OL : le match de Paris, une base de travail ?

Impression bizarre. Après la première défaite de la saison en championnat contre le PSG dimanche soir (2-0), le sentiment prédominant est assez positif envers l'OL. Un revers certes, mais une impression de meilleur prestation de la saison. Un tremplin pour la suite ?

Par rapport aux matchs du début de saison, celui du PSG est le meilleur sans aucun doute (au delà du résultat). Après quelques critiques, l'entraîneur Bruno Genesio espère en faire un point de départ pour d'autres prestations de ce type. "Malgré tout, on pourra beaucoup positiver sur ce qu'on a fait ce soir, reconnaît-il. Si on reproduit cela, on peut penser que de belles choses nous attendent dans la saison." Cela est-il possible ?

Une organisation suivie rigoureusement

Sur une largeur équivalente à celle de la surface, les joueurs de l'OL sont placés très proches les uns des autres. Pas d'espace pour le PSG, qui n'a juste que les côtés pour passer. Tout le monde est derrière le ballon.

La crainte. Voilà le sentiment qui habitait chaque supporter lyonnais avant ce match, surtout quand on regarde le parcours du PSG jusqu'à présent (notamment la dernière victoire 5-0 au Celtic en Ligue des champions), ainsi que les joueurs alignés tels Neymar, Cavani, Mbappe, Draxler ... Seuls le coach et ses joueurs savaient que rivaliser était possible, et justement cet alignement de stars a dû lui donner une idée. En effet, toutes ces stars précédemment citées jouent dans l'axe ou ont tendance à repiquer. Facile dès lors de concocter une tactique avec de bons joueurs, réceptifs aux consignes et intelligents tactiquement.

Genesio a donc décidé de blinder l'axe, en laissant les côtés libres pour les Parisiens (image 1). Pour preuve, les 39 centres effectués par toute l'équipe (!) et les 102 ballons touchés par le latéral droit brésilien Dani Alves. Autrement dit, les Gones attendaient les centres (pour Cavani généralement), étant donné que passer par l'axe était tâche ardue pour les joueurs de la capitale. Cela a marché, Marcelo et compagnie (20 ballons gagnés par le Brésilien, qui s'est régalé des centres parisiens) ne laissaient rien au moment de jouer les duels dans la surface. L'Olympique lyonnais avait un bloc défensif bien regroupé, qui n'a pas souvent été débordé en première période notamment (4 tirs dans les 45 premières minutes, dont 3 dans les 5 dernières minutes), ce qui rendait la tâche défensive plus simple. Le PSG, comme le fait parfois le Barça quand il n'arrive pas à faire la différence, tourne autour de l'équipe adverse à la manière du handball. C'est beau, les passes redoubles, mais ce n'est pas efficace. En face, les Rhodaniens n'ont jamais été aussi concernés cette saison, que ce soit physiquement et mentalement. Et c'est peut-être là que le problème.

Quand l'adversaire motive les individualités

Niveau joueurs, le technicien lyonnais a fait des choix. Notamment sur les postes clés des latéraux, eux qui allaient se coltiner Mbappe et Neymar. Titulaires, Kenny Tete et Ferland Mendy ont livré de bonnes prestations, sans doute galvanisés par l'opposition qui leur était promise, car on le sait, plus c'est dur, plus on est concentré pour ne faire aucune erreur. Jamais pris de vitesse par les deux flèches parisiennes, les latéraux de l'OL ont été solides dans les duels (sauf une fois pour l'ancien de l'Ajax, Lo Celso ayant fait la différence pour amener le but...) et se sont parfois permis de prendre le ballon dans les pieds de leurs adversaires, qui tentaient tout ce qu'ils avaient en stock pour les passer. Tete et Mendy constituaient par conséquent une bonne rampe de lancement pour contrer (les deux sont dans le top 5 de l'équipe au niveau des ballons touchés). Devant eux, les ailiers Traoré et Memphis n'ont pas rechigné à la tâche, étant positionnés beaucoup plus bas que d'habitude pour aider leurs coéquipiers.

De plus, les joueurs du milieu ont bénéficié d'une chose : la supériorité numérique. Effectivement, une fois que les défenseurs lyonnais relançait et passait le quatuor offensif adverse, le milieu se retrouvait à 3 contre 2 (Motta et Rabiot, 3 contre 1 même quand un des deux pressait). Dans ce cadre, Fekir venait aider et n'hésitait pas à chercher la gonfle bas pour la remonter comme il en a le secret, et surtout Ndombele a apporté exactement ce qu'il fallait à l'OL, qui plus est dans cette rencontre : la percussion verticale. Très actif dans l'entre-jeu, l'ancien joueur d'Amiens a bénéficié de ce surnombre pour porter le ballon sur de longues distances, ce qui a permis de faire remonter son bloc équipe (quel volume de jeu affiché !). En outre, il a été important dans cette bataille du milieu (50% de duels gagnés face à la paire Rabiot-Motta). A ce titre, on peut mentionner que Mariano Diaz était un peu en retrait de ce surpassement individuel général (18 ballons joués, 11 perdus...), mais dans ce genre de rencontre, jouer avant-centre est le pire des postes.

Être prudent pour la suite

Avec le recul, beaucoup de Lyonnais se sont en effet surpassés, et pour cause, il s'agissait du PSG en face. De fait, on avait jamais vu cette saison une telle concentration et une telle intensité chez les hommes du président Aulas, et c'était déjà le cas les saisons précédentes, l'OL accrochant souvent le PSG grâce à de grosses prestations. Mais le test le plus important pour cette équipe n'est-il pas face à Dijon ce samedi ? Doit-on attendre de Lyon une maîtrise face aux petits ou un surpassement face aux gros ? A ce titre, la performance ce dimanche au Parc des Princes ne servira pas forcément face à des rivaux qui vont attendre, et où l'OL devra à son tour faire le jeu ...

19 commentaires
  1. dugenou
    dugenou - mer 20 Sep 17 à 8 h 32

    c 'est sûr qu 'il faut se servir de ce match comme match référence.
    On est capable de le faire et il faudra le reproduire.
    Contre Dijon, ce serait bien d'être efficace devant tout en gardant un équilibre défensif solide.
    Mais la tactique d 'un soir n 'est pas forcément la même pour les matchs suivants.
    Il ne faut pas se rendormir comme contre Limassol. Maintenant la saison est lancée et plus personne d 'autre (que le PSG) doit nous arrêter.

  2. janot06
    janot06 - mer 20 Sep 17 à 8 h 58

    L'OL ne serait-elle qu'une équipe de contres ?
    Va-t-on enfin voir une équipe conquérante quand elle doit faire le jeu ?
    Ndombele confirmera-t-il qu'il est l'élément clé et ses partenaires se mettront-ils au diapason ?
    Première réponse samedi soir mais je ne comprendrais pas que notre équipe ne reproduise pas la hargne et l'engagement qu'elle a mis face au PSG

  3. Avatar
    juicyOL - mer 20 Sep 17 à 10 h 13

    On défend trop bas pour pouvoir faire le jeu je pense qu'on est une équipe de contre mais j'espère tout de même me tromper 1ère réponse samedi soir

  4. -bRoglin-
    -bRoglin- - mer 20 Sep 17 à 10 h 31

    On a tout les éléments d'une équipe de contre...Défenseur assez lent dans l'axe, latéraux et ailiers véloces pour se projeter devant...et un attaquant axial assez faible en jeu dos au but..
    Mais, on a aussi de grosses qualités technique avec Tousart, Ndombélé, Fékir et Traoré pour conserver la gonfle si on le souhaite ou si l'adversaire l'impose (équipe regroupée).
    Pour ma part, je pense qu'on a un 11 type équilibré, et que seul l'investissement de ceux ci impactera nos résultats..si ils en veulent, on sera largement 2 ou 3 ème en fin d'année..par contre, si on offre des prestations indigestes comme Guinguamp..on sera 4-5 ème au profit d'un ASSE ou Bordeaux..

    1. Avatar
      Gones2wano - mer 20 Sep 17 à 11 h 04

      Morel est grave rapide tu te trompe sur sa vitesse, nos laterux tete et medy sont des flèche eux aussi

  5. Avatar
    Gones2wano - mer 20 Sep 17 à 11 h 03

    HS, bilan de 2 joueur que je regrette : le sergi ce révéle excellent en liga il a déjà charmer tout les observateur et supporter
    Mammana est excellentissime en Russie il enchaîne les été de haut niveau, il joue axe gauche et la défense du zénith encaissé presque aucun but, il a chaque fois les meilleur note

    J'ai viens de voir une vidéo de Diop sur Twitter :
    https://twitter.com/Benzema3469/status/910216104030691328
    Techniquement c'est lourd, si il congire les promesses en match il va falloir l'intégrer au milieu et donc changer de dispositif
    Le 442 en losange, va devenir indispensable, et ça nous mettra le clown sur le banc
    Un milieu avec tousart en 6, ndombele et Diop en 8, fekir en 10
    Devant un duo Mariano-Traoré
    C'est certainement la meilleur équipe possible

    1. Avatar
      Gonzo - mer 20 Sep 17 à 11 h 28

      Pareil.
      Si Diop confirme, ce schema de jeu deviendra plus qu'une option.

    2. Avatar
      Gones2wano - mer 20 Sep 17 à 13 h 40

      Mdrrrrr ba c'est un bilan d'un observateur neutre,impartial et objectif c'est à dire moi même

    3. Avatar
      Burp - mer 20 Sep 17 à 20 h 20

      Merci g2w de nous ramener à la triste réalité
      Nous avons un entraîneur par le fond
      Que nous puissions pleurer à chaudes larmes sur ce gâchis

  6. Altheos
    Altheos - mer 20 Sep 17 à 11 h 09

    Même si le style de l'équipe a évolué puisque Génésio semble vouloir laisser de côté la possession stérile au profit d'un jeu plus direct, il est évident que l'OL est paradoxalement plus à l'aise lorsqu'il n'a pas à faire le jeu.
    De là à dire que nous sommes une équipe de contre, c'est un raccourci un peu trop facile à mon goût.
    Ce qui sûr, ce que pour être performant dans le durée, il va falloir reproduire la concentration et l'engagement que l'équipe à mis lors de ce match, même contre des "petites" équipes. Il est évident que si l'OL avait joué ne serait-ce que 15-30 min avec cette intensité à Limassol, l'affaire était pliée. Il est humain de ne pas être autant motivé face à une équipe chypriote que face à la pléiade de stars du PSG.
    Et c'est là que le travail psychologique du staff doit s'exprimer.

  7. Avatar
    ObjectifEurope - mer 20 Sep 17 à 11 h 49

    Dijon à l'air très faible cette année. J'ose espérer que l'on va se balader contre cette équipe.

    Moi, je pense que le vrai TEST cela sera plus contre des équipes style Toulouse, Lille (même si mal classé) Nice etc..

    C'est pas plus mal qu'on tombe contre Dijon car Tanguy va pouvoir travailler les automatismes avec ses partenaires.

    Malgré ce que je lis, j'ai même trouvé que Memphis semblait avoir progressé...

    Donc samedi, victoire impérative et avec la manière !

  8. Avatar
    thebestgone - mer 20 Sep 17 à 13 h 46

    si l'OL pouvait jouer comme ça toute la saison (avec de l'envie et un vrai projet de jeu), on sera sur le podium à la fin de la saison !!!!

  9. Avatar
    Grognard - mer 20 Sep 17 à 13 h 53

    Comme base de travail pour s'améliorer devant le but et dans la gnaque.

  10. MakeLyonGreatAgain
    MakeLyonGreatAgain - mer 20 Sep 17 à 15 h 26

    Je n'arrive pas à croie qu'on est encore à faire de ce match une référence.
    On a été maladroits devant leur cage et la notre (deux CsC).
    Le système de jeu n'est ni en adéquation avec l'effectif ni la philosophie de jouer "le contre".
    Le PSG a su faire en cours de match ce que l'OL est incapable de faire: changer de système de jeu afin de mettre l'adversaire en difficulté (de 4-2-3-1 à 4-3-3 pour Paris). Pour preuve, le PSG à mis l'OL beaucoup plus en difficulté après leur changement alors que du côté de l'OL, les changements ne se font qu'au "poste pour poste".
    Apporter de la verticalité au jeu en densifiant notre milieu de terrain aurait été plus judicieux. Je pense à remplacer Memphis par un joueur au coeur du jeu tel qu'un Grenier (qui montre de belles choses en CFA) ou Jordan si le déséquilibre aurait nécessité un joueur à vocation plus défensive.
    le 4-2-3-1 est mort, vive le 4-4-2 !!!

    1. Avatar
      Sony07 - mer 20 Sep 17 à 18 h 25

      Je suis d'accord avec toi, les matchs où nous n'aurons que 25/30% de possession de balle ne seront pas légion en L1, ce qu'il faut travailler c'est avec 70% de possession et se créer des occasions

      1. Avatar
        Grognard - jeu 21 Sep 17 à 16 h 36

        Faut voir.
        Pour faire mieux, ce sont des quarts et demi-finales qu'il faudra gagner... on sera pas à 70% de possession dans ces matches là.

  11. Avatar
    ol-91 - mer 20 Sep 17 à 19 h 10

    Le match contre Paris n'est pas une référence puisque nous avons été battus ! Nous n'avons même pas une équipe de contres puisque nous n'allons pas à l'abordage de l'adversaire. On temporise et on gâche toutes nos occasions. Et, en plus, on ne sait pas cadrer ! (les replays des autres clubs buteurs sont éloquents !)

  12. Juninho38
    Juninho Pernambucano - mer 20 Sep 17 à 19 h 20

    Je suis du même avis que Makelyon , mais changer de tactique en cours de match , c'est trop demander à Génésio, il ne sait pas faire .
    Je suis pour aussi le 442 a la monégasque , avec un duo Fekir Mariano devant et un milieu densifié par un joueur de ballon comme Grenier ou Aouar .

  13. Avatar
    Burp - mer 20 Sep 17 à 20 h 22

    C'est marrant toutes ces analyses pour tenter de comprendre ce qui est déficient dans l equipe

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut