Wendie Renard @UEFA

OL : Wendie Renard aimerait que le football féminin se développe plus rapidement

Capitaine de l'OL et de l'équipe de France, Wendie Renard estime que le développement du football féminin se fait de manière trop poussive.

Sa voix compte dans le monde du football féminin. La capitaine de l'OL et de l'équipe de France, Wendie Renard s'est exprimée sur le développement de sa discipline dans L'Equipe"Depuis mon arrivée en métropole en 2006, il y a eu une vraie évolution. Mais derrière la Coupe du monde 2019 en France, on n'a pas réussi à surfer sur cette vague positive, regrette la défenseur. Il n'y a pas eu que le Covid : on n'a pas réussi à garder cet élan et on stagne. On avait un peu d'avance, au moins à l'OL, et on a facilité l'émergence du football féminin en France, mais en Italie, en Espagne et en Angleterre, elles sont passées professionnelles, et pas nous."


"Il faut que la FFF permette au foot féminin d'avoir une Ligue"


Pour la joueuse de 32 ans, la progression passera par la professionnalisation. "A l'OL, on est considérées comme des pros mais on est gérées par la FFF, pas par une Ligue, donc on est amateurs. C'est un problème. Cela ne change rien à notre vie à l'Olympique lyonnais, mais cela freine le développement du football féminin en France, a assuré Wendie Renard. Il faut que la Fédération permette au foot féminin d'avoir une Ligue. En un peu plus de dix ans, on a évolué, mais pas sur ça. Il faut absolument passer à la vitesse supérieure. Cela avance, mais trop lentement."

13 commentaires
  1. isabielle - jeu 29 Sep 22 à 10 h 33

    J'ai lu cet interview de Vincent Duluc hier soir. Eclairage intéressant.
    Wendie parle aussi de ses discussions avec CD, sans polémique et avec retenue... c'est son devoir de capitaine de l'EDF.
    Comme beaucoup d'entre nous elle est "abasourdi" quand elle évoque aussi l'affaire Diallo/Hamraoui...
    https://www.lequipe.fr/Football/Article/Wendie-renard-sur-l-evolution-du-foot-feminin-cela-avance-trop-lentement/1356519

    1. dede74 - jeu 29 Sep 22 à 11 h 14

      Article réservé aux abonnés ! je n'en fais pas partie et n'en ferais jamais partie !

      1. isabielle - jeu 29 Sep 22 à 13 h 57

        Salut Dede, c'est trop long pour un copier/coller... mais cet itw se retrouve dans la version papier de ce jour, disponible en kiosque et dans tous les bars sportifs...

  2. Le Bon - jeu 29 Sep 22 à 13 h 41

    Je ne sais pas si copier le foot masculin - que je ne regarde pas - serait mieux.
    En tout cas si c'est pour retrouver les mêmes travers, autant rester comme cela.

  3. JUNi DU 36 - jeu 29 Sep 22 à 17 h 25

    Faites péter la grève illimité les filles, il n'y a que ça qui marchera contre ces gros c.ns de beaufs mafieux

    1. isabielle - jeu 29 Sep 22 à 17 h 58

      Pas si sûr que ça !
      En Espagne ils ont le foot chevillé au corps, c'est un peuple sportif dans leur ADN (basket, cyclisme, montagne), chez nous le foot n'est suivi que lorsqu'on est champion du monde.... je parle des non-fans, du peuple, celui qui s'en tape du foot féminin.... et comme en plus les leaders sont des lyonnaises, imagine un peu comment la presse parisienne va démonter la moindre initiative de rébellion.
      Imagine aussi la réactivité de lémurien de NLG pour trouver une solution à une problématique qu'il aura lui même créée !

      1. JUNi DU 36 - jeu 29 Sep 22 à 20 h 41

        Rien n'empêche d'essayer. De toute façon ca va forcément interpeller. C'est sur que si ça tombe dans les mains d'un média comme Cnews ca va pas le faire, mais bon on va s'arrêter à ses merdias parisiens sinon on ne ferait plus rien.

      2. isabielle - ven 30 Sep 22 à 0 h 00

        @ Juni du 36 :
        Pour faire la révolution, il faut avant tout ne rien avoir à perdre.... c'est pour cela qu'en 68 je pouvais me permettre d'être dans les manifs... mais dès 69 se sont les études - et les coups de pieds occultes de mon père - qui m'ont poussés à grandir autrement........

  4. JUNi DU 36 - ven 30 Sep 22 à 0 h 43

    @ isabielle. Qui t'a parlé de révolution ?? On est en train de discuter de Wendie qui voudrait que le football se développe plus rapidement, du coup je disais qu'une bonne grève illimité ce serait une bonne solution pour faire avancer les choses.
    Entre faire une grève pour obtenir des droits, en l'occurence ici ce serait pour obtenir un statut professionnel et faire la révolution il y a deux monde.
    Pour rappel les joueurs ont déjà fait des grèves pour faire avancer les choses, pourquoi elles n'auraient pas le droit de la faire aussi ??

    "Ce sont les études et les coups de pieds occultes qui m'ont poussés à grandir "
    Du coup tes droits tu en as fait quoi ?? Tu as laissé les autres les défendre pour toi si j'ai bien tout suivit... Et ceux qui ce sont battu pour obtenir les congés payés, pour que tu puisse partir en vacances, les 39h, puis les 35h, la 5 ème semaine de congé, la sécurité social etc...Tu n'a pas quelque chose à continuer pour conserver tout ce que nos anciens ce sont battu pour l'obtenir ?

    "Pour faire la révolution il faut avant tout ne rien avoir à perdre" Ben je dirais le contraire, on a tout à y gagner en faisant une révolution, puisque elle est faite pour changer un mauvais system , pour aller vers une société plus juste, égalitaire, solidaire et répartir les richesses.

    1. Tongariro - ven 30 Sep 22 à 1 h 28

      Merci Juni d'avoir rappelle quelques fondements basiques de la vie en société, ça fait du bien dans un monde de plus en plus abêti où faire la grève (droit fondamental) ou défendre ses droits est vu par certains comme un acte révolutionnaire.
      Alors que ça devrait juste être la base.

      La soumission de plus en plus grande du peuple français est assez effrayante.

      1. JUNi DU 36 - ven 30 Sep 22 à 9 h 55

        Ouai ça va pas Tonga. J'ai une pote psycologue qui m'a fait lire un rapport sur ses interventions en administration qu'elle doit rendre, ça fait peur. Le pire c'est à la CAF et la Poste. Elle a vu les Burn-out se multiplier ses dernières années, beaucoup d'employés sont dans des états psychologique catastrophiques, ils en peuvent plus. Les syndicats sont sans arrêt en train d'alerter l'inspection du travail sur les maltraitances et les harcèlements effectués par les directions, idem pour les médecines du travail qui sont submergé de demande.
        Les gens au lieu de se battre ils se laisse aller, se bouzillent la santé, se retrouvent sous anti-depresseur, deviennent même suicidaire pour certains. C'est terrible. Tant que le burn-out ne sera pas reconnu comme maladie professionnelle les gens auront du mal à se reconstruire.
        Cette maladie est en train de devenir celle du siècle.

    2. isabielle - ven 30 Sep 22 à 12 h 04

      En réponse à Juni et Tonga : je ne savais que l'on en été rendu à de telles situations de crise ces dernières années.
      Très proche du syndicalisme d'entreprise des années 90/2000, j'ai pu constaté qu'il n'était pas nécessaire de faire grève pour obtenir des consensus acceptables, même sur un site de production de 3000 personnes - appartenant à un groupe (allemand) de 65000 employés- auquel j'étais rattaché. J'étais jusqu'en 2010 délégué à l'agence régionale de Lyon. Tous nos "conflits" ont trouvé des solutions dans la discussion..... mais c'était une autre époque.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut