Lyon’s French forward Alexandre Lacazette (R) celebrates with teammates after scoring a goal during the French L1 football match between Olympique Lyonnais (OL) and Troyes on January 9, 2016, at the New Stadium in Decines-Charpieu, centraleastern France. AFP PHOTO / JEFF PACHOUD / AFP / JEFF PACHOUD

OL - Grenier : "Je ne me sens pas appartenir à un clan"

Pas encore fixé sur son avenir, Clément Grenier est revenu pour France Football sur la première partie de saison lyonnaise. Mais également sur la notion de "gang des lyonnais".

Formé à l'Olympique lyonnais, Clément Grenier a évoqué la vie de groupe au cours de la saison, dans les colonnes de France Football. D'après lui, l'empreinte lyonnaise se situe surtout au niveau du jeu, plus que dans la notion de "clan" comme il le déclare : "Ça veut dire quoi « être lyonnais » ? Peut-être qu’on est fier d’avoir grandi dans une ville comme celle-ci, dans un club comme l’OL, avec une habitude de la gagne inculquée dès qu’on est petit, une tradition de beau football, observe-t-il. Mais je ne me sens pas appartenir à un clan. Et je pense que c’est le cas des autres Lyonnais formés ici, ajoute-t-il. J’ai accueilli Christophe Jallet chez moi quand il est arrivé, pareil avec Jérémy Morel."

"Quand il n'y a pas de victoire, il n'y a pas de groupe"

Fier de ses origines, Clément Grenier semble apprécier ses nouveaux coéquipiers. Pour lui, il n'y a pas de clan au sein du vestiaire : "Cette histoire de clan lyonnais, sortie en première partie de saison, c’était surtout une excuse. La vérité, c’est qu’on ne gagnait pas, chacun jouait pour sa pomme et on trouvait des excuses ailleurs, explique le milieu de terrain. On raconte beaucoup de choses sur l’état d’esprit, la solidarité et tout ça, mais ce qui forme un groupe, ce sont les victoires. Quand il n’y a pas de victoire, il n’y a pas de groupe. C’est très rare d’avoir un bon groupe quand tu perds, conclut-il." Avec de nombreux joueurs formés au club, l'Olympique lyonnais est en effet une équipe composée en grande partie de joueurs de la région. Lyonnais depuis ses 11 ans, l'international français (5 sélections) connait la maison et possède encore deux ans de contrat. Malgré tout, il ne sait pas encore de quoi sera fait son avenir.

3 commentaires
  1. OL-38 - mar 17 Mai 16 à 16 h 19

    Grenier à raison, personne ne fait partie d'un clan. Il ne faut pas se faire des idées, Grenier s'entend bien avec tous le monde. il faudrait arrêter de le prendre comme le maillon faible des gones. Allez Grenier reviens vite en forme. ALLEZ L'OL

    1. Minolt - mar 17 Mai 16 à 17 h 37

      Clan ne veut pas forcément dire mauvaise chose. Mais je suis sûr qu'il existe.

  2. Eau_de_Feu1 - mar 17 Mai 16 à 16 h 48

    il va partir , si il veut rester avec ce qu il vient de dire Aulas va vouloir le mettre a l amende en divisant son salaire par 2 ou en le vendant ...moi a sa place je partirai ...

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut