(Photo by Valery HACHE / AFP)

OL : une première depuis 23 ans

Il faut remonter 23 ans en arrière pour voir l'OL absent du podium de Ligue 1 deux années de suite.

Champion d'automne en janvier dernier, l'OL semblait renouer avec son lustre d'antan en se mêlant à la course au titre, une première depuis la saison 2014-15 où les Rhodaniens avaient terminé deuxièmes, derrière le PSG. Si cela a été le cas jusqu'à la 34e journée et la défaite face à Lille au Parc OL (2-3), Lyon n'aura finalement pas tenu et se sera même vu éjecté du podium pour la deuxième année de suite. Une première depuis les saisons 1996-97 et 1997-98 durant lesquelles l'OL avait terminé 8e et 6e.

Le deuxième meilleur total de ces dix dernières années

Et pourtant, avec 76 points au compteur à l'issue de cet exercice 2020-21, l'OL présente le deuxième meilleur bilan comptable de ces dix dernières saisons. Seule la saison 2018-19, terminée à la 3e place, fut meilleure en terme de points, avec 78 unités.

15 commentaires
  1. s.k - mar 25 Mai 21 à 9 h 46

    Ça montre bien que les jours qui arrivent sont cruciaux
    Il faut basculer du bon cote
    Et cela commence par le choix du coach

  2. Moimoi - mar 25 Mai 21 à 9 h 53

    Je trouve que Denis Balbir, consultant But football club, "résume" bien les choses :

    Contre Nice, Lyon a fait du Lyon. Comme depuis le début de saison. Dans le même match, on peut voir une équipe par séquence exceptionnelle et une autre qui n'a pas le niveau pour la Ligue des Champions.
    Le génie offensif – symbolisé par Memphis Depay – n'a pas été en mesure de compenser une défense lamentable et pataude face aux Aiglons.
    Une défense avec la charrue, incapable de tenir tête à la fraîcheur des Niçois, qui n'avaient pourtant rien à jouer.
    C'est finalement assez logique que l'OL rate le podium alors que Monaco avait dans le même temps laissé des points à Lens.

    Aujourd'hui, on parle beaucoup de mérite pour le titre du LOSC face au PSG. On peut aussi parler de mérite dans ce qui est arrivé à l'OL sur cette dernière journée.
    Ce Lyon n'avait pas un niveau de régularité suffisant pour accrocher la Ligue des Champions.
    Je m'inquiète pour la suite car un Lyon sans Memphis sera automatiquement moins fort. Sans le capitaine, son talent, sa grinta et ses passes décisives où en serait l'OL aujourd'hui ? Surement pas dans un « Big 4 » tel qu'il s'est dessiné sur le championnat 2020-21.

    Avec ce deuxième exercice sans C1, on peut dire que l'OL a raté sa saison. Même si ça va faire hurler le président Aulas, c'est aussi le signe que Lyon est rentré dans le rang.
    Il faut s'attendre à une grosse révolution estivale. Ces dernières saisons, l'OL a beaucoup tâtonné, en prolongeant Marcelo, Denayer, on ne peut pas jouer dans la cours des grands comme ça. Il faut trouver de grands joueurs. Malheureusement, sans l'argent de la Ligue des Champions, ce sera compliqué.

    Rudi Garcia s'en va. Est-ce que son départ laisse un champ de ruine ? Je ne pense pas … Hier, le coach lyonnais s'est lâché. Ses mots n'étaient sans doute pas très judicieux. Il a parlé sous le coup de la déception, laissé transparaître des tiraillements dans le staff et en coulisses. Ce n'est pas très bon. Aujourd'hui il part et le président Aulas devra trouver quelqu'un en capacité de fédérer tout le monde.

    Reste que si l'entraîneur est important, ce qui compte aussi c'est le talent des joueurs.
    Contrairement à Memphis, Houssem Aouar n'a pas su répondre présent dans la régularité.
    Aujourd'hui, Lyon c'est bien gentil mais Toko-Ekambi – Kadewere, ça va pour la Ligue 1 mais ça ne rivalise pas avec Neymar – Mbappé, Yilmaz – David ou Ben Yedder – Volland au moment de viser la Ligue des Champions. Le LOSC et Monaco ont prouvé que c'était possible de dénicher l'oiseau rare.
    Aux recruteurs de l'OL de jouer. La vitrine de la Ligue Europa peut être belle … A condition de faire de cette compétition un réel objectif.

    Est-ce que je pense que l'avenir de Lyon peut passer par Juninho entraîneur ? Je ne suis pas 100% convaincu. Maintenant, s'il a envie de s'asseoir sur le banc et que c'est le souhait du club... L'OL fera sa cuisine interne. Le côté positif de Juninho entraîneur, c'est qu'il jouit d'un crédit presque illimité chez les supporters car il a été un immense joueur du club.
    Après, Lyon c'est quand même particulier pour un entraîneur. Quand on vient de l'extérieur, c'est difficile. Quand on est de l'intérieur, c'est compliqué aussi comme on a pu le voir avec Bruno Genesio. A un moment donné, il va falloir trouver quelqu'un qui fasse l'unanimité.
    Le plus important, c'est de trouver un entraîneur qui ne plie pas bagage au bout de deux ans. Lyon se cherche. Lyon doit se trouver s'il ne veut pas rentrer dans le rang...

    1. Dragon2332 - mar 25 Mai 21 à 10 h 20

      @Moimoi : je trouve son analyse effectivement pertinente et lucide

    2. OLVictory - mar 25 Mai 21 à 10 h 28

      Là où il a raison, c'est qu'à Lyon les supporters torpillent vite les coachs, venus de l'intérieur ou de l'extérieur.
      Torpiller les coachs les uns après les autres, c'est torpiller l'équipe, il faut le dire…
      Le lent déclin de l'OM s'est produit sur ce genre de parcours autodestructeur, coachs haïs, dirigeants conspués, propriétaire buté et imposant ses choix, de tout ça rien de bon ne peut en sortir. On a l'exemple sous les yeux, à nous de choisir notre destin

      1. Darn - mar 25 Mai 21 à 10 h 53

        +1

      2. montcoua - mar 25 Mai 21 à 11 h 03

        Parfaitement exact !
        L'auto destruction est un virus qui se propage chez beaucoup de supporters; le lynchage des coachs successifs en est une illustration parmi d'autres, car cela concerne également le président, la gestion du club, certains joueurs etc.
        C'est vraiment dommage car la critique argumentée est bien plus pertinente et constructive.

    3. westkanoute - mar 25 Mai 21 à 11 h 16

      Merci moimoi pour cette belle analyse de Denis Balbir pourtant supporter des verts.
      Je note qu'en plus de l'entraîneur qui a failli,notre colonne vertébrale est défaillante.
      Je crois que c'est lacombe qui soulignait cela il y a qq années.
      La notre c'est lopes-denayer-Mendes-Memphis
      C'est correct mais inférieur à ce qu'ont nos adversaires classés plus haut que nous.
      Sans compter que la plupart ont été défaillants voire irréguliers cette saison.

      1. Moimoi - mar 25 Mai 21 à 12 h 22

        De rien westkanoute ! Et tu m'apprends qu'il est supporter des verts.

      2. mmc1789 - mar 25 Mai 21 à 13 h 53

        Est-ce que l'on peut croire que des joueurs ont laché la 2e mi-temps ? une manière de dire "mon salaire est réduit, ma prestation aussi" sans être capable de revenir dans le match ensuite ?

        Le 2e but de Nice .. où se trouvent la défense (Marcelo qui s'arrête à 4 m) et le milieu ?

        Hier Denayer et Marcelo ont raté leur match .. mais pourquoi Diomandé est sur le banc face à des joueurs rapides, et Denayer en manque de rythme ?
        Pourquoi Paqueta reste alors que Aouar n'était pas aux fraises, et Caqueret combine mieux avec lui ? il fallait voir sa tête à sa sortie ...

        Coaching perdant, joueurs pas concentrés, il y a quand même un staff qui n'a pas fait son job à la mi-temps !

  3. OLVictory - mar 25 Mai 21 à 9 h 55

    Trouver de grands joueurs alors que l'OL annonce des pertes colossales, c'est beau de rêver !
    -40 % de chiffre d'affaire, 120 Millions en moins, Aulas s'attendait à une retraite prise à l'apogée de l'OL et ça sera l'inverse sans doute.

  4. zorel69 - mar 25 Mai 21 à 10 h 30

    Les pertes sont colossales mais c'est le cas pour tout le monde donc on est pas forcement handicapé par rapport aux autres. Par contre, l'énorme avantage de l'OL se sont ses infrastructures qui vont lui permettre de repartir plus rapidement que les autres quand tout sera redevenu normal. En attendant, il faut vraiment trouvé un coach qui souhaite s'inscrire sur du long terme (minimum 3 ans) et qui sera à la hauteur des ambitions, à savoir jouer le titre et la ligue des champions (Good luck aux dirigeant). En ces temps compliqué, heureusement que nous avons notre Président avec de la bouteille car ça doit pas être facile à gérer.
    Pour rejoindre @OLVictory, je pense que notre président pense aussi à raccrocher le costume de président mais je pense aussi qu'il ne laissera jamais l'OL dans une position inconfortable.

    1. mmc1789 - mar 25 Mai 21 à 14 h 05

      +1 avec Zorel69

      Certes c'est le cas de tous les clubs français à cause de l'arrêt en 2020 et de la réussite Mediaplouf .. ce n'est pas forcément aussi dramatique en Allemagne.

      Si on raisonne sur l'an dernier en regardant les transferts, on a gardé Menphis (gros salaire, petite perte en capital contrat) et Aouar (que l'on peut encore garder) ou Andersen (en perdition ici, plutôt bien coté Albion) ... côté JLR et DEMBELE, il y a quand même une grosse part de malchance ..

      Après je suis étonné de voir une affaire comme Koné (un travail d'agent ? si tu veux Mendès, Koné fait partie du lot ??) .. le joueur comme le club, personne n'y gagne

  5. fidelalol - mar 25 Mai 21 à 14 h 06

    Pourvu qu'il ne laisse pas le club là où il l'a trouvé en arrivant.

  6. Brain Entropy - mar 25 Mai 21 à 14 h 56

    Un coach qui fait l'unanimité c'est impossible avec les Bad Gones. De plus Juninho, quelque soit son passé de joueur, n'a pas les compétences de DS. Il plombe le travail de l'entraineur. Tout le monde sait maintenant dans le monde du foot qu'il est impossible de travailler sereinement avec Juninho sur le paletot. Bon courage au suivant... Allez l'O.L. Aulas n'a pas pris les bonnes décisions en ramenant Juninho mais il était sous la pression des Bad Gones.

    1. Moimoi - mar 25 Mai 21 à 14 h 58

      Tu n'as pas l'air de porter les bad gones dans ton coeur, ni Juninho, au moins en tant que directeur sportif.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut