Lyon’s French-Portuguese defender Anthony Lopes (L) helps workers to clean the papers thrown on the field by fans during the French L1 football match Olympique Lyonnais and OGC Nice on April 15, 2016, at the New Stadium in Decines-Charpieu near Lyon, southeastern France. AFP PHOTO/PHILIPPE DESMAZES / AFP PHOTO / PHILIPPE DESMAZES

OL - Nice : Aulas "très inquiet" suite au "ParcOL Papers"

Jean-Michel Aulas était remonté hier soir après le coup de sifflet final. La raison ? Les interruptions du match dues aux papiers jonchant la pelouse du Parc OL lors du match OL - OGC Nice. Retour sur ce "Parc OL Papers."

Les supporters lyonnais ont été présents hier soir. Derrière son équipe du début à la fin du match, le public olympien a pleinement joué son rôle de 12ème homme. Et le match en tribunes avait commencé par une animation bien connue en Amérique du Sud : les "papelitos". Ces petits papiers, qui sont en fait des confettis confectionnés à partir de journaux (le plus souvent le journal du match distribué à l'entrée du stade), sont jetés lors du coup d'envoi afin de colorer la tribune et de l'animer. Si l'animation a été réussie, et a lancé de la plus belle des manières l'ambiance de feu qui a accompagné les 22 acteurs, elle a eu des conséquences qu'on ne pouvait prévoir. Le match a en effet été interrompu près de 8 minutes, en milieu de seconde période, afin de permettre aux jardiniers du Parc OL de nettoyer au mieux le terrain. La faute au vent qui a emporté un nombre important de papiers retombés au pied de la tribune lyonnaise après l'animation du début de match. Une interruption voulue par l'arbitre et le délégué de la Ligue, le premier se plaignant de ne plus voir les lignes, comme l'a confié Bruno Genesio à la fin du match.

Jean-Michel Aulas : "Il y a eu un excès de zèle... un manque de psychologie"

Si le coach lyonnais concède que "ça a permis aux Niçois de récupérer je pense, car on était dans un temps fort", le président Aulas se projette déjà vers les conséquences de cette interruption. Et il craint des sanctions : "On craint des sanctions car à partir du moment où c’est Lyon, on oublie que c’est pour le moment le plus gros stade d’Europe pour remarquer qu’il y avait des papiers qui traînait." Cette sortie est une défense que le président lyonnais espère efficace. En effet, le club s'attend à des répercussions administratives. Et préfère prendre les devants. Mieux vaut prévenir que guérir, en somme. En rappelant les débordements connus dans d'autres stades, par exemple. Manque de chance pour les Marseillais, c'est le club phocéen qui est dans le viseur de JMA : "On a vu le match à Marseille la semaine dernière, ou le match qu’on a joué là-bas en début de saison (qui avait été arrêté pour jets de projectiles, ndlr), je pense que le danger était plus important pour l’intégrité des joueurs que ce qu’il s’est passé aujourd’hui."

JMA : "Avec la Ligue et certains arbitres... je suis très inquiet"

L'occasion pour mettre un tacle appuyé à la Ligue et au corps arbitral : "Quand on veut sanctionner, on trouve toujours des raisons pour sanctionner. Alors avec la Ligue et certains arbitres, je suis très inquiet." Aulas regrette le "manque de psychologie qu'on rencontre dans le football français" et déplore que le match ait été arrêté "car il y a trois papiers sur le sol", comme il l'a confié en zone mixte. Si on peut comprendre son énervement, compte tenu de l'expulsion rapide de Cornet - bien que celle-ci soit finalement peu contestable - et de la pression administrative que peut constituer l'intervention du délégué de la Ligue au cours d'une rencontre, la réalité est quand même à rappeler. L'interruption du match a eu lieu à un moment où une bonne partie de la surface de réparation d'Anthony Lopes, et de la partie gauche du camp lyonnais, étaient recouvertes de papiers divers et variés. Si cette situation n'est, en tant que telle, pas directement dangereuse, elle peut toutefois gêner le jeu et les joueurs. On a du mal à imaginer le match continuer avec une pelouse ainsi recouverte. L'interruption afin de nettoyer le terrain semble donc justifiée, et normale. Il serait toutefois des plus regrettables, effectivement, que l'Olympique Lyonnais soit sanctionné pour ces "papelitos". Le foot est une fête et cet "envahissement" du terrain par ces petits bouts de journaux a été causé avant tout par le vent d'hier soir, et en aucun cas par une volonté des supporters lyonnais de perturber le match. "Laissez parler les p'tits papiers, à l'occasion papier chiffon..."

8 commentaires
  1. Tumak - sam 16 Avr 16 à 17 h 49

    C'est vrai qu'ailleurs on aurait pointé le vent comme responsable... Mais là c'est l'occasion de pointer Lyon et surtout Aulas et son bijoux de nouveau stade. Donc c'est sûr, il va y avoir sanction. Quelle mentalité de merde.

  2. Slaimer - sam 16 Avr 16 à 18 h 42

    J'ai l'impression que Lyon devienne un si bon public. Et le meilleur de France cette année en fait chier pas mal.
    Certain club n'avait plus que ça ... Et même des supporters arrive a te sortir qu'il y a une meilleur ambiance au Vélodrome...
    Ça en devient assez drôle.

  3. OLVictory - sam 16 Avr 16 à 19 h 18

    C'était surtout un peu dangereux de laisser jouer avec l'a papiers qui couvraient la pelouse. Normal d'arrêter le match pour les enlever. On ne voyait plus l' herbe tellement il y en avait. C'est idiot de reprocher à l'arbitre d'avoir interrompu le match et encore plus idiot d'en faire toute une histoire.

    1. Cyril Rolling - sam 16 Avr 16 à 19 h 46

      Bonjour,
      Je vous rejoins concernant la nécessité d'interrompre le match (cf fin de l'article). La question tourne plutôt autour de la possible sanction administrative (amende, par exemple).

  4. Monrne - sam 16 Avr 16 à 19 h 48

    C'est clair il est normal que le match ait été arrêté.J'aime par ailleurs bien le terme "confettis " car il m'a semblé à l'écran que c'était bien plus que ça et pas sur que çà soit aussi innofenssif.
    En tous cas la décision était la bonne et quoi qu'il en soit mis à part ces " Papers "bravo à vous qui étiez au stade (Jsuis un peu loin pour participer) pour l'ambiance de feu et le soutien apporté à nos gones.
    Hier en fait nous avons démarré la rencontre à 12 pour la terminer à 11 contre 11 et j'y ait cru en fin de rencontre Merci

  5. fandelol - sam 16 Avr 16 à 21 h 02

    Faire toute une histoire pour ça.... Franchement, yen a qui n'ont rien d'autre à foutre je crois.

  6. Lyon dream city - sam 16 Avr 16 à 21 h 51

    J'étais au stade hier soir, virage Nord (je fais donc parti des gens qui ont lancé des confettis). Le speaker des BG nous a en effet demandé de nous asseoir, de prendre des confettis, puis à son signal de se lever en les jetant en l'air. L'objectif était en effet de faire la fête et à aucun moment de recouvrir le terrain, sur le coup je pense que pas grand monde n'avait pensé que le vent emporterait les papiers sur le terrains. Toutefois, certains ont trouvé plus malins de jeter des papiers, sacs plastiques et autres rouleaux de PQ plutôt que des confettis, ce qui explique pourquoi la pelouse était si recouverte.... Malgré la fête et les chants je suis très déçu par la mentalité de certains supporters, à siffler et insulter copieusement les niçois lors de leur remplacement alors même que certains d'entre eux ont été formé à ... Lyon ! Venir au stade pour insulter les gens et se défouler de la sorte je trouve ça déplorable, ils semblaient en plus heureux des deux interruptions de match. A croire que certains laissent leur cerveaux à la maison avant de venir... Sans parler du speaker des BG, qui dès le début du match insultait et menaçait les supporters du virage Nord supérieur lorsque ces derniers jetaient des rouleaux de PQ (certes pas très agréable lorsqu'on se retrouve en dessous, ni très malin, mais rien de très méchant). Ce type là a du laissé une super image à tous les enfants venus au stade pour voir un match de foot spectaculaire...

  7. Balley - lun 18 Avr 16 à 17 h 37

    Merci de ton témoignage LYON DREAM CITY, les abrutis des tribunes (pas bien nombreux mais très efficace) me gonfle au plus haut point

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut