Ada et Andrine Hegerberg à la remise du Ballon d’Or 2018 (Photo by FRANCK FIFE / AFP)

OL : "Ma soeur m’a ouverte à un nouveau monde", se remémore Ada Hegerberg

Aujourd’hui star du foot féminin, Ada Hegerberg n’était pas forcément destinée au ballon rond. C’est sa soeur Andrine qui lui a transmis le virus.

Il y a quelques jours, Ada Hegerberg a avoué qu’elle avait tiré une partie de sa force de Serena Williams et de la faculté de la tenniswoman américaine à se relever après des échecs. La famille Williams est l’une des familles sportives les plus titrées de l’histoire et en a inspiré plus d’une. Parmi elles, la famille Hegerberg avec Ada donc mais aussi Andrine. Entre les deux Norvégiennes, ce n’est pas forcément celle à laquelle on pense qui était destinée pour le foot.

"Elle a toujours été la star de la famille. Elle a su tout de suite ce qu’elle voulait dès son plus jeune âge et c’était devenir une footballeuse, confesse l’attaquante de l’OL dans une interview à DAZN. J'ai un peu traîné au début avant de m'y mettre doucement aussi. Je lui serai toujours reconnaissante de m'avoir emmenée partout quand j'étais plus jeune."


Hegerberg : "Gagner une coupe ensemble a été incroyable"


Entre Andrine et Ada Hegerberg, la jalousie n’a jamais été au centre de leur relation. Séparée de deux ans, elles ont grandi ensemble aussi bien en tant que femmes qu’en tant que footballeuses. Après avoir tapé le ballon dans le club de leur ville, elles ont ensuite fait le grand saut vers Oslo puis l’Allemagne en 2013. 

"Je n’ai jamais rêvé d’être professionnelle quand j’étais petite car il n’y avait pas d’images de femmes qui réussissent dans le foot. L'image de ma sœur jouant avec des garçons me donnait déjà le sentiment que c'était tout à fait normal, elle m'a en quelque sorte ouvert un tout nouveau monde. Elle m'a permis de jouer avec ses amis, de venir jouer avec son équipe."

2014 marque la fin de l’aventure à Potsdam mais aussi la fin de leur idylle à deux. Quand Ada Hegerberg a rejoint l’Olympique lyonnais, l’aînée a pris la direction de la Suède et Gotënborg avant de découvrir l’Angleterre et Birmingham. Les deux soeurs se sont finalement retrouvées en 2018, année de l’apogée du Ballon d’Or féminin, mais comme adversaires avec la milieue ayant débarqué au PSG pour une saison. Les trajectoires ont été bien différentes mais Hegerberg ne serait pas la Ada d’aujourd’hui sans sa soeur, qui reste sa première supportrice.

2 commentaires
  1. JUNi DU 36 - mer 30 Mar 22 à 15 h 49

    Une jolie histoire pleins de tendresses 👍 Elles sont trop belles l'une et l'autre 🤩🌞

  2. dede74 - jeu 31 Mar 22 à 17 h 28

    Quand on voit ces jolis minois, on regrette d'être un "vieux chnock" 😆 😳

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut