OL - Aulas : "Une finale contre Séville ? J'y crois comme un fou"

Le président de l'Olympique lyonnais continue de croire à une qualification pour les 8es de finale de la Ligue des champions.

Il ne cesse de le répéter. Interrogé jeudi, Jean-Michel Aulas persiste et signe : l'OL a les atouts cette saison pour rivaliser en Ligue des champions. "Ce match à Turin a démontré, comme le précédent joué à Lyon, que sur deux matchs, même si nous ne les avons pas gagné, l'OL était capable de battre deux fois l'un des candidats à la victoire finale, annonce-t-il. L'équipe a su se relever de décisions qui peuvent marquer un match telles que le penalty très rapidement sifflé contre nous, et elle a montré qu'elle pouvait réaliser de grandes performances."

"Bravo à l'équipe et à Bruno Genesio"

Cependant, JMA a quelques petits regrets. Il regrette notamment que son équipe n'ait pas pu marquer à la dernière minute mercredi soir : "Alexandre Lacazette avait peut-être une possibilité de le faire", indique-t-ilToutefois, le président de l'OL continue à soutenir ses joueurs et son coach : "Bravo à l'équipe et à tous les joueurs. C'est une équipe jeune, qui a du talent, du caractère, qui est sympathique. J'ai une immense confiance en tous ces joueurs." Et de poursuivre : "Bruno et son staff ont aussi été formidables. Ils ont fait jeu égal sur le plan tactique avec l'entraîneur de la Juve qui a une grande expérience à haut niveau. Il faut savoir reconnaître les talents non seulement des joueurs mais aussi du staff et j'en suis très heureux pour Bruno Genesio."

Une finale contre Séville

La confiance reste donc de mise dans les rangs du club lyonnais : "Je suis persuadé qu'on a notre destin entre nos mains, assure JMA. Le match contre Séville sera une finale pour la deuxième place dans l'hypothèse où la Juve gagnera à Séville et nous gagnerons à Zagreb. Le 7 décembre prochain, le stade pourrait être plein, en cette période de la fête des Lumières. Le Parc OL a été construit pour accueillir de grandes manifestations comme la finale de la Coupe de la Ligue cette année, mais aussi pour jouer des matchs de Ligue des champions. Ça serait tellement beau d'avoir, sur un match, la décision dans les pieds des joueurs. J'y crois comme un fou."

Place à Bastia

Avant de retrouver la petite musique de la C1, l'OL doit déjà penser au Championnat avec la réception samedi de Bastia. "C'est devenu le match le plus important de la semaine car les deux autres nous ont donné satisfaction, explique Jean-Michel Aulas. Ce match pourrait tout remettre en cause. Ce qui est cruel, mais ce qui est aussi magique dans le football, c'est qu'on est capable, après un match désastreux contre Guingamp, de se remettre en cause, de remobiliser tout le monde et d'aller faire ce qu'il faut à Toulouse et à la Juventus. Mais on sait que sans une victoire contre Bastia, on aurait fait deux exploits pour peut-être beaucoup moins que ce que constituera les trois points samedi soir. Donc ce match sera excessivement important, très difficile, et à gagner. On aura besoin de notre public pour battre Bastia qui est une très bonne équipe." On l'aura compris, l'OL veut continuer sur sa bonne dynamique actuelle et compte bien recoller le plus rapidement possible en haut du classement.

38 commentaires
  1. OLVictory - ven 4 Nov 16 à 12 h 13

    Il faut reconnaître que sur ce match Genesio a mieux joué le coup que son homologue. Même si les problèmes de fond ne sont pas réglés.
    Pour la finale en question la décision ne se jouera pas sur le terrain de Zagreb-Lyon mais 2500 km plus au sud-ouest. On a laissé notre destin entre les mains des autres.
    Finale pour la deuxième place de la poule 😆

    1. OLVictory - ven 4 Nov 16 à 17 h 40

      Je suis persuadé que les uns et les autres ne prendront aucun risque.

    2. fandelol - sam 5 Nov 16 à 9 h 40

      Ouai enfin si on gagne pas à Zagreb on l'a dans le c** xd. Donc commençons déjà par faire le travail.
      Après OLV, c'est quoi l'intérêt de la Juv de jouer le nul? Ils n'en ont aucun à part tirer un premier de poule en 8ème et jouer leur qualif face à Zagreb au dernier match. Ok, c'est que Zagreb mais sur un match on ne sait jamais, ils ne prendront pas tout ces risques.

  2. janot06 - ven 4 Nov 16 à 12 h 25

    Moi, je retiendrai que ces matchs déjà joués - si on excepte le premier face à Zagreb - ont basculé sur de petits détails et auraient pu nous être plus favorables avec un peu plus de chance, de gniaque et d'expérience.
    "Une finale", même pour la deuxième place d'un groupe, serait quelque chose d'inespéré compte-tenu de notre début de saison calamiteux et je ne cracherais pas dessus.
    En espérant que ce soit "un final" (de groupe) victorieux.

  3. Altheos - ven 4 Nov 16 à 13 h 34

    La qualification serait magnifique. Et si elle arrive, j'en serai le 1er satisfait.
    Mais j'estime que la place de l'OL est plus en C3 qu'en C1.
    L'effectif et le staff ne sont pas au niveau des 8eme de C1.

  4. TomLePatron - ven 4 Nov 16 à 14 h 00

    C'est dommage car on avait largement de quoi avoir le destin entre nos mains. Après on a une chance si seville perd les deux matchs. Bon c'est quand meme la Juventus et pas Zagreb tout n-es donc pas encore totalement perdu

  5. Juni entraineur OL - ven 4 Nov 16 à 14 h 02

    Je vois mal la juve gagner a seville !
    Jai peur qu'ils s'arrangent avec un nul.
    On a la certitu quasiment d'aller au primtemps en Europa league, c déjà ça a prendre.

  6. OLVictory - ven 4 Nov 16 à 14 h 35

    La C3 serait à notre portée pour faire un bon parcours, si on joue comme on a joué la dernière demi-heure à Turin.
    Des équipes combatives en C3 il y en aura, chaque tour de cette compete à partir des 8e est un combat.

    1. Pantagruel - ven 4 Nov 16 à 19 h 03

      Totalement d'accord. D'ailleurs je trouve très dommage qu'elle soit aussi peu valorisée financièrement parce que c'est une belle compétition où toutes les équipes se battent. Si on a des joueurs de la qualité qu'on a aujourd'hui c'est aussi grâce à leur expérience acquise en Europa.
      Viser au moins la demie de C3 me parait comme un bon objectif pour cette OL. D'ailleurs, sans des tirages pour le moins défavorables on aurait pu peut être déjà y parvenir en 2012 et 2013.

  7. Lyolicha - ven 4 Nov 16 à 14 h 36

    Il a aucune raison de ne pas y croire. Si la Juve s'impose en Andalousie sachant qu'il vont jouer pour la première place et que dans le même temps Lyon s'impose a Zagreb... alors oui on aura notre finale au POL.

  8. Lyolicha - ven 4 Nov 16 à 14 h 37

    Pour l instant il est interdit de parler d Europe league. On est encore en course donc bon...

  9. OLVictory - ven 4 Nov 16 à 14 h 42

    Sur un autre sujet Monchi parle encore de son souhait de changer de club. Si le président voulait passer aux actes et faire vraiment grandir le club il pourrait faire un gros coup en le faisant signer à l'OL.

    1. Ras Ruben - ven 4 Nov 16 à 17 h 11

      J'adorerai cette option ! Il se dit qu'il serait très cher, surtout depuis qu'il a prolongé jusqu'en 2020. En salaire peut être mais visiblement il existe une close à son contrat disant qu'au 01/01/2017 un club qui pose 5M peut le déloger de Séville.

      1. OLVictory - ven 4 Nov 16 à 17 h 51

        Il est forcément très très cher mais il doit rapporter dix fois ce qu'il coûte.

  10. delgado69 - ven 4 Nov 16 à 15 h 37

    pas sur que l'ol l'interesse sinon pour la finale contre seville faudrait que la juventus aille aller gagner la bas chose qui est tres compliquer on en a fait les frais au match aller

    1. OLVictory - ven 4 Nov 16 à 16 h 50

      C'est clair que jouer la marionnette du Muppet show a l'OL ne l'intéressera sûrement pas mais un projet ambitieux dans lequel il jouerait un rôle important pourrait retenir son attention.
      Après c'est une question de volonté de notre président de bien s'entourer ou de rester dans le gloubiboulga actuel.

      1. delgado69 - ven 4 Nov 16 à 17 h 08

        il faudrait aussi debloquer le budget transfert parce que meme saint etienne a depense plus que nous

      2. OLVictory - ven 4 Nov 16 à 17 h 52

        C'est une activité qui rapporte.

  11. Tanner Angel Mkd - ven 4 Nov 16 à 16 h 28

    Je vous vois beaucoup ici prendre Séville de haut comme ça a été fait l'an dernier avec Valence et le Zenit ( qui étaient meilleurs que nous avant même le tirage ). Séville c'est largement supérieur par rapport à Valence et Zenit.

    Alors oui on a que perdu 1-0 mais c'était face à une équipe espagnole encore en rôdage et on aurait pu en prendre plus qu'un goal. Nous appart l'occasion de Fekir on a pas vraiment eu d'occasion.

    Séville depuis notre match ils sont monté en puissance autant en championnat qu'en LDC. Alors oui c'est chez nous mais faut pas croire que ça va les déranger de jouer à l'extérieur. Et vu le nombre de match qu'on a déjà perdu au POL je crois pas que ça soit vraiment un argument en notre faveur.

    Donc oui il faut y aller en étant optimiste mais prendre Séville de haut comme si on était le Barca ou le Bayern on va vite redescendre sur terre.

    1. Ismael Bakekolo - ven 4 Nov 16 à 18 h 30

      Au bout d'un moment si on joue la ldc c'est aussi pour jouer se genre de match contre des équipes qui nous sont à priori supérieur. Certes il ne faut pas les prendre de haut, mais être optimiste n'est pour moi leur manqué de respect c'est quand même une équipe jouable.

  12. Tempo - ven 4 Nov 16 à 18 h 46

    Le FC Séville est une équipe qui devrait être regardé de plus près par nos dirigeants.
    Ce club dispose d'après France Football d'un budget qui vient de passer de 80 M€ à 100 M€... soit deux fois moins que celui de Lyon... Donc sa masse salariale est également bien plus faible. Et pourtant le FC Séville malgré la perte de ses bons éléments réussit à gagner trois C3!
    Son recrutement est ciblé et malin. Même dans notre championnat... Gameiro, Trémoulinas, Rami, Kolodziejczak, N’Zonzi, Mariano ou Krychowiak arrivaient ou arrivent de L1 ou L2.
    Eux ils n'achètent pas des latéraux pour dire une fois dans le club que ce ne sont pas des latéraux mais des milieux de terrains donc qu'il faut changer de schéma de jeu.
    Eux ils ne jouent pas la vierge effarouchée en constatant qu'ils ne disposent que d'un seul attaquant de niveau LDC et pire qu'il peut se blesser.
    Eux ils ne donnent pas des 500 000 €/mois à la tête de turc du football français pour embêter un président qui n'est plus en activité aujourd'hui.
    Eux ils ne font pas x essais en poste de meneur de jeu pour ensuite annoncer que ces fameux x ne sont pas des véritables meneurs de jeu et donc qu'il faut changer de schéma.
    Eux ils ne donnent pas des dates butoir régulièrement pour des signatures de contrats à des joueurs prochainement libre pour se rendre compte aujourd'hui que rien n'est signé.
    Eux ils ont compris l'importance d'un directeur technique.
    Mais eux ils n'ont pas un président médiatique. Qui connait: José CASTRO CARMONA...
    Cette année ce club n'a perdu qu'une seule fois c'est dire que deux défaites de suite en LDC relèverait presque du miracle.
    Mais en football tout est possible.

    1. Altheos - ven 4 Nov 16 à 20 h 39

      Sauf que...
      En espagne, les sportifs bénéficient d'un plafonnement d'impôts.
      Du coup, pour payer un joueur 100 000€ net d'impôts, le club doit sortir 120 000€.
      Pour payer le même joueur en France, impôts sur le revenu du joueur + cotisations sociales et patronales, il faut que le club sorte plus de 300 000€.
      Du coup, avec un budget de 100 millions, le FC Séville a autant si ce n'est plus de moyens que l'OL avec ses 250 millions.
      Cet écart est plus moins similaire avec l’Allemagne. Et pour l'Angleterre, c'est encore pire. Ils ont 3 fois plus de moyens et 10 fois moins de charges et d'impôts.
      Ca n'enlève rien à tes remarques sur la qualité de gestion du club de Séville, mais ça remet les choses dans une autre perspective malgré tout.
      Pour toucher ses 18 millions net, le PSG devait sortir plus de 40 millions pour Zlatan.

      1. zikos35 - sam 5 Nov 16 à 13 h 50

        Il ne faut pas dire n'importe quoi non plus... avec le taux de charges patronales, pour un joueur payé 100 000 € brut en Espagne, l'employeur versera 112 910 € (donc 12 910 € de cotisations patronales, pas loin de ton chiffre), en France, il versera 141 380 € (41 380 € de cotisations patronales donc)... et pas 300 000 €. Il y a bien un écart, soit, mais très loin de celui que tu annonces. (source : BDO Internation, cabinet d'audit).

        Tu prends l'exemple de Zlatan sauf que tu omets le coût principal... le Qatar payait 100 % des impôts de Zlatan, c'est uniquement à cause de ça qu'on arrivait à des sommes astronomiques.

      2. OLVictory - sam 5 Nov 16 à 14 h 43

        OK pour les charges. Mais avec les impôts et les droits à l'image ?

      3. zikos35 - sam 5 Nov 16 à 15 h 29

        Pour le taux d'imposition, suite à l'abrogation de la "loi Beckam" en 2010 qui fixait un régime spécial pour les impatriés en Espagne, le taux a été harmonisé à 43 % (pas loin de la dernière tranche en Franche). Ceux arrivés en Liga avant 2010 en bénéficient encore, mais de fait ils sont et seront de moins en moins nombreux.
        Au royaume Unis, la dernière tranche d'imposition est à 50 % (au dessus de 150 000 £).
        En France la tranche qui concerne le plus de footballeur est la dernière qui est à 41 %, mais ils versent en plus une cotisation sociale équivalent à 22 % de son salaire... mais c'est loin de représenter un gouffre entre la France et les autres pays. Pour résumer plus clairement, sur un salaire de 150 000 € :
        En Espagne : salaire net perçu = 75 000 € (environ)
        En Angleterre : 66 000 € (hors régime spécial des non résidents, mais ce régime existe aussi en France pour les impatriés).
        En Italie : 74-75 000 €
        En Allemagne : 63 000 €
        En France : 69 000 €

        On voit bien donc que notre vision de la situation est largement conditionnée par l'utilisation répétée de l'organe préférée des dirigeants français...la glande lacrymale. Dans la réalité les écarts sont plutôt faibles.

        ps : pour être totalement objectif, il faudrait intégrer l'ISF, que beaucoup de pays ont supprimé (même si ils l'ont remplacé par d'autres taxes qui reviennent plus ou moins au même mais ne disent pas leur nom) et qui existe toujours en France. Mais là ça devient compliqué avec 100 % de cas particuliers.

      4. OLVictory - sam 5 Nov 16 à 15 h 40

        OK merci et la taxation du droit à l'image à travers leurs sociétés ?

      5. zikos35 - sam 5 Nov 16 à 15 h 58

        Ben le droit à l'image (individuel ou collectif), ce n'est pas à proprement parlé du "salaire", donc là on sort un peu du sujet sur les "chaaaarggges" qui "pèèseent !" sur la "compétitivité!!!" des clubs français. Je crois que si l'on parle tant de ça en France, du moins les dirigeants de nos clubs, c'est surtout pour masquer un manque de compétences et de vision à long terme, d'ambition, qui sont les vrais sujets qui plombent le football français...
        Regardons simplement quels sont les premiers actes réalisés après les rachats du PSG, de Marseille et de Lille... refonte du fonctionnement du club, recrutement d'un directeur sportif confirmé, de scoot, élargissement de la cellule de recrutement. Ce n'est pas anodin. En France dans les clubs, on retrouve surtout les anciens, les copains, qui gravitent autour des présidents...pas forcément des gens compétents. Ca fonctionne beaucoup en vase clôt et on retrouve de manière plus globale ce fonctionnement dans les grandes entreprises françaises... combien de mêmes personnes siègent dans une quinzaine de Conseils d'Administration de différentes entreprises.

      6. OLVictory - sam 5 Nov 16 à 16 h 26

        Bien sûr que c'est une part du salaire, c'est toujours le cas pour les joueurs d'un certain niveau.
        Certains l'utilisent beaucoup pour "optimiser" charges et impôts alors que ça a été très limité en France où on l'utilise toujours mais où il est beaucoup plus taxé aussi.
        Par exemple les revenus de l'équipe de France ne sont jamais versés en salaires et toujours en droits à l'image.
        Ensuite on pourrait aussi ajouter la taxation des revenus des sponsors, et là aussi on verrait une différence significative.
        Si on se fie juste aux salaires, pour certains joueurs on parle du tiers ou du quart de leurs revenus totaux. Même à l'OL.
        Enfin ça fait toujours un domaine où on est champions du monde, les taxes et les prestations sociales !

      7. zikos35 - sam 5 Nov 16 à 16 h 47

        Nous sommes aussi recordman d'Europe du nombre de millionnaires... tout comme nous sommes recordman d'Europe de la part de la valeur ajoutée versée en dividende 🙂

      8. OLVictory - sam 5 Nov 16 à 16 h 57

        C'est sans doute vrai, même si ça n'a pas vraiment de rapport avec le sujet.

      9. Altheos - sam 5 Nov 16 à 18 h 08

        OK pour les précisions.
        Sauf que encore une fois :
        Une fois le net perçu, il reste encore les impôts sur le revenu, dont l'ISF.
        Pour attirer un joueur étranger, les dirigeants français vont donc devoir prévoir de prendre en charge les impôts sur le revenu (comme Zlatan).
        Et à mon humble avis, quand des top joueurs négocient leur salaire, c'est impôts déduits.

      10. zikos35 - sam 5 Nov 16 à 18 h 35

        Non non, les chiffres que je donnent sont le net perçu après imposition. Seul l'ISF n'est pas pris en compte comme je l'ai précisé, donc arrêtons les fantasmes et de croire sur parole les déclarations de nos présidents de L1. Et l'ISF, qui n'existe plus dans beaucoup de pays a été remplacé par d'autres impôts qui correspondent plus ou moins à la même chose... exemple en Italie la taxe "communal" sur le patrimoine qui n'est ni plus ni moins qu'un ISF déguisé.

    2. OLVictory - ven 4 Nov 16 à 22 h 57

      Même remarque pour les charges mais le FC Séville est évidemment exemplaire sportivement. On devrait s'en inspirer largement. C'est unnmidele à notre portée.

  13. Fab - ven 4 Nov 16 à 21 h 39

    Sans vouloir être oiseau de mauvaise augure !
    Pour espérer cette hypothétique "finale" contre Séville au POL, il faudra tout d'abord taper Zagreb car il ne faudrait pas les prendre par dessus la jambe car pour eux il reste un espoir de se qualifier en Europa League.
    Ensuite, je suis défaitiste (ou éventuellement pragmatique) mais je pense que Séville et la Juve on déjà clairement identifié qu'il leur faut qu'un nul pour se qualifier en 8ème (et c'est bien l'enjeu avant même de se dire que la première place pourrait assurer un tirage plus évident pour les 8èmes) !

    A minima faisons-nous plaisir en Europa League (qui n'est pas très lucrative certes mais Monaco vis à vis des autres rétributions tel que TV a quand même touché plus de 20 M€ l'année dernière (données UEFA) !

    1. Altheos - sam 5 Nov 16 à 13 h 27

      Le lucratif ne doit pas être la motivation.
      C'est une coupe d'Europe, elle doit se jouer à fond !
      Sans compter que pour l'indice UEFA, c'est très important d'aller au bout de nos possibilités, surtout avec la futur réforme de la C1, il faut capitaliser à outrance.
      Et oui, je préfère un joli parcours en C3 plutôt qu'une qualification à l'arrache pour les 8eme de la C1 qui va déboucher sur une élimination par un ténor dés février.

  14. Tempo - sam 5 Nov 16 à 17 h 20

    Ziko35
    Merci beaucoup pour ces éléments de réponse.
    Je suis totalement d'accord sur la culture lyonno-lyonnaise bien trop présente dans un club qui a la volonté d'être dans le TOP 20 Européen.
    Je prends encore et toujours le cas de Nice mais lorsque je vois Nice perdre en même temps ses trois meilleurs joueurs : Ben Harfa, Germain, Nampalys Mendy avec son entraîneur Puel et se retrouver aujourd'hui avec 9 victoires, 2 nuls et 0 défaites! avec Lucien Favre je me dis qu'un entraîneur non copain/copain et de haut niveau ça a du sens. Et dire que l'argument majeur à l'arrivée de B. Génésio était "il connait lui le club"... ça ne se justifie pas forcément comme critère majeur.
    Sinon pour l'histoire des dividendes... ben ça ne concerne et ca ne concernera jamais les actionnaires de l'Olympique Lyonnais...

  15. SapeCommeJallet - sam 5 Nov 16 à 17 h 37

    Et donc? Même si Seville bat la Juv en espagne, le match contre Seville au Parc OL aura toujours lieu (ok ce ne sera pas une finale) mais j'attends et j'espère que notre équipe s'imposera rien que pour montrer qu'on avait le niveau pour passer parce que je pense que ce qui nous a manqué lors du 2eme et 3eme match de LDC, nous l'avons maintenant acquis depuis la victoire contre toulouse, c'est à dire un gros mental.

    1. OLVictory - sam 5 Nov 16 à 19 h 32

      Si c'est un match sans enjeu pour nous ça s'annonce passionnant.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut