OL et Lyon-La Duchère ont signé un partenariat en juin 2022 © Lyon – La Duchère.

Le président de Lyon-La Duchère alerte contre les violences sexuelles

Club partenaire de l’OL, Lyon-La Duchère oeuvre notamment dans la lutte contre toute forme de maltraitance. Dans un témoignage fort à Lyon Capitale, Jean-Christophe Vincent, président du club, est revenu pour la première fois sur ce qu’a vécu son fils, victime d’un prédateur sexuel et en appelle aux autorités.

Ce sont des affaires qui touchent chaque jour un peu plus le sport sans que vraiment quelque chose ne change. A l’image de la société, les violences sexuelles sont de plus en plus nombreuses et le football ne déroge pas à la règle. Ces dernières semaines, des accusations touchant la FFF sont sorties dans les médias sans que l’impact médiatique ne soit vraiment à la hauteur du sujet.

Ce silence, Jean-Christophe Vincent souhaite le briser et a choisi les colonnes de Lyon Capitale pour le faire. Directeur général délégué à la stratégie et aux relations publiques de 6e Sens Immobilier mais surtout président de Lyon-La Duchère, club partenaire de l’OL, il s’est livré pour la première fois sur l’histoire vécue par son fils, victime d’un prédateur sexuel au sein d’un club de roller de Lyon.

"Un éducateur a agressé quatre enfants. On l’a su par la tentative de suicide d’un gamin qui a laissé un courrier dans lequel il parlait des autres enfants. Il est d’ailleurs reconnu handicapé à 50 %. Notre fils a été convoqué par la police et, ce jour-là, on a compris ce qui s’était passé, a décrit le père de famille dans ce long témoignage. C’est un long calvaire qui a alors commencé jusqu’à la condamnation, en mars 2020, de ce type, Bruno Girard, à douze ans de prison pour viol sur mineur de moins de quinze ans et agressions sexuelles."

Dans ce témoignage poignant disponible sur notre site partenaire Lyon Capitale, Jean-Christophe Vincent revient également sur les difficultés à faire bouger les choses sur le sujet. Avec Lyon-La Duchère, des programmes sont notamment mis en place pour lutter contre toute forme de maltraitance. Un cheval de bataille qui n’a pas encore trouvé sa vraie résonance chez les élus afin d’en faire une véritable cause nationale. Peut-être le plus gros problème pour faire avancer les choses...

4 commentaires
  1. JUNi DU 36 - ven 25 Nov 22 à 17 h 25

    On ne compte plus les incompétents depuis des décennies qui gangrènent les hautes fonctions au pouvoir, ils ont pas de couilles au cul pour mettre des mesures super efficaces.
    Je renvois ceux que ça interresse au replay de Cpolitique de dimanche dernier. Le thème était sur les violences physiques ou/et sexuelles.
    Un temoignage d'une victime est saisissant. Elle explique toutes les incompétences qu'elle a du subir, des plaintes jamais pris en considération ou si peu par la police, des services sociaux pas vraiment incompétents mais tellement dépourvus de moyens etc, des élus interpellé mais se sentant pas vraiment concerné etc... En fait ce qui l'a sauvé au dernier moment c'est un Tweet. Elle en a d'ailleurs fait un livre " Twetter ou mourir"

    Sur le même sujet dans l'émission il a y un doc sur la prise en charge et le suivit des femmes en Espagne, et bien quand on voit ça on se dit qu'on est vraiment complètement largué en France.
    Et shiappa qui continue à pialler à qui veut bien l'entendre que le gouvernement fait tout ce qu'il faut, pffff

    Honte aussi au sénat pour avoir rejeté l'inscription dans la constitution pour le droit à l'avortement 🤮🤮
    Bon on sait que ça vient encore de ces vieux c.ns de la droite réactionnaire et conservateurs 🖕

    Signaler
    1. le_yogi - ven 25 Nov 22 à 20 h 13

      Intéressant cet histoire du tweet, comme quoi il n'y a pas que du mauvais sur les réseaux sociaux.

      Signaler
  2. XUO - ven 25 Nov 22 à 17 h 30

    "....ils ont pas de couilles au cul pour mettre des mesures super efficaces.... "

    Ils en ont, mais pas les leurs !

    Signaler
  3. Le_Lyonniste - ven 25 Nov 22 à 22 h 24

    C'est bien. Les violences sexuelles sont encore TROP répandues ! En particulier dans le milieu scolaire. T'as des élèves qui tripottent les autres pour "rigoler". J'en ai moi-même été victime. Sans parler de ce que mes parents m'ont dit de ce qu'ils ont vu dans le passé. Bref, c'est un terrible fléau extrêmement répandu ! Et on a l'impression que ça embête les autorité compétentes de devoir lutter contre...

    Signaler

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut