(Photo by PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Arrêt du match OL-OM : les attitudes d'Aulas et Sampaoli pointées du doigt

Plus de deux semaines après l'incident lors du match OL-OM, la commission de discipline de la Ligue doit rendre son verdict mercredi. Un rapport de l'arbitre pointe du doigt le comportement de Jean-Michel Aulas ainsi que Jorge Sampaoli.

Un peu plus de deux semaines après l'incident lors du match OL-OM et la bouteille d'eau lancée sur Dimitri Payet, provoquant l'interruption puis l'arrêt définitif de cette partie, l'Olympique lyonnais va être fixé sur son sort mercredi puisque la commission de discipline de la Ligue doit rendre son verdict.

Ce lundi, des extraits du rapport de l'arbitre ont été publiés dans lesquels l'attitude de Jean-Michel Aulas, président de l'Olympique lyonnais et Jorge Sampaoli, entraîneur de l'Olympique de Marseille est pointée du doigt. "Je tiens à préciser que M. Aulas Jean-Michel, président de l’Olympique lyonnais, a tenu les propos suivants au moment de quitter mon vestiaire : La compétition dépend de la LFP, vous de la FFF, je fais malheureusement partie du Comex et ça ne va pas en rester là", aurait indiqué l'arbitre de ce match, Ruddy Buquet, dans son rapport envoyé à la Ligue de football professionnel (LFP).


L'OL n'a pas tardé à réagir


Dans la foulée de la publication de ces extraits, l'Olympique lyonnais n'a pas tardé à réagir par la voix de l'un de ses porte-parole auprès de l'AFP : "Ce sont des propos incomplets, sortis de leur contexte et relatifs à l’incompréhension entre la Ligue qui communique sur la reprise du match alors qu’au même moment l’arbitre a changé de position en arrêtant le match pour des raisons alors non expliquées". 

Dans son rapport dont l'AFP a pu prendre acte, l'arbitre évoque également l'attitude de Jorge Sampaoli qui a eu "un comportement, des gestes de plus en plus déplacés à mon égard en me montrant à plusieurs reprises du doigt dans mon vestiaire". Pour rappel, la commission de discipline se retrouve, ce mercredi à 18h, afin de statuer sur les sanctions à l'encontre de l'Olympique lyonnais.

7 commentaires
  1. Juninho Pernambucano - mar 7 Déc 21 à 13 h 11

    Sampaoli est un dingue excité , il va bien dans le décor OM.

    Quant à Aulas , c'est plus feutré mais ce n'est pas un saint non plus ...

  2. Juni forever OL - mar 7 Déc 21 à 13 h 16

    Cette façon de sortir aujourd'hui des propos hors de leur contexte, faut se méfier !
    (que ce soit coté lyonnais ou marseillais)
    De sales méthodes

  3. Olyonn@is - mar 7 Déc 21 à 13 h 47

    On va dire que chacun défend son club...Le fair play a pris du plomb dans l'aile...

  4. OctoGone - mar 7 Déc 21 à 14 h 58

    Quand je vois l'équipe sortir le tapis rouge à Longoria ça me donne envie de vomir.

  5. ObjectifEurope - mar 7 Déc 21 à 16 h 23

    C'est scandaleux la présentation fallacieuse qui est faite partout !

    Le problème au départ est que :
    - une infraction pénale a été commise dans un stade de foot;
    - l'Olympique lyonnais a été jugé comme victime par un jugement
    -l'arbitre a changé d'avis et nous a fait poiroter 2 heures et ca personne ne le dit !

    1. molo - mar 7 Déc 21 à 17 h 50

      Certes mais ca n'a rien de nouveau et en d'autres circonstances JMA était bien content que l'arbitre change d'avis sur la reprise d'une rencontre, alors sur le speaker avait annoncé la reprise.

      Voir l'article sur Metz-OL:

      https://www.leparisien.fr/sports/football/video-metz-lyon-match-annule-apres-des-jets-de-petards-sur-anthony-lopes-03-12-2016-6409905.php

      《juste après l'ouverture du score des Lorrains, Anthony Lopes a été la cible de jets de pétards venus des ultras messins du groupe Horda Frenetik . Alors que le portier était à terre en train de se faire soigner, un autre pétard à été envoyé à quelques centimètres à peine des soigneurs et du gardien des Gones. A la suite de cet incident, l'arbitre, Lionel Jaffredo a décidé d'interrompre la rencontre. Les 22 joueurs sont alors rentrés au vestiaire.

      Après un quart d'heure d'arrêt, le speaker du stade Saint-Symphorien a annoncé que le match devrait être repris, mais sous la menace d'un arrêt définitif à la moindre nouvelle incartade. S'en sont suivies de longues minutes d'attente. Après plus de trois-quarts d'heure d'arrêt, certains supporteurs quittaient déjà les travées de Saint-Symphorien par anticipation. En effet, selon la règle, après 45 minutes d'interruption, le match doit officiellement être arrêté et reporté.

      Alors que la partie devait reprendre, c'est Jean-Michel Aulas (président de l'OL), appuyé par Emmanuel Berthier, le préfet de Moselle, qui aurait refusé de continuer le match. Après 54 minutes d'interruption, le speaker a repris le micro pour annoncer officiellement l'annulation de Metz- Lyon, sous les huées de Saint-Symphorien.》

  6. Darn - mer 8 Déc 21 à 11 h 47

    Deux écoles Sampaoli et Aulas. Je préfère clairement le style du Prèz.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut