Communiquer avec nous

Mercato

OL – Mercato : les vraies raisons du transfert de Nabil Fekir au Betis Séville

Publié

 le

Déterminé à quitter l’OL, Nabil Fekir s’est engagé en faveur du Betis Séville, lundi dernier. Un choix qui interroge, alors que le club andalou ne jouera aucune coupe d’Europe la saison prochaine. Mais le champion du monde avait donné sa parole au Betis et a tenu à la respecter, malgré les approches concrètes de plus grands clubs.

Mis à part un émouvant message d’adieu posté sur ses réseaux sociaux, jeudi soir, Nabil Fekir n’a rien dit depuis son départ de l’Olympique lyonnais. Et son silence devrait durer. L’ancien capitaine rhodanien n’est pas du genre bavard, c’est un fait. Loin de l’agitation médiatique qu’il suscite depuis le début de sa carrière, le milieu offensif préfère s’exprimer sur le terrain, là où il est le plus à l’aise. En ce moment, le champion du monde aurait pourtant beaucoup à dire. Il pourrait notamment expliquer ce choix, très discuté, de s’engager en faveur du Betis Séville. Alors qu’un joueur de son calibre pourrait prétendre à beaucoup mieux, le gaucher a décidé de ne jouer aucune coupe d’Europe la saison prochaine avec le club andalou. Pourquoi ? C’est Hatem Rezigui qui l’explique le mieux. Collaborateur de José Fuentes et de Jorge Mendes, les deux agents qui ont chapeauté le transfert de Fekir au Betis, ce dernier est revenu pour Olympique-et-Lyonnais sur les raisons d’un curieux départ.

A l’OL, Fekir « éprouvait une lassitude morale »

Pour mieux comprendre le choix de Nabil Fekir, il est d’abord nécessaire de faire fonctionner la machine à remonter le temps. En juin 2018, le meneur de jeu doit alors signer à Liverpool. Tout est soi-disant fait avec les Reds, mais l’international français (26 ans) n’enfile jamais le maillot des futurs champions d’Europe. Recalé à la visite médicale, le gaucher vit très mal la volte-face du club anglais. Son titre de champion du monde atténue bien sa peine, mais après de courtes vacances, le Lyonnais doit se replonger dans les affaires courantes, à l’OL. A vrai dire, ce n’est pas vraiment ce qu’il avait prévu. Bien avant l’issue de la saison 2018-2019, Fekir sait donc qu’il quittera son club formateur lors de ce mercato estival. « Pour des raisons personnelles, Nabil souhaitait quitter l’OL, explique Hatem Rezigui. Il a beaucoup d’admiration pour son club formateur, il l’aime, il aime les dirigeants, le président, il est reconnaissant, mais il éprouvait une lassitude morale, il avait besoin d’un nouvel environnement pour s’épanouir. »

Dès sa rupture avec son ancien agent Jean-Pierre Bernès, le 17 avril, Nabil Fekir se tourne donc vers Hatem Rezigui, qui le met en relation avec Jorge Mendes et José Fuentes. Le meneur de jeu souhaite travailler avec les deux agents pour réaliser son transfert. A partir de ce moment, ces derniers se mettent en quête d’un nouveau club pour le Lyonnais. Malgré de nombreuses sollicitations, parfois venues des plus grands clubs européens, le Betis Séville est le seul à formuler une offre écrite et chiffrée. Le lundi 15 juillet, l’international français donne donc son accord verbal au club andalou et s’y engage une semaine plus tard, à la surprise générale. Mais entre-temps, Fekir aurait pu faire, à son tour, volte-face.

Fekir avait donné sa parole et tenait à la respecter

Le samedi 20 juillet, le directeur sportif d’un grand club espagnol contacte en effet Jorge Mendes pour lui signifier qu’il souhaite absolument recruter le Lyonnais. Le lendemain, le dimanche 21 juillet entre 15h et 16h, Nabil Fekir reçoit donc un appel de ce directeur sportif et de son entraîneur, qui lui exposent leur projet et lui expliquent même comment ils souhaitaient l’utiliser. Le champion du monde se donne la nuit pour réfléchir. « Le lundi 22, Nabil m’a appelé pour me dire qu’il avait pris sa décision et qu’il n’avait qu’une parole. Malgré l’intérêt et la proposition de ce grand club espagnol, il préférait aller au Betis parce qu’il avait déjà donné sa parole », révèle Hatem Rezigui.

Nabil Fekir a donc préféré respecter ses engagements, plutôt que de signer en faveur d’un club qui lui proposait un plus gros salaire et qui disputera, en plus, une coupe d’Europe la saison prochaine. En attendant un peu plus longtemps, le milieu offensif aurait même vu une fenêtre s’ouvrir à Naples et surtout à l’Atletico Madrid. « Nabil n’est pas un mercenaire. Je souhaite rétablir la vérité car beaucoup de gens se posent des questions, parlent pour lui. Mais la vérité c’est que le dimanche 21, s’il voulait, il allait dans un meilleur club. S’il voulait, il demandait au Betis d’attendre encore une semaine de plus et on lui ramenait l’Atletico ou Naples, relève Hatem Rezigui. Malgré tout ça, comme il avait donné sa parole et comme c’est un homme de parole, en son âme et conscience, il a préféré décliner toutes les offres. Parce qu’il ne voulait pas revenir sur sa parole, il a respecté son engagement. Là, où beaucoup de joueurs auraient annulé l’accord verbal qu’ils avaient avec un club pour aller dans un autre d’un meilleur standing, Nabil a respecté sa parole. »

Fekir est convaincu de rebondir au Betis

Lundi dernier, Nabil Fekir a donc pris l’avion direction Séville, où il s’est engagé avec le Betis. Dans le sud de l’Espagne, le gaucher emmène son frère Yassin dans ses bagages. Une présence qui devrait lui permettre de s’épanouir pleinement. Mais le transfert de son cadet dans le même club que lui n’était pas une condition non négociable. « S’il pouvait emmener son frère avec lui, c’était mieux. Mais ce n’était pas une obligation absolue. Il pouvait très bien signer dans un club et son frère dans un autre, dans la mesure où nous en lui trouvions un, ça n’aurait pas bloqué son transfert », souffle Hatem Rezigui. Avec son frère à ses côtés, le champion du monde ne pense maintenant qu’à une seule chose : se relancer après une saison en demi-teinte. « Il est très motivé pour faire une grande saison. C’est un garçon qui est confiant, qui sait ce qu’il veut et qui sait très bien ce qu’il fait, souligne notre interlocuteur. Il a confiance en ses capacités, sait ce qu’il est capable de faire. Il va se retrouver dans un nouvel environnement, dans un championnat qui joue au football que Nabil aspire à jouer. Il va s’épanouir.  » Plus que toute autre chose, c’est bien ça le plus important pour Nabil Fekir.

Publicité

Les derniers commentaires

Les plus lus