OL - Griedge Mbock : "Le PSG est notre meilleur ennemi"

Un choc qui promet beaucoup entre les deux meilleures équipes de France. Ce dimanche, l'OL et le PSG se rencontrent en demi-finales de la Ligue des champions. Avant le match, Griedge Mbock s'est confiée en exclusivité à Olympique-et-Lyonnais sur cette rencontre face à un adversaire particulier.

Olympique-et-Lyonnais : Le fait d’avoir creusé un petit écart avec le PSG en championnat vous permet-il d’aborder ce duel de Ligue des champions un peu plus sereinement ? 

Griedge Mbock : C’est une bonne chose d’avoir pu conforter notre avance au classement et d’avoir pu conserver ce matelas de 5 points sur le PSG. Cela nous aide à être plus libérées pour préparer le match de Ligue des champions, à être mieux dans nos têtes et sur le terrain.

Que retenez-vous des deux premières rencontres face au PSG ? 

Les deux matches étaient très différents. Les conditions n’étaient pas les mêmes. On a travaillé tactiquement cette semaine, on sait à quoi s’attendre car on connaît cet adversaire. On les joue souvent. Ce sont un peu nos meilleures ennemies. On aborde ce duel avec tous les ingrédients nécessaires pour le remporter.  

Lorsque deux équipes se connaissent aussi bien, sur quoi se joue la confrontation ? 

Sur des détails car ce sont des rencontres de haut niveau, à haute intensité. C’est là-dessus qu’il va falloir mettre un point d'honneur ce dimanche pour aller les battre.  


"Le football français a une très bonne place sur l’échiquier européen"


Cette rivalité entre l’OL et le PSG profite-t-elle au football féminin français selon vous ? 

Oui. C’est une bonne chose qu’il y ait ces deux équipes en demi-finales. On voit que le football français a une très bonne place sur l’échiquier européen donc c’est très positif. 

Cette saison, l’OL a remporté plusieurs rencontres au forceps, comment expliquez-vous cela ? par une force de caractère ? 

On voit que le niveau du championnat se resserre. Les autres équipes travaillent bien, et c’est bien pour nous lorsqu’on prépare des matches de haut niveau. On a vu qu’on avait du caractère, ça nous a encore plus confortées dans cette idée-là. Ça nous sert mentalement en cas de difficulté pour avoir cette touche en plus pour débloquer des situations. Même lorsqu’on voit que ça ne va pas, on tente de se mobiliser et de renverser les situations. 

Cette année, on a connu quelques pépins avec des filles blessées, mais on a toujours essayé de faire le maximum, peu importe qui jouait. Même si ce n’était pas à son poste, tout le monde a apporté pour pallier aux absences. On voit que notre force, c’est le groupe. Tout le monde est investi et a les mêmes objectifs, c’est ce qui nous aide à garder le cap. 

L’équipe a aussi tendance à encaisser plus de buts, est-ce une faille de l'OL ou cela montre une progression de l'adversité ?  

Je pense que les autres équipes nous analysent aussi. Elles sont plus dangereuses. De notre côté, on aimerait ne pas prendre du buts, malheureusement, c’est comme ça, on en encaisse aussi. Le plus important reste de marquer plus que l’adversaire. En tant que défenseure, ce n’est pas forcément agréable de concéder un but.  


"On connaît la force offensive du PSG, mais on a de quoi répondre"


Le PSG a une attaque avec de belles individualités…

On connaît leurs forces offensives, mais on a de quoi répondre aussi. Défensivement, on peut être solides donc ça sera à nous de faire le travail, d’être concentrées. Je ne me fais pas plus de souci que ça à ce sujet.

Cette saison, il y a eu plusieurs entraînements ouverts au public, est-ce des moments que vous, les joueuses, appréciez plus particulièrement ?  

Ce sont des moments qu’on apprécie car on sait que nos supporteurs sont derrière nous. Ils font très souvent les déplacements. On sent qu’ils sont investis et on essaye de leur rendre aussi sur le terrain. Pouvoir les voir après une séance et échanger quelques petits moments avec eux c’est toujours un plaisir. On prend le temps pour eux car eux le prennent pour nous tout simplement.  


"Sonia Bompastor a amené de la rigueur"


Qu’a apporté Sonia Bompastor depuis son arrivée sur le banc ?

Elle a amené de la rigueur. C’est une compétitrice, elle a été joueuse et c’est une entraîneure qui veut gagner, qui aime ça. Elle nous apporte ce trait de caractère là. Même si nous aussi nous sommes des compétitrices, elle déteste la défaite comme nous et elle essaye de nous le transmettre. Pour le moment, je trouve que ça marche plutôt bien. 

Vous évoluez depuis plusieurs saisons en D1, considérez-vous que le championnat a progressé ces dernières années ?

Il évolue, les autres formations travaillent bien. Après, je pense qu’il y a encore des choses à améliorer, au niveau des infrastructures, des terrains… J’espère qu’avec le temps, ça va se régler et encore progresser pour augmenter le niveau de cette D1.

1 commentaire
  1. Tigone - dim 24 Avr 22 à 14 h 04

    Les BG supportent les fenottes et les masculins, pourtant il n'ya pas de polémique chez les féminines...
    ?????
    Peut-être les résultats sportifs ? Le comportement des joueurs ? La mentalité des joueurs ?

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut