Paris FC – OL (Photo by Bertrand GUAY / AFP)

Paris FC - OL : sur 45 minutes, les Lyonnais ont affiché des progrès

S'il n'a joué qu'une mi-temps contre le Paris FC, l'Olympique lyonnais a tout de même montré un visage plutôt intéressant dans ce match de Coupe de France. Le pressing a notamment apporté satisfaction, contrairement aux dernières sorties.

Le jeu est passé au travers vendredi lors du match entre le Paris FC et l'OL. Les débordements dans les tribunes ont en effet occulté la première période très agréable livrée par les 22 acteurs. Rapidement menés, les Rhodaniens sont revenus avant la pause grâce à une superbe frappe de Moussa Dembélé.

Une égalisation largement méritée car l'Olympique lyonnais a dominé ces 45 premières mi-temps. Il s'est créé beaucoup de situations, et sans un gardien en forme, il aurait pu mener au retour aux vestiaires. Contrairement aux dernières sorties, les coéquipiers de Lucas Paquetá ont su imposer un pressing haut à leur adversaire, ce qui leur a permis de récupérer le ballon dans le camp du PFC. "Même avec un changement de système, on a joué offensif. A Lille, on a eu peu d'occasions, là, on en a eu 7 grosses actions, observe Peter Bosz. Les Parisiens ont marqué lorsqu'on était ouverts, ils ont eu un corner, un coup franc et c'est tout. Le marquage préventif a bien fonctionné et la règle des 5 secondes aussi."

Une bonne application de la règle des 5 secondes

Houssem Aouar, qui s'est procuré une opportunité de marquer sur ce 32e de finale de Coupe de France, était lui aussi satisfait du rendu sur le terrain. "Je trouve que sur la première période, on a été bons sur la règle des 5 secondes, ce qui nous faisait défaut ces derniers temps. Malheureusement, on n'a pas été très efficaces et on aurait pu marquer plus d'un but, reconnaît le milieu de terrain. On a été aussi mieux dans la fluidité. Il faut s'appuyer sur tous les matches où on a vu de bonnes choses, Lille notamment, même si on n'a pas gagné. Dans le jeu, bien sûr qu'on pouvait mieux faire, même si le terrain était difficile. Au niveau de l'engagement et de l'intensité, on avait fait de bonnes choses."

Par rapport aux rencontres précédentes, Bozs a donc des raisons de se réjouir, même s'il faudra confirmer tout cela mercredi contre Metz. Surtout, gagner devient urgent puisque le club rhodanien n'a plus remporté la moindre partie depuis le 28 novembre (Montpellier, 0-1). Le coach s'est malgré tout montré plus optimiste ce mardi devant la presse. "Heureusement, les deux derniers matches qu'on a joué, on a fait de bonnes choses, c'est ce que je voulais, même contre le Paris FC. Notre état d'esprit est bon", retient-il.

Un Aouar toujours entre les lignes

Interrogé sur ce nouveau système et sur les changements dans son jeu, Houssem Aouar affirmé que cela ne modifiait pas beaucoup son positionnement. Il se trouve effectivement assez souvent entre les lignes, comme cela était le cas lorsqu'il évoluait en 10. "Pour moi ça ne change pas grand-chose. Je suis toujours dans la zone que j'affectionne. J'arrive a être proche des attaquants et des milieux, détaille le numéro 8. J'essaye d'être le plus disponible possible dans ce schéma." 

Pour le dernier rendez-vous de l'année, Bosz devrait reconduire ce 3-4-3. Quelques modifications pourraient être faites dans le 11 tout de même puisque Karl Toko-Ekambi, notamment, a pu retrouver la forme suite à son retour dans le groupe vendredi. L'OL doit maintenant valider ses intentions par un succès.

5 commentaires
  1. rbv - mar 21 Déc 21 à 17 h 48

    Contre une ligue 2...encore heureux !

  2. Juninho Pernambucano - mar 21 Déc 21 à 18 h 11

    Autosatisfaction générale. Et bien ils sont content d'eux tant mieux pour eux.
    Moi j'ai vu une équipe se faire mener par une petite équipe de L2 et égaliser un peu miraculeusement par un frappe improbable de Moussa qui avait tout raté jusque là.
    Toujours ce complexe de supériorité et se voir plus beaux qu'ils ne sont.
    Perso j'ai pas aimé ni leur match à Lille. Mais ils sont contents très bien.
    .

    1. OL-91 - mar 21 Déc 21 à 18 h 13

      On se fait mener par tactique et pour ménager le suspense. Tradition lyonnaise.

  3. XUO - mar 21 Déc 21 à 18 h 34

    Je propose que la rencontre se dispute à Charléty mais à huis clos du fait que les dirigeants du PFC sont incapables de filtrer les entrées. Ainsi, pas d'excités parmi les supporteurs lyonnais.
    Durée de la rencontre ramenée à 45 minutes. L'arbitre dira merci.
    Ferracci va faire la gueule: normal il peut pas se la péter tous les jours en affrontant Lyon.

  4. Le_Lyonniste - mar 21 Déc 21 à 18 h 40

    Tiens donc !

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut