Brest, terre maudite pour l'OL

L'OL se déplace à Brest dimanche pour le compte de la 27e journée de Ligue 1. Une rencontre spéciale puisque les Lyonnais n'ont plus gagné dans le Finistère depuis plus de 20 ans.

Une seule victoire en sept confrontations à Brest (4 défaites, 2 nuls, 1 victoire). La statistique n'a pas de quoi rendre optimistes, les hommes de Rémi Garde, avant de se rendre au stade Francis Le Blé dimanche (14h). Surtout quand le dernier succès lyonnais remonte à l'année 1989/1990. L'OL s'était imposé 2 à 0 avec un doublé de Kabongo. Les deux dernières confrontations entre les deux clubs se sont soldés par un match nul 1-1. L'année dernière, Bafé Gomis inscrit le but rhodanien, lui qui n'a plus marqué depuis plus d'un mois (face à Valenciennes le 22 janvier dernier). Autre statistique "négative", Lyon marque peu à Brest. Seulement 6 buts en 7 confrontations. A l'inverse, les Gones ont encaissé 13 buts en déplacement dans le Finistère. "Brest est une terre de football. L’équipe lutte pour sa survie en L1. Cela va être difficile, pas évident. Mais, l’OL a son chemin à faire et a l’envie de faire quelque chose. C’est toujours compliqué de se déplacer chez une équipe menacée. Elle, elle n’a rien à perdre et a envie de battre le gros qui est un peu le vilain petit canard…", a prévenu Rémi Garde.

66% de victoires quand l'OL marque en premier à l'extérieur

Mais le tableau n'est pas tout noir pour l'OL. Les Brestois n'ont plus gagné à domicile depuis 6 matchs (victoire contre Bastia le 17 novembre). Et quand ils encaissent le premier but, les hommes de Landry Chauvin perdent quasiment à chaque fois à domicile : quatre défaites pour une victoire. Les Lyonnais seraient donc bien inspirés de déclencher les hostilités les premiers. Surtout que quand les coéquipiers de Samuel Umtiti prennent un but à l'extérieur, ils ne gagnent jamais : 2 nuls et 2 défaites. A l'inverse, quand ils marquent les premiers, les Rhodaniens récoltent en moyenne 2,22 points et 66% de victoires. Et l'entraîneur de l'OL le sait, même si ses joueurs aiment bien revenir au score : "Cela démontre la faculté de ne pas baisser les bras, une force de caractère et cela montre aux adversaires qu’il n’est jamais tranquille". Dimanche, Lyon devra gagner pour rester au contact du PSG qui joue samedi à 17h contre Reims.

Crédit photo : @Anthony BIBARD / FEP/ Panoramic

285 commentaires
  1. berthory - dim 3 Mar 13 à 8 h 45

    Ca sent le match bien chiant. un vieux 0-0 des familles ? Brest risque de commencer par tenter de ne pas trop se découvrir en début de match. Esperons que l'OL parvienne a debloquer rapidement la situation... Si seulement on avait encore Juni ou Bastos (voire même Pjanic)...

  2. gerardos - dim 3 Mar 13 à 9 h 22

    rebonjour ;
    desole de le redire mais ce psg avec ses vedettes ne me fait pas sourire ;
    je n aime pas du tout cette mentalitee vehiculee par certains sur les terrains et hors terrains ; le football devrait permettre aux petites gens de pouvoir approcher et de partager des emotions hors des terrains ;
    avec cette equipe et helas bien d autres aussi rien de cela ; les joueurs ne sont disponibles que lorsque l equipe gagne et pour stisfaire leurs egos nous sommes abreuves de conneries journalistiques ;
    par contre lorsque cela va moins bien les memes refutent toutes sortes d excuses bidons pour ne pas repondre a des questions bien embarassantes ;

    il est vrai que trouver des excuses dans une defaite contre uneequipe classee15eme et reduite a 10 est presque impossible ;

    la modestie est de mise et a paris certains ferait bien d en avoir ;

    alors paris ou pas paris en ldc je me permet de dire rien a foutre ; cette equipe ne me transmet aucunes ondes sympathiques et ses dirigeants pleurnicheurs idem ;

    gerardos

  3. berthory - dim 3 Mar 13 à 9 h 27

    A un moment donné, il faudra arrêter de rêver à un monde de bisounours où le foot véhiculera les meilleures valeurs du monde pour le bien de l'humanité. C'est le foot business et c'est comme ça et si, grâce au Quatar, les droits TV des matchs OL - PSG explosent et contribuent au développement de mon équipe favorite, je ne peux que me réjouir !

  4. cat - dim 3 Mar 13 à 9 h 50

    perso comme gerardos cette équipe peopolisée ne me fait pas sourire
    le foot business a tué le foot,
    autrefois qd il y avait les trois coupes d'europe à élimination directe dès le premier tour on vibrait
    Comment se réjouir sur une équipe construite de toute pièce qui n' apportera rien au foot francais, à part tuer le suspens dans les années à venir, avec Monaco
    pas d'identité, des joueurs au melon surdimensionné,

    qui choisissent leurs matchs, des mercenaires à la ibrahimovic
    les droits TV n'exploseront pas
    il faut savoir qu' à part Monaco aucune équipe ne pourra rivaliser financièrement avec ce PSG,

    Qd on entend le coiffeur pour dames léonardo se permettre de dire que cette équipe est bâtie pour l'europe pas pour le genre de match d'hier
    on mesure l'absence de respect vis à vis du championnat de France, c'est juste le strass et les paillettes qui interesse ce PSG
    d'ailleurs cette équipe n' a rien à voir avec la France, c'est l'équipe du Qatar et rien d'autre

  5. sima - dim 3 Mar 13 à 9 h 53

    Berthory ce que tu appelles foot business est en fait de la propagande que fait un pays au travers le foot. C'est un peu facile de tout mélanger et de dire après c'est pas grave. Je ne sais pas ce qui est le plus bisounours!