Catarina Macario contre le PSG (Photo by OLIVIER CHASSIGNOLE / AFP)

Macario avant OL - Juventus : "Montrer qu'on vaut ce que le club nous offre"

Buteuse lors du match aller (2-1), Catarina Macario a réaffirmé les objectifs de l'OL lors du quart de finale de la Ligue des champions contre la Juventus. Avant le retour ce jeudi à Décines (21h), l'Américaine s'est confiée à Olympique-et-Lyonnais. Elle a rappelé les exigences du club, mais également évoqué la D1 et le football français en général.

Olympique-et-Lyonnais : Une semaine plus tard, comment analysez-vous la défaite face à la Juventus (2-1) ?

Catarina Macario : Je pense qu’on a contrôlé la majorité de la première mi-temps. Il y a eu deux périodes dans cette rencontre. On a eu une bonne possession dans le premier acte, mais on n’a pas su concrétiser les nombreuses occasions que nous avons eues. Ensuite, le carton rouge a tout changé car c’est la Ligue des champions, le niveau est élevé, et si on se retrouve à 10, cela complique les choses. Les 45 dernières minutes se sont jouées de manière plus défensive car il fallait sécuriser notre jeu et le résultat face à cette Juventus.

Vous avez vécu la fin du match sur le banc, mais comment expliquez-vous la fébrilité apparue suite au carton rouge ?

Nous n’avons pas su marquer sur nos actions, ce qui a beaucoup joué sur la suite. Nous n’avons pas réussi à faire la différence. Il faut apprendre de nos erreurs et être meilleures dans la concrétisation de nos offensives. Avoir la possession c’est bien, mais la finalité est de marquer plus que l’adversaire. L’exclusion aussi a eu un impact mais elle n’explique pas tout.


"On doit se laisser porter par l'énergie des fans"


Selon vous, quels seront les ingrédients à mettre pour atteindre les demi-finales ? 

Le premier sera bien évidemment de trouver le chemin des filets. On doit jouer comme on sait le faire, avec notre style. Jusqu’à présent, cela nous a réussi. Il faudra mettre de la justesse technique, avoir de la force mentale et physique. La Juventus est une bonne équipe qui n’est pas là par hasard. Ce ne sera pas facile mais on joue à domicile, avec le soutien de nos supporteurs. On doit se laisser porter par cette énergie.

Vous allez évoluer au Parc OL, un stade qui vous réussit très bien. Y jouer apporte-t-il un plus à l'équipe par rapport aux matches au centre d'entraînement ?

Oui cela change beaucoup de choses. Ça va avec l’ampleur de la rencontre car pour une si grande affiche, il faut un grand stade. En Ligue des champions, il y a les meilleures des meilleures, donc ce match mérite ce qu’il y a de mieux. Cette enceinte permet d’avoir un grand nombre de supporteurs, ce qui est très important. C’est le rêve de toute footballeuse de jouer sous les projecteurs du stade de son club. Cela a donc une grande importance et c’est une belle opportunité pour nous qui nous aidera à améliorer notre niveau.


"Je veux être à la hauteur du niveau d'exigence de l'OL"


Ressentez-vous une certaine pression avant cette affiche, et plus globalement avant cette fin de saison qui s’annonce serrée aussi en D1 ? 

Je ne dirais pas pression mais attente. L’OL est le meilleur club, il a une histoire. L’Olympique lyonnais a remporté la Ligue des champions et le championnat. On ne l’a pas fait l’année dernière, ce qui ajoute de la motivation pour cette saison. On connaît nos standards, on sait où on veut être. On a tout pour être dans les meilleures conditions, donc c’est à nous, les joueuses, de montrer que l’on vaut ce que l’OL nous offre. Ce niveau d’exigence a été transmis par le club avant que j’arrive, et je veux être à la hauteur de cela.

Depuis 2022, l’OL a alterné le bon et le moins bon, comment expliquez-vous cette irrégularité ?

Je pense qu'avoir des joueuses blessées a joué un rôle dans le fait que nous n’avons pas réussi à faire aussi bien que d’habitude. Mais nous avons un groupe fourni, donc une ou deux absentes ne devraient pas faire à ce point la différence. Ce n’est pas uniquement dû à ça. Le développement du football féminin a changé. Les clubs investissent, comme a pu le faire Jean-Michel Aulas avec l’OL, mais depuis plus longtemps. Chelsea et Barcelone font la même chose, ils semblent avoir trouvé la clé. De manière générale, cela élève le niveau de la compétition et rend les choses plus difficiles pour l’Olympique lyonnais. Toutefois, cela ne veut pas dire que son succès est terminé. On doit travailler et faire la différence pour faire face à ces changements. 


"Il existe une grande disparité de niveau entre les équipes de D1"


Après plus d’un an en France, quel regard portez-vous sur le football féminin français ? 

Cela a été une superbe expérience. Il existe une grande disparité de niveau entre les équipes de D1. Cela est dû aux différences d’investissements. Les principaux clubs : Lyon, le PSG et Bordeaux, sont ceux qui investissent le plus, ça se voit. J’espère que ça engendrera une dynamique et une amélioration du niveau au sein du championnat. Chaque joueuse doit travailler de la même manière, quelle que soit la formation dans laquelle elle se trouve. C’est plus facile de donner son point de vue lorsqu’on est dedans, car de l’extérieur, il est difficile de s’en rendre compte. 

Comment l’OL est perçu aux Etats-Unis ? 

Aux Etats-Unis, beaucoup de personnes pensent que l’Olympique lyonnais est le plus grand club de l’histoire du football féminin. Je pense que c’est la même chose dans le monde entier. Les Américains savent que Jean-Michel Aulas a créé l’histoire, que l’OL est le premier à investir dans le foot féminin. Il en a conçu les standards. L’objectif des joueuses américaines est de jouer pour cette équipe, c’est une sorte de modèle.  


"Je préfère jouer comme attaquante"


Vous êtes une joueuse très polyvalente, vous faites beaucoup de choses sur un terrain. Dans quel rôle êtes-vous le plus à l'aise ?

Je préfère jouer comme attaquante, mais cela dépend des choses dont l’équipe a besoin. Avec les absences au milieu de terrain, j’ai joué beaucoup à ce poste. Mais selon moi, je suis plutôt une joueuse offensive car j’aime marquer des buts et faire des passes décisives. Toutefois, je peux faire la même chose en étant dans l’entrejeu. 

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut