(Photo by Sylvain THOMAS / AFP)

Nîmes - OL : révolte des joueurs après des propos racistes du vice-président

Prochain adversaire de l'Olympique lyonnais ce dimanche (21h) à l'occasion de la 37e journée de Ligue 1, le Nîmes Olympique est secoué depuis lundi soir par une affaire de racisme venant du vice-président de l'association qui gère la section amateur du club gardois.

Depuis lundi soir, la formation gardoise, 19e au classement et dos au mur avant les deux dernières journées de Ligue 1 dont la prochaine face à l'Olympique lyonnais, est secouée par une affaire de racisme. La raison ? Des propos tenus par Gérard Di Domenico, le vice-président de l'association Nîmes Olympique qui gère  la partie amateur des Crocos, sur les réseaux sociaux dans lesquels on pouvait notamment lire : "Sont basanés les Lensois. Ils vont à la mine en semaine" mais également "Arrêtez le ramadan !!! On ne tient déjà pas debout!!!".

Les joueurs sont montés au créneau

De nombreux joueurs du NO ont réagi sur les réseaux sociaux après cette sortie du vice-président de l'association. C'est notamment le cas du capitaine, Renaud Ripart, qui n'a pas hésité à fustiger ces propos sur son compte Twitter :

Face à cette polémique, l'association Nîmes Olympique a "fermement et sans ambiguïté" condamné les propos de son vice-président et a annoncé sa démission. "Le respect des différences, la fraternité, la lutte contre les préjugés font partie intégrante du socle d’apprentissage des enfants du Nîmes Olympique. Parce les discriminations et le racisme abîment notre pacte républicain, parce que cela affecte la vie de nombreux de nos concitoyens, la lutte contre ces fléaux constitue une priorité et un axe fort de notre association. Le président Yannick Liron s’est entretenu au téléphone en soirée avec Monsieur Gérard Di Domenico. Ce dernier lui a remis sa démission de l’association du Nîmes Olympique", a réagi l'association gardoise.

7 commentaires
  1. Darn - mar 11 Mai 21 à 17 h 30

    "Sont basanés les Lensois. Ils vont à la mine en semaine"
    Le mec il a COMPLETEMENT craqué ! Comment on peut encore dire de telles conneries sur les réseaux sociaux ? En privé, chacun fait comme il veut mais en public (parce qu'un réseau social c'est public et ça laisse des traces), il faut être bête, mais bête...

    1. le_yogi - mar 11 Mai 21 à 21 h 41

      Je trouve pas ça beaucoup plus tolérable dans la sphère privée mais enfin on peut pas aller fliquer jusque là bien évidemment. Mais je pense qu'au-delà de la "bêtise", il y a un problème d'éducation au numérique et de sensibilisation aux dangers des réseaux sociaux dont on a pas encore bien saisi la mesure dans notre société.

      1. Darn - mer 12 Mai 21 à 9 h 19

        Je ne dis pas que c'est tolérable, juste qu'on fait ce qu'on veut, puisque ça n'est censé atteindre personne.

  2. JUNi DU 36 - mar 11 Mai 21 à 21 h 12

    Mais pourquoi ? En plus quand tu t'appelle Di Domenico ça sonne pas très français. Il a pas un ancêtre qui ce serait fait traiter de sale rital dans la France de l'après guerre ?? M'enerve encore plus ces gens qui sont enfants ou petits enfants d'immigrés et qui se permette quand même d'être rasciste 🤮
    On a pas fini d'en entendre se lâcher d'ici les élections 😡

    1. Darn - mer 12 Mai 21 à 9 h 19

      Oui, mais il est blanc ! Mais pas blanchi...

  3. patsso - mer 12 Mai 21 à 7 h 11

    Un nom, qu'il soit d'origine italienne, française, vietnamienne ou encore africaine ne veut rien dire.

    1. SergioLeglise - mer 12 Mai 21 à 9 h 52

      Surtout dans un pays comme la France régulièrement balayé par des invasions, des mouvements migratoires massifs et un passé colonial. La grande migration des italiens c'est l'entre 2 guerres cf. Cavanna.
      Quand à la France de l'après guerre et des 30 glorieuses (et des français), je jetterai un voile pudique sur ce que j'en pense, tant le terme sale… (tout un tas de trucs) était fréquemment usité, à se demander ce qu'est un "bon français" puisque même ceux ayant contribué à libérer le pays n'y ont pas droit.
      De plus la Guadeloupe étant colonisé début du 17e, il y a potentiellement des guadeloupéens qui sont français depuis ce temps, soit 1 siècle avant que les mines ouvrent.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut