OL : pour Ferri, le premier danger pour un footballeur, c'est son entourage

Arrivé à l’OL à l’âge de 15 ans, Jordan Ferri a depuis plusieurs années maintenant multiplié les matchs. À seulement 23 ans, le milieu de terrain des Gones admet dans un entretien accordé au mensuel Lyon Capitale que le plus dur à gérer dans une vie de footballeur, c'est son entourage.

Après avoir signé son premier contrat professionnel en 2012 avec l'OL, Jordan Ferri n'a cessé de progresser et de multiplier les matchs. À seulement 23 ans, le jeune milieu de terrain connait les dangers de son métier et sait s'entourer des bonnes personnes afin de réussir : "Le plus dur, c'est de bien s'entourer. Le plus important, c'est d'avoir autour de soi des personnes qu'on a connues avant de devenir joueur professionnel. En tout cas, c'est ce qui me permet d'avoir cet équilibre. Pour ma part, j'ai mon meilleur ami qui est à Lyon, que je connais depuis que je suis petit. Ma famille monte régulièrement me voir. Ma soeur vit également à Lyon. L'entourage fait l'environnement du joueur. Je n'ai pas encore de vie de de famille ici, je n'ai pas d'enfants, donc l'entourage est très important."

Un entourage très important qui est parfois à l'origine de sérieux soucis pour les joueurs. Et ça, le Lyonnais en est conscient : "Bien sûr. On reste des gamins, on gagne très très bien notre vie. Ça peut faire tourner la tête de certains et attirer de mauvaises personnes qui promettent de belles choses. C'est compliqué à gérer. C'est vraiment, le premier danger pour un footballeur."

Pour lire l’intégralité de cet entretien de Jordan Ferri (3 pages), rendez-vous dans le mensuel de Lyon Capitale, en kiosques dès vendredi. 

6 commentaires
  1. nespero - jeu 25 Fév 16 à 13 h 06

    Il a tout à fait raison, voilà quelqu'un qui a la tête sur les épaules et qui est bien entouré

  2. Altheos - jeu 25 Fév 16 à 13 h 07

    C'est l'un des rares à ne pas avoir prit la grosse tête.
    Son petit séjour en début de championnat sur le banc lui remit tout de suite du plomb dans la tête.
    Ce n'est pas le meilleur, ni le plus technique.
    Mais il y a de l'abnégation et de l'envie chez ce mec, contrairement à certains de ses "potes".
    Je le regretterai plus qu'un Lacazette ou qu'un Tolisso s'il devait partir.

    1. OLVictory - jeu 25 Fév 16 à 14 h 08

      Il en faut aussi des joueurs comme lui dans une équipe comme l'OL.
      Ce n'est pas un leader, c'est un bon soldat qui fera tout son possible pour aider l'équipe. Il n'a peut-être pas autant de talent que d'autres, mais il fera toujours les efforts si on lui montre le bon chemin.
      Il le dit lui-même, il a besoin de bons exemples.

  3. jeepy - jeu 25 Fév 16 à 15 h 46

    Ferri n'est certainement pas le joueur le plus doué, c'est dommage qu'il soit aussi peu technique, car c'est un exemple... c'est un combattant. Si seulement ses partenaires étaient aussi performants dans l'effort que lui, on ne serait pas à la dérive. Maintenant, avec le travail, il peut s'améliorer dans la vision du jeu en attaque et éviter ses passes sempiternelles en retrait ou latérales; Il a du potentiel physique et ne baisse que rarement les bras.

  4. Monrne - jeu 25 Fév 16 à 22 h 20

    Moi je vous trouve relativement sévère avec lui.Pour moi c'est l'un des plus régulier et il donne toujours le maximum.Avec Anthony Christophe et Samuel il fait pour moi parti des cadres de notre équipe.
    N'en Deplaise à ses nombreux détracteurs si nous avions 11 guerriers de sa trempe nous ne serions pas aussi loin de Paris et à coup sur devant Monaco.
    Mais on préfère idolâtrer d'autres joueurs soi disant plus techniques qui depuis le début de cette triste saison n'apportent pas grand chose à la collectivité.

  5. Pamo01Michel - ven 26 Fév 16 à 15 h 51

    Merci Jeepy, tu m'apprends qu'on est à la dérive, je l'ignorais. On va finir 3ème à la dérive avec une saison sans Fékir......
    Alteos, tu fréquentes beaucoup Lacazette et Tolisso pour savoir qu'ils ont pris la grosse tête ?
    Si oui, tu as de la chance de fréquenter et bien connaître les joueurs.
    Si non, tu parles sans savoir... comme beaucoup.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut