Daniëlle van de Donk lors d'OL - Benfica
Daniëlle van de Donk lors d’OL – Benfica (Photo by Olivier CHASSIGNOLE / AFP)

OL - Reims (6-0) : Van de Donk, la hargne et l'inspiration

Facile vainqueur de Reims (6-0), l’OL a livré un festival offensif. Buteuse et passeuse, Daniëlle van de Donk a grandement participé à rendre cette tâche aisée. Retrouvez les tops de la rédaction.

Il n’y a qu’à voir sa rage au moment de voir le ballon faire vibrer les filets pour comprendre qui est Daniëlle van de Donk. Elle a beau être un gabarit de poche, la Néerlandaise est une vraie teigne et ce n’est pas nouveau. Pas avare d’efforts dans le repli défensif et le pressing, la meneuse réussit à ailler rage de vaincre et talent. Ce n’est jamais elle qui prend la lumière quand il s’agit de parler du secteur offensif, pourtant son rôle est primordial. Elle l’a encore prouvé ce dimanche face à Reims (6-0). Occupant la position la plus haute dans le milieu à trois de l'OL, Van de Donk s’est souvent placée entre les lignes afin de faire le lien avec Dumornay.

À la distribution pendant une grande partie de la première mi-temps, elle s’est illustrée avec une frappe limpide du gauche à la 36e minute. Voyant la défense rémoise ne pas monter sur elle, elle ne s’est pas fait prier pour envoyer un ballon croisé dans la lucarne de Szemik. Mais comme on l’a dit, la Néerlandaise ne se contente pas du seul apport offensif. C’est elle qui empêche la relance rémoise et pousse le ballon à finir dans les pieds d’Amel Majri pour le 3-0 lyonnais.

Dans une si large victoire, on passera sur les flops même si certaines prestations individuelles ont été en deçà en première mi-temps notamment. Mais, l’heure n’est pas à bouder son plaisir et le choix est donc fait de saluer avant tout l’évènement qui était attendu par tous les supporters depuis deux mois : le retour d’Ada Hegerberg. Mettre en avant un retour n’est pas forcément juste pour les autres Lyonnaises, mais le cas de la Norvégienne occupe tellement les discussions que c’est forcément une bonne nouvelle pour l’OL avant de retrouver le PSG vendredi prochain ainsi que le FC Barcelone dans deux semaines.

En ne jouant pas pendant deux mois, Hegerberg est clairement à court de rythme, mais sa simple présence sur la pelouse a un vrai impact psychologique sur son équipe ainsi que l’adversaire. Ce dimanche, durant le quart d’heure octroyé par Sonia Bompastor, la Ballon d’Or 2018 a avant tout cherché à retrouver des sensations avec le ballon en jouant avant tout en remise et à une touche.

3 commentaires
  1. knoumkoufou
    knoumkoufou - dim 12 Mai 24 à 20 h 16

    Il n' y a pas eu que des tops : peut-être le dernier match pour Perle qui a officié sans son habituel serre-tête rose ; Delphine un peu empruntée dans ce qui ressemble à un exil à gauche alors qu' elle n' est pas à 100% ; Maro qui joue les utilités ; Alice sur le banc.

    Signaler
  2. dede74
    dede74 - lun 13 Mai 24 à 13 h 27

    Pour les amateurs de statistiques, un excellent compte-rendu du match :
    https://www.footofeminin.fr/D1Arkema-L-OL-en-finale-avec-autorite_a19210.html

    Signaler
  3. OLVictory
    OLVictory - lun 13 Mai 24 à 13 h 32

    Vous en avez sûrement parlé ailleurs, mais j'ai bien rigolé de la pique de Bompastor au sujet de la finale OL-PSG qui "changeait" tout par rapport aux autres années. Le tout avec un petit sourire innocent 😆

    Signaler

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut