Paris FC – OL (Photo by Bertrand GUAY / AFP)

Paris FC - OL : "Il faut éradiquer ce mal absolu qui ronge le football", affirme le club parisien

Presque deux jours après les incidents au stade Charléty, le Paris FC a réagi ce dimanche et attend des sanctions fortes contre les supporteurs fauteurs de troubles.

Alors que l'Olympique lyonnais n'a pas tardé à réagir après les incidents survenus lors du match Paris FC - OL, la réaction du club parisien se faisait attendre. C'est désormais chose faite.

Dans un communiqué publié sur son site internet, ce dimanche, la formation de Ligue 2 tient des propos forts notamment concernant l'attitude des supporteurs fauteurs de troubles dans les stades français : "Il faut éradiquer ce mal absolu qui ronge le football. L’heure est à des mesures radicales qui visent d’abord et avant tout les voyous, lâches, violents, et parfois cagoulés, qui ne doivent plus mettre les pieds dans les stades, dans tous les stades et pas seulement ceux que l’on visite. L’heure est également à la mise hors d’état de nuire des associations qui tolèrent en leur sein ces hooligans", indique le PFC.


"Il attend avec sérénité les décisions de la Fédération Française de Football"


Le club parisien souligne également "qu'il également temps que les clubs, quel que soit leur statut, confrontés à ces associations, ne supportent plus le moindre laxisme, vis-à-vis de ces individus, parfaitement identifiables ; leur identité est forcément connue par la distribution nominative des places, avant d'ajouter : Il attend avec sérénité les décisions de la Fédération Française de Football, fort de ce qu’il fait depuis plusieurs années, aussi bien à Charlety qu’à l’extérieur".

26 commentaires
  1. Le_Lyonniste - dim 19 Déc 21 à 17 h 58

    "Bonne charité commence par soi-même", un truc comme ça.

  2. Juni forever OL - dim 19 Déc 21 à 18 h 40

    Alors eux, ils parlent vraiment beaucoup parce qu'ils ne veulent pas être du tout responsable !
    Ils commencent à me gonfler

    1. yaute - dim 19 Déc 21 à 20 h 30

      +1

  3. sg69er - dim 19 Déc 21 à 18 h 43

    Ils savent qu'ils vont ramasser aussi alors le discours se calme un peu. L'OL risque match perdu c'est sur voir + mais PFC ne va pas s'en sortir indemne. Si c'était le cas alors ce serait vraiment trop visible.
    La frange hooligans à l'OL comme ailleurs doit être combattu légalement car la France s'offusque et bientôt Lyon sera la ville dont il ne faut pas prononcer le nom c'est contagieux attention.
    Aulas est bientôt le grand méchant qui couvre ces fous et à lire et entendre journalistes président et autres supporters le mal n'existe qu'à l'OL. Sans aller au complot il y a une cabale opportuniste contre l'OL.
    Et il faudrait réduire le club à néant pour que le foot français à la dérive mise à par l'EDF, soit de nouveau serein et heureux et magnifique bienvenue dans le monde des bisounours.

    1. poussin - dim 19 Déc 21 à 19 h 21

      "opportuniste" tu as trouvé le mot qui résume la situation de ol. Ol dérangeait OM et le psg, puis Monaco, Nice... Le président aulas avait une aura dévastatrice chez nos adversaires car il avait toujours un coup d avancé et a fait des jaloux. Donc tous ses ennemis amassés pendant toutes ses années, on fini par se souder pour répondre et abîmer notre club et son image. Ils sont en train d y parvenir mais ils ont oublié qu un Lyon ne meurt jamais. Et aulas aura droit à aussi belle hommage national que tapis.

  4. Roberto Cabanas - dim 19 Déc 21 à 18 h 50

    Qu ils ferment leur g...

    Les mêmes qui ont appelés à un plan lepoux à l OL....

    Ces crétins qui ont laissé passer des armes...

    Et les RG les pouvoirs publics?

    Z étaient au courant que des cuculsg allaient venir au stade.

  5. OL-91 - dim 19 Déc 21 à 18 h 52

    Tactique éculée : Accuser l'adversaire pour faire oublier ses erreurs.

  6. Juni forever OL - dim 19 Déc 21 à 19 h 26

    Soi match perdu sur tapis vert pour les 2 clubs, soi aucun !

    1. Le_Lyonniste - dim 19 Déc 21 à 21 h 37

      En tout cas, l'OL n'est pas plus responsable que le PFC !

  7. Roberto Cabanas - dim 19 Déc 21 à 19 h 35

    Exactement.

    J aimerai tellement un match à rejouer et qu on les piles.

    Ça se fera pas.

    Le fenottes s en chargeront.

    1. JUNi DU 36 - dim 19 Déc 21 à 19 h 48

      Je préférerais qu:on se tape l'OM si on doit rejouer le match, bien plus important pour l'instant que la coupe de France. De toute façon cette coupe c'est encore Paris qui va là gagner 😒

  8. Cazo-loco - dim 19 Déc 21 à 20 h 36

    "Il faut éradiquer ce mal absolu qui ronge le football"

    Ce seront les premiers a chialer si leur club est sanctionné, choses qui en toute logique devrait arriver, mais vu que l'OL fait partie intégrante du conflit on risque de voir des sanctions disproportionnée envers notre cher club !

    Quel saison de me*de !

  9. Dede passion 69 - dim 19 Déc 21 à 20 h 44

    L'article de Hugo Guillemet sur l' Équipe abonné du jour....
    A lire, ou à zapper , c'est selon ........
    Chacun son opinion, mais intéressant pour le faire .........Dede 69

    " Fascisme, mouvement identitaire... La gangrène des hooligans lyonnais.

    L'arrêt de la rencontre Paris FC - Lyon, vendredi à la mi-temps (1-1), repose la question des virages et parcages de l'OL, souvent gangrénés par des groupes d'individus violents, voire identitaires ou ouvertement fascistes.
    Hugo Guillemet

    Il est établi que les fauteurs de troubles lyonnais les plus violents à Charléty, vendredi soir, étaient des hooligans trop souvent présents dans les parcages visiteurs de l'OL. Le hooliganisme est un mal récurrent à Lyon, où plusieurs groupuscules de quelques individus de la mouvance identitaire locale viennent régulièrement au stade pour exprimer leur violence. Samedi, l'OL a réagi d'un communiqué très ferme en promettant vouloir « éradiquer ces phénomènes de hooliganisme et bannir tous ceux qui sont ennemis, par leurs actes, du football, mais aussi des clubs dont ils se revendiquent. »

    Pourquoi la rencontre PFC - OL a dégénéré en tribunes
    Dans les faits, les dirigeants se sont déjà mis au travail et ont passé toute la journée de samedi à compiler les images des réseaux sociaux et des agences photo afin d'identifier les individus. Et lorsqu'il a porté plainte contre X, l'OL a aussi demandé les images de vidéosurveillance du stade parisien pour poursuivre ce travail.

    Plusieurs hommes coupables de violences ont déjà été identifiés, mais aussi un autre qui avait lancé des insultes racistes et imité un singe avant que la rixe ne commence. Le club compte les radier « à vie », même si pour prendre de telles mesures, il devra être aidé par la loi.

    LE VIRAGE SUD LE PLUS PROBLÉMATIQUE.
    Afin de définitivement se débarrasser des quelques individus qui posent problème, l'OL a également pris une mesure conservatoire forte, en interdisant ses propres supporters de déplacements jusqu'à nouvel ordre. Selon le club, son communiqué de ce samedi a pourtant été globalement bien reçu par les kops.

    Il faut dire que les événements de vendredi renvoient tous les acteurs lyonnais à un passé récent douloureux : il y a trois ans, un membre du KVN (Kop Virage Nord) avait été filmé en train de faire un salut nazi lors de la victoire de l'OL sur la pelouse de Manchester City (2-1 en septembre 2018). L'individu avait ensuite été exclu par le groupe.

    Structuré depuis le début des années 2000 et en relation plus étroite avec le club, qui en a fait un partenaire respecté, le virage nord, celui des Bad Gones, est composé quasi exclusivement d'abonnés, ce qui permet au KVN de bien cadrer ses troupes. Mais le virage sud lyonnais pose plus de problèmes. Sa principale association, Lyon 1950, n'occupe pas pleinement la tribune, ce qui laisse la place à des indépendants et aux groupuscules fascistes.

    Plusieurs précédents : Lille en 2016, Besiktas en 2017, le CSKA Moscou en 2018...
    En mars 2018, en marge d'un match face au CSKA Moscou, un symbole SS et des saluts nazis sont aperçus dans le virage et sanctionnés par l'UEFA. C'est aussi au Sud que s'étaient mobilisés les identitaires rhodaniens auteurs de violences lors de Lyon-Besiktas au printemps 2017, « avec des frappes sans distinction, ce qui rappelle les événements de Charléty », souffle-t-on au club.

    En septembre 2016 contre Lille, les « hools » fascistes de la Mezza Lyon avaient notamment déployé une banderole « Refugees not welcome » (« Les réfugiés ne sont pas les bienvenus »). Ce groupe, composé d'une grosse quinzaine de personnes, serait aujourd'hui le plus actif dans le hooliganisme lyonnais.

    Selon des sources sur place, certains de ses membres étaient présents vendredi à Paris et au départ des provocations et des violences. Fans de Mussolini, dont ils sont déjà allés visiter la sépulture, adeptes des fights contre d'autres hools, ils profitaient jusqu'à présent de la porosité du virage sud et du laxisme de l'OL pour exister lors des matches.

    « Ça fait des années qu'on ferme les yeux sur certains mecs. »

    Carlos, un supporter lyonnais à Paris
    « J'étais dans le parcage au Parc des Princes en septembre et c'était déjà parti en couille à l'époque (un jeune supporter du PSG de 11 ans a été blessé par un siège lancé depuis la zone visiteurs), témoigne Carlos, un supporter lyonnais à Paris. Ce qu'il s'est passé à Charléty aurait déjà pu arriver au Parc, sauf que la sécurité était là. Ça fait des années qu'on ferme les yeux sur certains mecs. »

    « Les gens à Lyon le savent, il y a une frange de mecs violents d'extrême droite, poursuit un agent très bien implanté à l'OL. Si les Lyonnais font comme s'ils ne le savaient pas, alors ce sont des hypocrites et des menteurs. Ce sont des mecs à qui on a donné carte blanche, c'est tout. Le gouvernement doit prendre ses responsabilités. La place de ces mecs, qui font tous les déplacements, n'est pas seulement en dehors des stades mais en prison. Même depuis les loges proches des virages, on les voit. Ils sont là. » À l'OL de faire le nécessaire, désormais, pour que ce ne soit bientôt plus le cas.

    1. JUNi DU 36 - dim 19 Déc 21 à 22 h 01

      JMA il va les bannir à vie, il peut pas les blairer il a déjà dit tout ce qu'il pensait de ses haineux il y a quelques années quand il avait déjà fait le vide et en installant des caméras un peu partout pour surveiller de plus près. Il faut par contre bien avouer que ça revient en effet en force avec ses identitaires qui se sont infiltrés. Allez Prez un gros coup de balai définitif contre cette peste brune

      1. le_yogi - dim 19 Déc 21 à 23 h 28

        On ne peut pas nier que Lyon soit un bastion historique de l'extrême-droite française, donc malheureusement je pense que le problème dépasse le simple cadre du foot. En tout cas on voit bien que les explications de l'acte isolé où l'on nous jette un pauvre individu en pâture pour faire office de victime expiatoire pendant que les autres continuent leur petit manège ne suffisent plus. On dira que ce ne sont QUE quelques vingtaines d'individus, mais on a bien affaire à des factions organisées et pas que des francs-tireurs avinés (même si ceux-là le sont sûrement tout autant).

        En plus des éléments cités dans le bon article de Hugo Guillemet, j'ai souvenir d'une période où la marseillaise retentissait en tribunes à chaque 88e minute (chiffre hautement symbolique dans la fachosphère), je pense que ceux qui fréquentent régulièrement le stade pourront confirmer.

      2. Le_Lyonniste - dim 19 Déc 21 à 23 h 36

        @le_yogi Lyon n'est pas juste un fief d'extrême-droite, c'est aussi un bastion du centre et de l'extrême-gauche.

        Peut-être un peu plus la droite que la gauche.

        Mais c'est un peu trompeur car les extrêmes n'ont jamais vraiment percé à Lyon au niveau des élections.

        Lyon est à un carrefour, ce qui favorise l'échange d'idées, ce qui remonte à la Renaissance.

      3. le_yogi - lun 20 Déc 21 à 0 h 53

        Evidemment loin de moi l'idée de résumer Lyon à ça, et tu as raison d'amener toutes ces précisions. Et je constate qu'hors football-féminin et invectives avec le camarade du 36 tu as des choses intéressantes à dire quand tu veux ! 😛
        Je vois simplement qu'entre certains groupuscules de supporters aux accointances douteuses, la réouverture de certains locaux identitaires en ville, l'école privée de Marion Maréchal, la fac de Lyon 3 qui a un passé très sulfureux en la matière, il y a quand même un noyau assez significatif qu'on ne peut pas ignorer. Mais évidemment, est-il besoin de le rappeler, il y a tant d'autres choses dans la capitale des Gaules !

  10. Le Bon - dim 19 Déc 21 à 20 h 51

    Et qui a lancé la bombe agricole sur le parc visiteurs ?
    Qui sont ceux qui étaient équipés d'armes ?

    1. JUNi DU 36 - dim 19 Déc 21 à 22 h 03

      Également des fêlés

      1. Le_Lyonniste - dim 19 Déc 21 à 23 h 36

        Des fêlés de TON bord.

      2. JUNi DU 36 - lun 20 Déc 21 à 0 h 39

        D'où tu m'insulte toi ???
        Modérateur svp

  11. Roro Blouch - dim 19 Déc 21 à 21 h 04

    Je m'éloigne de l'actu de l'OL écoeuré par le marasme, et ayant plus important à faire qu'aduler le fond d'investissement immobilier de M. Aulas, et qu'est-ce que j'apprends de la bouche de mon cousin lors d'un repas de famille ? Baston lors du match de l'OL ! Eh bien, eh bien... ça va encore être l'occasion de déclarations fermes et résolues, puisque les gens du foot confondent la parole et l'action. On pourra essayer autant qu'on veut, tant qu'un président de club n'osera pas dire qu'on ne peut pas garantir la sécurité des stades dans un pays où le régalien s'effondre, eh bien on pleurnichera sur les incidents. Bien sûr, il faudra ensuite se demander le pourquoi de cet effondrement et regarder à l'est, nos ennemis de toujours, blonds aux yeux bleus, qui bavent d'envie de détruire la France, et il faudra aussi regarder peut-être le saint libre-échange qui détruit autant le corps social qu'il a détruit les cultures clubs dans le foot et amené à l'avènement du foot business.

    Bien sûr la sociologie des dirigeants de foot leur interdit de faire ce constat car pour beaucoup ils se font du blé sur le dos de ce système, et donc refusant l'action politique ils vont se retrancher dans le discours et durcir les sanctions pour investir un champ symbolique creux qui est le seul levier de communication qui leur reste.

    Une fois l'analyse politique évacuée, j'en reviens à ce que j'avais évoqué lors du match contre Marseille : si on veut un service de sécurité qui tient la route, il faut arrêter de recruter des guignols. Ça veut dire plusieurs choses : payer des intellos pour élaborer une doctrine de sécurité, il faut savoir ce qu'il faut faire avant que les troubles commencent ; payer pour la formation des agents de sécurité à ses doctrines et aux pratiques associées ; payer des salaires décents aux agents en conséquence de leur montée en compétence. Or, il y a deux impossibilités qui s'opposent à ce plan, une sociale et une idéologique. La sociale, c'est la haine de classe de nombreux dirigeants de foot pour le petit peuple qu'ils considèrent comme des gueux puants, inutiles et piailleurs, et donc jamais on ne payera décemment un agent de sécurité, parce que pour le c*****d de fils de à col blanc du service marketing, la valeur ajoutée, c'est lui qui l'apporte, pas le gueux de la sécurité qui devrait déjà être content de bouffer les miettes. Et donc ce serait inacceptable pour lui d'être autant payé que l'agent de sécurité. L'idéologique, c'est que dans un libéralisme où les sociétés pinailles tous les trimestres pour savoir si l'activité est rentable, il serait scandaleux de payer des prolos pour faire la sécurité, c'est pas rentable... même si, sur le long terme, ça dégrade la valeur du produit qui est l'expérience foot. Comme on n'investit plus sur 30 ans mais sur 3 mois, certaines choses passent à la trappe car pas assez rentable rapidement.

    Pour résumer : on est dans la galère et ça va continuer puisqu'il suffit de suivre les décla, il n'y a aucun propos de sérieux, que du vent, des menaces effrayantes comme les aboiements d'un petit chien, et toujours, toujours, de la com à deux balles pour faire avaler des couleuvres aux gogos. Personne ne veut rien faire, eh bien tant pis pour le foot, il se cassera la gueule. De toute façon ce foot ne ressemble en rien à celui que je regardais avec mes potes en étant gosse, dans les années 2000 et il empire d'année en année. En ce qui me concerne, je garderais les souvenirs et je passerais facilement à autre chose si nécessaire.

    Espérons du mieux en 2022 mais je ne le vois pas venir

    1. XUO - dim 19 Déc 21 à 21 h 47

      Ah! ces repas de famille !
      Vous n'avez pas parlé de l'Affaire Dreyfus au moins ?....

      1. Roro Blouch - lun 20 Déc 21 à 10 h 17

        C'est d'un autre temps

  12. rbv - dim 19 Déc 21 à 22 h 10

    Certes ce sont deux pays avec leurs propres spécificités, mais si les Anglais ont réussi à le faire, pourquoi pas nous ?
    En tout cas, même si cette saison ressemble à un fiasco (et nous ne sommes même pas à la moitié), peut-être que dans quelques années elle sera considérée comme l'année fondatrice du renouveau sûr ET hors du terrain de l'Olympique Lyonnais ?
    L'espoir fait vivre...

  13. PAT11grib - lun 20 Déc 21 à 0 h 10

    Parceque les Anglais sont fan de football et son prêt à payer le prix d'une place pour un match le prix que nous payons pour un abonnement.
    Nous ne sommes pas un pays de sport, ni de football. Quelques passionnés mais point barre.
    D2 anglaise : 20 000 spectateurs, D3 : 8 000 et D4 : 5 000.
    Il s'agit bien des moyennes.
    En France c'est 20 000 .... Pour la ligue 1,
    7 000 pour la ligue 2 et des brouettes pour le reste.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut