Jean-Michel Aulas et John Textor
Jean-Michel Aulas et John Textor (Photo by OLIVIER CHASSIGNOLE / AFP)

Ligue 1 : l'OL se prépare à passer sous pavillon américain dans 24h

Après plusieurs mois de doute, la finalisation du rachat de l'Olympique Lyonnais par l'homme d'affaires John Textor devrait avoir lieu dans 24h.

L'Olympique lyonnais se prépare à passer sous pavillon américain: la finalisation du rachat par l'homme d'affaires John Textor a été fixée au 19 décembre, six mois après l'annonce de l'ouverture de négociations exclusives et après une série de reports. La cession de l'actuel 8e de L1 était initialement prévue fin septembre, un délai sans doute un peu court au vu des sommes en jeu.


"Tout était signé"


En juin, John Textor et Jean-Michel Aulas, président depuis 1987, avaient, tout sourire, affirmé que "tout était signé" pour cette opération à 800 millions d'euros, présentée lors d'une conférence de presse conjointe à Lyon.

"Vu des Etats-Unis, l'OL est la plateforme rêvée pour faire du football une histoire à succès", avait expliqué l'investisseur américain de 57 ans, qui la place "à l'épicentre" de ses projets de développement alliant sport et spectacle. Le président Aulas (73 ans), lui, avait décrit son arrivée comme "un accélérateur" pour le club qu'il se flatte d'avoir transformé en "modèle unique dans le football, alliant réussite sportive et économique".

Et si l'accord de cession prévoit qu'il conserve la gestion exécutive pendant trois ans, l'entrée d'investisseurs américains à hauteur de 80% du capital d'OL Groupe n'en reste pas moins un tournant historique.


Augmentation de capital


Eagle Football, la holding gérée par John Textor, s'est engagée fin juin à acquérir la totalité des actions et la moitié des Osranes (obligations convertibles en actions émises pour financer la construction du Groupama Stadium) détenues par Holnest, la holding familiale des Aulas. Plus la totalité des parts détenues par Pathé (19,3%) et le fonds d'investissement chinois IDG Capitals, deux actionnaires qui avaient annoncé en mars leur intention de vendre.

Eagle Groupe s'est aussi engagé à souscrire à une augmentation de capital de 86 millions d'euros qui doit permettre de rembourser des emprunts de manière accélérée et de renforcer l'équipe afin de tenter de retrouver l'élite européenne. À ce stade, la composition précise de la holding Eagle Groupe créée en 2022 au Delaware reste assez mystérieuse. Selon OL Groupe, elle regroupait en juin "les participations et intérêts de John Textor et de Jamie Salter", milliardaire canadien dont la société d'investissement Authentic Brands Group possède entre autres la marque Reebok.

Mi-octobre, pour répondre à des rumeurs négatives sur sa capacité à boucler l'opération, Textor avait affirmé sur son site internet que "des investisseurs financiers et des propriétaires de clubs sportifs avaient rejoint Eagle Football" et allaient "apporter des fonds propres", sans autre détail. "Nous dévoilerons tous ceux qui sont impliqués dans les prochains jours, a indiqué Textor à l'AFP cette semaine. Mon focus aujourd'hui porte sur le processus de closing, et nous procédons comme prévu".

En attendant, l'homme d'affaires s'est refusé à commenter les noms ayant circulé : Gordon Rubenstein, patron de la branche capital risque de la banque Raine mandatée pour l'opération de cession, Jean-Pierre Conte, président de la société d'investissement Genstar Capital basée à San Francisco, le groupe d'investissement américain Ares Management, déjà engagé dans le sport, Josh Harris, un milliardaire américain co-actionnaire du club londonien Crystal Palace.

Aulas devrait aussi rejoindre la direction d'Eagle Football, avait indiqué OL Groupe en juin.


Une action proche des 3€


Textor apporte à Eagle Football ses parts dans le club londonien de Crystal Palace, dans Botafogo, équipe brésilienne de renom, et Molenbeek, qui ambitionne de retrouver l'élite belge.

Le multi-millionnaire s'est lancé l'an dernier dans le monde du football après avoir fait fortune dans les effets spéciaux au cinéma et la création numérique par intelligence artificielle. Assurant disposer des "financements nécessaires", il a justifié les multiples reports de signature par des difficultés pour le transfert de ses parts dans Crystal Palace.

Suspendue par deux fois depuis septembre, l'action OL Groupe a chuté puis repris du terrain, clôturant vendredi à 2,90 euros, proche des 3 euros par action promis pour le rachat. Après un coup de mou lié à la pandémie de Covid, qui a entraîné la fermeture des tribunes, et la faillite de l'ancien diffuseur Mediapro en 2020, l'OL, qui a terminé la saison dernière à la 8e place -son plus mauvais classement depuis 1997- est en plein redressement financier.

Sur l'exercice 2021-2022, son chiffre d'affaires a bondi de 42%, à 252,6 millions d'euros, et sa perte nette a été divisée par deux par rapport à la saison précédente (-55 millions, contre -107,5 millions). Et de juillet à fin septembre, son chiffre d'affaires a encore progressé de 30%.

13 commentaires
  1. Poupette38 - dim 18 Déc 22 à 10 h 57

    Trop compliqué pour moi

    😰😰😰

  2. Dede Passion 69 - dim 18 Déc 22 à 11 h 04

    62 ans de fidélité indéfectible à ce cher OL ....

    Je ne suis pas sur de pouvoir renouveler le contrat aussi longtemps !....😉😜

    Malgré tout ALLEZ L'OL !

  3. Koko - dim 18 Déc 22 à 11 h 24

    j'espere ne pas m'ennuyer en tribune pour les prochains matchs...

  4. isabielle - dim 18 Déc 22 à 11 h 26

    Une chose est sûr, nous serions tous bien moins affectés par toute cette révolution si les résultats étaient bons sur la pelouse.
    Dans la victoire, tous les à-cotés, même les plus importants, passent au second plan tellement nos joies, satisfactions et fierté COLLECTIVES se manifestent exagérément et bruyamment...
    Alors Lolo, tu sais ce qu'il te reste à faire !
    ALLEZ L'OL... on s'arrache..... épicétou !

    1. GoNL - dim 18 Déc 22 à 11 h 47

      C’est vrai, si l’équipe marchait bien tout serait vu de façon plus distante.
      On peut voir aussi qu’en Europe aucune équipe qui marche repose sur un système patriarcal: ça fait mal de grandir mais c’est sûrement inéluctable.

  5. Moimoi - dim 18 Déc 22 à 11 h 52

    Gloire à l'Amérique !
    Nan, j'déconne.

    1. isabielle - dim 18 Déc 22 à 12 h 17

      "Peste soit de l'Amérique et des Américains !......"
      Ce sont leurs dollars qui sont les bienvenus et seront bien utiles !

  6. Philippeb - dim 18 Déc 22 à 12 h 14

    Un malin ce Textor, investir dans le meilleur club formateur de la meilleure nation de football depuis 40 ans ( surtout si on gagne cet aprèm !)

    1. isabielle - dim 18 Déc 22 à 12 h 19

      ..... avec aucun joueur qui joue en France ! .... kiki joue pour le Qatar

  7. PAT11grib - dim 18 Déc 22 à 12 h 25

    Toute grande équipe a des creux. Nous c'est maintenant et n'oublions pas qu'il y a deux ans on est en demi de LDC. Certains sont descendus voir jouaient le maintien, d'autres n'ont pas vu la coupe d'Europe pendant des années. Nous avons tendance à dramatiser vite, moi j'y crois, en tout cas j'espère. Oui quelques années de purges c'est pas top mais Lolo Blanc va nous sortir de là. Allez l'OL

  8. PAT11grib - dim 18 Déc 22 à 12 h 28

    Et quart de finale en europa league il y a quelques mois

  9. Olyonn@is - dim 18 Déc 22 à 13 h 38

    Pour ma part j'attend demain,avant de commenter la prise de fonction par des Américains,il est possible d'un énième report ou un retournement de situation.

  10. OL-91 - dim 18 Déc 22 à 15 h 25

    Vive l'OL !

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut