Lyon’s French-Portuguese defender Anthony Lopes stops the ball during the French L1 football match Nice (OGC Nice) vs Lyon (OL) on November 20, 2015 at the « Allianz Riviera » stadium in Nice, southeastern France. AFP PHOTO / VALERY HACHE / AFP / VALERY HACHE

OL : Anthony Lopes évoque le début de saison

Après un été marqué par la victoire de son Portugal à l'Euro, Anthony Lopes a retrouvé sa place dans les buts de l'OL. Mais son début de saison et celui de son club ne sont pas à la hauteur des espérances.

Anthony Lopes a vécu un été qu'il n'oubliera pas de sitôt après avoir remporté le tout premier trophée de l'histoire de la sélection portugaise en France. Un chemin jusqu'au toit de l'Europe qui l'aura fait passé par son jardin du Parc OL. Un stade qu'il a retrouvé à la reprise mais où lui et son équipe n'ont pas encore montré leur meilleur niveau. Les Gones et leur gardien, vice-champion de France l'an dernier, ont du mal en ce début de saison et ce n'est pas sans rappeler une constante lors des exercices précédents. "Je ne pense pas qu’on se relâche pendant la préparation estivale après nos saisons réussies, déclare le portier rhodanien dans les colonnes de Planète Lyon. On va dire que ça fait partie de l’identité de l’Olympique lyonnais actuel : on démarre toujours mal mais on finit en boulet de canon."

"Je ne trouve pas cette sortie complètement loupée"

Régulièrement pointée du doigt, la défense lyonnaise n'a pas le rendement escompté, malgré un regain de confiance de Nicolas Nkoulou et les bonnes première prestations de la recrue Emanuel Mammana. Quant à Lopes, il a fait quelques erreurs qui ont coûté cher à son équipe et auxquelles nous ne sommes pas habitués. En atteste cette sortie manquée face au FC Séville (0-1), entraînant le but de la victoire des Espagnols. "Je ne trouve pas cette sortie complètement loupée, non plus, tempère-t-il. Je manque un peu de réussite sur ce coup-là. Mais j’accepte toutes les critiques. J’ai les épaules assez solides pour les encaisser. J’assume tout."

La perte de Samuel Umtiti

Loin d'être fautif sur tous les buts encaissés par l'OL, même s'il avoue dans le magazine Planète Lyon ne pas être "à la hauteur de mes (ses) espérances", le natif de Givors a identifié une des sources de difficultés des Lyonnais : "La perte de Sam' (Samuel Umtiti). Il était vraiment important pour nous, sur le terrain comme dans le vestiaire. Avant les matchs, il savait notamment motiver tout le monde et quand on rentrait sur la pelouse, on avait vraiment les crocs grâce à lui. Donc désormais, il faut trouver un joueur capable d’assumer ce rôle de “motivateur” du groupe : il y a déjà Max (Gonalons), Alex (Lacazette) qui prennent un peu les rênes de l’équipe… Moi aussi de temps en temps, quand j’ai la possibilité de le faire." Un constat d'autant plus vrai qu'Umtiti avait déjà été l'une des valeurs sûres de l'équipe en première partie de saison dernière, à une époque où l'OL était dans la panade. À d'autres joueurs, désormais, de se révéler.

9 commentaires
  1. ol-91 - ven 7 Oct 16 à 18 h 43

    Je suis toujours sceptique sur les fins de saison : sommes-nous meilleurs ou les autres plus essoufflés ?

  2. Fab - ven 7 Oct 16 à 19 h 14

    "On va dire que ça fait partie de l’identité de l’Olympique lyonnais actuel : on démarre toujours mal mais on finit en boulet de canon. "
    C'est une identité qui est alors malheureusement inquiétante car à mes yeux synonyme d'inconstance et donc très insuffisant pour un club qui souhaite jouer les premiers rôles.
    De plus, "finir en boulet de canon" (si cela se vérifiera ce qui n'est pas garanti) ne sert à rien lorsqu'il n'y a plus rien à gagner ! Je dirai même que cela laisse des frustrations au moins aux supporters sur un potentiel mal exploité !

  3. OLVictory - sam 8 Oct 16 à 9 h 15

    "Donc désormais, il faut trouver un joueur capable d’assumer ce rôle de “motivateur” du groupe : il y a déjà Max (Gonalons), Alex (Lacazette) qui prennent un peu les rênes de l’équipe…"
    ---
    Je crois que c'est là où on peut trouver l'explication de la baisse de régime des secondes mi-temps, l'équipe n'a pas de meneur d'hommes et l’entraîneur ne trouve pas de relais parmi les joueurs, ou alors "un peu" seulement. C'est une carence de notre recrutement, une de plus. C'est la patte BL qui refusait tous les joueurs ayant du caractère. C'est resté depuis, on recrute toujours des gentils et des dociles et ensuite Lopes se plaint de ne pas avoir de joueur capable d'insuffler de l'envie, des sentiments positifs et de tirer l'équipe vers le haut. Mais c'est normal puisque c'est le profil qu'on recherche. Des joueurs comme Adebayor, pour citer un exemple récent, on les fuit.

    1. zikos35 - sam 8 Oct 16 à 15 h 29

      Pas sûr qu'on ai fuit Adebayor pour ces raisons là...

    2. SapeCommeJallet - sam 8 Oct 16 à 18 h 07

      C'est surtout au niveau de la formation qu'il y a peut être un manque, ils forment des joueurs douées qui récitent leurs football par cœurs mais au moindre imprévu( un carton rouge, un but malchanceux) au cours d'un match, les joueurs n'ont aucun esprit adaptation et aucune révolte, ils continuent de réciter leurs football comme des débiles (j'imagine que les formateurs ne les brusquent pas et doivent leurs dire que la défaite n'est pas grave car ils ont respectés les consignes). Hormis quelques uns qui ont acquis cette esprit de part leur personnalités ou leurs vécus personnels en dehors du centre ( ex : Jordan Ferri...), les autres baissent la tête à chaque défaites.
      Ça me fait penser à moi à l’école, j’étais pas le plus doué mais j'avais toujours un avantage sur les 1ers de la classe qui apprenaient leurs leçon par cœur tel des robots lors des contrôles où il fallait surtout réfléchir et c'est principalement comme ça que je m'en suis sorti.
      J'espere juste que JMA n'est pas volontairement derrière cette politique de formation qui "moutonnise" les futurs joueurs dès leurs plus jeunes âges pour qu'ils soient plus facile à gérer par la suite. Quoique, vu comment il s'entête à prendre des entraîneurs "marionnettes", j'ai un petit doute là dessus.

      1. OLVictory - dim 9 Oct 16 à 9 h 41

        Je ne saurais pas répondre à cette question très intéressante, j'ai juste deux éléments contradictoires.
        Effectivement la recherche d'éléments dociles dans les recrutements doit se traduire aussi dans le centre de formation part la mise à l'écart des fortes personnalités, c'est fatal.
        Mais le caractère se forge aussi en voyant les exemples des joueurs confirmés de l'équipe et là les exemples ne sont pas nombreux. On se débarrasse vite des anciens, on les trouve très rapidement trop encombrants et c'est un manque pour les générations suivantes. Un jeune défenseur ou un jeune milieu de terrain aujourd'hui il va prendre où son modèle dans l'équipe première ? Quel joueur expérimenté pourra lui insuffler l'état d'esprit pour faut pour gagner un match difficile ?
        Alors oui et non en fait 😆

  4. zikos35 - sam 8 Oct 16 à 15 h 31

    Un peu contradictoire son discours. « Je ne trouve pas cette sortie complètement loupée, non plus, tempère-t-il. Je manque un peu de réussite sur ce coup-là. Mais j’accepte toutes les critiques. J’ai les épaules assez solides pour les encaisser. J’assume tout. »
    Ca n'a aucun intérêt d'accepter les critiques... et de ne pas les prendre en compte. En gros il supporte qu'on le critique mais il s'en tape du fond de la critique, pas étonnant qu'il y ai plein de choses qui ne progressent pas dans cette équipe.

  5. Mimoun - sam 8 Oct 16 à 15 h 41

    Je me suis dit la même chose en lisant sa déclaration... Pas difficile d'accepter les critiques si on considère que de toutes façons on a raison ("on peut me critiquer pour mes fautes, mais ce n'était pas une erreur, j'ai simplement manquer de réussite"...).
    Mais bon, le garçon nous a sauvé pas mal de fois.. Et il semble avoir du caractère, avec l'expérience il pourrait devenir encore plus le leader qu'il réclame dans l'équipe... (ou bien sa déclaration est une sorte d'appel à le reconnaitre vraiment comme étant déjà un de ces leaders ?)

  6. OLVictory - dim 9 Oct 16 à 9 h 47

    On devient trop vite un leader de cette équipe, c'est ça le problème, à force de faire partir tout ce qui ressemble de près ou de loin à une grande gueule il reste des joueurs lisses et sans histoires.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut