Mamadou Sarr, défenseur de l'OL
Mamadou Sarr, défenseur de l’OL (crédit : David Hernandez)

OL : les contextes d’épanouissement "n’étaient pas favorables" pour les jeunes

Cette saison, l’OL n’a que très peu fait appel à son centre de formation. Un choix assumé par Pierre Sage qui souhaitait avant tout protéger les jeunes de l’Académie comme Mamadou Sarr.

L’OL, club formateur par excellence, la réputation n’est plus à faire à travers la France et l’Europe. Les exemples sont bien trop nombreux pour pouvoir réaliser une liste qui serait bien trop longue à faire. Pourtant, et pour la première fois depuis un moment, le club lyonnais s’est très peu appuyé sur son académie cette saison. Il y a bien eu les premiers pas en professionnels de Chaïm El Djebali contre Rennes en janvier (2-3), mais à côté de ça, ce furent les vaches maigres pour les joueurs du centre.

Même des habitués comme Mohamed El Arouch ou Mamadou Sarr n’ont rien eu à se mettre sous la dent. Une position assumée par Pierre Sage, appelé à la rescousse pour sortir l’OL de la torpeur. "Les contextes d’épanouissement des jeunes joueurs n’étaient pas les meilleurs à la vue de la situation de l’équipe qui n’était pas terrible, a déclaré le coach lyonnais dans 'Tant qu’il y aura des Gones'. Quand ensuite l’ambition est arrivée, c’était pareil."

Avec un effectif renforcé durant l’hiver et finalement un groupe assez épargné au niveau des blessures, Pierre Sage a souvent pu compter sur la quasi-totalité de ses joueurs. On le voit encore aujourd’hui, cet afflux de biens le pousse à devoir laisser sur la touche des éléments comme Dejan Lovren, Johann Lepenant ou encore Saël Kumbedi.

Difficile donc pour l’Académie de se faire une place au soleil, d’autant plus que la course au maintien fut un vrai frein dans l’esprit de Pierre Sage comme il l’a expliqué dans TKYDG. "Contre Nantes, Clinton Mata se blesse à la 90e ou 91e après un choc à la tête. Il y a Mamadou Sarr sur le banc, mais je décide de ne pas le faire rentrer pour le protéger. Imaginez la pression du gamin si on se fait égaliser, que ça se joue dans sa zone. Il va devoir porter la responsabilité de cette décision", avant de poursuivre : "On a été très clair avec son entourage à la trêve, en disant que les conditions et le contexte n’étaient favorables donc peut-être qu’un prêt et plus de temps de jeu lui permettraient de revenir avec d’autres arguments dans des conditions peut-être plus softs."

Si l’expérience collective n’a pas été une réussite avec la relégation de Molenbeek, Sarr a au moins pu engranger de l’expérience plutôt d’être cantonné au banc professionnel ou à des matchs de National 3.

5 commentaires
  1. Avatar
    pathetikOL - mer 15 Mai 24 à 9 h 06

    que la Réserve montre qu'elle a le niveau, on discutera après !

    Signaler
    1. Quand je pense a Ferland
      Quand je pense a Ferland - mer 15 Mai 24 à 9 h 35

      Oui, la réserve est décevante, et même pour ceux arrivés en équipe première, ce n'était pas simple de se faire une place dans le marasme de fin 2023 et une fois qu'il a fallu avancer, prendre des points et tâcher d'aller chercher une place en Europe, la "routourne n'a pas tourné" et la part d'inconnue liée à leur éclosion mise de côté.
      Sarr va entrer dans la rotation de l'équipe l'an prochain, Sage a foi en ce garçon, mais selon nos besoins et les départs/arrivées possibles en défense centrale durant le mercato, les cartes pourraient être redistribuées.
      Je crois en M. Diawara, il a clairement les épaules pour être dans la rotation de l'équipe et qui sait, s'imposer.
      Plus de mal à voir Momo El Arouch sortir de sa torpeur, ça semble compliqué pour lui, on lui souhaite du courage, il doit se battre.
      Saël Kumbedi a totalement disparu des radars alors qu'il était encore dans la rotation en fin d'année dernière, il est encore très jeune mais ne jouera pas si Mata et Maitland-Niles restent la saison prochaine.
      Johan Lepenant a connu une grave blessure mais je pense que ses jours au club sont comptés (il dispose encore d'une assez belle valeur marchande), il n'est pas un joueur d'avenir malgré tout le bien que je puisse penser de lui.
      Skelly Alvero doit faire un choix sur son avenir, il a peut-être bien fait de s'exiler chez les teutons en janvier, je lui souhaite le meilleur pour la suite car je pense qu'il va quitter l'OL.
      Enfin, le "jeune" qui a le plus joué, Rayan Cherki demeure un mystère et il y a des chances qu'en 2024-2025, son temps de jeu soit corrélé à sa situation contractuelle. Il a de grandes chances de partir s'il ne prolonge pas et s'il n'est pas parti et reste sans prolonger, le club pourrait lui mettre des bâtons dans les roues comme ce fut le cas pour Aouar et Dembélé en 2022-2023.

      Signaler
    2. Avatar
      Toitoi - mer 15 Mai 24 à 9 h 43

      Nous n'avons en effet plus de cuvée grande réserve.

      Signaler
    3. Avatar
      thal0995 - mer 15 Mai 24 à 10 h 11

      Après la réserve est constituée en très grande majorité (pour ne pas dire 100%) de gamin.
      Une équipe entièrement constituée de gamins qui jouent contre des adultes physiquement mûrs (et plus ou moins bourrins à ce niveau), c'est normal qu'il y ait de la difficulté non ?

      Signaler
      1. Quand je pense a Ferland
        Quand je pense a Ferland - mer 15 Mai 24 à 10 h 31

        @thal0995, comme lu ailleurs, certains ont les épaules très jeunes pour réussir (dans le désordre et assez récemment : Benzema, Umtiti, Lacazette, Tolisso, Gusto, Lukeba, etc) et s'imposer dans des effectifs lyonnais au moins aussi pléthoriques si ce n'est plus que ce cru OL 2023-2024.
        Les facteurs de réussite sont multiples (déception d'un titulaire plus mature qui laisse sa place au jeune ou alors un jeune qui crève l'écran), mais il faut avouer qu'en laissant les clés du camion à certains d'entre eux (Cherki, Kumbedi, Lepenant ou Alvero qui ont pas mal joué entre la fin d'été et l'automne 2023), la réussite n'a pas été au RDV. Peut-être parce que ces joueurs n'ont pas fini d'être formés comme tu le soulignes, selon moi, ça joue aussi beaucoup dans la tête (être sûr de ses forces et y croire, on a l'exemple récent d'un jeune post-formé comme Malick Fofana pour leur montrer la voie).

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut