Montpellier’s French defender Arnaud Souquet (L) vies with Lyon’s Malian defender Youssouf Kone during the French L1 football match between Montpellier Herault SC and Olympique Lyonnais at the Mosson stadium in Montpellier, southern France, on August 27, 2019. (Photo by PASCAL GUYOT / AFP)

OL : latéraux sur la défensive

Pour retrouver la solidité défensive qui a fait défaut à l’OL ces dernières saisons, Sylvinho souhaite s’appuyer sur des latéraux qui ne participent que très peu aux actions offensives. Une stratégie aux antipodes du football moderne.

Il faudra certainement pire qu’un couac pour pousser Sylvinho à revoir sa philosophie du football. La défaite de l’OL à Montpellier (0-1), en début de semaine, n’a pas entamé la confiance du technicien brésilien en ses « concepts », qui s’appuient pour la plupart sur une solide base défensive. L’entraîneur lyonnais l’a d’ailleurs rappelé, jeudi, « à Montpellier, on n’a pas pris de deuxième but parce que la défense a été solide. » L’Olympique lyonnais a pourtant évolué en infériorité numérique pendant presque une mi-temps. S’il n’est pas parvenu à revenir au score, le club rhodanien peut donc se satisfaire de n’avoir encaissé qu’un seul but. Le premier de la saison. Après trois journées de Ligue 1, l’OL possède ainsi la meilleure défense du Championnat, à égalité avec Lille et Reims.

Sylvinho, qui a érigé le chantier défensif en priorité à l’intersaison, s’appuie déjà sur des bases solides : des attaquants enfin concernés par la récupération du ballon, des milieux qui multiplient les efforts et des défenseurs qui dépassent rarement la ligne médiane. Les latéraux y compris. « Le travail principal des défenseurs est de maintenir une ligne de quatre, expliquait l’entraîneur lyonnais, jeudi. À Montpellier, en début de match, nous avons eu une action où Léo (Dubois) a centré et Koné aurait pu être à la réception, de l’autre côté. Ils sont autorisés à le faire, ce n’est pas interdit, bien sûr. Mais pas dix fois par demi-heure ! » Une vision qui contraste forcément avec ce que les plus grands clubs européens proposent actuellement.

Sylvinho n’a pas l’ambition de révolutionner le football

Depuis quelques années, les latéraux sont devenus des pièces maîtresses du jeu moderne. Ceux de Liverpool, Trent Alexander-Arnold et Andrew Robertson, symbolisent le mieux cette évolution. A eux deux, l’Anglais (12 passes décisives, un but) et l’Ecossais (11 passes décisives) ont été impliqués sur 24 buts en Premier League la saison dernière. A l’inverse de Jürgen Klopp ou de Pep Guardiola, Sylvinho n’a pas l’ambition révolutionner le football. « Si la ligne de quatre est en place, je défends avec quatre joueurs et j’attaque avec six, se défend le Brésilien. Je crois que plus vous avez de qualités techniques, plus vous avez de joueurs qui viennent développer le jeu intérieur. Les grands joueurs font le match à l'intérieur. Quand vous avez moins de qualité technique, vous utilisez plus les centres. Mais nous avons des joueurs brillants, capables de débloquer le jeu. »

Une stratégie qui a déjà fait ses preuves face à des oppositions plus joueuses que Montpellier. Face à des blocs bas et compacts comme celui du MHSC, les rares dédoublements dans les couloirs pourraient en revanche poser de nouveaux problèmes. La pression est donc sur les éléments offensifs. Les ailiers, qui redescendent moins aider leur latéral, ont quand même un peu plus de jeu pour se montrer performants.

Le latéraux participent davantage à la construction du jeu

S’ils n’apportent plus beaucoup le surnombre en phases offensives, les latéraux lyonnais ne collent plus leur ligne. Sylvinho souhaite les voir évoluer principalement au cœur du jeu. Lors des trois premières journées de Ligue 1, Youssouf Koné et Léo Dubois ont ainsi pleinement participé à la construction des actions offensives sans multiplier les allers-retours dans leur couloir. Face à Monaco, l’international malien a touché 93 ballons (troisième meilleur total lyonnais), avant d’en jouer 113 contre Angers (quatrième meilleur total lyonnais). A Montpellier, Dubois a touché le ballon à 87 reprises, le meilleur total du match.

Sans se découvrir, les latéraux permettent à l’OL d’atteindre un équilibre longtemps recherché ces dernières saisons. «Ça fait énormément plaisir. Il y a une rigueur défensive de la part de toute l'équipe, ce sont vraiment les onze qui défendent, se réjouissait Jason Denayer, jeudi. Derrière on est plus nombreux, on se retrouve souvent en surnombre face aux attaquants (adverses). » Contre Bordeaux, samedi après-midi (17h30), l’OL va tenter d’améliorer un bilan (neuf buts marqués et un seul encaissé en trois matches) qui valide pour l’instant sa nouvelle stratégie.

17 commentaires
  1. Boga - sam 31 Août 19 à 12 h 23

    Autant dire que sans l'ultra-réalisme des attaquants comme lors des deux premiers matchs, on risque de ne pas souvent gagner. Pire, on risque de ne pas souvent revenir au score puisqu'il suffirait aux adversaires de museler Depay et Dembélé (Traoré est une énigme même pour les adversaire). C'est ce que Montpellier a su faire après l'ouverture du score. Peut-être qu'on ne perdra pas souvent mais je pense que des 3 ou 4-0 il n'y en aura pas des tonnes dans la saison.

    1. Pantagruel - sam 31 Août 19 à 13 h 43

      Que notre forme offensive dépende de l'inspiration de nos attaquants c'était déjà plus ou moins le cas la saison dernière.
      Les latéraux lyonnais ont malgré tout pas forcément tant participé que cela à l'attaque lyonnaise, par contre on a pris la majorité de nos buts parce qu'ils ont laissé des espaces dans leur dos en montant et on déséquilibré l'équipe en phases de transitions défensives.
      L'objectif de Sylvinho c'est de jouer rapidement vers l'avant en se montrant très offensifs dans les transitions défense-attaque pour profiter de la désorganisation adverse. Ca passe par beaucoup de mouvements des attaquants et des milieux, des permutations pour surprendre et mettre hors de position les joueurs au marquage individuel.
      Si y'a de progrès à avoir c'est peut-être dans les phases de possessions lentes où l'on a pas forcément réussi à déséquilibré le bloc adverse, à ce moment là seulement faudrait-il que l'un des latéraux monte pour apporter du surnombre mais le but c'est qu'il reste globalement derrière pour anticiper la perte de balle.

  2. leandre-gerrand - sam 31 Août 19 à 12 h 33

    Certes j'ai peur de si on est mené ou ne marque pas rapidement. Mais je pense deja qu'avec Sylvinhio on rattra moins d'occas. Et je prefere utiliser lds lateraux comme ca. Comme je l'ai dis je prefere avoir un ailier qui sait dribler qui se retrouve en 1 contre 1 plutot qu'un lateral. De plus les lateraux participent aux phases offensives mais plus bas differemment

    1. Boga - sam 31 Août 19 à 15 h 08

      Ta dernière phrase n'a aucun. On ne participe pas aux phases offensives dans sa propre défense.

      1. westkanoute - sam 31 Août 19 à 15 h 45

        Pour le coup tu fais encore pire,on commence direct dans le camp adverse pour attaquer?
        La phase offensive se déroule dès qu'on récupère le ballon ,donc avoir des joueurs de derrière habiles dans la relance aide énormément à la phase offensive.

  3. leandre-gerrand - sam 31 Août 19 à 12 h 34

    Mais c'est sur que j'ai peur de l'annimation offenssive mais non pas du aux lateraux Demebele ne participe pas au jeux Mendes souvent mal placé caché derriere a joueur Toussart idem ...

  4. OctoGone - sam 31 Août 19 à 13 h 20

    Le fil directeur est clair au moins. Sur la question des blocs bas, je le répète pour la millième fois, la meilleure tactique est de laisser l'adversaire se désorganiser tout seul en lui laissant le ballon avec un pressing au bon moment.

    C'est facile pour papy Hilton d'être face au jeu et de trouver ses ataquants sur des récupérations basses. Par contre ne pas faire d'erreurs en organisant le jeu et en devant compenser des pertes de balles au milieu de terrain, c'est autre chose.

    Tout ceci est valable contre 80% des équipes de L1.

    1. OLVictory - sam 31 Août 19 à 14 h 51

      80% des équipes de L1 se contenteraient du 0-0 contre L'OL. Donc leur laisser le ballon ça ferait des matchs bien moisis

  5. Greg - sam 31 Août 19 à 13 h 57

    Moi je ne suis pas du tout convaincu par cette idée comment il peut dire que si les attaquants ont une super qualité technique ils n'ont pas besoin des latéraux et que les centres sont pour les équipes faibles techniquement (les longs ballons okay mais pas les centres).
    Lui qui prend souvent Liverpool comme exemple comment il peut dire ça. L'article le dit les latéraux de Liverpool sont impliqués sur 24 buts en PL. Avec un trio d'attaque Sané-Firminio-Salah qui est autrement suppérieur que le notre. J'ai regardé quelque matchs de City cette année le nombre de fois que je vois Walker monté.
    Après nos latéraux touchent plus de ballons participent plus au jeu. Si c'est pour faire que des passes latérals aux autre def non merci.
    En étant réduit à 10 alors qu'on perd, je préfère une équipe qui essaie de jouer pour égaliser quitte à finalement perdre en ayant pris un autre but plutôt que de ne prendre aucun but supplémentaire mais en en ayant jamais eu l'illusion qu'on aurait égalisé.
    Dans une grande équipe tout le monde défends pour apporter plus de solidité défensive et avoir un vrai bloc. Mais en attaque tout le monde participe pour apporter plus de diversité de menace à l'adversaire et offrir plus de solution au porteur.
    Avec sa technique c'est marquon tôt et prennont les équipes en transition offensive. Mais si on doit faire le jeu contre une équipe qui nous attend un minimum mais qui nous empêche de poser notre jeu on va se faire battre cf Montpellier

  6. Altheos - sam 31 Août 19 à 14 h 20

    Il y a de mon point de vue une contradiction entre cette volonté affichée de prioriser l'aspect défensif pour les latéraux et l'utilisation des ailiers en faux pieds.
    Le débordement/centre, ça reste quand même la meilleure arme pour déstabiliser une défense solidement regroupée.
    Si les latéraux ne montent pas ou peu, et que les ailiers sont confinés sur leur faux pieds, on se prive de cette possibilité.
    Memphis et Traoré ont une technique et une rapidité largement supérieure à 99% des latéraux adverses, je persiste à penser qu'il pourrait être utile de les faire jouer sur leurs pieds forts.
    Il est possible également d'autoriser les ailiers à permuter plus régulièrement afin de déstabiliser le latéral adverse dans ses repères défensifs.
    Ce sont des options qu'Houllier utilisaient régulièrement avec Gouvou/Malouda et qu'on ne voit jamais actuellement. Pourtant, intrinsèquement, je pense que Traoré et Memphis n'ont rien à envier à ces deux joueurs.

    1. Player - sam 31 Août 19 à 15 h 32

      Je souscris à 100% à ce que tu dis.
      On se demande qui va centrer... et avec Dembélé bon de la tête, on se prive d’occasions, et de buts.
      Au moins que les ailiers permutent de temps en temps... on ne le voyait JAMAIS avec Genesio.
      Je l’ai vu faire avec Sylvinho, mais beaucoup trop peu à mon goût.

  7. cavegone - sam 31 Août 19 à 14 h 54

    C'est bien de moderniser le jeu mais prétendre que le rôle premier des latéraux est de monter est un truc auxquel je ne souscris pas du tout.
    Encore heureux que Sylvinho demande à nos latéraux de défendre avant tout, 90% des buts étaient encaissés par les côtés les dernières saisons (ça me rendait fou j'avoue).
    Là on encaisse un but improbable en 3 match alors j'applaudis des deux mains.
    On flambera devant quand on aura créé une équipe capable de résister derrière.
    Bravo Sylvinho, aller l'OL !

    1. Boga - sam 31 Août 19 à 15 h 33

      Donc on a le droit de critiquer les attaquants qui ne défendent pas et on trouve normal que Dubois n'ait fait aucun centre en trois matchs. C'est une philosophie de foot auquel je n'adhère pas personnellement. Ça va de soit que les attaques doivent participer aux tâches défensives. Mais le fait est que les attaquants qui sont obligés de de venir à bout de 9 ou 10 adversaires à 3 perdent en lucidité devant le but. C'est encore plus compliqué pour les ailiers qui se retrouvent à des 1 contre 3 ou 4. Il ne faut pas oublier qu'on a ni Salah ni Hazard. Memphis il faut s'attendre à ce qu'il perde une vingtaine de balles par match. Et Traoré tous les défenseurs savent lire son jeu. Sans l'apport des latéraux ces deux là sont morts.

    2. Player - sam 31 Août 19 à 15 h 35

      T’as raison, combien de fois les latéraux se sont fait prendre dans le dos pendant 3,5 ans ?
      On ne compte plus, ce doit être juste impressionnant.
      Il faut dire aussi que le mot « compensation » semblait inconnu de la tactique mise en œuvre sur le terrain...

    3. westkanoute - sam 31 Août 19 à 16 h 14

      Pas toujours d'accord avec tes propos,mais la je souscrit totalement.une équipe c'est comme une maison on commence par les fondations

  8. westkanoute - sam 31 Août 19 à 16 h 11

    Moi ça me dérange pas du tout sa philosophie de jeu bien au contraire. Avoir une équipe mieux organisée notamment dans l'aspect défensif était le souhait de tous .JE trouve que le travail commence a porter ses fruits ,on voit beaucoup moins d espace entre les joueurs et on commence a voir un vrai pressing collectif,tout ceci bien sur a ameliorer.Si on prend moins de buts que les saisons dernières même en marquant moins,on devrait quand même obtenir plus de points .
    Par rapport à la philosophie de jeu de sylvinho,même si je suis pas un expert ,je trouve qu'elle se rapprocherait plus d'un Simeone avec un collectif fort et un pressing collectif très bien huilé. Et il me semble pas que les latéraux de ses équipes soient très offensifs non plus.Par rapport aux craintes que certains peuvent avoir sur sa philosophie de jeu différente de celles de la plupart des meilleures équipes, l'exemple de l'athletico est à souligner car avec leur philosophie différente ils arrivent tout de même à avoir des résultats probants en Espagne et en Europe.

  9. Greg - sam 31 Août 19 à 17 h 24

    N'est il pas possible d'avoir des résultats autrement qu'en la jouant défensif façon Atlético? Je pensais que le supporter lyonnais était plûtot pour le beau jeu. Et surtout que vous demandiez avec la démission de Genesio, une plus forte solidité globale de l'équipe sur le plan défensif, mais surtout un jeu plus léché sur le plan offensif car l'année dernière on était plutôt en difficulté à ce niveau par rapport à il y a 2 saisons

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut