Euro 2016 : le vrai coût des stades français

Le nouveau site Internet, lelanceur.fr, a enquêté sur le vrai coût des stades français qui vont accueillir l'Euro 2016.

"4 milliards d’euros : le vrai prix de l’Euro 2016". C'est le titre choc du site Internet lelanceur.fr. Le média en ligne a enquêté sur le  vrai coût des stades français qui vont accueillir l'Euro 2016, du 10 juin au 11 juillet 2016. "Avant de se voir attribuer l’organisation de la compétition, l’ancien président de la FFF (Fédération française de football) se montrait bien plus optimiste : Jean-Pierre Escalettes avançait une somme de 2 milliards d’euros. La France ne fera donc pas mieux que l’Euro 2012, qui avait rapporté 1,2 milliard d’euros à la Pologne et à l’Ukraine, pays organisateurs. Mais, pour arriver à créer ce milliard d’euros, la France a dû en dépenser bien plus. À 100 jours du coup d’envoi de l’Euro 2016, économiquement, le match est déjà perdu. Dans son étude d’impact, le CDES comptabilise à 1,7 milliard d’euros les investissements dans les stades qui accueilleront les matchs de football. Après avoir épluché les contrats et délibérations des 10 villes sites de l’Euro 2016, Le Lanceur arrive à un tout autre montant : 4 milliards d’euros. La France avait candidaté à l’accueil de cette compétition pour renouveler un parc d’enceintes sportives vétustes et loin des standards internationaux, écrit lelanceur.fr . 

full_56d9563b277a4-fond_carte

"4 milliards d'euros"

Le site Internet dédié à l'enquête évoque notamment le cas du Parc OL, le seul projet 100% privé (enceinte). "Dans toutes ces villes, l’Euro 2016 a eu un effet d’accélérateur sur ces projets. Deux stades seulement (Lyon et Lille) avaient été amorcés avant que la France ne candidate à l’organisation de l’Euro 2016. Dans la foulée, Philippe Seguin, le défunt président de la Cour des comptes, avait rendu un rapport prônant la construction de nouvelles enceintes. En eux-mêmes, ces équipements liftés ou flambant neufs ont coûté 1,7 milliard d’euros. Auxquels il faut ajouter les créations de lignes de transport en commun pour les villes qui ont bâti de nouveaux stades : près de 300 millions d’euros injectés à Lyon autour d’un projet privé (l’OL a financé la construction de son enceinte), 170 millions à Lille, 65 millions à Nice et 90 à Bordeaux."

Retrouvez cette enquête complète ici.

10 commentaires
  1. Frimmy69 - ven 11 Mar 16 à 15 h 30

    En gros il n'y a que les stades publics qui ne dépassent pas leur budget de base ...
    D'ailleurs, pourquoi le Parc des Princes est marqué "privé" ? Il n'appartient plus à la ville de Paris ?

    1. OLVictory - ven 11 Mar 16 à 15 h 43

      Je crois qu'ils ont fait un bail emphytéotique de 30 ans aux émirs, enfin c'est ce que j'avais entendu. C'est privé pendant 30 ans donc.

      1. Frimmy69 - ven 11 Mar 16 à 15 h 45

        lol
        Donc dans 30 ans les Qataris seront partis.

      2. OLVictory - ven 11 Mar 16 à 15 h 54

        Ou renouvelés.
        Vu qu'ils n'ont pas assez de pognon, on leur donne ce qui a été payé par le contribuable, c'est normal. Et comme Paris est subventionné par la France entière, c'est tout le pays qui paie.

      3. Frimmy69 - ven 11 Mar 16 à 19 h 27

        Bravo à toi pour avoir trouvé l'info, après quelques recherches, je ne suis tombé que sur des articles datant d'octobre dernier ou d'il y a 1 ou 2 ans ! Et encore ce ne sont que des hypothèses 😉

  2. OLVictory - ven 11 Mar 16 à 15 h 53

    Si c'est le vrai prix de l'Euro, ça veut dire que tous ces stades seront détruits à partir de juillet, qu'ils ne serviront à rien d'autre, que les lignes de transports en commun seront détruites aussi, ainsi que tous les accès routiers qui ne serviront jamais à autre chose que les matchs de l'Euro, bien entendu.
    C'est bête ce genre d'article extrêmement réducteur. En général c'est fait par un expert-comptable qui connait tout aux chiffres et rien à la gestion d'une entreprise. Le retour sur investissement d'un stade, ça se mesure en dizaines d'années, c'est extrêmement complexe à chiffrer car les paramètres sont très nombreux, comme tout projet d'aménagement du territoire. Ils ont une idée du nombre d'entreprises qui vont s'installer à côtés de ces stades et combien de salariés et de clients pourront profiter des routes qui ont été construites ?
    Le chiffre intéressant aurait été de savoir ce que la construction de ces stades a rapporté en taxes et en charges sociales à la collectivité. On serait surpris.

  3. Pamo01Michel - ven 11 Mar 16 à 17 h 14

    Tout à fait d'accord, et ce que viendront dépenser à Lyon les supporters adverses à l'avenir....

  4. OLVictory - sam 12 Mar 16 à 9 h 15

    Quand je passe sur la rocade, je vois toujours des voitures qui empruntent la bretelle du stade. Pourtant il se disait que cette bretelle ne servirait qu'au stade. On nous auraient menti ? Est-ce que l'expropriation aurait servi aussi à l'intérêt collectif des habitants de Décines ?

    1. zikos35 - dim 13 Mar 16 à 11 h 47

      Le problème n'est pas tant le coût, dans une société dynamique qui augmente, avec une natalité qui permet le renouvellement des génération il faut des investissements, massifs. Il y a en revanche lieu de s'interroger sur le fait que ces sommes soient allouées à la construction de stades, alors qu'on serre la vis partout, qu'on détruit les services publics, qu'il y a un impératif écologique qui nécessite un développement territorial différent.
      Je pense que le fait de s'interroger est sain, le refuser c'est être partisan du "there is no alternative" et ça c'est dangereux.

  5. zikos35 - dim 13 Mar 16 à 11 h 48

    C'est moi ou la carte c'est n'importe quoi ? Les villes ne sont pas au bon endroit du tout...

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut