ASSE - OL (1-1) : un manque de maîtrise problématique

Si Saint-Etienne a trouvé la faille seulement sur penalty dans le temps additionnel, les Verts ont largement bousculé l'OL dimanche (1-1). Un scénario déjà vu trop souvent chez les Lyonnais, ce qui démontre un inquiétant manque de maîtrise durant 90 minutes.

La cruauté du football n'est plus à démontrer, surtout pour l'Olympique lyonnais qui a souvent expérimenté des scénarios contraires sur les dernières semaines. Le derby contre Saint-Etienne n'a pas échappé à la règle, avec l'égalisation de Wahbi Khazri dans le temps additionnel (1-1). Pourtant, les coéquipiers d'Houssem Aouar avaient fait le plus dur en menant au score après 45 minutes où ils ont plutôt dominé leur adversaire.

Mais malgré cette possession du ballon et de beaux enchaînements collectifs, l'OL a laissé plusieurs fois l'opportunité aux Verts de revenir dans la partie, voire de prendre les devants avant le but du milieu de terrain. Les Stéphanois ont pu exploiter les ballons perdus dans l'entrejeu par les Rhodaniens, sans parvenir à trouver la faille néanmoins, faute de réussite. "Je suis de Lyon donc ce n'est pas logique pour moi. En première mi-temps, ils ont deux ou trois opportunités, nous neuf. 1-0 à la pause, ça n'a pas suffi, a regretté Peter Bosz après la rencontre. On a raté trop d'occasions, et ça aurait tout changé. C'était un match très ouvert mais les meilleures actions étaient pour nous."


Des lacunes sur les transitions défensives


En effet, les partenaires de Léo Dubois ont vu trois de leurs réalisations refusées pour hors-jeu. Mais du côté de l'ASSE, la VAR a également annulé un but de Khazri. A l'image de son début de saison, l'Olympique lyonnais est très faible sur les transitions attaque-défense, avec une charnière centrale régulièrement abandonnée. Cela s'est remarqué de nombreuses fois à Geoffroy Guichard puisque les Foréziens ont eu plusieurs situations de supériorité numérique à gérer suite à des erreurs techniques ou à des mauvais choix des septuples champions de France (2002-2008).

Tout cela conduit à un manque de maîtrise de l'OL sur toute la durée d'une partie. Même s'il est capable de se procurer des opportunités pour marquer, il concède également trop d'occasions à ses concurrents. Ses difficultés à la finition expliquent aussi ses problèmes dans la gestion des matches. "D'abord, je suis très content car on se crée des occasions. C'est le plus important mais ça va venir. En première mi-temps, j'étais d'ailleurs très satisfait de notre jeu de position, a décrypté Bosz. On a même parfois très bien joué, mais il faut savoir finir les actions. On a perdu deux points. Entre les ratés, le rouge, ce sont deux moments importants mais même à dix, on pouvait faire mieux."


Réussir à se prémunir d'un retour de l'adversaire


Avec déjà 14 points perdus, l'Olympique lyonnais connaît un début d'exercice délicat, surtout d'un point de vue comptable. S'il a dans un premier temps fallu comprendre et absorber la méthode du nouvel entraîneur, les Rhodaniens doivent désormais apprendre à contrôler les rencontres. Cela leur évitera de connaître à nouveau des scénarios comme celui de dimanche, ou encore du 19 septembre au Parc des Princes face à Paris (2-1). Si sur ces affiches, les faits de jeu ont été contraires à cette équipe, il faut également dire qu'elle n'a pas tout fait pour éviter que cela ne se produise.

10e du championnat, l'OL a encore le temps de remonter dans des standards plus conformes car il se trouve à 3 longueurs du podium. Lors de la trêve internationale, Bosz aura encore du travail avec un groupe diminué par le départ en sélection de plusieurs joueurs. "Ce classement n'est pas bien. Il y a eu deux périodes. Avant la première pause, je n'étais pas content de notre manière d'évoluer mais on a changé un peu le style. Et entre les deux trêves, on a eu une très bonne séquence, on a mieux joué. On n'a pas mérité de perdre face PSG et on a obtenu deux succès en Europe, a rappelé le coach néerlandais. On est sur la bonne route mais 10e, ce n'est pas bien du tout même si on pouvait être 5e à une minute près... On a fait trop de nuls."


L'OL au révélateur d'un calendrier dantesque


Il faudra corriger tout cela à partir du 16 octobre pour la réception de Monaco. Viendront ensuite les rendez-vous contre Nice (24/10), Lens (30/10), Rennes et Marseille, pour ne citer que la Ligue 1. Pour dompter ce calendrier difficile, les Rhodaniens devront afficher plus de maîtrise, sous peine d'être distancés avant d'attaquer l'hiver.

1 commentaire
  1. guilOLforever - lun 4 Oct 21 à 18 h 01

    Bon, après les matchs de coupe 'Europe, il est fréquent de perdre des points.
    Cependant, il va falloir que l'OL retrouve un jeu plus consistant et de L'EFFICACITE si on veut finir sur le podium.
    A-t-on l'effectif suffisant pour jouer à fond les coupes (de France et l'Europa league) et le championnat ??...Paqueta ne remplacera jamais à lui tout seul le duo Paqueta-Depay de l'an dernier....Il va falloir que le collectif s'améliore si on veut avoir des ambitions et ne plus compter sur des joueurs comme Henrique pour remporter des matchs...

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut