OL : pourquoi Lyon est le FC Barcelone de demain

La comparaison peut paraitre osée. Mais l'Olympique lyonnais veut s'appuyer sur l'exemple du FC Barcelone pour revenir et s'inscrire au plus haut niveau européen.

1. Un recrutement régional chez les jeunes mais pas que

12 joueurs de l'équipe professionnelle sont nés dans un rayon d'environ 50km autour de Lyon. La force de l'OL est de s'appuyer sur un réseau de recruteurs très performant (17 salariés) pour ne louper aucun espoir de la région. Comme le fait le Barça qui possède beaucoup de Catalans dans son effectif. Résultat, les meilleurs joueurs lyonnais de la saison sont quasiment tous de la région : de Lopes (Givors) à Gonalons (Villefranche-sur-Saône), en passant par Umtiti (Lyon, Ménival), Tolisso (Thizy), Lacazette (Lyon, Mermoz) jusqu'à Fekir (Vaulx-en-Velin). Sans oublier Grenier (Annonay). Une réussite exceptionnelle pour un club qui s'appuie sur un vivier important de joueurs en Rhône-Alpes. Mais le club n'hésite pas non plus à sortir de la région (Ferri) voire d'aller chercher à l'étranger (le Camerounais Njie ou le jeune Norvégien Jenssen). Un domaine dans lequel doit progresser, là où le Barça est fort (Messi, entre autres).

2. Des jeunes lancés très tôt, déjà des piliers

Au FC Barcelone, les entraîneurs successifs ont pris l'habitude de lancer de jeunes joueurs très vite dans le grand bain. Malgré une concurrence féroce. Si l'OL a un peu délaissé la formation pendant sa grande époque (seuls Benzema et Ben Arfa ont vraiment eu leur chance), le club revient aujourd'hui à ses premiers amours. Rémi Garde a fait confiance aux jeunes, surtout en Ligue Europa, pour leur donner du temps de jeu. Malgré des débuts timides pour certains (Jordan Ferri, Corentin Tolisso, Clinton Njie, Nabil Fekir), l'entraîneur n'a pas lâché. Dans d'autres clubs, deux performances en demi-teinte suffisent à écarter un joueur. Mais pas dans cet OL. Les jeunes ont eu le temps de prendre la mesure des exigences du haut niveau pour progresser. Si l'on compare le nombre de rencontres jouées entre les cadres barcelonais et lyonnais, la différence n'est pas énorme. Maxime Gonalons (26 ans) a disputé 225 matchs. Au même âge, Sergio Busquets en est à 331. Samuel Umtiti (21 ans) compte 132 matchs avec l'OL contre 95 pour Gerard Piqué au même âge. Corentin Tolisso a disputé 68 matchs à 21 ans. Au même âge, Andres Iniesta avait joué 72 matchs mais avec moins de temps de jeu (1000 minutes en moins). Il n'est pas question ici de comparer le talent des joueurs. Mais de montrer qu'en terme d'expérience, les espoirs lyonnais sont sur de très bonnes bases.

3. Un entraîneur avec une identité lyonnaise

Depuis la fin du pénible passage de Claude Puel à l'OL (0 titre entre 2008 et 2011), Jean-Michel Aulas a dirigé ses choix vers des entraîneurs du cru. Confronté à une période de vaches maigres sur le plan économique, le président lyonnais n'a pas eu d'autres choix que de se tourner vers son centre de formation. Et qui mieux qu'un ancien joueur, qui plus est directeur de cette académie OL, pour diriger le groupe professionnel ? Rémi Garde devient donc l'entraîneur avec comme objectif la promotion des jeunes en assurant le retour au premier plan du club au niveau national. Un objectif accompli brillamment par l'ancien milieu de terrain des Gones. Usé par cette fonction d'entraîneur, Garde n'a pas souhaité prolonger l'aventure après trois années éprouvantes. Pour le remplacer, JMA n'a pas changé de ligne de conduite. Le président choisit Hubert Fournier. Ancien défenseur de l'OL, l'entraîneur de Reims est alors séduit par l'idée de revenir dans un club qu'il connaît parfaitement. 9 mois plus tard, Lyon termine vice-champion de France qualifié pour la Ligue des champions. Pari réussi. Ces entraîneurs, mieux que quiconque, transmettent la fibre et les valeurs de l'Olympique lyonnais à des jeunes souvent ici depuis plusieurs années...

4. Une philosophie de jeu propre au club

En début de saison, l'idée a germé dans l'esprit des formateurs de l'Olympique lyonnais. Et si, comme le FC Barcelone, le club répandait une certaine identité de jeu dans toutes ses catégories ? Les Blaugranas jouent dans leur 433 traditionnel dans toutes les équipes du club. A l'OL, le milieu en losange étant une franche réussite avec les professionnels, certains entraîneurs l'ont testé dans les catégories de jeunes. Même si cela n'a pas été réalisable à chaque fois. Cette saison, l'équipe réserve a le plus souvent évolué en 442 en losange. Avec réussite puisque les joueurs d'Alain Olio ont terminé troisième. Plus que le système de jeu, sur les terrains de la Plaine des Jeux, à l'ombre du Stade de Gerland, l'identité lyonnais se définit par plusieurs points. "L’identité lyonnaise, c’est d’essayer de faire du jeu. Même si on joue contre une équipe plus technique que nous, on ne refuse pas le jeu", décrit le jeune attaquant Mour Paye. Les jeunes lyonnais apprennent à privilégier des attaques placées, ressortir les ballons proprement, repartir de derrière s'il n'y a pas de solutions. Des attitudes aperçues cette saison à l'étage supérieur...

19 commentaires
  1. OLFOREVER - sam 13 Juin 15 à 8 h 30

    Faut arrêter les comparaisons à la con ... L'OL ne sera jamais à la hauteur du barca car la différence se fait au niveau salariale ... au Barca ils peuvent payer des dizainesm€ leur stars que fiscalement parlant l'OL ne le pourra jamais, l'OL ne pourra pas garder ses meilleurs joueurs comme peuvent le faire les catalans

    1. zikos35 - sam 13 Juin 15 à 8 h 53

      rien à voir avec le fisc, seulement avec les moyens du club.

      1. OLFOREVER - sam 13 Juin 15 à 9 h 03

        Bah non car quand tu payes 30 % de charges et 80 % de charges ça fait pas tout à fait la même chose, sans compter la taxe à 75% des gauchistes

  2. fiulematin - sam 13 Juin 15 à 10 h 39

    Si l'OL utilise ces jeunes de talent, il n'aura pas à utiliser un gros budget transfert + la vente avec grosse plus value d'un à deux joueurs par an.
    Le club pourra investir plus dans la masse salariale.
    Je trouve donc l'article plus que réaliste et j'y croit.
    On ne sera peut-être pas le Barça mais un club du top 8 Européen et durablement.

  3. Pamo01Michel - sam 13 Juin 15 à 10 h 48

    OLFOREVER, la taxe à 75% des gauchistes n'a duré qu'un an … pour combler l'immense trou dans les caisses qu'avaient laissé les droitistes et personne ne paie 80% de charges en France !!!!
    Retournez à vos études et arrêtez de descendre l' OL … for ever.
    Merci.

    1. Slaimer - sam 13 Juin 15 à 11 h 22

      Tout à fait d'accord avec toi ^^

    2. OLFOREVER - sam 13 Juin 15 à 17 h 36

      Quel est le montant des charges sociales à payer sur un salaire ou une rémunération de salarié ?
      Le montant des charges salariales représente 22% du salaire brut (ou 28% du salaire net)
      Le montant moyen des charges salariales, retenue au salarié par l'entreprise, s'élève à 22% du salaire brut.
      Donc pour un salaire net de 1000 euros, le montant des charges salariales s’élève à 1000/(1-0,22) x 0,22 = 282 euros (28% du net)
      Le montant des charges sociales patronales est compris entre 25% à 42% du salaire brut (ou 54% du salaire net)
      Pour un salaire brut de 1282 euros, le montant des charges sociales patronales versées par l'entreprise, est égal à 42% soit 538 euros.
      Par rapport au salaire net (1000 euros), le montant des charges patronales est donc égal à 54% (= 538/1000)
      Si elle bénéficie du CICE (crédit d'impôt compétitivité emploi), c'est à dire si la rémunération mensuelle du bénéficiaire ne dépasse pas 3.642 euros (1.1.2015) soit 2,5 fois le SMIC, le montant des charges patronales est égal à 36%, soit 461 euros. Soit, des charges patronales égales à 46% du salaire net.
      Le total des charges sociales salariales et patronales est donc égal à 64% du salaire brut (ou 82% du salaire net)
      Les charges sociales patronales pour un salaire net de 1000 euros s'élèvent à 538 euros (461 euros si le salarié bénéficie du CICE).
      Les charges sociales salariales pour un salaire net de 1000 euros s'élèvent à 282 euros.
      Le total des charges sociales salariales et patronales pour un salaire net de 1000 euros s'élèvent donc à 820 euros (743 euros si le salarié bénéficie du CICE).
      820 % 1000 = 82 %

      Donc toi retourne à tes études gros blaireaux

      1. Altheos - sam 13 Juin 15 à 19 h 21

        Tu peux lui démontrer par A + B qu'il a tort (et c'est le cas), mais l'insulte gratuite en fin de post, c'est pas très malin de ta part non plus...

    3. Altheos - sam 13 Juin 15 à 19 h 20

      Au delà de la fameuse taxe à 75%, une image illustre mieux que tout la problématique du foot français en matière de taxe sur les salaires :

      https://pbs.twimg.com/media/CGe0-L4XEAAzNYe.jpg

      Dans ces conditions, le FPF n'a aucune raison d'être, surtout en France !
      Le fair-play, c'est quand tout le monde est soumis à la même chose. Or de base, la fiscalité différente entre les pays fausse complétement la donne.

      1. OLFOREVER - dim 14 Juin 15 à 6 h 35

        Exact ... et on parle pas de la DNCG

        Mais tous les gogos gauchistes donneurs de lçons oublient tout ça

  4. Slaimer - sam 13 Juin 15 à 11 h 37

    C'est sûr que l'on ne deviendra jamais le FCB, mais chercher l'exemple de ce club et s'en rapprocher le plus possible au fur des années et possible.
    Comme dit Fiulematin pourquoi ne pas chercher le Top 10 européen. Arriver en quart de LDC presque tout les ans.
    Déjà avec le travail du président et de tout l'OL on pourrait revenir au premier plan avec l'OL est terminé sur le podium tout les ans.
    La France récupère des points UEFA chaque année donc dans 1 ou 2 ans normalement la troisième place redeviendra comme avant avec un seul tour qualificatif.
    Moi je crois en ce projet ^^

  5. janot06 - sam 13 Juin 15 à 13 h 29

    D'accord avec les derniers commentaires.
    La comparaison ne se fait pas sur la puissance des deux clubs mais sur la manière de mener sa barque, et il faut avouer que l'on y arrive pas trop mal compte tenu de nos moyens actuels.
    Les deux clubs sont comparables en terme d'identité régionale, de centre de formation, de qualité de jeu développé.
    Arrêtons de déglinguer ce qui est bien fait. Tout n'est certes pas parfait mais en lisant certains posts sur ce sujet ou d'autres, j'en ai marre des critiques à tout va.
    Nous sommes vice-champion de France qualifiés directement pour la LDC avec régulièrement 8 jeunes alignés issus du centre de formation.
    Des retouches nécessaires vont être apportées, nous allons entrer bientôt dans un stade magnifique qui sera un formidable outil de travail ; supportons notre club comme il le mérite tout en savourant la chance de le voir au sommet de la ligue 1 depuis plus de 15 ans. Qui dit mieux en France ?

  6. OL-38 - sam 13 Juin 15 à 15 h 06

    Très bon article, par contre oui, il ne faut pas tout de suite comparer L'OL au Barça. L'OL prendra le temps de redevenir l'équipe qu'elle fut des années 2000. Sinon c'est vrai que Grâce à Remi Garde, les jeunes de L'OL ont prit le temps d'éclore et ont pu laisser parler enfin leur talents. Aujourd'hui Hubert Fournier à réussi à reprendre et à continuer le très bon travail qu'avait fais Remi Garde.

  7. OLC12020 - sam 13 Juin 15 à 15 h 14

    Ce qui est sûre c est que comme Barcelone face a Madrid. Lyon ne peu exister face au psg qatari que grâce à son stade et sa formation, pour avoir besoin de recruter peu de joueur mais de top qualité pour compléter le equipe. Allez Ol

  8. Sony07 - sam 13 Juin 15 à 17 h 55

    le QSG risque d'être bloqué jusqu'en 2019 (source l'équipe) à cause du Fair Play financier !! ce qui devrait plomber sérieusement leur développement et leur envie de grandeur (Pogba, Ronaldo....) et redescendre sur terre ! Ce qui prouve que JMA et son projet sont loin d'être ridicules ! d'autant que nous finissons 2ème pendant notre période de vaches maigres ce qui est un petit exploit et si nous continuons sur cette lancée on peut raisonnablement espérer terminer souvent sur le podium voire plus (attention à la saison 2015 / 2016 qui risque d'être un piège avec la LDC)

  9. quickfox - dim 14 Juin 15 à 7 h 30

    Bonjour,

    Je pense que la comparaison avec le barca est juste sauf que pour que cette comparaison soit viable dans le temps, il faut que l'on arrive a retenir le maximum de joueur tout les ans et avoir des pilier qui font leurs carrière a l'ol (comme xavi, iniesta, piqué ...)
    Hors je pense que l'on arrivera a retenir les joueurs cette année car l'année prochaine il y a plusieurs facteurs qui jou dans ce sens (grand stade, champions league et euro 2016) . Par contre a mon avis ce sera une véritable saigné le mercato 2016 car on aura plus grand chose pour retenir les joueurs. Donc les lacaztte, fekir, grenier, gonalons entre autre devrait aller voir ailleurs si des club comme cette année ce présente encore a ce moment là!
    J espère me tromper ce qui voudra dire que l'on est bien dans les pas du barca mais je n'ai pas grand espoir...

  10. XUO - dim 14 Juin 15 à 11 h 22

    Qu'on le veuille ou non, la gestion nationale du football, en Europe, est liée au modèle économique prévalant dans les pays concernés, mais pas que....
    Dans le cas de la France, hors DNCG, le PSG n'est pas soumis aux mêmes règles fiscales nationales. Le pouvoir sarkozien a exonéré les sociétés qatariennes de la taxe de bénéfice sur les sociétés. Ne comptons pas trop sur le pouvoir actuel pour rétablir les choses, surtout si le Qatar dit vouloir s'équiper de Rafale.
    La DNCG a encore un rôle à jouer, y compris chez nous, où il est encore un peu trop facile de disposer de l'argent des autres.
    Quant à vouloir égaler Barcelone, disons que JMA lui emboîte le pas et c'est une bonne chose.

  11. Tempo - dim 14 Juin 15 à 12 h 04

    Bonjour,
    J'ai beaucoup de mal pour comprendre ce sujet.
    Est-ce pour se rassurer que vous écrivez cela?
    Certes effectivement les deux clubs disposent d'un excellent centre de formation. Après, tout est différent.
    Déjà pour rappel, le Barça a un centre de formation mais dans l'effectif il y a énormément de joueurs majeurs internationaux des meilleurs pays. Simplement juste avec ces joueurs le Barça pourrait faire une très belle équipe.
    Brésiliens : Adriano, Daniel Alvès, Rafinha, Neymar, Douglas,...
    Argentins : Mascheranos, Messi
    Uruguay : Suarez
    Croatie : Rakitic, Halilovic
    Il y a même un français (Mathieu), un Belge (Vermaeler) et certainement un ou deux joueurs du continent Africain.
    Au bilan vous avez beau avoir le meilleur centre de formation du monde, il est totalement illusoire d'imaginer disposer de ce qui se fait de mieux au monde en formant des joueurs venant de Rhône-Alpes.
    Après il y a la renommée, l'histoire du club. En d'autre terme son attractivité.
    Si vous allez au Barça, c'est pour gagner des titres et jouer au moins une 1/2 finale de la LDC tous les ans pratiquement. Donc ce n'est plus pour être juste de passage ou dans l'espoir de trouver mieux ailleurs pour passer à la tv ou se faire remarquer.
    C'est jouer dans le plus grand stade du monde pratiquement.
    C'est avoir un réseau de recruteurs dans le monde entier. Tous les pays majeurs sont couverts.
    Pour un joueur c'est la perspective de côtoyer ce qui se fait de mieux au monde, donc un espoir de progresser tout en disposant d'un salaire de dingue.
    C'est effectivement avoir une fiscalité très avantageuse pour le club en Espagne, des charges totalement différentes.
    Si l'on en croit notre président Aulas. Avec un stade de Décines au mieux de sa forme, une participation en LDC tous les ans, avec son modèle économique, Lyon pourrait avoir au maximum en budget entre 150 et 200 M€.
    Si cela est vrai, Lyon ne sera pas dans la cours des très grands avec des budgets > 400 M€.
    Pour avoir ces niveaux de budgets, il faudrait :
    - un richissime nouveau propriétaire (et ce n'est absolument pas la philosophie de notre président),
    - des droits TV qui explosent (et ce n'est pas possible avec l'attractivité de la L1 ni avec la volonté de donner de l'argent à l'ensemble des clubs pro de France plutôt que de cibler quelques clubs majeurs),
    - une fiscalité différentes, des charges différentes, des impôts différents et cela n'est pas réalisable en France.
    Au bilan Lyon a tout à fait raison d'investir dans son centre de formation et c'est le meilleur moyen pour avoir une bonne équipe. Maintenant l'on sait très bien que ces bons joueurs rêvent tous de profiter de ce tremplin pour signer dans un club fabuleux, comme le Barça.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut