1. Toitoi
      Toitoi - jeu 28 Déc 23 à 10 h 41

      (Fédération Française de Foot Mercato)

  3. Juninho38
    Juninho 38 - jeu 28 Déc 23 à 10 h 31

    grosso modo , il n'y a qu'à l'ol qu'on voit de telles situations ubuesques

    il faut prendre domenech et le mettre sur le banc , avec sage en adjoint et le tour est joué !
    un peu comme le tandem blanc / gasset , avec gasset réellement aux commandes !

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut