Aulas (Photo by Philippe DESMAZES / AFP)

Incident OL - OM : Aulas "s'indigne" de la mesure conservatoire d'un huis clos contre Reims

Plus d'une semaine après l'incident de la bouteille lors d'OL - OM, le club rhodanien s'apprête à jouer à huis clos une rencontre de Ligue 1 face à Reims mercredi (21h). Jean-Michel Aulas et l'Olympique lyonnais passeront devant le CNOSF ce mardi pour contester la mesure conservatoire imposée par la commission de discipline de la LFP.

Quelques heures après le jet de bouteille sur Dimitri Payet qui avait provoqué l'arrêt du match OL - OM dimanche 21 novembre, la commission de discipline de la Ligue avait infligé dans le cadre d'une mesure conservatoire un huis clos à l'Olympique lyonnais pour la réception de Reims (mercredi à 21h), avant l'annonce des sanctions définitives le 8 décembre (lire ici).

Pour contester cette décision, le club rhodanien passera devant le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) ce mardi après-midi a annoncé Jean-Michel Aulas dans un entretien à L'Equipe. "La solution, c'est de faire la différence entre les incidents individuels et les incidents collectifs. C'est pour cela que nous allons devant le CNOSF ce mardi à 14 heures. La mesure conservatoire du huis clos contre Reims n'a aucun sens", affirme le président. Dans un entretien qu'il avait accordé à plusieurs médias, dont Olympique-et-Lyonnais le lundi après l'incident, le dirigeant avait néanmoins indiqué qu'il "accepterait cette mesure".

"Ces incidents s'ajoutent, mais le nôtre n'a rien à voir'"

Comme il l'avait déjà expliqué dans cette même interview, Aulas réfute toute comparaison avec les débordements précédents lors de plusieurs affiches de championnat (Montpellier - Marseille, Nice - OM ou encore Lens - Lille). "Dans l'esprit des gens et pour l'image de la L1, ces incidents s'ajoutent, mais le nôtre n'a rien à voir avec les bagarres et envahissements de terrain, assure-t-il. Quarante-huit heures après, le gars était jugé, terminé. C'est pour cela qu'on s'indigne de cette mesure conservatoire d'un huis clos pour la venue de Reims, alors qu'aucune n'a été prononcée après OM-PSG où des dizaines de projectiles ont été lancés."

Le patron de l'Olympique lyonnais souhaite que la partie face aux Phocéens ait lieu "dans les mêmes conditions". "Je ne vois pas comment on pourrait nous donner match perdu. Moi, si on me permet de rejouer ici la rencontre face à l'OM, ce qui serait logique, je suis prêt à assumer un sursis en nombre de points et à démontrer qu'il n'y aura aucun incident de ce genre. On voit l'impasse des sanctions collectives, qui n'ont absolument rien changé. Ce qui peut changer la donne, ce sont les sanctions individuelles, c'est que chacun se donne les moyens que l'on s'est donnés, explique-t-il. Il n'y a que la sanction collective qui peut pousser les présidents à s'organiser pour punir leurs propres supporters, mais nous, on le fait déjà [...]  La solution pour que le football s'en sorte, à terme, c'est que tout le monde soit équipé pour prendre des sanctions individuelles, et aussi vite, et que tous les clubs aient ce courage politique."

20 commentaires
  1. JUNi DU 36 - mar 30 Nov 21 à 9 h 29

    Qu'est ce que deviendrait les clubs sans l'argent du public... Dommage que ce dernier ne soit pas assez souvent respecté

  2. Le_Lyonniste - mar 30 Nov 21 à 9 h 46

    Une punition collective... comme si on était de jeunes écoliers. Le truc vachement infantilisant.

    1. Baloune74 - mar 30 Nov 21 à 10 h 07

      Il me semble que les punitions collectives sont interdite car anticonstitionnel. Sauf si indiqué dans le règlement intérieur. Mais bon mes cours de droit remonte à l'air préhistorique et comme ça change à chaque coup de vent...

    2. Roro Blouch - mar 30 Nov 21 à 12 h 46

      Pour avoir travaillé quelques temps en tant qu'animateur, je peux dire que même les enfants apprécient très peu les punitions collectives. Je me souviens d'avoir repris un groupe qui avait pris l'habitude de mettre la pression sur leur ancien animateur qui pliait facilement pour le soumettre. Ils étaient habitués à mettre le chaos sans opposition d'un adulte, il n'y avait que quelques enfants dans le groupe qui se tenaient bien, et qui souffraient de l'ambiance générale d'ailleurs. Lors de ma première punition collective, j'ai bien pris la peine de nommer devant tout le monde les enfants qui ne méritaient pas la punition et je les ai laissé aller jouer tandis que le reste du groupe restait avec moi. Quand 20 gosses en voient 5 qui ont le droit d'aller jouer et pas eux, ça désamorce tout de suite les sentiments d'injustice collective puisqu'ils voient bien qu'il y a une distinction faite entre les cas individuels. Une fois que la majorité qui se tenait mal par conformisme s'est adaptée aux nouvelles règles, il ne restait que quelques cas individuels problématiques à gérer.

      Je ne dis évidemment pas qu'on peut appliquer la même méthode à un groupe de 25 et à un groupe de 55 000, ce que je souligne, c'est un principe social selon lequel les coupables s'en fichent de la punition collective, ça leur permet de se cacher dans la masse, et les innocents sont démoralisés par l'injustice. Notamment, pour en revenir au foot, envahissement de terrain par une tribune entière et jet de bouteille d'un individu isolé, jamais de la vie on ne devrait traiter de la même manière ce genre de situations. Tant qu'il n'y aura pas une réévalution de l'importance de la sécurité, avec hausse de la formation et des salaires des agents, et élaboration d'une doctrine qui distingue différents débordements et différentes manières de répondre, on aura le droit à des bureaucrates de la ligue qui tape du poing sur la table pour se donner un air imposant mais qui ne pige que dalle aux enjeux.

      1. le_yogi - mar 30 Nov 21 à 12 h 51

        Contribution de qualité, très intéressant ce parallèle avec les méthodes éducatives !

      2. Darn - mar 30 Nov 21 à 13 h 46

        Comme le_yogi, +1.
        Effectivement, la punition collective doit "dédouaner" le coupable, puisqu'il est puni autant que les autres. Et c'est pas l'armée, donc l'esprit de corps chez les supporters ou un groupe d'enfants.

      3. Tongariro - mar 30 Nov 21 à 14 h 14

        @Roro Blouch : Excellent comm, comme souvent !

      4. XUO - mar 30 Nov 21 à 18 h 17

        Educons....éducons .....éducons !

  3. Juni forever OL - mar 30 Nov 21 à 10 h 54

    Ce huis clos face à Reims est une sanction inutile et très dommageable pour le club, la sanction d'avoir fait rentrer 55000 personnes à la maison pour ol om, c'est déjà énorme !!

    Je n'ose imaginer qu' on nous sanctionne d'un match perdu sur tapis vert, ce serait encore une sanction minable de la LFP !
    NB :
    On s'indigne plus d'un lancer de bouteille sur un joueur que d'un cocktail Molotov sur une bagnole de flic ou des pavés sur les véhicules de pompier, mdr

    1. Roro Blouch - mar 30 Nov 21 à 12 h 29

      Détournement de l'agressivité, des lâches qui n'osent pas condamner les racailles du bas protégées par les racailles du haut, il faut bien qu'ils déchargent leur agressivité quelque part. Ça tombe sur ce pauvre gars, certes idiot, qui a pris très cher pour une bouteille, et encore pas assez selon certains, et sur le club qui devrait être cloué au pilori si on écoute les opinions. Comme on dit, fort avec les faibles... Je vous laisse finir

      1. Tongariro - mar 30 Nov 21 à 14 h 17

        @Roro Blouch : Les racailles du bas protégées par les racailles du haut car les premières permettent de faire diversion des méfaits (plus graves mais moins visibles) des seconds.
        C'est ce que je dis souvent, notamment ici, et c'est exactement ce qu'il se passe.
        Le problème majeur du pays.
        A ce titre, je m'offusquerai et réclamerai de la ferme pour un jet de bouteille quand on aura d'abord vraiment condamné tous les délits bien plus graves commis par nombre de délinquants bien plus dangereux. Notamment certains qui sont aux affaires.

      2. JUNi DU 36 - mar 30 Nov 21 à 17 h 34

        Tonga, Attac vient de dénoncer ce que la Bnp a fait une fois de plus, c'est à dire de détourner 33 milliards dans des paradis fiscaux. Bravo les banques au moins avec notre argent ils s'amusent bien eux pendant que nous ça nous rapporte 2 euros par mois avec un codevi... Ce serait vraiment temps de revoir la nationalisation des banques, ce n'est plus possible que notre argent se retrouve dans les poches de ses voleurs mafieux 😡 Avec toute cet argent on pourrait en faire des bonnes choses
        https://france.attac.org/actus-et-medias/salle-de-presse/article/action-attac-repeint-en-noir-bnp-paribas-pour-denoncer-ses-mefaits-fiscaux-et

      3. le_yogi - mar 30 Nov 21 à 17 h 49

        JD36, bah tu as la Banque Postale qui est publique, mais je te rassure l'épargne n'y rapporte pas plus ^^
        Et puis il me semble que le taux du livret A par exemple est fixé par l'état, et qu'ils le maintiennent volontairement bas pour dissuader l'épargne et encourager la consommation ? Enfin d'autres personnes plus qualifiées que moi en la matière pourront sûrement expliquer ça 😛

    2. Dede passion 69 - mar 30 Nov 21 à 12 h 31

      Complètement d'accord avec ton NB, qui était nécessaire et indispensable !
      Scandaleux !🤬

    3. JUNi DU 36 - mar 30 Nov 21 à 13 h 05

      Avec du martini dans le cocktail Molotov c'est encore meilleur... 😁

      1. Juni forever OL - mar 30 Nov 21 à 14 h 19

        et des glaçons 🙂

  4. poussin - mar 30 Nov 21 à 17 h 10

    1/ ça m'étonnerai que le diffuseur s'assoit sur un match OL-OM car en terme de retombé pour eux , c'est exorbitant.
    2/ il n'y a pas eux de méfaits collectifs mais il s'agit d'un cas individuel isolé donc incomparable à ce qu'il s'est passé à Nice, (et lens d mémoire).
    3/ malgré tout OL (voire même toute la L1) doit faire du ménage dans ses tribunes et recadrer très sérieusement ses supporters. Pour cela faudrait-il qu'on lui accorde certains pouvoir légal de suspension d'abonnement sans remboursement ou interdiction de stade.
    4/ Marseille va faire des pieds et des mains pour réclamer le match gagné .

    il y aura sanction (match à huit clos et sans doute point avec sursis) mais je ne serai pas non plus étonné que la LFP veuille frappé un grand coup pour servir de leçon collective surtout si c'est OL et qu'ils peuvent glisser une carotte à Aulas.

    1. molo - mar 30 Nov 21 à 19 h 31

      Pour moi c'est comparable a Metz-Lyon: même si c'était un supporter isolé qui avait lancé le pétard, le match avait été à rejouer à huis clos et 3 points avec sursis.
      On risque de prendre au moins ca ... voire un peu plus (1 ou 2 points ferme) dans le contexte actuel où les politiques vont vouloir faire des exemples.

  5. OL-91 - mar 30 Nov 21 à 17 h 54

    C'est un raisonnement Covidien ! Il y a un contaminé mais c'est tout le public de supporters qui est cas contact !

  6. JUNi DU 36 - mar 30 Nov 21 à 17 h 59

    Déclaration excellente de Karim par rapport au ballon d'or : "The show must go on"

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut