Castello Lukeba et Damien Da Silva face à Enzo Le Fée (Photo by JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

Ligue 1 : à Lorient, l’OL était prévenu et pourtant…

Défait (3-1) pour la première fois de la saison, l’OL a confirmé ses difficultés à l’extérieur. Face à Lorient, les Lyonnais sont retombés dans certains travers.

Depuis des jours, ils ont rabâché que les performances collectives affichées à domicile devaient se retranscrire à l’extérieur. Pendant des jours, ils ont assuré que la tactique lorientaise avait été comprise et qu’il fallait donc mettre à exécution ce qui était travaillé depuis des semaines à l’entraînement pour contrecarrer ces blocs bas. Pourtant, mercredi soir, les Lyonnais se sont fait avoir comme des bleus (3-1), comme s’ils avaient été surpris de l’opposition. Pourtant, on ne peut pas reprocher à Lorient d’avoir fait du Lorient.

Fidèle à ses principes d’un bloc compact avec la volonté de ressortir rapidement mais surtout proprement, le club breton a respecté à la règle les volontés de son entraîneur. L’OL aurait peut-être préféré se tromper mais il a clairement été en-dessous de tout, au moins pendant une mi-temps."On a complètement raté cette première mi-temps, bien sûr Lorient est une très bonne équipe, mais je regarde la mienne surtout, et ce n’était pas bien du tout comme on a défendu et joué avec le ballon, a déclaré Peter Bosz après la rencontre. J’étais énervé à la mi-temps, car on perd le match là."


Lorient a pourtant fait du Lorient


Dans ce premier revers lyonnais de la saison, le coach néerlandais a bien évidemment sa part de responsabilité. S’il continue, au moins publiquement mercredi soir, à défendre bec et ongles Thiago Mendes, force est de constater que ce qui ne devait être qu’un intérim en fin de saison dernière n’a pas matière à perdurer. Pourtant, le mercato est clos et aucun recrutement n’a été fait derrière. A chaud comme à froid, le milieu reconverti défenseur va être le souffre douleur des supporters et la raison principale de cette défaite avec deux grosses erreurs mais le Brésilien ne doit pas faire oublier la prestation collective. Si Peter Bosz a fait trois changements dès la pause, ce qui n’est pas vraiment dans ses habitudes, c’est bien la preuve que rien ne tournait correctement pendant 45 minutes

Johann Lepenant et Romain Faivre ont été les autres sacrifiés mais au moment de rejoindre les vestiaires, mis à part Alexandre Lacazette et Tetê, tous auraient pu être remplacés que personne n’aurait trouvé quelque chose à redire. "On n’a pas réussi à trouver les espaces. On était sur une bonne dynamique, ça fait toujours mal surtout qu’on voulait vraiment venir faire quelque chose à l’extérieur, a déclaré Corentin Tolisso sur Prime Video. On a tout gagné à domicile et c’est à l’extérieur qu’on a pêché, qu’on a perdu tous nos points donc il faut continuer à travailler."


Toujours des motifs d'espoir


Belle surprise de la saison, Lorient a, comme on l’a dit plus haut, joué sa partition à la perfection. L’OL a eu le ballon mais s’est montré impatient à bien trop de reprises en s’entêtant à jouer plein axe sans essayer de casser les lignes pour créer un décalage et a foncé tête baissée sur la muraille lorientaise. Quand Bosz explique cette défaite par un manque d’envie plus qu’un problème de système et de joueurs, il n’a pas forcément tord. Avec seulement 45% de duels gagnés au Moustoir, l’OL a clairement manqué d’agressivité. Les entrées de Corentin Tolisso et Moussa Dembélé ont apporté un supplément d’âme et un peu d’aide à Lacazette qui semblait se battre seul.

Mais à trois contre onze voire douze avec le public, difficile de rivaliser quand les qualités individuelles ne sont pas là pour relever le niveau risible du collectif.  Comme sur le troisième but, les Lyonnais ont été pris sur un contre rapide de trois passes et ont apparu désabusés, déconcertés par tant de facilité lorientaise alors que l’accent avait été mis sur cette particularité bretonne. "On a essayé de jouer avec Moussa et Alex devant. Il fallait garder un certain équilibre pour ne pas prendre de contre. Malheureusement, on en a pris un…, a regretté le milieu lyonnais. Il faut relever la tête, on a un gros match dimanche et il faut absolument gagner."


Des individualités qui ne relèvent pas le collectif


Se projeter plutôt que ruminer, l’OL en a l’habitude des mois et des saisons même. Pourtant, et c’est un paradoxe, dans le marasme lyonnais en Bretagne, il y a finalement eu quelques sources de satisfaction. Le coaching à la pause de Bosz n’a pas forcément été gagnant avec Lacazette gâchant une offrande de Tolisso et une occasion de relancer le match (46e). De tout façon, s’il avait été gagnant, cela aurait revenu à dire qu’il avait été perdant en début de match, mais il a au moins eu le mérite de changer des choses. Sans un pied, une jambe ou un gardien lorientais toujours là où il faut, l’OL aurait pu revenir de Bretagne avec au minimum un point.

Avec des "si", on refait le monde et ce jeudi, l’OL serait co-leader de la Ligue 1. Finalement, les critiques vont fuser, à raison, sur le groupe lyonnais jusqu’à dimanche et le choc contre Monaco. Mais toujours avec cet intime espoir que ce groupe peut faire de belles choses s’il joue ensemble. La deuxième mi-temps a montré que l’OL a fait plus que dominer (67% de possession) mais qu’il a avant tout pêché par manque de réussite devant (7 tirs cadrés, un but refusé pour une main) tout en n'ayant pas les reins assez solides derrière pour sauver au moins les meubles. Un constat que l’on semble faire depuis des mois et c’est là le plus terrible.

109 commentaires
  1. Da1989 - jeu 8 Sep 22 à 8 h 56

    Hier soir, pour la première depuis 1989 j’ai arrêté le match en cours. Non pas que ce soit le pire match depuis cette époque, mais cette impression de déjà vu était tellement prévisible que ça en devient usant.

    Mr Aulas, il faut se rendre à l’évidence, Peter Bosz n’est pas l’homme de la situation. Il a fini 8eme l’an dernier et il ne fera rien de mieux cette année. Il faut agir très vite car sinon le seul podium que l’on atteindra, une nouvelle fois, sera celui du championnat de la comptabilité. A moins que cela vous convienne ?

    Il ne fera rien de mieux car il n’y aucune évolution dans son jeu, quasiment chaque attaque adverse donne une occasion de but, notre équipe est trop déséquilibrée et pour autant il n’y a rien de terrible en attaque non plus, avec ce système où on fait tourné le ballon jusqu’à libérer Gusto pour un centre pour personne. Il n’y a aucun mouvement, aucun dédoublement, aucun jeu à une touche. C’est flagrant, tellement prévisible et tellement lassant.

    La première équipe de la première partie que l’on affronte nous donne une leçon, on a l’impression que l’on pourrait acheter n’importe quel joueur de l’équipe adverse pour se renforcer tellement ils sont au dessus techniquement, dans l’engagement , dans l’explosivité. C’est tellement récurrent.

    Ce coach installe contre toute attente Tiago Mendes en DC et le fait prolonger alors qu’il représente tous les maux de l’OL à lui tout seul. Et à la première erreur (prévisible), M.Bosz, le seul qui lui fait confiance, le puni et le sort à la mi-temps. Il se décrédibilise tout seul. Quel message il envoie aux joueurs ? Maintenant on va jouer avec Da silva et sa caravane ? c’est ça le projet podium ?

    Le mercato est terminé depuis une semaine, et la faiblesse de notre banc défensif ressort déjà. Tout les efforts de notre Lacazette pour compenser cette faiblesse ne suffiront pas C’était tellement évident, tellement prévisible.

    Rien n’a changé depuis l’an passé, et il nous reste les 8 autres équipes de la première moitié du championnat à affronter… Il faut agir très vite car la ligue des champions c’est une nouvelle fois sur la playstation qu’on va la jouer.

    Signaler
  2. Philippeb - jeu 8 Sep 22 à 9 h 01

    C'est quoi ce pipeau ? Mendes n'a jamais été 'un intérim en DC ! Le club et le coach ont clairement annoncé qu'il prolongeait pour jouer en défense centrale pendant deux ans .
    Il y en a qui se croient propriétaires du club.

    Signaler
    1. OLVictory - jeu 8 Sep 22 à 9 h 40

      Peut-être que Da1989 parlait d'avant la prolongation

      Signaler
      1. Da1989 - jeu 8 Sep 22 à 9 h 43

        euh ben "installé" ça veut pas dire interim...

      2. Philippeb - jeu 8 Sep 22 à 9 h 57

        Je ne disait rien contre Da1989 mais contre le journaliste

      3. Da1989 - jeu 8 Sep 22 à 9 h 58

        il me semblait aussi 🙂

      4. OLVictory - jeu 8 Sep 22 à 10 h 00

        Peut-être que le journaliste parlait d'avant la prolongation 😆

  3. OLVictory - jeu 8 Sep 22 à 9 h 10

    On a un coach naïf, qui est une pipe en tactique et qui se fait donner des leçons par quasiment tous les coachs de L1, avec la bénédiction de la direction de l'OL.

    Signaler
    1. Olyonn@is - jeu 8 Sep 22 à 13 h 45

      Non arrête de parler de ça s'est trop pour moi,OL Victory😉,déjà l'année dernière c'était rude,et cette année semble lui ressembler je ne pourrais peut-être pas y résister...😞

      Signaler
  4. vav - jeu 8 Sep 22 à 9 h 14

    Voilà, comme prévu Mendes n’a pas le niveau suffisant en défense… comme le nez au milieu du visage. 1 point en 2 matchs à l’extérieur, contre des petits, c’est vraiment peu!

    Il reste deux matchs avant la trêve, Monaco et Paris. Si on en gagne un des deux on pourrait rattraper ce faux pas, mais on peut en douter vu la qualité de ces deux équipes… j’ai peur qu’on retombe vite dans le ventre mou perso 🙁

    Signaler
    1. Olyonn@is - jeu 8 Sep 22 à 13 h 46

      Mendes a plombé le match,dommage captain Alex nous avait remis sur les rails...

      Signaler
  5. Philippeb - jeu 8 Sep 22 à 9 h 20

    Le coeur du problème c'est la philosophie de l'entraîneur. Les intellos ne voudront jamais le reconnaître parce que c'est fun de prôner le pressing haut permanent et la possession maxi.
    Mais c'est très difficile à jouer et assez facile à contrer.
    Forcément en pressant haut tout le temps on contraint l'adversaire à se regrouper, quand on tombe sur des équipes bien organisées pour ça il est difficile de passer. Et bien sûr on ouvre des espaces où de joueurs rapides vont se retrouver en face de notre défense dégarnie.
    Donc une équipe avec des joueurs moyens égalise ses chances contre une équipe avec des très bons joueurs
    Il faudrait varier le jeu, ne pas presser haut tout le temps de manière à avoir un jeu moins fermé où nos bon jouets de ballon pourront faire la différence, passe par les ailes, attirer aussi l'adversaire pour lui mettre des contres à notre tour, etc.
    Le gegenpressing est uniforme, prévisible et finalement bête à pleurer. Il peut aussi marcher en ayant des joueurs d'une qualité extraordinaire, mais même Man City ne gagne pas à tous les coups .
    Notre entraîneur, son coaching et la compo d'équipe ont progressé mais il n'abandonnera jamais cette philosophie qui nous met sous risque et qui globalement nous donnera un classement moyen.
    Si l'entraîneur ne change pas une philosophie qui marche mal, qu'est ce qu'il faut changer à votre avis ?
    .

    Signaler
    1. OLVictory - jeu 8 Sep 22 à 9 h 39

      Le gegenpressing n'est pas bête à pleurer, c'est une tactique très risquée.
      Ce qui est bête à pleurer, c'est le coach qui échoue à la mettre en œuvre et qui s'obstine.
      Ou le dirigeant qui conserve un coach qui n'a qu'une tactique dans sa panoplie de jeu et qui ne réussit pas à la mettre en place.
      Au choix.

      Signaler
      1. Philippeb - jeu 8 Sep 22 à 10 h 02

        Oui, on peut le dire comme ça. Je pense que les dirigeants font comme nous, ils recommencent à y croire chaque fois que ça va bien et comme ça coûte cher et c'est pas simple de changer.... Sur le long terme on obtient des résultats moyens par rapport aux sommes engagées et au niveau des joueurs sur le terrain.
        Le changement il fallait le faire le 23 mai le lendemain de la 38eme journée

      2. OLVictory - jeu 8 Sep 22 à 10 h 10

        je ne suis pas d'accord, ça ne coûte pas très cher de virer le coach.
        C'est 1 ou 2 % du CA du club.
        Si tu allais voir un dirigeant d'entreprise et tu lui garantissait qu'en versant une somme de 1% de son CA, il gagnerait 10% de commandes en plus, il signerait des deux mains

      3. Darn - jeu 8 Sep 22 à 11 h 32

        Mais qui peut être sûr qu'on aurait "10% de commandes en plus", avec un autre coach ?

      4. OLVictory - jeu 8 Sep 22 à 12 h 13

        Si on attends d'être sûr à 100% on ne fait jamais rien.
        Je n'ai jamais reproché d'avoir essayé Bosz.
        Maintenant ça n'a pas marché, il faut se remettre en question, pas persévérer en se disant ça va bien se passer !
        Ça on pourrait le reprocher, être reparti avec un entraineur qui était trop loin de ce qu'on attendait de lui.

      5. Darn - jeu 8 Sep 22 à 12 h 19

        J'ai toujours peur qu'on fasse pire en changeant, mais je suis peut-être un frileux.
        J'attends cependant encore quelques matchs, au hasard les 3 qui viennent, avant de tirer des conclusions sur Bosz.

      6. Lyon1950 - jeu 8 Sep 22 à 12 h 38

        T'es bien un frileux : au foot, rester dans son confort est le meilleur moyen de ne pas progresser.
        D'autant que le confort de l'OL, avec Bosz...

      7. Olyonn@is - jeu 8 Sep 22 à 13 h 48

        Les 2 je dirais.

  6. Philippeb - jeu 8 Sep 22 à 9 h 28

    Le gegenpressing est beau à voir en Hollande ou sûrement en Allemagne ou le jeu est ouvert et ou tout le monde joue comme ça. Du coup c'est l'équipe qui a les meilleurs joueurs qui gagne, le Bayern.
    En France où le jeu est beaucoup plus tactique ça devient du gagapressing où tu pénalises ton équipe face à des équipes plus malines.

    Signaler
  7. kakkolak - jeu 8 Sep 22 à 9 h 43

    Casser les lignes quand l'équipe adverse joue à 8 dans ses 25 mètres c'est compliqué quand même...
    On casse les lignes quand l'équipe en face développe du jeu, pas contre une équipe regroupée en défense qui joue la contre-attaque avec un effectif adapté...

    Signaler
    1. OLVictory - jeu 8 Sep 22 à 9 h 49

      Oui et c'est sans doute pour cela que l'on a inventé le métier d'entraineur, pour apporter des solutions aux problèmes tactiques posés par l'équipe en face.
      Deux questions :
      Est-ce que Bosz maitrise la tactique contre les équipes qui jouent ce style de jeu ?
      Est-ce qu'il montre des signes d'améliorations ?

      Tous les coachs de L1 ont pris une piqure de rappel hier pour la bonne manière d'humilier l'OL, je parie que toutes les équipes vont jouer contre nous de cette façon, à part une ou deux, et on finira à la 8e place comme la saison dernière

      Signaler
      1. le_yogi - jeu 8 Sep 22 à 9 h 59

        On peut pas dire que toutes les équipes qu'on a affrontées jusqu'ici ouvraient tellement le jeu si ? Pourtant on s'en est pas si mal sortis. Je pense qu'il y a encore quelques trucs à revoir dans l'animation. Et quand il dit qu'ils ne courent pas je pense qu'il entend qu'il ne proposent pas assez d'appels, de dédoublement etc. Dernier point, je pense que Dembélé sur ce type de match peut faire du bien. Lacazette est excellent en décrochage et pour conserver le ballon en faisant sortir son défenseur. Moussa lui apporte une présence dans la surface et est bon sur les ballons de raccroc.

        Si tu es sûr de toi dans la conservation et la hauteur de ton bloc, un système à 3 derrière permet sûrement un peu plus de solidité, tout en envoyant carrément les latéraux à l'assaut puisque c'est ce qu'ils savent faire, et éventuellement d'associer 2 points devant. Je dis pas que c'est forcément ce qu'il nous faut, mais ça peut être une solution.

      2. OLVictory - jeu 8 Sep 22 à 10 h 03

        Les signes de la faiblesse de cette équipe de l'OL étaient déjà dans quasi tous les matchs.
        Sans un coup de chance contre Reims on en serait à 2 défaites en 6 matchs.

        Je ne crois pas à une amélioration juste en changeant un schéma tactique si on continue à prendre des risques bêtes.

      3. Philippeb - jeu 8 Sep 22 à 10 h 18

        Yogi, moi je ne dis pas qu'on perd à tous les coups en utilisant cette philosophie, mais qu'on se met un boulet au pied, comme si on s'imposait un handicap pour égaliser les chances avec des équipes plus faibles.
        Cette année on a Lacazette qui est très fort dans les petits espaces qui s'ajoute à Dembelé qui est très fort pour reprendre des centres. Donc on a des solutions pour percer ce genre de défense, Et si on marque en premier, une bonne partie du boulot est fait.
        Mais comme hier ou contre Reims si c'est l'adversaure qui marque en premier, ça devient très dur. Et puis il y a les circonstances...cette année elles nous ont été favorables avec les cartons rouges d'Hamouma et du Rémois.
        Sur le long terme, un point perdu à droite, deux poins à gauche et tu loupes tes objectifs. L'an dernier lOM deuxième avec 69 points et nous huitième avec 61 points , l'écart est énorme en places et en points, ça ne représente que quelques matchs mal gérés.

      4. le_yogi - jeu 8 Sep 22 à 10 h 33

        C'est un système de jeu qui de toutes façons te mets toujours plus ou moins "sur le fil" il est vrai. C'est la gestion de ces quelques moments critiques qui détermine de l'issue du match (en tout cas face à des équipes qui nous laissent le jeu). Parfois c'est vrai qu'il y a un petit côté roulette russe, mais je pense vraiment qu'on peut améliorer notre cohésion défensive. Au moins sur les 2 premiers buts (le 2e ça va sans dire). Le 3e est effectivement plus imputable au système avec la ligne de milieu qui est éliminée par la relance du gardien, et Lukeba qui laisse un trou derrière lui en ayant essayé d'accompagner Moffi (on en parlait il y a peu mais vraiment un tout !) qui joue une superbe déviation.

        Je rejoins quand même largement ton analyse Philippe sur la précarité de notre réussite. Je ne sais pas si cette équipe est suffisamment soudée autour du projet de Bosz. Mais je ne pense pas non plus que tout soit à jeter... Ceci dit, beaucoup réclamaient du jeu au détriment du résultat, mais on voit vite que la réalité les rattrape 😛

  8. Altheos - jeu 8 Sep 22 à 9 h 48

    Il y a des choix qui ont été fait.
    Sur notre défense titulaire, il y a 2 joueurs de moins de 20 ans qui sont encore en phase d'apprentissage et un joueur en reconversion de poste.
    Il y a donc un manque criant de certitude dans cette partie de l'équipe.
    Tu peux inclure un jeune joueur prometteur dans une défense expérimentée pour le faire progresser, de même tu peux reconvertir un milieu en défenseur quand autour de lui le reste de la défense a suffisamment de qualité pour l'aider dans cette reconversion.
    Pour moi le soucis, c'est ne pas de compter sur des jeunes joueurs ou sur un joueur en reconversion.
    Le soucis c'est d'en faire des titulaires.
    Pour reconvertir efficacement Mendes en DC, il faudrait que le reste de la défense soit suffisamment expérimentée et costaude pour l'aider.
    Pour accompagner Gusto et Lukeba, idem.
    C'est facile de tomber sur Mendes pour son match d'hier, le premier véritablement raté de la saison, mais il n'est pas le seul responsable.
    Bozs est un dogmatique. J'adore sa vision de foot, mais pour la mettre en place, il faut des certitudes. Or, notre défense est phase de construction et d'apprentissage et n'est pas capable d'appliquer efficacement ses préceptes, surtout quand le milieu de terrain réalise un match très terne comme hier soir.
    Croire en Lukeba et Gusto n'est pas une tare et je pense également que Mendes peut devenir un bon DC.
    Mais pas en pratiquant le foot que veut le coach. Pour ce foot là, il faut que tes bases arrières soient fondamentalement solides. Or c'est le point faible de l'équipe.

    Signaler
    1. OLVictory - jeu 8 Sep 22 à 9 h 53

      Bosz se fout complètement de la défense, ce n'est pas du tout dans ses préoccupations.
      La seule chose qui lui importe en défense est d'avoir des joueurs capables de bien relancer.
      D'où Mendes, Gusto et autres.
      Bosz a construit cette équipe sur du sable

      Je suis d'accord avec toi, Altheos, ça ne peut pas fonctionner

      Signaler
      1. westkanoute - jeu 8 Sep 22 à 10 h 37

        Oui en complément :
        https://youtu.be/7GKElJI4GTo
        Bosz est spécialisé pour imposer son jeu à l'adversaire mais n'a aucun plan lorsque ses joueurs n'ont pas le ballon.

      2. le_yogi - jeu 8 Sep 22 à 10 h 59

        Après je comprends pas trop l'analyse de Duverne. Car c'est précisément dans les matches où on tient le ballon qu'on a du mal non ? A la fois pour créer du décalage, et pour se prémunir des contres adverses. Hier encore 66%.

      3. westkanoute - jeu 8 Sep 22 à 11 h 17

        Mais on sait faire avec le ballon mais on remarque la mauvaise organisation de l'équipe lorsqu'on ne l'a pas .

      4. zikos35 - jeu 8 Sep 22 à 11 h 35

        Il n'est pas non plus responsable du fait qu on ait 3 DC bidon et qu'on soit obligé de descendre un mdef bidon aussi mais moins pire qu'eux. Le staff n'a réussi à faire aucune vente dans le secteur en 2 mois de mercato donc pas de recrue...

      5. Darn - jeu 8 Sep 22 à 12 h 04

        Apparemment, c'est de sa faute si Mendès est en Défense Centrale, quand on lit certains. C'est de sa faute si Boateng et Da Silva sont mauvais ? Si Diomandé a été blessé (sachant que moi, ce dernier a vraiment besoin de confirmer avant de s'installer en DC titulaire).
        J'ai même lu que c'était de sa faute si Paqueta ne pouvait pas être remplacé par Faivre ou JRA...

      6. cavegone - jeu 8 Sep 22 à 12 h 17

        Si il est responsable. On ne peut pas demander à Boateng ou Da Silva de faire du Ramos mais les relancer les préparer psychologiquement à la performance c’est précisément le rôle du coach.
        Les explications du genre joueur bidon c’est typique du déni de réalité sur les aberrations qu’on voit depuis l’été 2021.
        Souviens toi Darn, la tournée portugaise! On voyait déjà ça cette naïveté défensive. Da Silva je regrette mais à Lorient il surnagerait dans l’équipe alors un peu de bon sens Zikos35 ! (Si c’est possible 😛 😉).
        T’aime pas Mendès ok mais regarde avec un peu d’objectivité on se fait malmener à Reims et à Lorient. Pas au parc…

      7. OLVictory - jeu 8 Sep 22 à 12 h 19

        Duverne veut dire dans cette vidéo que les joueurs ne sont pas habitués à faire un pressing haut à la perte du ballon, qu'ils n'ont pas été formés à ça et que physiquement, on ne leur a pas appris à le faire.
        À la perte du ballon.

      8. Olyonn@is - jeu 8 Sep 22 à 14 h 21

        Bosz ce n'est qu'un mini problème dans le gros problème finalement^^,le problème est plus en amont.

    2. Darn - jeu 8 Sep 22 à 10 h 04

      Merci pour ces propos mesurés, auxquels je souscris.

      Signaler
    3. Lyon1950 - jeu 8 Sep 22 à 10 h 35

      Assez d'accord pour Thiago, mais comme tu as écrit, il y a des choix qui ont été faits.
      Que devrait faire le club, à présent ? Et selon ça, que va-t-il faire, nous qui le connaissons un peu ?

      Signaler
    4. cavegone - jeu 8 Sep 22 à 10 h 44

      Je souscris aussi. Mais à part à la “vision du foot” de Bosz, c’est aussi stérile que Jean-Marc Furlan, Jean Fernandez ou D’allOglio.
      On pourra mettre les meilleurs joueurs du monde qu’il y aura des problèmes de défense. J’en suis per-sua-dé depuis l’arrivée au club de ce pauvre bougre.

      Signaler
      1. le_yogi - jeu 8 Sep 22 à 10 h 56

        Cave, j'espère au moins que tu vas te consoler ce soir avec la prestation de Caroline Garcia, supportrice revendiquée de l'OL ^^
        https://www.ol.fr/fr/actualites/caroline-garcia-juninho-ses-coup-francs-c-etait-fou-1

      2. cavegone - jeu 8 Sep 22 à 12 h 21

        Oui salut Le_yogi, je suis son parcours de très près 😉
        C’est ça d’atteindre un niveau de confiance qui permet avec le même bagage physique technique ou tactique de performer.
        L’entraineur on ne mesure pas à quel point il est important. On imagine pas l’énergie que ça pompe de coacher, mais quand on arrive à mettre nos joueurs dans cet état de grace c’est un vrai bonheur 🥹

      3. Lyon1950 - jeu 8 Sep 22 à 12 h 36

        cavegone, penses-tu que c'est la même chose pour les entraîneurs en foot ?

      4. Darn - jeu 8 Sep 22 à 14 h 16

        De toute manière, tout le monde le sait, cavegone aime tout ce qui s'appelle Garcia !