Epinal - OL : le roi Lyon perd sa couronne

De notre envoyé spécial à Epinal

Enorme surprise. Tenant du titre, l'OL s'est fait éliminer aux tirs au but ce dimanche après-midi par l'équipe de National d'Epinal (3-3, 4-2 tab) en 32e de finale de la Coupe de France. 

On a beau l'écrire chaque année. Le répéter inlassablement quitte à paraître un brin démago. Mettre en lumière le temps d'une compétition des clubs et des joueurs qui, le reste de l'année, vivent dans un relatif anonymat. Et pourtant à chaque fois, la magie de la Coupe de France opère. Continuellement. Dimanche en début d'après-midi, le 32e de finale de la Coupe de France entre Épinal et l'OL, a une nouvelle fois mis en exergue cet esprit du " football vrai".

L'OL se fait cueillir à froid

Lyon en mode diesel. Dans un stade de la Colombière comble, les Lyonnais se font cueillir à froid. A deux reprises sur coups de pied arrêtés. Un début de match catastrophique pour les Gones. Lors de l'ouverture du score par Tristan Boubaya (1-0, 11e), les supporters locaux réalisent à peine. "S'ils perdent, ils auront au moins marqué un but" fait remarquer un brin hilare un fidèle des Spinaliens.

Et pourtant, bien déterminé à réaliser l'exploit, Épinal double la mise dans la foulée. Toujours par Boubaya (2-0, 13e). Tout au long de la rencontre, la défense rhodanienne a montré une incroyable passivité sur chaque corner. Organisés dans un système en 4-3-3, Rémi Garde avait affiché durant le stage au Maroc son souhait "d'aligner sa meilleure équipe" du moment.

Piqués au vif, les Lyonnais refont surface coup sur coup. Gomis (15e, 2-1) puis Fofana (20e, 2-2) remettent les compteurs à zéro. Quatre buts inscrits après vingt minutes de jeu.... Ce 32e de finale tient toutes ses promesses.

Épinal ne lâche rien

Durant le second acte, Épinal va continuer à jouer crânement sa chance. Vaillant et sans complexe. Mais c'est Lyon qui reprend l'avantage sur un penalty transformé par Lisandro (2-3, 61e) dont on a appris qu'il ne porterait plus le brassard jusqu'à la fin de saison (lire ici). Dans une rencontre un peu folle, les pensionnaires de National égalisent par Focki (75e, 3-3)Sur ce coup-là, Bakary Koné est coupable d'un laxisme défensif déconcertant. Une grosse boulette en somme. L'OL maîtrise le match et touche les montants par deux fois. Épinal y croit de nouveau. Et va ne rien lâcher. Réveillère sauve son équipe sur un nouveau corner des Vosgiens. La centaine de supporters lyonnais qui avaient fait le déplacement n'y croit pas. Tout comme le président Aulas, le regard médusé en tribune.

Il aura fallu attendre la séance fatidique des tirs au but. Et des tirs ratés de Fofana et Koné, encore lui, pour voir Lyon chuter. Mal en point dans leur championnat de National, Epinal a éliminé l'ogre lyonnais, tenant du titre. L'OL devra vite se remettre de cette désillusion. Afin d'entamer au mieux la deuxième partie de championnat avec un déplacement à Troyes le week-end prochain.

Crédit photo : G. Ramon / PanoramiC


szólj hozzá: Epinal 4 - 2 Lyon

164 commentaires
  1. Juni entraineur OL - dim 6 Jan 13 à 18 h 39

    L'année commence bien !!
    A vite oublier !

  2. Rouge&Bleu - dim 6 Jan 13 à 18 h 47

    "le roi Lyon perd sa couronne"

    Normal ils ont oublié la colle dentaire au Maroc, pas facile de rugir sans ses crocs !

  3. flo4 - dim 6 Jan 13 à 18 h 54

    Entre nous , il n'y aurait pas des meilleurs joueur pour tiré des pénos quoi. Quand je vois fofana et koné s'avancé pour tirer je me suis directement dit qu'ils allaient loupé, il faut avoir une certaine technique pour tirer un pénaltie et je suis désolé mais pour moi c'est l'ai moins technique de l'équipe surtout koné.

  4. gones25 - dim 6 Jan 13 à 19 h 17

    c'est a quel heure le ballon d'or et sur quel chaine ??

  5. magister72 - dim 6 Jan 13 à 19 h 17

    plus que 3 matchs en janvier, ca va etre long surtout si on améliore pas le niveau.
    troyes, evian et valencienne, y a pas de raison surement les doigts dans le nez

  6. gones25 - dim 6 Jan 13 à 19 h 22

    ?????

  7. ol-91 - dim 6 Jan 13 à 19 h 32

    Un bon élan est déjà un pénalty à moitié gagné.

  8. ol-91 - dim 6 Jan 13 à 19 h 34

    Le Ballon d'or, c'est demain vers 19h45

  9. jmlol - dim 6 Jan 13 à 19 h 35

    Bonsoir

    Beaucoup de commentaires réducteurs avec quelques têtes de turc souvent les mêmes. La force de l'OL c'est le groupe quand il gagne et là c'est le groupe qui est éliminé.

    Après un stage lénifiant au bord de la mer, un terrain lourd proche du champ de patates le staff avait choisi de jouer au ballon au lieu de jouer long première grosse erreur selon moi, après que dire du manque de concentration de Max Gonalons au marquage du double buteur sur les corners Max un habitué des absences sur cette phase de jeu…

    Un premier quart d'heure inquiétant et intolérable vouloir bien jouer (dixit RG) c'est bien gagner c'est mieux.

    Steed, Max les métronomes hors du coup il aurait fallu des attaquants plus percutants et plus adroits, ni Michel, ni Bafé ni surtout Licha n'ont été à la hauteur. L’argentin a demandé à ne plus avoir le brassard (source OLTV) pour diminuer la pression et se recentrer sur son rôle de buteur, étonnant comme comportement et significatif d'un certain malaise individuel à moins que ce ne soit pas la véritable explication.