Wendie Renard et Ada Hegerberg @UEFA

Trophée de joueuse de l'année UEFA : 2 Fenottes dans le top 10

Les 2 Fenottes, Wendie Renard et Ada Hegerberg, figurent dans le top 10 du trophée de joueuse de l'année de l'UEFA. L'Espagnole Alexia Putellas a remporté cette distinction.

Si l'OL a dominé la saison sur la scène nationale et européenne avec des succès en D1 et en Ligue des champions, cela n'a pas permis à ses membres de remporter une distinction lors des trophées de l'UEFA. Sonia Bompastor s'est classée 2e chez les entraîneure et 2 Fenottes intègrent le top 10 concernant la meilleure joueuse.

Wendie Renard et Ada Hegerberg sont 8es avec 12 points toutes les deux. Quatre autres Lyonnaises se trouvent dans le top 22 : Delphine Cascarino (11e), Amandine Henry (12e), Selma Bacha (15e) et Christiane Endler (21e). Le titre a été décerné à l'Espagnole Alexia Putellas (Barcelone).

23 commentaires
  1. Le Bon - ven 26 Août 22 à 12 h 06

    Classement complet.
    Au nombre de joueuses, l'Ol est premier...
    En tout cas cela prouve que la victoire en coupe d'Europe est le fruit d'un groupe, pas uniquement d'individualités !

    1 Alexia Putellas (Barcelone/Espagne) – 97 points
    2 Beth Mead (Arsenal/Angleterre) – 84 points
    3 Lena Oberdorf (Wolfsburg/Allemagne) – 47 points
    4 Alex Popp (Wolfsburg/Allemagne) – 35 points
    5 Aitana Bonmatí (Barcelone/Espagne) – 25 points
    6 Keira Walsh (Manchester City/Angleterre) – 18 points
    7 Leah Williamson (Arsenal/Angleterre) – 17 points
    8= Ada Hegerberg (Lyon/Norvège) – 12 points
    8= Wendie Renard (Lyon/France) – 12 points
    10 Lina Magull (Bayern Munich/Allemagne) – 10 points
    11 Delphine Cascarino (Lyon/France) – 9 points
    12= Amandine Henry (Lyon) – 8 points
    12= Mapi León (Barcelone/Espagne) – 8 points
    14 Tabea Wassmuth (Wolfsburg/Allemagne) – 6 points
    15= Mary Earps (Manchester United/Angleterre) – 5 points
    15= Selma Bacha (Lyon/France) – 5 points
    17= Sakina Karchaoui (Paris Saint-Germain/France) – 4 points
    17= Marie-Antoinette Katoto (Paris Saint-Germain/France) – 4 points
    19 Merle Frohms (Eintracht Frankfurt, désormais à Wolfsburg/Allemagne) – 2 points
    20 Fridolina Rolfö (Barcelone/Suède) – 1 point
    21= Christiane Endler (Lyon/Chili)
    21= Marina Hegering (Bayern Munich, désormais à Wolfsburg/Allemagne)

    1. undeuxtrois - ven 26 Août 22 à 13 h 50

      Cela prouve aussi et surtout que l'OL est un petit club sur la scène européenne, et promeut très, très mal ses propres joueuses.

      Hegerberg et Renard 8e au vu de leur saison, Macario pas dans le top 20 (!!!)... En 2021, le Barça rafle tous les trophées individuels avec 6 joueuses dans le top 10, bien sûr sans l'Euro qui tronque un peu le classement avec des joueurs qui n'ont brillé qu'à celui ci (Popp, Walsh, Mead+Oberdorf+Williamson font de plutôt bonnes saisons en club mais sans Euro elles ne font pas top 10), et voir des anglaises ci et là est normal, mais de n'avoir que 2 joueuses 8e...

      Il faut bien s'imaginer que sans l'Euro, le top 3 est probablement Putellas, Bonmati, Hegerberg. 2 barcelonaises devant une lyonnaise qui les a pourtant à nouveau ridiculisé.

    2. isabielle - ven 26 Août 22 à 15 h 01

      Remarquons, que Amandine, devance toutes les sélectionnées "non-OL" de Corinne Diacre !
      Bizarre... vous avez dit "bizarre"?... comme c'est bizarre !

      1. undeuxtrois - ven 26 Août 22 à 17 h 54

        Henry a fait une bonne fin de saison, mais au début c'était quand même pas ça. Son but exceptionnel lui permet d'être à ce niveau. Mais que des filles comme Cascarino, Karchaoui, Leon, soient nommées, et pas Macario... C'est quand même un sacré délire.

      2. isabielle - ven 26 Août 22 à 18 h 19

        @ 123 : en début de saison Amandine jouait en défense centrale me semble-t-il, non ?....
        Quand à Macario pour bien connaître ses capacités, il faut regarder les matchs en détails. Ses déplacements, son jeu sans ballon, ses appels, son pressing haut... n'apparaissent pas dans les résumés...
        et en plus c'est une Américaine qui n'est sélectionnée que depuis peu de temps.

      3. undeuxtrois - ven 26 Août 22 à 20 h 02

        Défense centrale, puis elle s'est blessée. Elle est revenue à un excellent niveau dans le money time, comme d'autres d'ailleurs, également aidée par la blessure de Damaris derrière qui elle passait en début de saison. Sa finale est excellente, même si elles sont quand même plusieurs à prétendre au titre de joueuse du match (Horan, Hegerberg, Henry... que des H quoi), mais être 12 est déjà très bien.

      4. Le Bon - ven 26 Août 22 à 22 h 05

        Elle a dépanné - très bien d'ailleurs - quelques matchs en défense centrale lorsque Buchanan ou Wendie était blessée.
        Griedge jouait en sentinelle lors de son retour.
        Elle a fait globalement une très bonne saison, pas uniquement sur la fin, sauf quand elle a été blessée évidemment.
        Exemple du 9/12/2021 : Benfica/Ol : ce n'était pas le "money time" !!!
        https://www.youtube.com/watch?v=sC1aVMtIgn8

  2. JUNi DU 36 - ven 26 Août 22 à 13 h 30

    C'était à prévoir, l'arnaque continue.
    Même Sonia qui emmène l'équipe vers la victoire en LDC + championnat n'a pas le trophée, c'est une honte.

    1. le_yogi - ven 26 Août 22 à 13 h 32

      Il y a quand même une grosse influence de l'Euro dans ce classement, ce qui fait que nos Lyonnaises sont forcément un peu pénalisées...

  3. JUNi DU 36 - ven 26 Août 22 à 13 h 40

    Pour Sonia oui sûrement un peu mais pour les joueuses il n'y a qu'une seule anglaise sur le podium et elle n'a pas le trophée. La suivante est seulement 6ème donc on ne peut pas dire que l'uefa a tenu compte de la finale gagné à l'Euro

  4. dede74 - ven 26 Août 22 à 13 h 43

    On s'attendait, un peu, à ce classement, les pronostics étaient en ce sens, malheureusement pour nos Fenottes et surtout pour Wendie, qui le mérite depuis longtemps !
    Oui l'Euro a été un facteur prépondérant.

  5. isabielle - ven 26 Août 22 à 14 h 38

    Petit rappel de mon com du 17/08 (pour ceux qui n'aurait pas lu)....
    "Pour l'UEFA, il est important d'universaliser les récompenses, afin d'encourager les progrès des autres nations du foot. Ce qui semble logique sur le fond.
    Remarquons que la coach de l'EDF - 1/2 finaliste "c'est un progrès remarquable" selon NLG - n'est pas citée. Comme c'est étrange !
    Les principales nominées sont toutes de nations classée devant la France. Normal, puisque l'on a reculé à la 5ème place, suite à la médiocre performance de l'Euro."
    Rajoutons que les Anglais qui font beaucoup d'efforts financiers pour relancer le foot féminin, font aussi beaucoup de lobbying et de com.... donc ils en sont récompensés.
    JMA fort de la position de l'OL en LDC, a choisi de communiquer aux USA. Quoi de plus logique ?... c'est la patrie du foot féminin, de Textor et de ses dollars.
    Pour l'Europe, c'est à cette "guenille" de NLG de faire le boulot !

    1. undeuxtrois - ven 26 Août 22 à 18 h 52

      La communication aux USA ne sert à rien, il n'y en a d'ailleurs quasi pas. Il faut se concentrer sur ce qu'il se passe au niveau continental, c'est le nerf de la guerre. Qu'une joueuse comme Hegerberg ait pu obtenir tous ses trophées à l'OL et avec la Norvège est un miracle. Elle aurait été Barcelonaise, elle aurait 3x plus et Putellas n'existerait pas.

      Le lobbying est extrêmement important. L'Angleterre et le Barça le font mieux que tous. Aujourd'hui, le monde du football féminin porte aux nues une joueuse qui n'existait pas avant 2020. Meilleure joueuse de l'UWCL à la suite d'un parcours relativement simple, meilleure joueuse UEFA alors qu'elle ne joue pas l'Euro, et n'est pas titrée en UWCL...

      Il n'y a qu'à voir le palmarès :
      2016, Hegerberg est meilleure joueuse UEFA
      2017, Martens pour sa victoire à l'Euro
      2018, Harder... qui perd en finale contre l'OL (et une saison extraordinaire d'Hegerberg)
      2019, Bronze
      2020, Harder... qui perd en finale contre l'OL
      2021, Putellas, qui gagne l'UWCL.
      2022, Putellas... qui perd en finale contre l'OL et ne joue pas l'Euro

      1. isabielle - ven 26 Août 22 à 21 h 59

        Soupoudrer les récompenses au fil des ans est une stratégie qui permet de satisfaire plus de fédération... quitte à mécontenter un peu (et momentanément) la plus méritante.
        Stratégie "politique" bien utilisée en Europe. Récompenser toujours les mêmes devient assez vite lassant,
        Bien d'accord avec toi, question lobbying, nous sommes nul. Les anglais, Espagnols ou Allemands sont plus forts, surtout les Anglais, en tout et depuis toujours ! ... champions toutes catégories.

      2. Moimoi - ven 26 Août 22 à 22 h 16

        Je mets le lobbying (en français, faire pression ou influer) au même niveau que la simulation des joueurs et des joueuses, la différence étant que les visées ne sont pas de même portée ni littéralement sur le même terrain.
        Mais je déteste les deux.

  6. isabielle - ven 26 Août 22 à 14 h 48

    Récompenser les joueuses du Barça qui remplissent leur stade, c'est assez logique.
    Notre fédé serait bien inspirée de se préoccuper aussi de l'évolution du championnat de foot féminin en Angleterre qui va bientôt supplanter celui des Allemandes... ce qui nous fera reculer davantage... !
    Mais toutes ces "truffes de stratèges" en ont-ils vraiment la volonté ?... seulement des mots juste des mots, c'est la seule chose qu'ils savent produire, et tout ça avec le pognon des licenciés et les subsides du ministère !

    1. dede74 - ven 26 Août 22 à 14 h 58

      Des mots, encore des motos, toujours les mêmes mots...
      Paroles et paroles et paroles
      Écoute-moi
      Paroles et paroles et paroles
      Je t'en prie
      Paroles et paroles et paroles
      Je te jure
      Paroles et paroles et paroles et paroles et paroles
      Et encore des paroles que tu sèmes au vent NLG !

  7. Le Bon - ven 26 Août 22 à 15 h 05

    Après, ce qui serait intéressant c'est d'avoir la liste nominative des votants.
    Pour l'année passée (2021 donc) les votants étaient présentés comme suit :
    "Selon l'UEFA, « Concernant la distinction de Joueuse de l’année, les trois nominées à chaque poste ont été sélectionnées par un jury composé des entraîneurs(euses) des clubs ayant participé aux huitièmes de finale de l’UEFA Women’s Champions League 2020/21 et des entraîneurs(euses) des douze équipes les mieux placées au dernier classement par coefficient des équipes nationales féminines de l’UEFA.
    Pour compléter le jury, l’ESM a sélectionné vingt journalistes spécialisés(ées) dans le football féminin.

    Comme pour la distinction masculine, les entraîneur·e·s et les journalistes avaient pour tâche de sélectionner trois joueuses, en leur attribuant cinq points, trois points et un point. Le résultat final s’est basé sur le nombre total de voix obtenues de la part des entraîneur·e·s et des journalistes. Les entraîneur·e·s n’étaient pas autorisés(ées) à voter pour des joueuses de leur propre équipe. "

    On ne sait pas encore comment cela s'est passé cette année.

    On ne sait pas non plus comment est faite la "sélection" des journalistes.

    1. isabielle - ven 26 Août 22 à 15 h 19

      Je pense que l'UEFA finira par donner ces infos comme l'an dernier. Lorsque je serai de retour à mon bureau je prendrai le temps de chercher...

  8. OL-91 - ven 26 Août 22 à 16 h 42

    Un classement Eurovision. Les journalistes de foot féminin ne retiennent que les buts. Si vous ne marquez pas, vous n'existez pas.

    1. isabielle - ven 26 Août 22 à 17 h 11

      Faut pas trop leur en demander, ils ne sont que journalistes après tout !

      1. Le Bon - ven 26 Août 22 à 17 h 29

        Combien de ces journalistes - voire pseudo journalistes - savent que Selma était titulaire en finale de la ligue des championnes en 2018 contre Wolfsburg, à 17 ans ?
        Quand on voit qu'elle a obtenu moins de points que Mapi Leon...

      2. isabielle - ven 26 Août 22 à 18 h 44

        De nos jours l'information est éphémère, très éphémère... un nouveau buzz chasse le précédent, sa durée de vie est limité à l'arrivée du suivant... et l'archivage est lui aussi zappé.
        Tant et si bien que les mémoires trop vite saturée sont effacées.
        Avec toutes nos technologies, c'est paradoxal, mais se sont les mémoires humaines qui sont les plus réactives.
        Les bons journalistes (ou commentateurs) ont leurs propres archives et leurs propres informateurs, ils vérifient leur sources et la véracité de l'information avant de la diffuser... si,si il en a encore !

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut