(Photo by Liselotte Sabroe / Ritzau Scanpix / AFP)

OL : 10 clubs en D1 féminine ? "Aucune décision n'est prise", assure Aulas

Selon le président de l'OL Jean-Michel Aulas, en charge du football féminin au sein du comité exécutif de la Fédération française de football (FFF), "aucune décision n'est prise sur un championnat de division 1 dames réduit à dix clubs."

L'éventualité d'une réduction de la D1 de douze à dix clubs la saison prochaine a déclenché jeudi de vives réactions de la part de joueuses emblématiques de l'OL. "C'est une honte", a écrit la Norvégienne Ada Hegerberg. "Autant faire un petit tournoi un week-end de mai prochain si on dérange la FFF", a ironisé la Ballon d'or 2018. "Ne laissez pas mourir notre championnat et notre sport", a aussi écrit sur Twitter la capitaine Wendie Renard, assurant que "le football féminin français régresse" depuis le Mondial-2019.

Interrogé ce vendredi, le président de l'OL Jean-Michel Aulas, en charge du football féminin au sein du comité exécutif de la Fédération française de football (FFF) a assuré "qu'il n'y pas de décision de prise actuellement mais un certain nombre de solutions pourraient exister, ce que nous a promis Jean Lapeyre, directeur juridique de la FFF." "Il y a eu un Comex jeudi. La D1 va se conclure, ce qui n'est pas le cas de la Division 2 et cela pose un problème de droit, a-t-il poursuivi. Dans l'état actuel des choses, quand un championnat ne se termine pas, il n'y a pas d'accession et c'est le cas de la D2. "

Aulas rassure... ses joueuses

"La D1 va se terminer normalement. Nous avons bien à faire à deux championnats professionnels avec un statut fédéral pour les équipes femmes. Normalement, les deux qui doivent descendre descendent et les deux qui auraient dû monter de la D2 ne montent pas", a convenu Jean-Michel Aulas. Nous allons tout faire pour trouver la solution la plus intéressante pour le développement du football féminin. Mais une D1 à dix clubs ne constituerait pas obligatoirement un effacement car l'élite tire la base vers le haut."

"Trouver la solution la plus intéressante pour le développement du football féminin"

"Vaut-il mieux avoir dix clubs très structurés et compétitifs avec une licence imposant des obligations d'accueil, stade, encadrement, terrains, quitte à jouer plus de matches que ce que nous faisons actuellement ou bien avoir douze équipes comme aujourd'hui avec des écarts important de niveau?", s'est interrogé le patron de l'OL, en ajoutant que "tout restait ouvert" avec la volonté "de prendre la meilleure décision pour avoir une compétition de très haut niveau".

4 commentaires
  1. dede74 - ven 7 Mai 21 à 16 h 37

    Règlement à la noix ! qu'est-ce qui empêche de le modifier, provisoirement/exceptionnellement, covid oblige et de le rétablir la prochaine saison ?
    Bien sûr que les équipes, en tête de la D2 et susceptibles de monter, se sentiront lésées ! alors laissons-les monter, garanties financières et sportives, oblige et faisons une année à 14 clubs.
    C'est aberrant de voir ce genre de chose, à cause d'un règlement fantaisiste, mais logique/obligatoire (sans règlement, c'est l'anarchie) bien que tous les cas de problèmes, ne soient pas imaginés.

    1. Janot-06 - ven 7 Mai 21 à 17 h 32

      N'a-t-on pas fait monter Lens (entre autres) de Ligue 2 l'an dernier alors que les compétitions avaient été arrêtées, comme chacun sait ?

  2. JUNi DU 36 - ven 7 Mai 21 à 18 h 10

    Elle a raison Ada et Wendie aussi, c'est inadmissible d'avoir pensé même une seconde à ce system à 10 clubs 👎 Ils veulent structurer et être plus compétitifs et alors où est le problème de le faire à 12 équipes ?? Pour avancer il faudrait même en rajouter 2 autres.
    Je comprend pas tout de JMA, il est pas très clair sur ce coup là 🤔

  3. Cicinho - sam 8 Mai 21 à 0 h 20

    La bonne excuse... Ça veut dire qu'ils vont faire descendre 4 clubs de nationale 1 en nationale 2 alors?

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut