Paris FC - OL : "On a peut-être payé pour les autres", regrette Pierre Ferracci

En plus de la publication d'un communiqué, le Paris FC, par la voix de son président Pierre Ferracci, s'est exprimé au sujet des sanctions de la commission de la discipline de la FFF après les incidents contre l'OL. Le dirigeant regrette la longue suspension du stade Charléty.

Plusieurs semaines après les incidents qui ont mis fin au 16e de finale de Coupe de France entre le Paris FC et l'Olympique lyonnais, le Paris FC s'est doublement exprimé ce mercredi, avec un communiqué et une conférence de presse de son président Pierre Ferracci.

Le dirigeant, donc le club a fait appel de la décision de la commission de discipline de la Fédération, estime que la suspension du stade Charléty pour cinq rencontres est trop sévère. "On est tous d’accord pour dire qu’il faut éradiquer la violence dans les stades. J’espère qu’il y aura un avant et un après le 17 décembre. Mais nous, on a peut-être payé pour les autres. On est arrivé au mauvais moment, après plusieurs autres incidents en L1. Et on sanctionne le petit club de L2 qui n’a jamais posé de problèmes. C’est pour ça qu’on estime que cette sanction de cinq matches est injuste, regrette-t-il. Le PFC n’est pas concerné par les actes de violences des ultras de Lyon et de certains qui se réclament du PSG."

Pour se justifier, le Parisien évoque les punitions de l'OL et de l'OGCN pour des débordements de supporteurs plus tôt dans la saison. "Il y a une disproportion totale avec les sanctions (parties à huis clos) qu’ont eu Nice et Lyon face à l’OM. Je n’ai rien contre eux, mais ils n’ont pas été sanctionnés pour la violence de fans adverses, comme nous, clame-t-il. Je remarque aussi que l'Olympique lyonnais a été sanctionné d’un sursis pour la prochaine Coupe de France. Nous, il s’agit du championnat de Ligue 2." 

"Je pense qu’on a tous sous-estimé la dangerosité du match"

S'il reconnaît des manquements du côté de son club, Ferracci persiste en indiquant qu'il n'a pas été prévenu qu'une telle violence pouvait survenir. "Je veux bien assurer nos défaillances. Je n’ai jamais dit qu’on avait été parfait dans l’organisation de la rencontre. Mais je le réaffirme : nous n’avons jamais été destinataires d’une information selon laquelle l'affiche était classée à risques à 3 sur une échelle de 5. Nous n’avons rien reçu. Entre un match sensible et à risques, ce n’est pas la même chose, ajoute-t-il. Il existe un barème précis. Je pense qu’on a tous, et je dis bien tous, sous-estimé la dangerosité de ce duel. Sinon, le Préfecture aurait interdit le déplacement des Lyonnais."

Une nouvelle fois, le président francilien pointe du doigt le service d'ordre de l'Olympique lyonnais qui était en charge de l'espace visiteurs. "Le préjudice est énorme. C’est pour cela qu’on va accompagner les plaintes qui ont été déposées contre les ultras de Lyon et ceux qui se réclament du PSG. Huit interdictions de stade ont déjà été prononcées et deux vont être jugés. On réfléchit aussi à porter plainte contre la société de stadiers de l'OL, affirme-t-il. Il y a eu des défaillances de ce côté-là. Si certains objets ont pu être entrés dans le stade, ce n’est pas la responsabilité des stadiers du Paris FC ni de la police."

6 commentaires
  1. PAT11grib - mer 5 Jan 22 à 18 h 24

    Au départ c'était un bashing incessant envers les Lyonnais, maintenant il reconnaît à demi-mots qu'il y avait des parisiens....
    De toute façon le premier incident en France aurait dû être sanctionné sévèrement.
    Nice, Lille, Lens, Marseille, Saint-Étienne, OL.... Tous doivent recevoir pour que ces débiles dans les tribunes comprennent

  2. XUO - mer 5 Jan 22 à 18 h 24

    En quoi une plainte contre les stadiers de l'OL allègerait-elle la sanction contre le PFC? Petit club, petit président ....

  3. poussin - mer 5 Jan 22 à 18 h 50

    le gars reconnait avoir pris la sécurité à la lègère et d'avoi laisser passer des ultras du PSG avec des armes et voudrait s'en prendre au stadier de OL parce qu'ils ont balancé des pétards . fait ce que je dis mais pas ce que je fais ou 2 poids , 2 mesures. Il va falloir qu'il passe à autre chose . A OL on sait très bien que la fédé ne revient jamais sur ces décisions pas la peine d'essayer quoi que ce soit.

    1. XUO - mer 5 Jan 22 à 19 h 23

      Le message qu'il veut faire passer, c'est qu'il a été trop gentil et que les autres, qu'ils soient lyonnais, parisiens ou extra terrestres, sont de gros vilains méchants !

  4. JUNi DU 36 - mer 5 Jan 22 à 20 h 32

    Il a jamais dit qu'il n'y avait pas de parisien, il a dit que ce n'était pas des gens du PFC, détail très important. Faut pas tout mélanger 😉

  5. Darn - jeu 6 Jan 22 à 8 h 14

    "Je n’ai jamais dit qu’on avait été parfait dans l’organisation de la rencontre." ; si tu l'as dit, le soir même ou le lendemain. Pauv' type.
    Bref, le truc des stadiers lyonnais, c'est assez drôle, je ne pense que ce sont nos stadiers qui aient laissés les supporters du PSG apporter des objets dangereux... On av déboucher sur une multitude de plaintes, engorger la justice, pour des affaires d'égo.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut