(Photo by OLIVIER CHASSIGNOLE / AFP)

Peur sur l'OL après la défaite contre Reims (1-2)

La mi-saison approche et l’Olympique lyonnais ne décolle pas. 10e après 15 matches disputés, l’OL réalise un début d’exercice 2021-2022 très en deçà des attentes. Après la défaite à domicile face à Reims (1-2), et avant de se déplacer à Bordeaux dimanche, le club rhodanien peut craindre une désillusion à la fin du championnat s’il ne se relève pas très vite.

Si l’Olympique lyonnais n’est pas en crise, cela y ressemble fortement. Malgré la victoire de dimanche à Montpellier (0-1), il est (encore) retombé dans ses travers lors de la réception de Reims mercredi (1-2). Un nouveau but concédé dans le temps additionnel, le 6e de la saison, et les coéquipiers d’Anthony Lopes ont perdu à domicile pour la première fois en 2021-2022. Un échec de plus dans ce début de championnat très difficile pour les Rhodaniens. 

Un pas en avant, deux, voire trois, en arrière, c’est certainement ce que doit se dire Peter Bosz ce jeudi matin. Les promesses estivales d’un pressing haut pour agresser l’adversaire et de la forte intensité réclamée par le technicien ont a priori disparu. Par séquences, l’OL a dérouté la défense rémoise, mais il est capable de le tenir sur la durée. “C’est très mauvais. On ne méritait pas de gagner, il faut être honnête. Dès le début du match, on n'était pas bien. On s'est créé des occasions pendant 20-25 minutes en première mi-temps, mais on n'a pas bien joué. Quand tu regardes, ce n'était pas bon du tout, constate Bosz, dépité. S'ils ne peuvent pas presser en début de rencontre, ce n'est pas un problème physique mais tactique. La question est : est-ce qu'ils étaient bien placés pour bien presser ?”


Un pressing défaillant


Ils sont les seuls à avoir la réponse, et elle n’est certainement pas positive. Sur la pelouse, d’ailleurs en mauvaise état, du stade de l’Olympique lyonnais, Houssem Aouar et ses partenaires ont souvent été transpercés par une passe verticale de la défense champenoise. Résultat, le double pivot Maxence Caqueret - Bruno Guimarães se retrouve exposé, tout comme l’arrière-garde rhodanienne. “On est déçus du résultat et de ne pas pouvoir recoller aux premières places. On n’a pas mis l’intensité qu’il fallait. On n’a pas su emballer la partie, avoir plus d’occasions, et même lorsqu’on les a eues, on n’a pas réussi à les concrétiser, regrette le capitaine du soir. Je ne saurais pas comment l’expliquer mais en tout cas, on sait sur quoi travailler. On se doit de le faire assez rapidement car malheureusement, le temps passe et on n'a toujours pas les points qu’on voudrait.” 

Depuis le cruel revers à Nice dans les derniers instants (3-2 le 24 octobre), on note une déliquescence du jeu lyonnais. Avant cette défaite, les progrès étaient perceptibles, et on comprenait où Bosz souhaitait emmener son équipe. Depuis, la régression est palpable et ce groupe n’a pas la marge suffisante sur ses adversaires pour se le permettre. “C'est un moment difficile, mais on avait pourtant bien analysé Reims, ils venaient nous presser et ça nous donnait des espaces. En deuxième période, après l'égalisation, on ne se procure qu'une grosse occasion par Lucas Paquetá, qui doit marquer sur la passe de Thiago Mendes. Mais je n'ai pas vu l'OL qui presse, je n'ai pas vu des joueurs agressifs, insiste le coach néerlandais. On joue beaucoup mieux que ça d'habitude. Et avec tout le respect que j'ai pour les Rémois, on doit gagner. Je n'ai pas vu une équipe qui fait des choses ensemble, on a parlé pourtant de ça avant le match…


L'écart commence à se creuser avec la 2e place


Avec 22 points en 15 rencontres, l’OL est à 7 longueurs de Marseille, 2e, et à 6 de la 3e place de Rennes. Il n’est pas largué, loin de là, mais son visage inquiète et les motifs de satisfaction sont très peu nombreux. Début décembre, le rendu devrait être tout autre avec les semaines de travail déjà passées. “Notre chance cette année, c’est que devant ça n’avance pas très vite. Bien sûr, ce soir (mercredi), on a fait des choses pas très bonnes, quand c’est le cas, on se le dit, mais il ne faut pas non plus mettre le feu au lac. On doit rester solidaires, concentrés sur nos objectifs car on sait qu’on a un groupe de qualité, rappelle Aouar. Mais cela ne fait pas tout, et il faut jouer avec de l’intensité, du cœur et de l’envie.”

Sans ces ingrédients, la crainte d’une non-qualification européenne est bien présente. L’Olympique lyonnais, dans le contexte actuel, ne peut pas se passer de ce strapontin pour l’Europe. Une absence en Ligue des champions serait déjà très préjudiciable. Alors oui, la peur gagne certainement petit à petit les rangs des septuples champions de France (2002-2008). “Bien sûr que ça m'inquiète, s’alarme Bosz. Dixième, ce n'est pas notre place. Mais on ne joue pas bien en ce moment, on doit retrouver la bonne santé et pas seulement en prenant trois points, mais en jouant mieux, en pressant mieux. Dans le foot, seule une victoire nous aidera à oublier. Il faut aller la chercher à Bordeaux. Mais c'est vraiment dommage car à la maison contre Reims, on doit gagner... "


3 matches de Ligue 1 pour relever la tête


Avant de partir en vacances pour Noël, l’OL se déplacera à Bordeaux puis à Lille, avant de recevoir Metz. Voilà son calendrier en championnat avant les fêtes. Pour qu’elles soient réussies, l’Olympique lyonnais a intérêt à ne pas se manquer, ou l’atmosphère deviendrait vite irrespirable à Décines. 

4 commentaires
  1. Papoune9 - jeu 2 Déc 21 à 13 h 01

    Sans moi jusqu' à la saison prochaine ! Vraiment trop mauvais et sans âme. Supporter depuis 1960 mais là, c'est du jamais vu ! Des passes approximatives, des pieds carrés tel aouar dev

  2. Papoune9 - jeu 2 Déc 21 à 13 h 08

    Sans moi jusqu' à la saison prochaine ! Vraiment trop mauvais et sans âme. Supporter depuis 1960 mais là, c'est du jamais vu ! Des passes approximatives, des pieds carrés tel Aouar ou Toko devant les buts, des défenseurs à l'agonie et un gardien très moyen. Un milieu de terrain transparent ! Et un coach qui ne fait aucun changement avant la mi-temps alors que l'on prenait l'eau depuis la 3ème minutes ! Quelle 3 ème nouvelle saison gâchée ! On ne voit plus le fond ! Par contre, en biscotte on est parfait ! Je préconise Heudebert pour notre prochain sponsor !
    Record de buts encaissés, record de cartons rouges, pour les jaunes, on doit être pas loin non plus. Il est grand temps de faire le ménage.

  3. Patrice - jeu 2 Déc 21 à 14 h 47

    Pour être une belle équipe il manque deux choses essentielles à l'olympique lyonnais , malgré le super recrutement qu'ils ont fait cet été , un grand gardien de but et un vrai avant centre , et une chose secondaire qui devrait s'imposer naturellement , un capitanat stable , dans les années où ils dominaient le championnat , ils avaient cela .
    Ensuite , je suppose que les gars de l'équipe "B" devaient être contents de se retrouver sur la touche pour regarder le match de l'équipe "A" s'en prendre 4 à Rennes . Drôle de façon de donner sa chance à des joueurs .

  4. PhiOLito - ven 3 Déc 21 à 1 h 00

    Si seulement, il y'avait eu une préparation physique lors des stages de pré-saison (Tignes) et pas seulement
    des jeux de ballon comme s'en réjouissait certains de nos joueurs... on en serait pas là.
    Ce coach s'entête avec ses idées et ne cesse de critiquer les joueurs qui ne comprennent pas ces consignes.
    Le physique et la caisse, ils ne l'on pas pour faire son pressing demandé.
    Le foncier se travaille, se peaufine et nos joueurs n'en sont pas capable avec cette prépa baclée.
    Bosz, casse toi !! Tu m'emmerdes avec tes discours, tes plaintes!!

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut