OL – Saint-Etienne (Photo by JEFF PACHOUD / AFP)
Article payant

OL - ASSE (1-0) : une deuxième victoire et des questions

En s’imposant 1 à 0 dans le derby face à l'ASSE vendredi, l’Olympique lyonnais a enchaîné une deuxième victoire de rang. Un succès précieux pour remonter au classement, mais qui à l’image de celui à Troyes, ne lève pas les doutes sur une formation rhodanienne très pauvre offensivement.


Comptablement, l’Olympique lyonnais va mieux en 2022. Après trois matches dans cette nouvelle année, il a pris 7 points sur 9 possibles et il vient d’entamer une série de victoires suite à son succès contre l'ASSE vendredi 1 à 0, qui succède à celui obtenu à Troyes sur le même score. Ça, c’est pour le classement. Pour ce qui est du contenu en revanche, c’est une autre histoire. Dominés face au PSG le 9 janvier, les Rhodaniens avaient été suffisamment efficaces, intéressants avec ballon et solidaires pour ne pas perdre (1-1). Une semaine plus tard dans l’Aube, alors qu’ils devaient se montrer plus entreprenants avec la balle, ils avaient affiché beaucoup de lacunes, visibles également lors du derby.

Peter Bosz s’est montré plutôt positif après la rencontre, insistant notamment sur le manque de réalisme de ses joueurs qui a coûté un avantage plus conséquent à son équipe au tableau d’affichage. Il reconnaît tout de même avoir un peu tremblé en fin de partie. “C'est une victoire minimaliste, mais importante et méritée. Je pense qu'on a bien démarré la première période. On a mis la pression sur les Verts, on leur a imposé un pressing très haut et c'était dur pour eux de ressortir le ballon de derrière, a constaté le Néerlandais. On a marqué sur penalty (par Moussa Dembélé à la 15e), on a eu une possibilité avec Houssem Aouar. Le problème, c'est de ne pas avoir inscrit ce deuxième but. Jusqu'à la fin, je n'étais pas tranquille, même si Saint-Etienne n'a pas eu énormément d'occasions, la pression était là. On ne les a pas assez mis en danger en seconde mi-temps, mais on a quand même eu encore trois grosses actions. Comme on ne les a pas mises, ç'a été dur jusqu'au bout.

Il vous reste 57 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut