L'OL dit au revoir à l'Europe : l'analyse de Jean-Michel Aulas

Pour sa dernière sortie européenne sur son pré de Gerland, lOL a sombré face à La Gantoise (2-1). Jean-Michel Aulas a reconnu la faiblesse dans son équipe cette saison en Ligue des champions.

Il a débarqué le premier pour livrer son sentiment sur la sortie de route de l'OL, mardi soir en Ligue des champions (lire ici). Un regard lucide sur le niveau de Lyon sur la scène européenne. "Le match nul n’aurait rien changé, a expliqué Jean-Michel Aulas. Globalement, on a été battu par plus fort que nous. Dans les quatre équipes de notre groupe, il faut bien reconnaître qu’on est la plus faible de cette Coupe d’Europe. C’est une grande déception pour ce qui constituait le grand retour de Lyon en Ligue des Champions."

"Réconforter les joueurs"

S'il n'a pas souhaité accabler ses joueurs, le président de l'OL a reconnu qu'il y avait de nombreuses choses à améliorer. "On est actuellement dans l’amalgame de l’ensemble des recrutements qui ne sont certainement pas à leur meilleur niveau, a-t-il indiqué. Quand un joueur n’est pas au mieux, il réussit des prestations moyennes. Puis le doute s’empare de lui. Mon rôle de président n’est pas d'enfoncer le groupe mais, au contraire, de le réconforter."

7 commentaires
  1. Gui’home Mo - mer 25 Nov 15 à 13 h 20

    Si au moins les joueurs pouvaient lui rendre la confiance qu'il leur accorde en se mettant un peu le cul par terre !

  2. fandelol - mer 25 Nov 15 à 15 h 45

    Moi ce qui m'énerve, c'est qu'on a joué 4 matchs sur 5 comme des merdes et que malgré tout, ça se joue à peu de chose malgré notre unique point.
    - Contre La Gantoise, on doit prendre les 6 points. A l'aller, c'est pas normal de pas tenir le score contre une équipe qui joue à 10. Au retour, pareil. On marque et derrière, plus rien. Pourtant, leur entraineur a reconnu que son équipe ne méritait pas de gagner hier.
    - Face au Zénith, on a eu les occasions pour les battre. Seulement, on a fait ce qui leur convient de mieux, les faire jouer en contre. Ils ont été réaliste pour le coup, mais encore une fois, les matchs auraient pu basculer de notre côté.
    - Contre Valence, on a mieux joué et on prend un but à la c** sur un coup franc joué rapidement. Leur seul occasion...

    Donc voila, je me dis que si les joueurs s'étaient vraiment investi, on aurait largement dû passer, peut importe qu'on aie des blessés ou pas. C'est ça qui m'énerve vraiment, l'investissement des joueurs.

    1. kididouille - jeu 26 Nov 15 à 11 h 56

      et qu'ils n'y croient pas jusqu'a la derniere minute de la derniere journée...

  3. Jacqueline Pesenti - mer 25 Nov 15 à 15 h 50

    Non seulement je ne "digère" pas l'élimination européenne, mais aussi les propos excessifs de Menès et Riolo qui indiquent que l'OL est "la honte du foot français" (dans un autre registre, que dire de Platini alors !). L'indice UEFA va en prendre un sacré coup OK, mais quand même. Je me demande si toutes les critiques vont avoir un effet positif sur l'orgueil des joueurs, qui j'espère auront à coeur de réagir en L1 et en coupes. JMA parlait de fatigue morale !!! Mais il est sérieux là. J'imagine la réaction de Nicolas dont j'apprécie l'analyse dans TKYDG, en lisant cela (de même pour Razik). Allez je vais aller "pleurer" dans mon coin en attendant des jours meilleurs de l'OL !

  4. janot06 - mer 25 Nov 15 à 17 h 57

    Je rejoins les commentaires exprimés ci-dessus.
    C'est vrai que si on reprend ces 5 rencontres les unes après les autres, on peut dire que tout s'est joué à peu de choses : l'investissement des joueurs. Mais à ce niveau, ce peu de choses est énorme et nous met à notre véritable place cette saison car sur le plan européen, ce peu de choses ne pardonne pas. On ne peut pas se contenter d'à peu près.
    Dans un groupe à priori facile, du moins le plus abordable des groupes de cette LDC, nous n'avons pas été à la hauteur, par un manque d'engagement, de professionnalisme.
    Il nous reste maintenant à nous reprendre, après cette cruelle désillusion pour tenter de sauver ce qui peut l'être, cad une place de dauphin du PSG qui, cette année, est décidé à ne laisser aucune miette en route.
    La marche est encore très haute avant de retrouver le niveau qui était le nôtre au début des années 2000, et la route encore longue.
    Ce n'est pas encore pour demain que nous arriverons à dégager de substantielles rentrées d'argent pour bâtir une bonne équipe avec OL-Land et ses activités multiples, et là, je ne parle pas seulement de la billetterie !
    Le supporter lyonnais aura-t-il la patience ?...

  5. Balley - jeu 26 Nov 15 à 7 h 17

    Gui'home mo, Fandelol, Jacqueline Pesenti, Janot 06, tout est dit...
    Pour ma part je suivrais l'Ol jusqu'au fond du trou s'il le faut.
    Aujourd'hui j'ai le cœur lourd... et une sombre estime de notre club.

  6. Altheos - jeu 26 Nov 15 à 10 h 13

    Ce manque d'envie, cette absence de "gnaque", cette faculté à baisser les bras dés que le sens du match ne nous est pas favorable, c'est aussi assez nouveau.
    L'année dernière, avec nos problèmes en défense, nous concédions régulièrement l'ouverture du score. Mais à chaque fois, l'équipe se dépouillait pour égaliser, voire souvent remporter le match.
    Et c'est ça qui était "bandant" : nous n'étions jamais vaincu dans l'état d'esprit.
    Ce problème de "motivation", il date de la reprise en Août.
    Tout le monde l'a constaté. Or le staff technique n'arrive pas à trouver les ressorts pour inverser la tendance. C'est pourtant clairement de sa responsabilité. C'est dans ces moments là qu'on juge la capacité d'un entraîneur à inverser la tendance, à trouver les solutions techniques, tactiques et psychologiques.
    Fournier s’entête à la fois dans ses choix tactiques, dans ses compositions d'équipe et dans sa communication.
    Je pense donc qu'il faut lui mettre une échéance : il a juste qu'à la trève pour inverser nettement la tendance ou il ne verra pas le grand stade. A un moment donné, JMA doit avoir suffisamment de perspicacité pour ne pas renouveler l'erreur faite avec Puel en maintenant son staff envers et contre tous.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut