(Photo by Jeff PACHOUD / AFP)

OL : Aulas "avait envie d'arrêter" après la défaite contre Nice (2-3)

Invité exceptionnel sur le plateau de "Tant qu'il y aura des Gones" ce lundi soir, le président lyonnais est revenu sur sa déception après l'échec face à Nice lors de la dernière journée de Ligue 1.

"Un drame", c'est ainsi que Jean-Michel Aulas qualifie la dernière rencontre de la saison face à Nice (2-3). Un match décisif où les Lyonnais avaient la possibilité de se qualifier en Ligue des champions. "C’est une des rares fois où j’ai eu envie d’arrêter. Franchement. Parce que jamais je n’aurais imaginé qu’on perde ce match, c'était impensable", a confié le président de l'Olympique lyonnais sur le plateau de TKYDG ce lundi. Très déçu, il s'est également exprimé sur les Niçois. "J’ai eu l’impression que les joueurs de Nice avaient gagné la Coupe du monde alors qu’ils jouaient pour rien. Ça a été très dur", a précisé le dirigeant de l'OL.

"Les réactions de Rudi Garcia m'ont rendu à nouveau combatif"

Suite à cette défaite cruelle, c'est l'ancien entraîneur lyonnais Rudi Garcia qui a permis à Jean-Michel Aulas de relever la tête. "Les réflexions et les réactions de Rudi dans la presse à partir du lundi ont peut-être servi à une chose, c’est me rendre à nouveau combatif. Parce que c’était tellement injuste", a-t-il expliqué. Le dirigeant lyonnais se sent encore en bonne forme physique et espère pouvoir partir "sur un bon résultat. Le jour où je sentirai que je n’ai plus la capacité de faire en sorte que l’OL gagne, je saurai partir sans faire de difficulté", a-t-il fini.

26 commentaires
  1. OLVictory - mar 8 Juin 21 à 10 h 20

    Manque de lucidité évident et étonnant à propos de ce match.
    Le podium on l'avait raté bien avant, visiblement Aulas était un des seuls à ne pas s'en rendre compte

  2. Juninho Pernambucano - mar 8 Juin 21 à 10 h 26

    Merci a l'infâme Garcia d'avoir remotivé le prez après cette terrible désillusion qui avait abattu tout le monde.
    Une victoire aurait permis a l'OL de sauver sa saison et d'être sur le podium , ce que tout le monde espérait et on y croyait logiquement.
    Les Niçois ont fait le match de leur année en se donnant a 200% leur but était d'empêcher l'OL d'aller en ldc, il y a de quoi être amer pour jma.
    La réaction odieuse de l'imposteur qui a voulu salir juni un maximum a redonné du peps au prez, on le remerciera pour ce dernier adieu bien dans l'esprit du vil personnage .

  3. OLVictory - mar 8 Juin 21 à 10 h 41

    Aucune sorte de remise en question de la part d'Aulas au sujet de Garcia.
    Je ne suis pas surpris mais il n'empêche que c'est lui le premier fautif qui l'a mis dans les pattes de Juni

    1. Id92 - mar 8 Juin 21 à 11 h 29

      Pas trop d'accord.

      Il dit clairement que les derniers événements ont bien donné raison à ceux qui doutaient du choix Garcia. Il a aussi admis qu'il y avait des soucis dans la relation Juni-Garcia qu'il espère ne plus voir (d'où le choix de Peter Bosz, plus en ligne avec Juni à priori), notamment sur la philosophie de jeu et la construction de l'effectif.

      C'est quand même un mea culpa + il montre qu'il essaie d'y remédier.

      Je ne pense pas qu'il faille trop analyser ce qu'il dit sur Nice, c'est une pure réaction de supporter sans filtre, ce que j'ai apprécié d'ailleurs. Moi aussi j'étais en PLS après ce match 🙁

      1. OLVictory - mar 8 Juin 21 à 11 h 37

        Quand il a dit que les faits avaient donné raison aux détracteurs, c'est avec un petit sourire que j'ai trouvé ironique.

        Mais tu as raison, il y avait des éléments de remise en question sur les points importants, donc je retire ce que j'ai dit.

  4. Jeannot lapin - mar 8 Juin 21 à 11 h 10

    C’est quand même lui qui a validé voir imposé Garcia alors que bon nombre prédisait la catastrophe..
    Le championnat c’est perdu bien avant malheureusement sur notre incapacité à produire du jeu contre des équipes très moyenne .
    On sent qu Aulas a du mal a passer du système patriarcal à un système plus moderne , il avance il recule , je valide Sylvinio pour finalement renouer avec l’archétype de l’entraîneur de ligue 1 sans imagination.

    1. OLVictory - mar 8 Juin 21 à 11 h 40

      A 72 ans la plupart des dirigeants ne se remettent plus du tout en question, pour des raisons de perte de capacités intellectuelles. Ils se raccrochent à ce qu'il connaissent et qui a déjà fonctionné dans le passé.
      L'expérience prend le pas sur tout le reste, c'est un réflexe de protection, pour ne pas montrer qu'ils sont moins bons qu'avant, qu'ils ont moins de capacités, par sécurité.

    2. Nenae - mar 8 Juin 21 à 11 h 51

      Franchement Lille produisait pas un jeu incroyable....

      On a plutot pris les point contre les équipes faibles et moyennes. Le championnat se joue sur un somme de petit détails après avoir eu le titre honorifique de Chp Automne en Janvier :
      - Erreurs inhabituelles de Lopes (qui font regretter la brouille avec Coupet) contre Brest, Metz, Monptellier et Nice.
      - Désunion en interne - tres visible contre Lille qui a l´inverse faisait bloc autour de Galtier et annonce du remplacement de Revel avant la dernière journée.
      - Arbitrage VAR lunaire : je pense á la defaite contre Metz avec 2 buts refusés qui nous sort de la 1ere place fin Janvier.
      - Mercato d´hiver mal géré (encore une fois) - pret de Dembélé, toujours pas d´Arr Gauche, Slimani hors de forme, blessure Tino KDW = manque de rotation devant

  5. Juninho Pernambucano - mar 8 Juin 21 à 11 h 37

    Il s'est trompé , deux fois , mais peut on lui en vouloir ?
    Au moment de l'arrivée de juni il était tellement heureux qu'il lui a donné carte blanche et lui a fait confiance les yeux fermés sur le choix du coach.
    Ensuite hélas , il a été très influencé par son ami Houiller , un peu aveuglé la encore par son amitié avec lui , paradoxalement c'est un requin en affaires mais il est sur l'émotif avec ses collaborateurs proches , c'est un sentimental le prez , on l'a vu avec Benzéma qui est un peu comme un fils pour lui , ou Juni qu'il aime beaucoup.
    Houiller lui a conseillé de prendre l'imposteur , et il a fait confiance encore une fois , en écartant au passage Blanc qui était prêt à venir .
    Pour Peter Bosz , cette fois ci , je pense que Juni et lui se sont mis rapidement d'accord sur ce choix pas prévu , devant trouver un coach en urgence pour construire le mercato , et le Lillois leur ayant mis un vent ( auquel ils n'étaient pas préparé semble t'il , Juni a cru naïvement que Galtier allait signer , c'était le choix de tout le club ) .

    1. OLVictory - mar 8 Juin 21 à 11 h 44

      Je pense que c'est Aulas qui n'a pas pu envisager que Galtier refuserait. Ce genre "d'accident" n'est pas dans son logiciel
      Ce n'était sûrement pas le premier choix de Juni, mais il n'aurait pas pu refuser, comme il n'avait pas pu refuser Garcia, encore moins qu'avec Garcia.
      Juni est très heureux de l'arrivée de Bosz qui a les mêmes valeurs que lui, il est sans doute rassuré de ne pas avoir Galtier

      1. Juninho Pernambucano - mar 8 Juin 21 à 11 h 58

        Oui le plus heureux dans l'histoire c'est Juni , qui récupère un coach totalement en adéquation avec lui , ce qui n'était pas prévu .
        Aulas avait fait une fixation sur Galtier , pour des raisons historiques , depuis longtemps , et le voulait absolument .
        Il l'aurait imposé à Juni qui n'avait pas son mot à dire comme pour Garcia .
        Je pense au final que c'est une bonne chose que galtier ait décliné l'offre de Aulas , car le tandem ds-coach doit être en phase totale pour que ça fonctionne sinon c'est échec assuré .
        On voit a paris comme ça se passe mal avec Leonardo , le coach actuel veut déjà s'en aller ....
        Juni est aux anges , c'est un coach un peu inespéré pour lui .

      2. Nenae - mar 8 Juin 21 à 12 h 56

        Attention á ne pas sous-estimer la bonne entente entre Juninho et Galtier depuis la saison 2007-2008 oú les cadres du vestiaire etaient passé en mode auto-gestion avec le simple relais de Galtier puisqu´ils ne voulaient plus avoir á faire á Alain Perrin.

      3. Juninho Pernambucano - mar 8 Juin 21 à 13 h 10

        Oui Juni et Galtier étaient sur la même longueur d'onde , et ça se serait bien passé aussi .
        Juni était le capitaine de l'équipe championne de france , et le co entraineur à l'époque avec galtier !

  6. Ftmo58 - mar 8 Juin 21 à 11 h 51

    C'est vrai que question foot Aulas à tendance à fonctionner à l'affectif. Maintenant je pense que Juni maîtrise un peu plus son rôle de DS, Bosz est arrivé, je n'ai jamais cru à la venue de Galtier, alors bon vent l' OL et à son président à qui on pardonne ses quelques emballements mais, c'est vrai, comment en vouloir à cet homme qui a ramassé L'OL dans le caniveau pour en faire ce grand club qu'il est aujourd'hui ?

    1. Juninho Pernambucano - mar 8 Juin 21 à 12 h 03

      Oui je pense que cette année terrible avec Garcia aura été très formatrice pour Juni , qui va appréhender beaucoup mieux son job la saison prochaine , avec Bosz ça va fonctionner Aulas va veiller à ce que ça se passe mieux .
      maintenant si les résultats ne seront pas la , ça tournera mal quand même ...

  7. Juninho Pernambucano - mar 8 Juin 21 à 12 h 13

    Joli tacle , il en remet une couche .
    Il a été blessé par la sortie de l'individu que je n'ai même pas envie de nommer :

    "Jean-Michel Aulas a été blessé par Rudi Garcia, son désormais ex-entraîneur. Invité dans l'émission Olympique et Lyonnais à commenter la saison qui vient de s'achever, le président rhodanien a de nouveau répondu au technicien qui vient de faire ses valises. Il estime que son club est passé à côté de quelque chose de grand et que les déclarations de Garcia n'avaient pas lieu d'être.

    «Je ne dirais pas que c’était l’année où mais on avait l’effectif pour être champion. Je n’ai pas apprécié la sortie de Rudi d’ailleurs. On aurait dû avoir un effectif de moins bonne qualité car certains ne sont pas partis alors même qu’ils l’avaient demandé. On avait l’opportunité… Lille a su le faire. Bon, on menait de deux buts juste avant la pause... Rudi devrait se regarder le nombril.» Voilà qui est envoyé."

    1. OLVictory - mar 8 Juin 21 à 13 h 40

      Ceci dit "se regarder le nombril" ne veut pas dire "se regarder dans un miroir"
      La première signifie : Faire preuve d'une grande prétention, voire d'un sérieux égocentrisme
      La deuxième on connait

  8. Cypus34 - mar 8 Juin 21 à 12 h 18

    C'est quand-même le principal problème de l'OL, et il vient directement du big boss : on croit que les matchs / saisons sont plié.e.s avant la fin.
    Eh bien NON un match c'est 95 min, une saison c'est 38 matchs.
    Avant le match contre Nice (ventre mou, qui n'avait plus rien à gagner...) on basait nos chances de 3è place uniquement sur le résultat de Monaco, comme si on avait déjà gagné contre Nice.
    Aulas le dit lui-même : à la mi-temps, il n'imaginait pas qu'il était possible de perdre.
    Donc forcément on lève le pied, et forcément on a des désillusions comme d'habitude.
    Un premier problème à régler, c'est de remettre les pieds sur terre, arrêter de prendre les adversaires de haut, et bosser pour aborder chaque minute de la saison avec le même état d'esprit, peu importe le scénario.
    (et ça commence par le big boss).

    1. Nenae - mar 8 Juin 21 à 13 h 02

      Tout le club etait deja sur booking.com avant le match de Nice donc il est difficile de reprocher seulement aux joueurs d´avoir planté le parasol en 2eme mi-temps.

      1. Juninho Pernambucano - mar 8 Juin 21 à 13 h 12

        Memphis lui , n'était pas en vacances et un des rares a être affecté par cette défaite catastrophique .
        Il aura été honnête jusqu'au bout avec le club .

      2. Nenae - mar 8 Juin 21 à 13 h 18

        Lui n´etait pas en vacances clairement, par contre le laisser se répandre dans les medias la semaine d´avant avec des interviews assez fortes en charge émotionelle sur son départ, je ne suis pas sur que ce soit la meilleure gestion possible.

      3. jolann69 - mar 8 Juin 21 à 13 h 45

        Des fois vaut mieux entendre ça que d'être sourd. Si il avait été un vrai et grand capitaine, les joueurs auraient sans doute fait le maximum pour qu'il quitte le club sur une bonne note et lui rendre hommage, et se seraient dépouillés pour gagner ce match.... Sauf que c'est loin d'avoir été le cas, et qu'il a eu le départ qu'il méritait : Un joueur qui ne pense qu'à lui, et logiquement aucun joueur ne s'est dépouillé pour lui.

  9. Valbranque - mar 8 Juin 21 à 13 h 25

    Ce genre de match contre Nice, on les gagnait avant. Et le podium s’est souvent joué lors de la dernière journée pour Lyon. Garcia est le premier coach depuis longtemps à ne pas avoir su terminer le printemps en beauté comme ont su le faire des Gardes ou des Genesio. Je lui en veux beaucoup car il n’a pas fait son travail jusqu’au bout. Il a vu que l’ambiance se délitait dans le vestiaire et il n’a visiblement pas fait grand chose pour reprendre la main sur le groupe. J’irai même jusqu’à penser que ce dénouement lui convenait parfaitement. Tout était la faute du club et notamment de son DS et ce fiasco final lui a permis de cracher tout son venin.
    Quand il est arrivé j’avais voulu lui laisser le bénéfice du doute, malgré que l’on disait qu’avec Garcia ça finissait toujours par partir en sucette. Au final, cette réputation s’est confirmée ici à l’OL. Il a quand même intérêt de soigner son image auprès des clubs s’il souhaite trouver un nouvel employeur ayant un minimum prestige.

    1. Nenae - mar 8 Juin 21 à 13 h 28

      j´ai l´impression que ça arrangeait tout le monde.

      Personne n´a a bouffer son chapeau, next.

  10. Sony07 - mar 8 Juin 21 à 17 h 04

    ça n'aurait pas été une bonne idée d'arrêter après cette défaite contre Nice et une saison ratée, mais ça me semble être une aussi mauvaise idée de partir après avoir gagner une coupe d'Europe, car ça peu prendre encore des années, voire beaucoup d'années, la bonne idée serait de préparer sereinement la suite et qu'il ne fasse pas l'année de trop voire les années de trop

  11. OLVictory - mar 8 Juin 21 à 17 h 29

    Vu la campagne d'Aulas pour mettre Ponsot devant les caméras, je suis persuadé que la transition est en marche, il prépare activement son remplacement.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut