Lyon’s French-Portuguese defender Anthony Lopes (L) helps workers to clean the papers thrown on the field by fans during the French L1 football match Olympique Lyonnais and OGC Nice on April 15, 2016, at the New Stadium in Decines-Charpieu near Lyon, southeastern France. AFP PHOTO/PHILIPPE DESMAZES / AFP PHOTO / PHILIPPE DESMAZES

OL : de l'audace à 10

Vendredi soir au Parc OL, nous avons eu droit à un match électrique. Entre papelitos et décisions arbitrales contestées, l'ambiance est montée d'un cran. Ce qui a pu aider les joueurs ... ou pas.

Durant ces semaines d'avant-match, les entraîneurs passent leurs journées à préparer leur équipe, tout en étudiant minutieusement leur adversaire. D'autant plus quand l'OL reçoit Nice, un concurrent direct pour la 2e place du championnat. Alors quand au bout de 25 minutes, on se retrouve mené et à 10, d'autres paramètres non prévus entrent en compte pour renverser la vapeur.

A trop laisser jouer ...

En se souvenant du match aller, et en observant l'OGC Nice, il ressort que le coeur de cette équipe se trouve au milieu du terrain. Ce milieu si atypique dans cette Ligue 1, composé de Seri, Mendy et Koziello, trois petits gabarits qui posent des problèmes à tout le monde en jouant au sol et de façon très juste (47% de possession, 80% de passes réussies, choses rares pour une équipe venant jouer à Lyon). Ce trio alimente les trois de devant, et sans eux, point de Ben Arfa et compagnie (ou presque). C'est pourquoi lors des cinq premières minutes du match, les Lyonnais (à deux minimum) entament la rencontre comme des morts de faim, en ne laissant pas de répit au porteur du ballon adverse. Ce qui s'avère efficace pour contrer le Gym qui est délaissé inexplicablement après un peu plus de 5 minutes de jeu. Les hommes de Claude Puel vont en profiter.

OL Nice 15-30

Jusqu'à l'expulsion de Cornet, les Niçois étaient assez hauts sur le terrain pour une équipe venant au Parc OL.

 

Peu à peu, le bloc niçois remonte en même temps que le rythme baisse. Cela va laisser aux Sudistes le temps de développer leur jeu de passe si efficace, et de trouver les intervalles. Ben Arfa, même si un peu moins en vue que les semaines précédentes, commence à se montrer avec de longues chevauchées, et ses coups de rein font la différence. Il faut même 2 à 3 joueurs pour le stopper, preuve à la fois qu'il inspire la crainte, mais aussi qu'il manque de lucidité pour servir ses coéquipiers laissés seuls. C'est dont tout naturellement que les Azuréens ouvrent le score à la 18e, après que Plea ait eu le temps de se remettre sur son pied droit côté gauche, et que Germain puisse ajuster Lopes de la tête tout en étant couvert par Bedimo (pas la seule fois du match). Quelques minutes plus tard donc, Cornet est expulsé. A ce moment-là du match, les Gones ne sont plus dedans, ratent beaucoup de passes et de contrôles, tandis que les Aiglons cassent le rythme par de petites fautes (Ben Arfa étant même à deux doigts de marquer sur une spéciale "Robben"). C'est aussi à ce moment que se joue la suite du match.

Lyon galvanisé

Sans doute motivés par l'ambiance qui monte d'un cran, ainsi que par des décisions arbitrales qui semblent injustifiées, les joueurs de Bruno Genesio repartent au combat avec beaucoup d'envie. A signaler que Valbuena est rentré 10 minutes avant la mi-temps à la place de Darder, preuve que le technicien rhodanien y croyait. De leur côté, et paradoxalement, Nice recule beaucoup (au final, leur récupération s'effectue à 29 mètres de leurs buts, contre 41 mètres pour Lyon) et subit de plus en plus, les Lyonnais étant poussés (mais aussi freinés lorsque le match a été interrompu) par leurs supporters, dans une ambiance qui n'avait pas été vue depuis très longtemps à Lyon. Lacazette se démène sur le front de l'attaque, Ghezzal essaie de faire des différences (seul) mais n'y arrive pas toujours, alors que le contre n'est jamais très loin, en témoigne ce lob de Ben Arfa qui frôle le poteau de Lopes ...

OL Nice 30 -45

Après l'expulsion, les Niçois ont reculé, ce qui a profité à l'OL.

 

C'est assez brouillon dans le jeu, les meilleurs choix n'étant pas toujours effectués au bon moment (passe en profondeur au lieu de la mettre dans les pieds et vice-versa). Mais les joueurs sentent qu'ils ne peuvent pas laisser une telle chance d'obtenir la 2e place. Dans cette optique, Fekir rentre à un peu plus de 10 minutes de la fin, et l'entraîneur lyonnais décide de finir avec 3 défenseurs et surtout 4 attaquants, en étant à 10 ! Lacazette égalise avec une rage significative, et par la suite, les centres (plus de 30 durant cette rencontre) se succèdent devant les buts de Cardinale, sans qu'un Gone ne reprenne victorieusement. Fekir gagne quelques coups francs en provoquant aux abords de la surface, mais ce 2e but n'arrive pas. Claude Puel peut féliciter ses joueurs pour cette défense rigoureuse, mais peut se poser des questions sur le fait d'avoir tant reculer en menant en supériorité numérique. Côté lyonnais, jusque là, on les savait joueurs. On sait maintenant qu'ils peuvent faire face à la difficulté sur un match, en revenant avec le coeur.

10 commentaires
  1. Alex Ccly - dim 17 Avr 16 à 9 h 08

    Tactiquement Genesio a été énorme sur ce match. Il faut le souligner je crois.

  2. OL-38 - dim 17 Avr 16 à 9 h 29

    Bonjour à tous,
    Très bon article qui résume bien le match de Vendredi. L'OL était donc retombés dans ses travers, en étant pas concentrer et à donc fallu attendre un électrochoc pour qu'ils réagissent et repartent à l'assaut. Les Gones devront bien rectifier et corriger cela pour jouer Samedi. ALLEZ L'OL

  3. Tempo - dim 17 Avr 16 à 10 h 19

    Zut, Toulouse n'a pas perdu à Lorient et Reims a perdu hier.
    Au bilan, Toulouse peut encore croire à son maintient en L1.

  4. rastaman - dim 17 Avr 16 à 12 h 54

    Tactiquement il est vrai que génésio a trouvé la solution quand on a joué a 10 , contrairement à Puel qui a hier montré ses limites , toujours est 'il que Nice a 11 contre Onze était bien meilleur que nous...jallet et ghezzal n'y étaient pas , cornet était brouillon et le milieu était dépassé , bref il a fallu qu'on joue à 10 , Valbuena n'en déplaise la plupart des gones du site a gagner largement sa place de titulaire à Toulouse car ç'est un très bon joueur qui sait garder la balle et qui joue collectif , a Toulouse faudra ne plus jouer en réaction mais jouer tout simplement la Victoire sera dure mais impérative , n'oubliez pas que sainté revient très fort , Nice sera toujours là , rennes et lille aussi...ça va être compliqué jusqu'au dernier match mais on a largement les joueurs et le collectif pour remporter tous ces matchs futurs....le nul contre Nice devrait être un mal pour un bien enfin , j'espère...Si on avait débuté l'avant saison plus intelligemment la faute a un staff en vacance on en serait pas là...

    1. fandelol - dim 17 Avr 16 à 14 h 31

      En quoi Nice était bien meilleur que nous à 11 contre 11? Pendant le premier quart d'heure ils n'ont pas vu le ballon. Après, on a reculé jusqu'à l'expulsion mais dire qu'ils étaient largement supérieurs...
      Pour Valbuena, je pense qu'on n'aura pas trop le choix de toute façon à Toulouse. On n'a pas 50 joueurs pour jouer sur les côtés en attaque et Fékir n'est pas encore apte à débuter un match (même si son profil serait plus intéressant).
      J'espère qu'on ne regrettera pas les deux points de Rennes et le but à la con contre Lille (qui nous coûte un point et en donne 2 de plus à Lille qui aujourd'hui n'est qu'à 4 points de nous avec un calendrier facile)

  5. Pamo01Michel - dim 17 Avr 16 à 13 h 14

    la faute à un staff en vacances ??????

  6. Gones2wano - dim 17 Avr 16 à 15 h 12

    Lille sont trop loin avec 4 point d'avance sa doit le faire, par contre Saint Étienne ne sont qu'à 2 points et on un calendrier super favorable et ces chien joue super mal mais gagné tout de même, Nice je les vois lâché, et Monaco vont se relancer ce soir donc sa va être très dur pour cette seconde place surtout que Toulouse va nous faire mal la semaines prochaine
    Sinon puel à est toujours aussi nuls en gestion de match sa me rapelle en demi contre le bayern il avait était pitoyable dans sa gestion de match après l'expulsion de ribery, son meilleur coaching est celui du réal en 8 ème mais c'est une blessure d'un de nos joueur qui l'avait obligé à faire des changements

    1. fandelol - dim 17 Avr 16 à 16 h 23

      Lille est dans une super forme hein. Ultra dépendante de Boufal, certes, mais très en forme quand même. Ils ont trois matchs "faciles" et le dernier à Saint-Etienne. Comme tu dis, ça devrait le faire, mais faudra pas faire les c*** à Toulouse comme on en a pris l'habitude.
      Pour Sainté, ils jouent Nice et Lille. Donc ils devraient laisser des points en route.
      Après, on y verra un peu plus clair au soir de la prochaine journée je pense. Il nous restera alors deux matchs pas trop compliqué et la finale contre Monaco.

      1. janot06 - dim 17 Avr 16 à 16 h 30

        D'abord Toulouse où on serait bien inspirés de prendre les trois points ; mais attention au dernier match à Reims, surtout si les Rémois jouent leur peau sur cette rencontre.
        Il nous reste quatre matches pas si faciles que ça avec notre concurrent principal à la deuxième place et trois face à des menacés par la relégation.
        Les deux points abandonnés face à Nice risquent de coûter chers.
        Quatre matches, quatre finales à gagner et la deuxième place est pour nous !

  7. poussin - dim 17 Avr 16 à 19 h 47

    moi je la sens pas trop cette fin de saison. Jouez des équipes qui se battent pour pas descendre, c'est bien plus dangereux que des milieux de tableau. Les gars vont tout donné, c'est un match éliminatoire pour eux.

    enfin, on verra bien mais si on ne va pas en LDC , ça sera surtout dû au 6 premiers mois raté.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut