Communiquer avec nous

Ligue 1

OL : des tensions entre Aulas et le club de Lyon Duchère AS

Publié

 le

Les relations entre Jean-Michel Aulas et son homologue Mohamed Tria président du club de Lyon Duchère AS ne sont pas idylliques. En cause, le refus de l’OL de prêter des joueurs à son voisin du 9e arrondissement.

On ne peut pas toujours apprécier son voisin. Les relations entre l’OL et le club du 9e arrondissement Lyon Duchère AS ne sont pas idylliques. Malgré la proximité géographique, il n’existe pas de partenariat entre les deux clubs. Pour Jean-Michel Aulas, la cause principale reste le niveau dans lequel joue son homologue. Dans les colonnes du Progrès il a expliqué qu’il attendait que Lyon Duchère joue en Ligue 2 pour prêter des joueurs. Une phrase qui n’a pas plus à Mohamed Tria, président du club pensionnaire de National. « Jean-Michel Aulas peut dès à présent me prêter des joueurs. Il n’a pas besoin d’attendre qu’on soit en Ligue 2. A chaque fois qu’on a fait une demande, ça n’a pas pu se faire. J’ai dépassé la cinquantaine, me dire qu’on m’aime ne me suffit pas. Il me faut des preuves d’amour », a-t-il indiqué sur les ondes de Jazz Radio.

« On est dans l’indifférence »

En plus du désaccord sportif entre les deux présidents, la relation humaine n’est pas au rendez-vous. Mohamed Tria en a remis une couche sur Jean-Michel Aulas« Tout ne va pas bien entre les deux clubs, on est dans l’indifférence. Là notre parcours en Coupe de France fait qu’on est dans son radar mais c’est assez rare. Il n’est jamais venu voir un match à la Duchère. Même si je ne l’ai jamais invité, je ne suis pas sur qu’il en ait envie. Mais je promets de l’inviter » a-t-il déclaré. Une sortie médiatique un peu tapageuse qui n’a pas laissé de marbre le patron de l’OL. Sur son compte Twitter, JMA a répondu : « Mohamed ne me demande pas de preuves d’amour avec Angèle*. Si la Duchère souhaite des prêts, il suffit de séduire les joueurs ». Reste à savoir si dans le futur les deux présidents vont pouvoir faire un pas vers l’autre.

*Jean-Michel Aulas cite ici le nom du journaliste Gérard Angel qui dirige l’hebdomadaire satirique « Les potins d’Angèle ».

Publicité

Les derniers commentaires

Les plus lus