OL : Lindsey Horan compare son passage au PSG et chez les Fenottes

Arrivée blessée en février, Lindsey Horan est revenue à son niveau au meilleur des moments avec l’OL. Après un premier passage au PSG en 2012, l’Américaine savoure ses cinq premiers mois gagnants à Lyon.

Entre l’OL et les joueuses américaines, c’est une histoire qui dure depuis plus de dix ans. De Hope Solo à Catarina Macario en passant par Alex Morgan ou Megan Rapinoe, les meilleures joueuses d’outre-Atlantique ont toutes porté un jour ou l’autre le maillot lyonnais. La dernière en date n’a rien à envier à ses compatriotes, étant une cadre incontournable de la Team USA. Arrivée chez les Fenottes en février dernier, Lindsey Horan a séduit tout Lyon en l’espace de quelques mois. Amoindrie physiquement à cause de son genou, la milieu a été d’un apport essentiel dans la dernière ligne droite pour le doublé. Venue dans la capitale des Gaules pour gagner des titres, Horan n’a pas été déçue.

"Revenir à Lyon était un nouveau risque dont j’avais besoin. De trouver un moyen de montrer maintenant qui est Lindsey après cette première expérience et de savoir ce qu’elle peut faire maintenant, a-t-elle déclaré vendredi pendant le rassemblement américain. Maintenant, j’ai un trophée de Ligue des champions et un du championnat de France, des titres que je n’ai jamais obtenus avec le PSG. Et tout ça après cinq mois à l’OL, c’est juste un sentiment très spécial, magique. Personne ne peut m’enlever ça maintenant."


Horan : "Cinq mois magiques"


A 28 ans, Lindsey Horan fait partie des meilleures joueuses du monde et Sonia Bompastor n’a jamais hésité à souligner son apport. Dix ans après son premier passage en D1 féminine, l’Américaine a bien grandi, bien loin de la jeune joueuse à peine sortie du lycée qui a débarqué en 2012 du côté du PSG. Restée un peu plus de trois ans, Horan assure avoir grandi comme joueuse et femme mais regrette de ne pas avoir remporté de titres dans la capitale.

"Je repense beaucoup à mon passage au PSG, où j’ai passé trois ans et demi. C’était un énorme risque pour moi, de partir à 18 ans et d’être la première femme à passer du lycée au niveau professionnel. Je pense que c’était la bonne voie mais avec le recul, j’ai l’impression de ne pas avoir accompli ce que je voulais. Je n’ai pas eu l’impact que je voulais au PSG."

En cinq mois, son impact a quant à lui déjà bien aidé aperçu chez les Fenottes et personne ne s’en plaindra.

4 commentaires
  1. Le Bon - sam 25 Juin 22 à 17 h 33

    3 ans et demi au PSG et pas un mot de français, alors qu'elle sortait du lycée : elle n'avait effectivement rien gagné...

  2. Bacto - sam 25 Juin 22 à 17 h 44

    Joueuse extraordinaire. Magnifique à voir jouer.

  3. dede74 - sam 25 Juin 22 à 18 h 25

    Elle était trop jeune et pas encore à un niveau, tel qu'il est aujourd'hui. Et puis, l'OL c'est l'OL et sa culture de la gagne, pas le PSG 😆
    Elle parle un peu français, je l'ai entendue, lors d'un reportage sur OLPlay.
    On verra au cours de sa seconde période, chez les Fenottes, si elle continue sur sa lancée des derniers matchs joués, je l'espère, elle a beaucoup apporté au cours de ces derniers.

  4. isabielle - sam 25 Juin 22 à 20 h 35

    En tout cas, belle complémentarité avec Amandine dans les gros matchs : 2 sentinelles toujours bien placées et relanceuses rapide en 1 touche = top mondial

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut