(Photo by Andrew Milligan / POOL / AFP)

"Il va falloir que l'OL mette la même intensité que les Rangers", prévient Sébastien Faure

Joueur des Glasgow Rangers durant trois saisons entre 2012 et 2015, Sébastien Faure, formé à l'OL et désormais au GOAL FC, a accepté, pour Olympique et Lyonnais, de présenter la formation écossaise ainsi que l'ambiance qui attend le club rhodanien à Ibrox Stadium, ce jeudi à 21h, à l'occasion du premier match de Ligue Europa de la saison.

Olympique-et-lyonnais.com : Pouvez-vous présenter en quelques mots cette équipe des Glasgow Rangers ? 

Sébastien Faure : C’est une équipe qui est très populaire en Ecosse et même au Royaume-Uni. On ne s’en rend pas compte en France mais les Rangers ont un gros pouvoir au niveau du Royaume-Uni mais également en Ecosse. Ils se partagent les titres depuis 100 ans avec le Celtic Glasgow avec qui il y a une grosse rivalité sur le championnat mais également par rapport à la ville. Ce sont deux clubs qui sont dans la même ville mais qui sont complètement implantés différemment.

Sur quoi est basée la rivalité entre ces deux clubs ?

Le Celtic Glasgow est un club écossais qui a été fondé par des Irlandais, d’où le trèfle sur l’écusson et le drapeau irlandais que l’on peut voir à tous les matches. C’est un club catholique au contraire des Rangers, implanté depuis 1872 et qui est plutôt relié au Royaume-Uni, à l’Union Jack. Par contre, c’est un club protestant d’où la grosse problématique de religion entre ces deux clubs qui n’existe presque plus mais qui subsiste. C’est une rivalité sur la religion mais la ville est vraiment coupée en deux par rapport aux quartiers de Glasgow.


"Lyon est considéré comme une grosse équipe du Vieux Continent"


Selon vous, à quoi l'Olympique lyonnais va pouvoir s’attendre face au champion d'Ecosse ?

Une grosse ambiance, déjà. Tout match européen à Ibrox est très compliqué à jouer et ils adorent se frotter à des équipes européennes. Lyon est considéré comme une grosse équipe du Vieux Continent, là-bas. Une équipe qui devrait jouer la Ligue des champions avec un gros effectif, pas mal d’argent, un grand stade. L’OL sera très bien reçu avec une très très grosse ambiance sur les 30-40 premières secondes, ça va faire beaucoup de bruit.

Pouvez-vous nous parler de cette ambiance qu’il y a à Ibrox Park les jours de match ?

C’était spécial pour moi car quand je suis arrivé, le club avait de gros problèmes financiers. Les Rangers avaient dû redescendre au plus bas niveau professionnel, en D4, l’équivalent de la National 2 en France. À ce moment-là, le club avait dû arrêter les abonnements qui avaient été mis en place car la demande était trop forte. Les Rangers ne pouvaient pas abonner tout le stade et à 30-40 000 abonnés, ils ont dû arrêter pour laisser des places aux autres. Ce qui m’avait marqué, c’est que le stade, surtout la première année, affichait 46 000 spectateurs de moyenne en D4, en 18 matches. C’était hallucinant. Le stade et le club fonctionnaient parfaitement. Tout était ouvert, les cuisines, les boxes pour les joueurs, le sponsoring. Les Rangers vivaient comme s’ils étaient en Premiership. Ils sont arrivés à conserver cet esprit des Rangers, un club mythique au Royaume-Uni et surtout en Ecosse.


"Les Rangers sont mythiques depuis des années"


Pourquoi une telle popularité en Ecosse ?

Je ne pense pas que ce soit qu’en Ecosse. Je m’en souviens, avant d’aller aux Rangers, j’avais fait des essais à Leeds et à Reading et on avait joué des matches amicaux sur des petits stades où il y avait 2000 personnes. Au Royaume-Uni ou en Ecosse, c’est clair, le week-end à 15h, c’est foot ou rugby. C’est une institution. On dit que le sport est une religion mais c’est un peu vrai, là-bas, contrairement en France. Les Rangers sont mythiques depuis des années. Ils ont gagné de nombreux titres (55 championnats), une coupe d’Europe (1972). C’est mythique et c’est de générations en générations. L’arrière-grand-père est Rangers ou lorsque le petit naît, il a le body des Rangers dès l'âge de 6 mois. C’est générationnel. Eux, ils suivent leur équipe et jusqu’au bout.

Quels sont les ingrédients que l’OL devra mettre pour s’imposer à Ibrox Stadium ?

Pas les mêmes que ceux qu’ils ont mis face à Angers (défaite 3-0), c’est sûr. Clairement, Lyon est favori. Ils ont des meilleurs joueurs, ils ont une meilleure équipe, un meilleur collectif. Les matches à l’extérieur en coupe d’Europe sont toujours assez complexes surtout à Ibrox Stadium. Il va falloir que l'OL mette la même intensité que les Rangers. Eux vont être poussés par le public et ils vont être à 150% de la 1ere à la 95e minute. S’il n’y a pas la même intensité, les ballons ne vont pas ressortir, ça ne sera pas possible de poser son jeu. Si les Lyonnais se font manger dans les duels, derrière psychologiquement les Rangers vont être plus motivés tandis que les autres risquent de jouer sur leurs talons. Les Rangers vont être une équipe qui va rentrer dans l’OL.


"La formation à la lyonnaise est réputée pour être la meilleure"


Comment l’OL est vu en Ecosse ?

L’OL, je ne sais pas mais en revanche, les Frenchies sont bien appréciés parce que c’est la France. J’ai eu la chance de faire plusieurs pays par rapport au foot et quand je partais en sélection n’importe où dans le monde, on avait l’écusson de la France et je peux vous dire que l’on nous regarde différemment parce que la France reste le pays de la liberté, qui a de l’argent. Les Français sont vus différemment en Ecosse même si ce pays est une région d’Europe. Moi je sais que j’étais très apprécié. Comme je suis arrivé assez jeune, à 21 ans, ils m’ont un peu couvé. Le coach et le staff avaient voulu me voir car un jeune qui sort du centre de formation de l’OL à l’époque, ce n’est pas n’importe qui. Ils savent très bien que la formation à la lyonnaise est réputée pour être la meilleure. Ils avaient une bonne vue d’ensemble du club.

Les Rangers sont-ils l’adversaire le plus coriace pour l’OL ?

Oui, parce qu’il faut aller jouer à Ibrox Stadium car ce n’est pas évident mais je pense que les deux autres équipes du groupe sont plus abordables mais il va quand falloir aller jouer là-bas et ce ne sera pas facile également.

Qu'avez-vous retenu de votre aventure aux Rangers ?

Pleins de belles choses et pas seulement au niveau du football. Au niveau de la vie aussi. Quand on a la chance de pouvoir partir à l’étranger, vivre d’autres choses, on peut se rendre compte de certains aspects, d’une culture différente. Pourtant, l’Ecosse, ça reste européen mais c’est différent par rapport à plein de choses de la vie au quotidien. Moi, j’ai trois ans de très très bons souvenirs. Alors le football y fait aussi, j’ai pu m’épanouir sur ce plan, j’ai vécu des ambiances extraordinaires, cela s’est bien passé même si ça s’est fini sur une grave blessure au genou. C’est vraiment trois ans que je ne regrette pas. Avant ma blessure, l’objectif était de rester là-bas même si ce n’était pas les Rangers. J’aime cette mentalité où ça ne lâche jamais. Humainement, je me suis clairement retrouvé et c’est pour ça que j’ai adoré.

2 commentaires
  1. Juninho Pernambucano - jeu 16 Sep 21 à 13 h 07

    S'ils jouent comme Bruges hier soir , ça va être une sacré bataille , ou ils vont laisser des forces avant dimanche

  2. Le_Lyonniste - jeu 16 Sep 21 à 16 h 39

    Depuis l'arrivée de Gerrard, leur jeu a changé. C'est une équipe plus efficace, qui laisse davantage le ballon. Elle peut être très piégeuse, surtout pour une équipe comme la nôtre. Faudra pas se laisser endormir par de meilleurs statistiques en match !

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut