Communiquer avec nous

Mercato

OL – Mercato : qui est Samuel Gigot ?

Publié le 

Afin de renforcer sa charnière centrale, l’OL souhaiterait recruter en priorité un défenseur axial lors du prochain mercato. Mercredi, L’Equipe révélait un intérêt de l’Olympique lyonnais pour Samuel Gigot du Spartak Moscou. A 26 ans, le défenseur français n’a pas encore découvert la Ligue 1. Présentation d’un joueur encore méconnu dans son pays d’origine.

Pour l’Olympique lyonnais, la priorité lors de la prochaine période des transferts se situerait derrière. L’OL aimerait densifier sa charnière centrale et pour cela, il serait sur la piste de Samuel Gigot, actuel joueur du Spartak Moscou. Né le 12 octobre 1993 à Avignon, le défenseur n’a pas quitté sa région natale avant 2015. Enfant, il a touché ses premiers ballons au MJC Avignon en 1998, qui devient par la suite Avignon football en 2003. En 2010, le club dépose le bilan, ce qui le pousse à aller voir ailleurs.

Le Français rejoint l’US Le Pontet où il reste un an avant de se faire remarquer par l’AC Arles-Avignon lors d’une journée de détections. Il atteint alors le niveau national. En 2013, il signe son premier contrat professionnel avec l’équipe coachée par Franck Dumas alors en Ligue 2. Lors de cette première saison, il joue dix matchs de championnat. Pour son deuxième exercice, il prend part à 23 rencontres mais il ne pourra empêcher la relégation du club arlésien. Malgré tout, ses prestations ont attiré les convoitises de plusieurs clubs étrangers.

Il effectue toute sa formation dans le Vaucluse

« On va dire que j’ai plus de qualités physiques mais j’essaie de devenir un relanceur », a-t-il expliqué à Eleven FC en 2013. Pour cela, il quitte Avignon et tente l’aventure hors de la France. En fin de contrat, il signe en Belgique du côté du KV Courtrai. Il y reste un an et demi avant de passer encore un cap et de rejoindre La Gantoise où il dispute 64 matchs dont un 16e de finale de Ligue Europa remporté contre Tottenham en 2017 (1-0, 2-2). Il est d’ailleurs élu meilleur joueur de la saison par les supporteurs. « Je suis resté un an et demi à La Gantoise. Cette aventure m’a fait progresser forcément. C’était déjà un gros changement par rapport à l’AC Arles-Avignon car j’évoluais en première division avec la Ligue Europa ou la Champion’s League. Mais j’avais vraiment envie d’aller voir ailleurs », a déclaré le défenseur au Dauphiné en 2018.

Cette année-là, Samuel Gigot rejoint la Russie et le Spartak Mouscou. Il y vit ses premiers prémisses de Ligue des champions en disputant le 3e tour préliminaire contre le PAOK Salonique (Grèce). « J’avais déjà eu des contacts avec le club russe de Krasnodar. À vrai dire, je n’avais pas vraiment pensé à la Russie, a-t-il révélé au quotidien régional. Mais le Spartak, c’est un club intéressant qui joue l’Europe. Et c’est d’ailleurs l’opportunité de se montrer sur la scène continentale. »

« J’avais vraiment envie d’aller voir ailleurs »

Il connaît une première saison très difficile avec une rupture des ligaments croisés début septembre qui l’éloigne des terrains pendant huit mois. A son retour, il prend part à trois rencontres avant de rechuter, victime d’une blessure au ménisque. Au total, il participe à 11 matchs durant l’exercice 2018 – 2019. « Oui, c’est vrai que ça a été compliqué. C’était seulement deux mois après mon arrivée. Ça a été un long moment loin des terrains. Après, je veux revenir et je me fais encore mal au genou, a-t-il ressassé dans Goal. Cette première année au Spartak a donc été un peu tronquée. Mais bon, ça fait partie de la vie d’un sportif. Il faut essayer un peu d’avancer. »

La saison 2019 – 2020 se déroule beaucoup mieux pour le frère de Tony Gigot, célèbre joueur de rugby à XIII. Souvent utilisé dans l’axe droit de la défense à quatre, il a disputé 26 rencontres avant la suspension du championnat de Russie le 17 mars pour cause de Covid-19. Il a notamment inscrit quatre buts. « Je suis défenseur et la seule chose que je veux quand on rentre sur un terrain c’est de ne pas prendre de buts. Pour nous, c’est le plus important, ne pas concéder de buts », a-t-il rappelé. Son jeu de tête est tout de même une arme redoutable sur les coups de pied arrêtés du haut de son 1,87 m.

« Je ne serai pas opposé à un retour en France »

Sous contrat jusqu’en 2022 avec le Spartak Moscou, Samuel Gigot ne serait pas contre un retour en France, pourquoi pas du côté de Lyon donc. « Si j’ai possibilité de connaitre la Ligue 1, oui pourquoi pas. C’est normal quand vous êtes Français, a-t-il estimé. J’ai toujours bougé à l’étranger, donc si j’ai la chance un jour, je n’y serai pas opposé. » En tout cas, son profil plairait énormément aux dirigeants du club rhodanien.

Publicité

Les derniers commentaires

Publicité

Les plus lus