Ligue 1

OL : Nabil Fekir, un retour idoine

Impliqué sur deux buts contre Amiens (3-0), samedi, Nabil Fekir n’a pas manqué son retour à la compétition après sept semaines d’absence. Il reste quatre matches au capitaine lyonnais pour gagner sa place à la Coupe du monde.

Il a soufflé comme un vent nouveau, une rafale de fraîcheur qui a réveillé tout le Groupama Stadium, lorsque Nabil Fekir est entré en jeu contre Amiens (3-0), samedi. Après sept semaines d’absence, les supporters lyonnais trépignaient d’impatience de revoir le meneur de jeu refouler une pelouse. Comme ses équipiers, qui s’en sont globalement bien sortis sans lui, malgré deux grosses désillusions en coupes (élimination contre Caen en quarts de finale de la Coupe de France, élimination contre le CSKA Moscou en huitièmes de finale de la Ligue Europa). Seuls les Amiénois, qui n’étaient menés que d’un but avant que le capitaine de l’OL ne remplace Mariano (75e), se seraient bien passés de son retour.

En seulement dix-huit minutes, l’international français (10 sélections, 1 but) a rappelé pourquoi il était un joueur à part. Juste (90 % de passes réussies), impliqué (16 ballons joués), Fekir (24 ans) a brillé par sa capacité à conserver le ballon dans les petits espaces et à faire des différences. Impliqué sur les deux derniers buts de son équipe, le gaucher n’a pas tardé à se montrer décisif. Avant de rendre fous les défenseurs picards sur une action qui a profité à Bertrand Traoré (3-0, 85e), le Lyonnais avait parfaitement lancé le Burkinabé, passeur décisif pour Memphis (2-0, 83e). En toute fin de partie, sa frappe a même failli tromper Régis Gurtner (87e). « Il n’a rien perdu de ses qualités techniques. C’est le même Nabil que depuis le début de saison, s’est réjoui Bruno Genesio, après la rencontre. C’est sûr qu’il a apporté beaucoup de fraîcheur et de qualité technique, ainsi que sa faculté à être décisif. On ne l’a pas suffisamment souligné mais on est resté sept semaines sans un joueur exceptionnel. » Il reste cinq matches au capitaine rhodanien pour aider l’OL à conquérir le podium.

L’OL n’a pas précipité son retour

Car avec la lourde défaite de Monaco à Paris (1-7), l’horizon rhodanien s’est un peu dégagé. L’Olympique lyonnais ne compte plus que quatre points de retard sur le club de la Principauté et peut viser la deuxième place, même si Marseille, qui a gagné dans la douleur à Troyes (3-2), n’a pas abdiqué. Pour tenter de décrocher l’OM, qui est derrière à cause d’une différence de buts défavorable (+27 contre +36), l’OL pourra compter sur un Nabil Fekir plus motivé que jamais. Avant son retour à la compétition, ce dernier avait « des fourmis dans les jambes ». Son club tenait à ne pas trop précipiter son retour, quand même. « On a pris le temps pour bien le remettre physiquement, a expliqué Bruno Genesio, qui avait mis son capitaine sur le banc contre Amiens. Il préférait rentrer en cours de match face à des joueurs un peu plus fatigués. Sa prestation est très encourageante quand on voit à quel point il a réussi à être virevoltant et décisif en aussi peu de temps. » Le meneur de jeu a apprécié. Sa blessure au genou droit contre Saint-Etienne (1-1, le 25 février), qui l’avait obligé à subir une arthroscopie, le 13 mars, semble derrière lui. « Le plus important, c’est que je n’ai ressenti aucune douleur. J’ai tout fait pour bien me préparer », a rappelé le gaucher.

A Dijon (21h), vendredi, Fekir devrait retrouver une place de titulaire à la pointe du losange d’un 4-4-2 qu’il connaît bien. Dans ce système de jeu, le Lyonnais avait brillé durant la saison 2014-2015. Grâce à ses bonnes performances, il s’était ouvert les portes de l’équipe de France. Durant les prochaines semaines, le capitaine rhodanien va tenter de s’ouvrir celles de la Coupe du monde. Il ne reste que quatre matches à l’OL avant que Didier Deschamps donne sa liste, le 15 mai. La proximité de cette échéance et du Mondial russe n’affolent pas le meneur de jeu. « Je n’y pense pas trop pour l’instant, même si ça approche rapidement  », a-t-il sobrement déclaré après la victoire contre Amiens. Avant de penser à la suite, l’international français voulait juste retrouver la compétition. « J’ai tout fait pour revenir en forme. C’était un peu dur physiquement, mais j’ai essayé de prendre un maximum de plaisir. Je suis content, a avoué le gaucher. Mon retour a fait plaisir à tout le monde, je pense. Mon coup de rein ? J’espère que je ne l’ai pas perdu (rires). » Visiblement, pas encore.

3 Commentaires

  1. dugenou

    16 avril 2018 à 13 h 54 min

    L ‘équipe a tenu sans lui, tant mieux. Mais maintenant qu ‘il est là, je suis plus rassuré car c ‘est lui notre chef d ‘orchestre, celui qui donne le tempo. Notre Dimitri Payet à nous…
    Je ne suis pas étonné que l ‘OL et OM soient au coude à coude car malgré de profondes différences les 2 équipes se valent.
    Je pense que les Marseillais veulent nous faire très mal après ce qui s ‘est passé à la fin du match à Marseille. S’ils le peuvent, aller en finale à Lyon pour faire une grosse bouse dans le jardin d ‘Aulas et deuxièmement nous éjecter du podium pour notre « soit disant » arrogance. Ils sont extrêmement remontés, il ne faudra donc rien lâcher.
    Nabil est le joueur de cette fin de saison capable de terminer le travail, avec Memphis peut être.
    Ce sont les 2 joueurs les plus talentueux et sur eux, reposera bien des choses. Ils doivent tirer le groupe.
    Aouar, Ndombélé sont bien aussi mais sont encore jeunes et leur manque d ‘expérience est presque un désavantage vis à vis de Marseille dans cette fin de saison.
    Enfin le collectif, la force mentale du groupe est surement l’ atout le plus important et malheureusement , ce point est plutôt en faveur de l’OM.
    Bref le retour du capitaine est quand même une bonne chose pour l ‘équipe mais il aura aussi un duel dans le duel avec Payet pour valider sa place en Russie.

    • Fekiiresistible69

      16 avril 2018 à 18 h 52 min

      jsuis ok avec casi tout ce que tu a di sa ma juste piquer les yeux quand ta « comparé » nabilon a payet 😉

  2. Lyonnais_de_la_manche

    16 avril 2018 à 20 h 56 min

    Pour le mondial il faut pas oublier qu’il y aura une liste élargie, et c’est certain qu’il fera au moins parti des réservistes. Après ça dépendra des entraînements et des 3 matches de préparation pour convaincre DD. Pour moi pour lui comme pour Lacazette c’est à ce moment là que les 3 dernières places en attaque vont se jouer entre eux et Payet, Thauvin, Martial, Lemar voir Coman si il est de retour. Je pense que Dembele fait parti des 4 sûr avec Giroud Griezmann et Mbappe.

Laisser un commentaire

En haut