Lyon’s French forward Gaetan Perrin (2nd-L) celebrates with teammates after scoring a goal during the French L1 football match between Lyon and Nantes at the New Stadium in Decines-Charpieu, central-eastern France, on March 19, 2016. AFP PHOTO / JEFF PACHOUD / AFP / JEFF PACHOUD

OL : que ce fut dur !

On ne s'attendait pas à cela. Lyon a eu toutes les peines du monde à se défaire du FC Nantes samedi au Parc OL (2-0). Seule la victoire compte, mais ...

Bruno Genesio doit être soulagé. Après un match difficile, et alors que le spectre de laisser des points dans la course à la deuxième place se profilait, la victoire est arrivée en fin de match. Ce qu'il explique. "Il fallait faire preuve de patience et de persévérance. On a été solides défensivement. La charnière centrale a été costaud. La réussite qu’on n’a pas eue à Rennes, on l’a eue ce soir donc c’est bien." Dans le jeu en revanche, cela n'a pas toujours été probant.

Lyon face a ses vieux démons

OL Nantes Bloc nantais
 

Dur d'imposer son jeu quand l'équipe adverse est si bien regroupée. Michel Der Zakarian a bien étudié le jeu de l'OL en mettant en place deux lignes de quatre resserrées à la perte du ballon.

 

Comme plus tôt dans la saison, l'OL s'est retrouvé face à une équipe bien regroupé à domicile, contrairement à ce qu'on a pu penser. Mais attention, il y a une différence entre une équipe bien regroupée et une équipe venue uniquement pour défendre. Ce n'était pas le cas du FC Nantes, qui a quand même eu le ballon lors de la rencontre (les Gones dominant avec seulement 55% de possession). Disciplinés lorsqu'ils n'avaient pas la gonfle, les Canaris étaient sereins à la récupération, et pouvaient remonter tranquillement, le pressing lyonnais étant inexistant ou presque. Aussi, avec leurs joueurs offensifs, ils n'ont pas hésité à exploiter les contres à fond en allant vite de l'avant. Mais la défense lyonnaise a été vigilante toute la rencontre, ce qui n'a pas provoqué de réel danger pour les Rhodaniens.

Toujours est-il que comme il y a quelques semaines en arrière, l'OL est retombé dans le travers du jeu latéral (à hauteur de 51%). Par conséquent, les joueurs tentaient de contourner le bloc nantais par les côtés (85% du jeu lyonnais est passé par les ailes) sans tenter de faire la différence dans l'axe par des passes dans les intervalles. Les quelques fois où cela est arrivé, en premier lieu par l'impulsion de Darder, le danger a été immédiat ou presque (comme sur sa frappe à la 15e). Il aurait pu l'être sur les côtés, mais les centres n'étaient pas automatiques (en première période, sur 12 centres, 9 venaient de la gauche, preuve d'un déséquilibre). Mais comme l'a dit l'entraîneur, il fallait être patient.

Une équipe plus mature ?

Comme l'a souligné le technicien rhodanien après la rencontre, son équipe a fait preuve de patience. En effet, aucune manifestation de panique ou de précipitation est apparue durant la rencontre, signe d'une confiance dans le groupe. Cette confiance vient de certitudes, notamment au niveau du jeu, et cela tranche avec notamment avec la nervosité observée lors du match contre le LOSC. Un peu trop sereins peut-être ? Effectivement, cette volonté de ne pas presser et laisser jouer l'adversaire aurait pu mettre l'équipe plus en danger si les Nantais avaient été plus juste dans le dernier geste. Aussi, l'impression laissée tout au long du match est mitigée. Une impression d'un rythme monotone par moment, sans volonté d'accélérer si ce n'est par des initiatives individuelles.

Cela est sans doute dû au fait que les jeunes Lyonnais n'ont pas encore percé tous les mystères d'une équipe jouant regroupée, même si leur attitude face à cela évolue progressivement (on voit encore certains s'agacer assez fréquemment quand les passes n'arrivent pas dans l'intervalle). Dans la même lignée de cette monotonie, les quatre joueurs ayant eu le plus le cuir côté lyonnais sont les quatre défenseurs, avec plus de 80 ballons chacun (et sans boulette notoire, faut-il le préciser !). Et il a suffit d'un pressing haut de Gonalons (qui d'autre que lui) alors que les Nantais relançaient et n'étaient pas bien replacés, et d'un exploit de Ghezzal pour faire la différence. C'est aussi une preuve de lucidité, d'avoir profité d'un moment de flottement chez l'adversaire. Lucidité qu'il faudra conserver dans le sprint final.

 

10 commentaires
  1. Pamo01Michel - lun 21 Mar 16 à 14 h 39

    Tu ne t'attendais pas à ça, ils sortaient de 14 matchs sans défaite... Tu ne suis pas le foot ?

    1. Nabil Benyoucef - lun 21 Mar 16 à 15 h 24

      En tant que supporter ou suiveur de l'OL, et en ayant regardé les performances de ces dernières semaines (surtout au Parc OL), il était logique d'attendre un bon match de la part des Lyonnais (notamment dans le jeu). Or cela n'a pas été aussi bon que ces dernières semaines à domicile. D'où le "On ne s'attendait pas à cela" qui s'applique à l'OL, au point de vue de l'OL donc et non de celui de Nantes.

      En espérant avoir été plus clair dans mes propos 🙂

    2. OLVictory - lun 21 Mar 16 à 15 h 25

      Rhô la vieille attaque en dessous de la ceinture !
      Toi tu es mon idole, un exemple de trolleur à montrer dans les écoles de troll ! 😎

  2. jules_69 - lun 21 Mar 16 à 14 h 52

    HS, mais pour décompresser après cette journée de championnat :
    http://www.foot01.com/equipe/st-etienne/asse-selnaes-reve-de-devenir-le-pirlo-de-la-l1,205862

  3. OL-38 - lun 21 Mar 16 à 15 h 45

    Peut-être que L'OL n'avait pas du assez étudier le jeu e Nantes et préparer à jouer ce match, au contraire de Nantes. Malgré quelques frayeurs Les gones auront réussi à maitriser la rencontre et à bien jouer et marquer, juste avant la fin. Sans compter sur le très bon travail des gones comme Darder, Ghezzal et Perrin qui auras bien su profiter du ballon de Ghezzal pour marquer.

  4. Pamo01Michel - lun 21 Mar 16 à 16 h 08

    Oui, c'est plus clair, mais il va falloir s'attendre à des équipes qui viennent bétonner, sauf si on marque rapidement, samedi le match aurait été très différent si Tolisso avait marqué sur le caviar de Cornet...

  5. rastaman - lun 21 Mar 16 à 16 h 09

    Toujours est 'il que le jeu insipide de Monaco ne joue pas en leur faveur face , justement à des équipes qui comme eux , sont défensives....on y croira jusqu'au bout mais on va surement trembler jusqu'au dernier match....la faute à qui ? on va pas ressasser toutes les erreurs du staff et des joueurs , ce qui est fait est fait , maintenant si pour Monaco le destin n'est pas entre nos mains contre Nice qu'on va recevoir , là oui notre destin nous appartiens....donc on va y croire jusqu'au bout....

  6. kaskiwOL - lun 21 Mar 16 à 22 h 32

    Pour la seconde place, c'est râpé ...
    Inutile de se faire des illusions, comme le dit Rastman il faut maintenant préparer le match contre l'OGC Nice qui sera décisif pour la troisième place.
    Et préparer surtout un scénario "mercato" prenant en compte toutes les erreurs de recrutement de l'été et les désillusions de l'automne 2015.
    Si on doit jouer les tours préliminaires de la champion's league, il faudra se renforcer en nombre et miser fifty-fifty entre les jeunes sortis de la formation et les joueurs d'expérience éventuellement étrangers (pourquoi ne pas réactiver une filière brésilienne ?), en mettant le prix pour les recruter.
    Et surtout, ne pas miser sur des chèvres qui passent leur temps à l'infirmerie (ou à la bergerie ... ?), il nous faut des rocs solides sur leurs appuis, au profil "Gonalons" ou "Umtiti". Il est quand même facile de savoir à l'avance si un joueur est "statistiquement fiable" ou pas (avec Rafael, je trouve que l'OL a pris beaucoup de risques ...).

  7. Altheos - mar 22 Mar 16 à 11 h 21

    Comme quoi on n'est pas obligé d'aligner une équipe avec 10 joueurs à vocation défensive pour défendre.
    Nantes a joué avec 2 attaquants et des vrais ailiers et nous a quand même posé beaucoup de soucis.
    Mais clairement c'est le genre de match qu'on aurait perdu il y a encore quelques semaines.
    Merci à Rachon d'avoir prit ses responsabilités avec son exploit personnel pour débloquer la situation !

  8. Monrne - mar 22 Mar 16 à 23 h 30

    Moi Jsuis pas d'accord la seconde place c'est pas râpé.Certes ce ne sera pas facile mais ni plus ni moins que la 3eme.Je reste persuadé que Monco avec le jeu proposé va nous sortir encore quelques matchs nuls.
    A nous de faire le taf il nous faut 19/21 et là on pourra y croire.Apres avoir dit ça on peut très bien aussi finir 5ème ou 6 eme si on ne réalise pas ce score là car les écarts sont très serrés.Pour le podium néanmoins je pense que ça va se jouer entre Monaco,Nice,Rennes et nous.
    Allez les gones on doit y arriver

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut