Photo by JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

OL : la rétrospective de l’année 2020

A l’issue d’une année 2020 qui restera dans l’histoire, l’Olympique lyonnais est premier du championnat. Ce 31 décembre est l’occasion de jeter un coup d’œil dans le rétroviseur pour faire un bilan de ces 12 derniers mois.

Ce 31 décembre marque la fin d’une année très particulière sur tous les plans. Perturbé par la pandémie mondiale, 2020 aura offert son lot de bonnes et de mauvaises surprises aux supporteurs lyonnais. Olympique-et-lyonnais.com vous propose une rétrospective des 12 derniers mois de l’OL.

Tout avait bien commencé. Malgré les critiques liées à l’arrivée de Rudi Garcia en octobre, le club rhodanien a enchaîné 7 victoires toutes compétitions confondues sur le mois de janvier. Si le jeu n’était pas très flamboyant, il pouvait compter sur ses individualités, et notamment un Moussa Dembélé en grande forme (8 buts sur cette période). L’Olympique lyonnais était alors 5e après un début d’exercice raté, il pouvait encore espérer accrocher une place européenne et bonus, il était encore en course dans les deux coupes nationales.

L’exploit face à la Juve en février

Mais après, tout s’est gâté. L’OL a enchaîné 4 matchs sans victoire en championnat, et malgré une qualification pour les demi-finales de la Coupe de France acquise contre Marseille (1-0), il avait presque dit adieu au podium (11e à 7 points de la 3e place). Houssem Aouar et ses partenaires ont ensuite connu des hauts, avec les succès face à la Juventus en huitièmes de finale de la Ligue des champions (1-0) et dans le derby (2-0), puis des bas avec les défaites contre le PSG en Coupe de France (1-5) et à Lille (1-0).

Puis tout s’est arrêté début mars. La Covid-19 a eu raison de la fin du championnat. Jean-Michel Aulas s’est battu pour faire reprendre la compétition en étant le plus créatif possible, mais cela n’a pas fonctionné. Le président était trop seul pour inverser la donne. Alors le couperet est tombé le 30 avril. La Ligue de football professionnel a acté, après 28 journées, l’arrêt définitif de la Ligue 1. 7e à ce moment-là, l’Olympique lyonnais a eu ce qu’il méritait à l’instant T. Trop inconstant dans les résultats et pauvre dans le jeu, il n’a pas obtenu de billet pour l’Europe en 2020-2021.

Qualifié pour la finale de la Coupe de la Ligue, l’OL avait là une opportunité d’arracher un sésame pour la Ligue Europa. Mais face au Paris Saint-Germain, il s’incline aux tirs au but sans pour autant avoir démérité dans cette affiche au Stade de France (0-0, 6-5 t.a.b).

Un « Final 8 » historique

Mais puisque le club rhodanien ne veut pas renoncer à une coupe continentale pour la première fois au XXIe siècle, il crée l’exploit à Turin en éliminant la Juventus de la Ligue des champions (défaite 2-1, qualification au but à l’extérieur). Il est donc invité au « Final 8 » au Portugal. En tant que petit poucet, on ne donne pas cher de sa peau contre Manchester City en quarts de finale. Pourtant, Memphis Depay, de retour après une longue absence liée à une rupture des ligaments croisés, et ses coéquipiers vont réussir un exploit retentissant en sortant la formation de Pep Guardiola (1-3). Ils ne sont plus qu’à deux marches d’une victoire en C1, mais la prochaine sera trop haute. Le Bayern Munich et son impressionnante armada vont se montrer sans pitié (0-3). Les regrets existent pourtant après cette rencontre car l’Olympique lyonnais a touché les montants par Karl Toko-Ekambi. L’Europe s’éloigne définitivement pour lui et les interrogations sont nombreuses.

En effet, le mois d’août se termine et la Ligue 1 reprend ses droits. L’OL doit faire face à un mercato plutôt mouvementé avec les départs de certains joueurs comme Fernando Marçal (Wolverhampton), Rafael (Başakşehir), Bertrand Traoré (Aston Villa) ou encore Jeff-Reine Adélaïde (Nice). Depay et Aouar agitent également la rubrique des transferts avec de nombreuses rumeurs les envoyant à Barcelone, à la Juventus ou encore à Arsenal. Tout cela va perturber le début de saison des Rhodaniens qui vont connaître 6 premiers matchs difficiles. 14es, on craint alors que les vieux démons de l’exercice précédent ne resurgissent.

Une série en cours de 14 matchs sans défaite

Une arrivée a alors modifié en profondeur le visage de cette équipe. Le 30 septembre, Lucas Paquetá devient officiellement lyonnais et il va bonifier considérablement sa nouvelle formation. En plus de l’intégration du milieu brésilien, Rudi Garcia va installer la « KTM ». Karl Toko-Ekambi, Tino Kadewere et Memphis Depay forment un trio redoutable devant, auteur de 24 buts sur les 34 inscrits par l’OL jusqu’à présent. Dans le jeu, l’Olympique lyonnais se caractérise par sa faculté à marquer sur les attaques rapides et à punir son adversaire à la moindre erreur. Les performances sont de plus en plus abouties et il termine finalement l’année 2020 par une série de 14 rencontres sans défaite, dont 9 victoires.

Grâce à cela, le club rhodanien est en tête du championnat à la trêve. Avec 36 points, il devance Lille à la différence de buts. Une position qu’il n’a plus occupée à un stade aussi avancé de la compétition depuis 2014-2015. Il n’avait plus compté autant de points après 17 matchs depuis 2007-2008 (37). Un bon souvenir pour les supporteurs lyonnais car le club avait été champion par la suite. Un scénario qui pourrait se répéter en 2021, l'idéal pour tourner définitivement la page de cette année 2020 particulière.

11 commentaires
  1. Gi69OL - jeu 31 Déc 20 à 9 h 25

    Eh oui, nous avons vécu le pire et le meilleur ! Qu'elle a été difficile à suivre, avec ses dents de scie que nous avons regardé avec colère et incompréhension, comme si on se tirait une balle dans le pied, semaine après semaine : mais avec certaines éclaircies !!! Les joueurs mêmes, semblaient perdus et sans âme, l'esprit d'équipe et de club n'était plus là. Tous se passait + dans la tête que dans les jambes. Si je noircis le tableau, c'est pour que nous puissions tous mesurer le côté "impensable" de la situation actuelle !!! A l'aube de cette nouvelle année, que l'on espère bien meilleure que cette "triste" année 2020, il faut formuler les meilleurs vœux pour nos résultats. Je profite de la présente pour formuler mes meilleurs vœux de santé et de bonheur à tous !

  2. tongariro - jeu 31 Déc 20 à 9 h 51

    Beau résumé.

    Si on ajoute à cela les huit mois qui ont précédé (Genesio qui s'en va après les matches contre Rennes et Dijon au printemps 19, l'arrivée de Sylvinho et le retour de Juni, le début en fanfare puis la catastrophe en L1, le licenciement de Sylvinho après le derby, l'arrivée de Garcia detesté des supporters, la qualification en Ligue des champions contre Leipzig en fin de match avec les incidents contre Marcelo avec Memphis qui court vers la pancarte, les deux blessures en un seul match de Memphis et JRA pour plusieurs mois), les 20 derniers mois lyonnais ont été dingues. Rarement autant de choses diverses et inattendues ont du se passer en une si courte période dans l'histoire de l'OL.

  3. poussin - jeu 31 Déc 20 à 9 h 58

    HS: mais un petit article sur les nombres de cartons en L1 serait intéressant à débattre en comparaison aux autres championnat d'europe. Ne donne-t-on pas trop facilement de cartons en L1 ??? Est ce que ça reflète le niveau réelle du jeu ? Ne doit-on pas prioriser le jeu au dépend des sanctions ?

    France : 4 clubs à 5 cartons rouges (PSG, OL, Monaco, Reims) et marseille notre référence d'agressivité à 49 cartons jaunes
    angleterre : 0 clubs à plus de 4 cartons rouges et le plus sanctionné est Leicester avec 33 cartons jaunes
    allemagne : 1 club à 4 cartons rouges (hofenhiem) et le heientrach francfort avec 39 cartons jaunes
    espagne : 2 clubs à 4 cartons rouges (betis séville, alaves) et Getafe a 54 cartons jaunes quand même
    italie : 1 club à 5 cartons rouges (juventus de turin et aucun à 4 cartons rouges) et Lazio de rome est à 44 cartons jaunes

  4. poussin - jeu 31 Déc 20 à 10 h 18

    concernant l'article , très bon résumé en effet de cette année écoulée . je corrigerai le fait d'avoir en réalité fini 6 eme et rétrogradé à la 7 eme place part je ne sais quel tour de passe passe (une histoire de points moyens...). enfin, c'est ce qu'il me semble de mémoire , je peux me tromper.

    1. Dede passion 69 - jeu 31 Déc 20 à 15 h 39

      Hélas non poussin, bien 7ème avec 40 pts, à 1 petit point de Reims que l'on recevait à la 29è, et de Nice qui allait jouer au PSG.
      Le tout avec la 2è différence de buts, et la 2è attaque du championnat, devant l'OM, mais à.......16 pts des marseillais !!!

      Pour moi, l'arrêt INEDIT du championnat restera le fait marquant de l'année, aussi important que la demi en LDC.
      Je l'ai en travers pour longtemps !

  5. vav - jeu 31 Déc 20 à 10 h 55

    @Poussin, désolé je viens de “signaler” un de tes commentaires par erreur. Je voulais y répondre et me suis juste trompé de bouton.

    @O&L admin: pardon pour cette fausse manip’. Je crois que ça fait les utilisateurs font assez souvent ce genre d’erreur. Pourrait-on distinguer les deux boutons de manière plus évidente (formatage) et aussi permettre de revenir sur (ou annuler) un signalement malencontreux :)??

    Ce que je voulais répondre sur les cartons, c’est que je suis d’accord sur le fait que le jeu de L1 est bien plus haché que les autres championnats européens. Notamment la PremierLeague que je suis de près. On pourrait penser à deux explications: les arbitres be laissent pas assez jouer, et les joueurs commentent plus de fautes.
    Mon opinion est que les arbitres n’associent pas assez leur autorité... c’est ce que les arbitres doivent faire des le début de match pour donner le jalon de l’engagement toléré. En L1, on a souvent l’impression que les arbitres veulent laisser jouer au début, ce qui finalement est contre productif car les joueurs croient qu’ils peuvent être agressifs ce qui ensuite provoquent des cartons.

    1. poussin - jeu 31 Déc 20 à 14 h 40

      pas grave , ça arrive . Mais je trouve ce sujet très intéressant . J'espère un jour que les médias se pencheront sur la question car cela fait plusieurs années qu'on peut le constater. On parle beaucoup de la VAR mais pas assez des cartons .

  6. vav - jeu 31 Déc 20 à 11 h 08

    Quant à cet article, merci oui il peint un tableau objectif de notre année, en résumé
    - arrêt exceptionnel mi saison
    - pire classement du club depuis 20ans+
    - final 8 cache-misère
    - dégraissage nécessaire au mercato d’été
    - début de saison moyen, avec une bonne série et un classement surprise (bien aidé aux contre performances des concurrents).

    On ne joue que la L1, certains diraient qu’on devrait avoir plus de marge en tête à ce stade. Après une saison catastrophique, le club doit de rebondir et accéder au podium. Le chemin est encore long ! On évite la crise, on laisse même entrevoir de belles choses.

    Ambition et humilité pour 2021!

  7. GoNL - jeu 31 Déc 20 à 15 h 34

    Moi je ne vais pas essayer d’être objectif mais au moins de bonne foi.
    Année de reconstruction au plan sportif avec:
    - l’OL a (enfin) payé au prix fort ses erreurs depuis 2012
    - naissance d’une politique sportive (pour des gens qui ne s’entendent pas, paraît il)
    - performance crescendo
    - révélations des jeunes Bard, Diomandé, etc, à confirmer
    - performance en champion’s league grace à une opération commando réussie (le 3-5-2)
    - ré-équilibrage et montée en qualité de l’effectif (recrutement grande classe)
    - série en cours en championnat absolument pas aidée par les concurrents

    Ils se doivent de réussir en 2021, on se doit d’être derrière eux !

  8. Juni forever OL - ven 1 Jan 21 à 0 h 59

    Bonne année a tous les mongoles 🤣🤣🤣🤣🤣😘😉😉 🥰🥰🥰🥰

    1. Juni forever OL - ven 1 Jan 21 à 9 h 07

      Je vais me mettre à la diète ce matin et arrêter de dire des anneries
      bonne année les amis supporters, c'est plus mignon 😉

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut