OL : Peter Bosz, stop ou encore ?

Après un début de saison prometteur, l’OL vient d’enchaîner deux défaites de suite à l’extérieur. Les critiques se sont intensifiées contre Peter Bosz mais l’entraîneur est-il vraiment le coupable numéro 1 ?

Depuis quelques semaines voire même depuis son arrivée, certaines voix s’élèvent contre Peter Bosz. Ce ne sont pas les deux défaites à Lorient et Monaco qui les ont faites redescendre. Après un début de saison prometteur au moins sur le plan comptable, l’OL a été rattrapé par la réalité du terrain et d’adversaires plus coriaces qu’Angers ou Troyes. En l’espace d’une semaine, le club lyonnais et son entraîneur ont recommencé à vivre ce qui était présent pendant toute la saison dernière. Une difficulté qui n’est plus à décrire à l’extérieur et des prestations qui donnent l’impression que l’OL peut flancher à n’importe quel moment.

A Monaco (2-1), les Lyonnais ont subi leur deuxième défaite de suite en championnat, la deuxième hors de leurs bases. Cette série négative, ils ne l’avaient plus connue depuis trois ans sous le règne de Sylvinho. Malgré un discours séduisant et un charisme qui avait conquis le peuple lyonnais, la tête du Brésilien n’avait pas résisté. En sera-t-il de même pour Bosz ? Sans se mouiller, la réponse est non, les circonstances étant différentes. Quand Sylvinho, amené sur le banc par Juninho, a été débarqué, l’OL pointait à la 17e place. Bien loin de son classement actuel, que beaucoup voit comme tronqué mais qui est bien là. "C’est aller vite en besogne parce que l’OL reste 5e même si le calendrier était favorable, a noté Nicolas Puydebois dans Tant qu’il y aura des Gones. C’est rapide de le mettre sur la sellette. On l’a déjà dit mais avec le début de saison, le club s’est acheté une patience et le classement est là pour le prouver."


Dominer n'est pas gagner


La culture de l’instant pousse à se poser la question de l’avenir à court terme de Peter Bosz. Néanmoins, cette réflexion n’est pas le fait d’un simple double revers de suite. Elle est là depuis des mois et une 8e place la saison dernière, pire classement de l’OL depuis 25 ans. Quand Bruno Genesio ou Rudi Garcia se sont attirés les foudres des supporters, Peter Bosz a gardé un certain crédit, bien aidé par les beaux discours et ce constat qu’il n’avait peut-être pas toutes les armes pour mettre en place son projet.

L’été a redistribué les cartes avec un recrutement ciblé malgré quelques ratés comme en défense centrale ou le non-replacement de Lucas Paquetà. Pourtant, après 7 journées, rien n’a vraiment changé. L'OL fait le jeu mais continue d'avoir cette domination stérile qui empêche d'être vraiment rassuré durant 90 minutes. Comme déjà dit, il y a un vrai paradoxe chez le Néerlandais avec de beaux constats et peu de solutions. C'est avant tout sur ce point que les suiveurs sont agacés. "C’est un très bon analyste. Il pourrait être consultant. Faire constat, c’est bien mais il faut trouver des solutions, a poursuivi l’ancien gardien de l’OL. Mais entre ce qui était annoncé entre la qualité de jeu, la philosophie, on est loin du compte. On s’ennuie, c’est très stéréotypé, souvent la même chose. Au-delà de Bosz, tu peux mettre n’importe qui, les maux sont toujours les mêmes : détermination, aspect mental, les efforts pour récupérer ensemble. Le mal est beaucoup plus profond que Bosz."

A Monaco, plus qu’à Lorient, l’OL n’a pas fait un mauvais match, il s'est simplement fait avoir par un manque de détermination défensive et une inefficacité offensive. Après la rencontre, Jean-Michel Aulas n’a pas hésité à mettre en avant la supériorité lyonnaise dans les statistiques sur le Rocher. Mais ce n'est pas nouveau entre dominer et gagner, il y a une différence de taille. Elle se résume à trois points et la semaine dernière, c’est bien ce qui a manqué à l’OL qui pointe désormais à 6 longueurs de la tête. "L’équipe a la possession, a les occasions malgré qu’on s’ennuie dans le jeu. On n’a pas vu de réelles évolutions par rapport à la saison dernière. On l’a défendu parce qu’il n’avait pas un effectif pour sa philosophie. Dès qu’il y a un peu d’adversité comme face à Lorient et Monaco, on est défaillant."


Pas encore en danger après le PSG ?


Suite à la défaite à Lorient, Peter Bosz avait décidé de densifier son milieu de terrain pour répondre au défi physique des Monégasques. Avec Lepenant, Tolisso et Caqueret, l’utilisation des trois a été à contre-emploi et sans liant avec Alexandre Lacazette. Le capitaine n’a pas manqué de faire part de sa frustration à certains moments, levant les bras de ne pas avoir été servi dans le bon tempo ou tout simplement pas servi du tout. Après les sourires du début de saison, les mines sont déconfites après cette semaine ratée sans pour autant qu’il y ait de fracture interne. Néanmoins, malgré l’apport d’expérience que peut avoir le numéro 10 ou Corentin Tolisso, le message tactique ne semble toujours pas passé quand le niveau s’élève et c’est bien là le problème car "un coach est là pour fédérer et doit créer les conditions de l’objectif commun. Si les joueurs ne mettent pas en pratique ses principes de jeu, c’est qu’il y a un problème."

Le football champagne promis à l’été 2021 est encore bien loin et le crédit de Peter Bosz est clairement en train de s’effriter. Dimanche, se présente le PSG au Parc OL. Le spectre d’un troisième revers de suite plane au-dessus de Décines. En Principauté, Peter Bosz ne "s’estimait pas sous pression". A-t-il raison ? A-t-il tort ? Le match de prestige contre le club parisien est presque une parenthèse dans ce championnat et ne devrait pas avoir vraiment d’incidence sur l’avenir du coach, qui reste malgré tout 5e de Ligue 1. A condition qu’une défaillance collective et un revers des plus dérangeants face aux supporters ne viennent tout remettre en cause durant la trêve. En prenant la parole sur les réseaux sociaux, Jean-Michel Aulas a indirectement montré qu'il y avait péril en la demeure.

155 commentaires
  1. Philippeb - mar 13 Sep 22 à 9 h 23

    C'est quand même un phénomène de l'histoire de la communication à étudier dans les écoles !
    Pendant des années on a des coachs qui ont des résultats intéressants mais contrastés, on est dans la course mais on ne gagne pas au final, donc décevants. Ils se font conspuer, insulter, et harceler dès le début et tout au long de leur mandat.
    Donc on prend un coach étranger qui a un projet de jeu attractif. Il n'est jamais dans les cinq premiers, toujours au milieu de tableau, pratiquement aucun match abouti ( peut-être en EL...). Rien de ce qu'il a annoncé de positif ne se produit jamais, par contre ce qu'on craignait arrive dès le début, une défense très faible. Il obtient les pires résultats depuis 25 ans en terme de points et de buts encaissés. Les nombreux joueurs qui passent sont décevants, les leaders sont atteints d'impuissance et les jeunes laissés seuls face aux difficultés...
    ...Et 15 à 16 mois après, on se demande encore s'il est bon ou pas bon !!!
    Un phénomène de com, je vous le dis.
    Rien de spécial pourtant, une bonne tête de brave type, un français approximatif mais sympathique, un accent germanique délicieux. Rien de spécial dans son discours, du positif, de l'optimisme, des banalités dites avec douceur mais énormément de conviction, et un parler vrai qui consiste finalement à toujours critiquer les joueurs mais jamais critiquer son système. Ce doit être ça le charisme !?

    Signaler
    1. ChiesaLacombeDiNallo - mar 13 Sep 22 à 13 h 19

      Hélas, un excellent résumé de ces mois où un apprenti sorcier (enfin, plus apprenti que sorcier) nous a plongés dans l'abîme!

      Signaler
    2. Mopi do Brasil - mar 13 Sep 22 à 16 h 54

      Beau résumé ! Et le mec nous explique régulièrement qu'il ne sait pas pourquoi ses joueurs ont fait ça, que ce n'est pas ce qu'il fallait faire, sans jamais se remettre en question, et ça passe alors que c'est quand même sa tâche principale de faire jouer les joueurs ensemble, selon ses consignes.
      On ne parle que de deux défaites consécutives, mais on n'a pris que 4 points sur les 4 derniers matchs, ce qui nous conduit dans la dynamique d'un club finissant 15ème au championnat, soit à la limite de la relégation. Il y a urgence à réagir !

      Signaler
  2. gonebad - mar 13 Sep 22 à 9 h 33

    oui moi j avais trouvé Genesio et Garcia bons , le premier parce qu il était Lyonnais et soi disant inexperimenté , et le 2 eme parce qu il venait de l om ont été pris pour cible par quelques c...

    Signaler
    1. Arioul - mar 13 Sep 22 à 10 h 02

      Bah moi pas du tout... quand je vois les derniers coachs qui ont été à la tête de l'OL depuis les années fastes. Pour moi, le dernier vrai bon coach de l'OL était Remi Garde. Et depuis : Fournier, Genesio, Sylvinho, Garcia, Bosz. Ca fait 5 coachs, 5 coachs qui n'ont soit pas le niveau, soit pas le bon timing, soit qui ne colle pas à la philosophie du club, soit qui ont un lourd passif.... bref c'est juste incroyable de se planter 5 fois de suite sur le choix du coach, alors même que pleins de club en L1 arrivent à mettre la main sur des coachs qui nous iraient bcp mieux.
      Et la plupart du temps, j'ai quand même l'impression qu'à chaque fois le président Aulas avait une idée de coach en tête qui aurait pu bien coller : Galtier, Blanc, Favre par exemple, à chaque fois une autre tête pensante dans l'entourage du président lui a fait changer d'avis pour prendre un autre profil. Quand on viré Fournier, on a pris Genesio alors que Aulas parlait de prendre Favre. Quand on a viré Sylvinho, on a pris Garcia alors qu'Aulas voulait Blanc, et dernièrement on a pris Bosz alors qu'Aulas voulait Galtier.
      Alors MR AULAS, arrêtez d'écouter votre entourage et fiez-vous à votre connaissance du foot et du club pour choisir le prochain coach du club svp !

      Signaler
      1. Dufduf - mar 13 Sep 22 à 10 h 07

        Purée, on est mal ! Aulas a toujours fait "am stram gram " pour choisir ses entraîneurs . Des fois ça marche , souvent c'est médiocre.

      2. OLVictory - mar 13 Sep 22 à 10 h 14

        Ca sera très facile à faire, Aulas a fait le vide autour de lui, il n'y a plus personne qui connaisse le foot et qui ait un quelconque pouvoir. Il n'y a même pas à demander qui prend les décisions sportives, il n'y a plus qu'une seule possibilité.
        On verra si ça change quelque chose…

      3. cavegone - mar 13 Sep 22 à 10 h 31

        Tu déformes l’histoire Arioul.
        Favre c’est Aulas qui le voulait avant qu’il aille à Nice, il le reçoit et le courant ne passe pas. C’est ça la réalité.
        Pour Garcia c’est juste l’entraineur qui a eu les meilleurs résultats avec l’OL depuis Houiller. Bien que très antipathique c’est sur.
        Enfin Bosz c’est le choix de repli car Galtier a eu peur de sa relation avec Juninho. C’est Duluc qui raconte cela à la suite du repas à la villa fiorentine où Galtier avait dit avoir choisi l’OL mais a été heurté par les réticences de Juninho.
        C’est quand même fou la façon dont on distord l’histoire à notre convenance 🙄
        Et même ceux qui ont leur version vont contester ce que j’ecris là jusqu’à se persuadé que leur version est la bonne.
        J’ai rien a vendre et moi aussi j’aimais bien Garde. Mais comme Bosz on était bons a domicile mais pas bons a l’extérieur. Au niveau des points engrangés c’était beaucoup moins bien que la dernière saison de Garcia ou la permiere de Fournier.

      4. Philippeb - mar 13 Sep 22 à 10 h 33

        Je suis assez d'accord. Aulas aurait fait des choix plus classiques, plus raisonnables . Et finalement sûrement meilleurs

      5. Arioul - mar 13 Sep 22 à 10 h 54

        @ cavegone, je ne dis rien d'autre que ce que tu dis également. On est d'accord sur le fait qu'Aulas voulait Favre pour remplacer Fournier et l'a bien dit de partout et surtout aux supporters qui ont eu bcp d'espoirs quant à sa venue. Et du coup quelle déception quand il annonce que c'est Genesio qui reprend le poste, surtout pour rentrer dans le nouveau stade. Cette attente des supporters vis-à-vis du grand nom du coach a bcp compté par la suite dans le Genesio bashing, surtout quand on a vu les résultats de Favre à Nice.... 1ère erreur des dirigeants.
        Pour Garcia, certes le meilleur bilan, je ne renie pas que c'est un bon coach, mais quand on connait un peu le club et son passif avec l'OL, on sait qu'on se met en danger avec les supporters. Et pour le coup, c'est Juninho qui a pris la décision alors que Blanc aurait été un choix bien plus judicieux.... 2ème erreur.
        Pour Galtier, encore une fois je suis d'accord. Comment passer à coté de ce coach. Les dirigeants de l'OL n'ont pas su être suffisamment convaincants (la faut à Juni encore une fois)... 3ème erreur.
        La vérité est donc qu'on aurait dû avoir Favre, Blanc et Galtier et que finalement on a eu Genesio, Garcia et Bosz, et qu'à chaque fois ca été un choix par défaut (un mauvais choix), et on voit aujourd'hui le résultat.
        Quant à Garde, c'était juste avant l'entrée dans le nouveau stade avec une enveloppe meracto de Zéro. C'est lui qui a remis la formation et l'ADN OL au centre du projet.

      6. Moimoi - mar 13 Sep 22 à 11 h 28

        Que cela soit au niveau des entraîneurs choisis comme pour les joueurs achetés, une bonne partie de la frustration des supporteurs - en plus de celle du terrain - vient de la confrontation entre ce qu'annonce le président en termes d'ambition et la réalité des choix faits.
        La juste mesure, il ne connaît pas. D'où un max de déception.

      7. Juni forever OL - mar 13 Sep 22 à 11 h 39

        + 10000 Arioul
        le dernier bon coach, c'était rémi garde avec un vrai bon et beau fond de jeu !
        Il est parti trop vite comme les houiller, le guen, perrin, les meilleurs en somme

      8. OLVictory - mar 13 Sep 22 à 17 h 00

        Mettre Houiller, le Guen et Perrin dans le même sac, j'ai eu un recul en le lisant. C'est chaud !

        Dommage que Garde n'ait pas pu faire un meilleur parcours à l'OL, il avait beaucoup travaillé pourtant

      9. Bamaki - mar 13 Sep 22 à 17 h 14

        OLVictory, Alain Perrin a un super parcours d'entraineur. Il commence à Troyes en D4 et envoi le club en coupe d'Europe (Intertoto) et il y fait un bon parcours (contre Newcastle et Leeds de mémoire...), après lui le club descend en D2. A l'OM, le club était proche de la relégation, il l'envoi en ligue des champions directement. A Sochaux, il gagne une coupe de France ou de la ligue. Et a Lyon il fait doublé coupe championnat. C'est celui qui a fait ce que Christophe Galtier est aujourd'hui. Alors à coté de ça, c'était une personne très difficile humainement qui a eu pas mal de soucis, et dont les méthodes de management très dures ne passeraient plus aujourd'hui. Et pour rappel, son effectif n'était pas celui de Le Guen (qui n'a réussi qu'à Lyon ou bien d'Houllier), il avait des Boumsong, Grosso, Kalstrom, et il a su faire éclore complètement Benzema et Ben Arfa. Tactiquement, Perrin c'est meilleur que tout de qu'on a eu après lui (humainement non).

      10. Juni forever OL - mar 13 Sep 22 à 17 h 27

        Alain Perrin, vous pouvez dire ce que vous voulez mais c'est l'homme du seul doublé des années fastes
        Respect 😉

      11. OLVictory - mar 13 Sep 22 à 17 h 32

        Et un entraineur qui ne passe pas humainement avec les joueurs, avec des méthodes de management dépassées, c'est bien ? Et il mérite d'être dans le même sac que GH ?

    2. Olyonn@is - mar 13 Sep 22 à 10 h 34

      Garde il est libre non?Ou alors promouvoir quelqu'un en interne?Il y a des solutions de replis à n'en pas douter.

      Signaler
      1. le_yogi - mar 13 Sep 22 à 11 h 41

        Je trouve qu'avoir un coach chevronné qui vient de l'extérieur et amène des méthodes à lui serait plus enrichissant. Mais plus ça va, plus je me dis que vu le poids pris par les joueurs formés au club qui soufflent le chaud et le froid, et l'organigramme bien particulier, ça devient de plus en plus difficile pour quelqu'un qui n'est pas du sérail lyonnais.

      2. OLVictory - mar 13 Sep 22 à 13 h 50

        Encore la méthode empirique ?
        Un coach expérimenté et un peu talentueux, on n'a pas le droit à Lyon ?

      3. Moimoi - mar 13 Sep 22 à 14 h 03

        OLVictory : NON !

  3. Moimoi - mar 13 Sep 22 à 9 h 35

    Ce qui pose problème avec cet entraîneur, c'est la quasi absence d'évolution depuis la dernière saison, que cela soit dans le contenu des matches comme dans sa tactique et ses choix de joueurs.

    Ne nous faisons pas avoir par les victoires (étriquées) face aux clubs venant de Ligue 2 que sont Ajaccio (pas une seule victoire en 7 matches, dernier) et Auxerre (14e à ce jour), ni celles plus spectaculaires niveau buts face à Troyes (13e) et Angers (avant-dernier), équipes de seconde partie voire de fin de tableau (actuellement et en fin de saison, comme pour Ajaccio et Auxerre).

    La question est donc : est-ce que les mêmes causes peuvent avoir des effets différents ?
    Si oui, continuons (en espérant très fort), si non... espérons que le président ne tarde pas trop à réagir.

    Signaler
    1. Arioul - mar 13 Sep 22 à 10 h 59

      "La folie, c'est de faire toujours la même chose et de s'attendre à un résultat différent !".... Albert Einstein.

      Signaler
    2. FOX0896 - mar 13 Sep 22 à 15 h 58

      a chaque fin de match et son analyse il massacre ses joueurs et promet une rectification le prochain match et cela fait 2 saisons complètes . STOP ; La ligne de défense est en grande partie en cause alors virons son entraineur qui est Cacapa car depuis qu'il est responsable de la defense ca merde ; STOP pour lui aussi Il y a plus de coatchs sur la touche que de joueurs sur le terrain . A chaque contre attaque des adversaires c'est la panique derrière . contre PSG il y en a quelques uns qui vont s'enrhumer .

      Signaler
      1. OLVictory - mar 13 Sep 22 à 16 h 01

        Si je comprend bien si on panique à chaque contre-attaque c'est la faute de Cacapa !
        Voilà, voilà…

      2. Olyonn@is - mar 13 Sep 22 à 16 h 09

        Si tu met Tartampion derrière c'est la faute de Caçapa aussi?

      3. OLVictory - mar 13 Sep 22 à 16 h 12

        Forcément oui, puisque Caçapa est "entraineur" des défenseurs.
        Il est chargé aussi de récupérer Malo et Taglia par téléportation lorsqu'ils sont largués sur une contre-attaque !

  4. Arioul - mar 13 Sep 22 à 9 h 47

    @ O&L, ne serait-il pas possible de mettre en place une sorte de sondage avec deux boutons "Stop" ou "Encore" et on verra bien ce que choisiront les supporters sur ce site.... Merci bien.

    Signaler
    1. FOX0896 - mar 13 Sep 22 à 16 h 01

      bien sur que cela est possible il n'y a qu'a lire ton post et les autres . les dirigeants ont leur avis mais ce n'est pas nous qui avons la decision finale . je crois qu'il est au bout Pierrot ; STOP

      Signaler
  5. rbv - mar 13 Sep 22 à 10 h 01

    Salut Philippe. Peut-être est-ce de la lassitude vis à vis de la direction sportive du club ? Perso c'est ça. Je regarde de moins en moins les matchs c'est dire...petit à petit je me détache de ce club que j'ai aimé depuis tout petit et que d'une certaine manière j'aimerai toujours. Mais je suis tellement triste de voir le jeu, les joueurs, l'incohérence sportive, le baratin de com de Aulas etc...
    Nous verrons bien mais je pense que je ne suis pas seul dans ce cas.

    Signaler
    1. poussin - mer 14 Sep 22 à 8 h 49

      salut rbv , je suis un peu dans le même cas que toi . Je me détache de plus en plus et regarde de moins en moins les matchs . Le club a fait des mauvais choix qui a complétement plombé la dynamique de l'équipe . Aulas a par remuer la m... dans les médias a perdu de sa splendeur et même ses projets immobiliers se complexifie. Là où OL avait un coup d'avance sur la concurrence , il a fait des choix qui nous ont coûté cher et vont nous coûter encore à l'avenir. Je ne me reconnais plus dans l'image du club entre des supporters violents et stupide et le sportif remis en cause par les ventes incessantes des meilleurs joueurs qui déstabilisent un peu plus OL. Après la décénnie des titres et pendant la construction du stade , on a gardé espoir de revoir OL au sommet malgré la période de vache maigre mais le covid a ruiné nos chances de revenir aux affaires. Aujourd'hui, je vois mal comment avec l'effectif banquale qu'on a , on va pouvoir se sortir de cette spirale infernale même avec l'arrivée de Textor qui n'apas encore bougé le petit doigt.

      Quand à Bosz, je vais me faire l'avocat du diable mais ses compositions sont souvent les meilleurs qu'il peut aligner sur le carré vert et il essaye de trouver la bonne sollution avec les joueurs qu'ont lui impose. Si il préfère JRA et Faivre s'est surtout qu'on lui souffle à l'oreille de les utiliser pour les rentabiliser. Quand à Cherki,Barcola que tout le monde réclame , ils sont bien trop inconstant ou non chalant pour prétendre à passer devant la concurrence. Le problème reste notre défense qui n'a presque pas changé par rapport à la saison passée et où il aurait fallu investir sur un bon DC au lieu de prolonger Mendes mais là encore OL étant à "découvert" , on a fait le choix de la jouer petit bras et de croiser les doigts pour que ça fonctionne. On peut biensûr tout mettre sur le dos du coach mais je suis pas convaincu qu'avec un autre tout roulerait parfaitement bien. On verra la suite !!

      Signaler
  6. olgoneforever - mar 13 Sep 22 à 10 h 19

    A l ouest ou plutôt à Lyon rien de nouveau ...tout est dit et redit !
    Ah si je remarque une fois de plus que journalistes et consultants ont droit d évoquer le départ eve.tuel d un coach , bien sûr en argumentant, mais pas les supporters traités d idiots, d incompétents et comme écrit plus haut de c..s par un super consultant et supporter intelligent.
    Olgoneforever abonné.

    Signaler
  7. Philippeb - mar 13 Sep 22 à 10 h 20

    RVB
    On est tous un peu pareil, on adore l'OL, mais on se décourage quand ça ne marche pas. Mais quand on voit l'exigence qu'il y avait avec Genesio, puis l'agressivité avec Garcia, qui avaient des résultats décevants mais bien meilleurs, on se dit que Bosz a fait passer un cap dans la médiocrité et que les supporters se sont habitués finalement, limite si on est 5eme avec l'Europa League Conférence on va aller célébrer ça aux Terreaux !

    Signaler
    1. RBV - mar 13 Sep 22 à 12 h 07

      Exact. Déjà quand Garcia est arrivé, cela m'avait vraiment dégouté. A la rigueur ce ne sont pas les résultats qui comptent pour moi, mais le jeu, la hargne, l'envie d'aller chercher quelque chose ensemble. Mais comment continuer aimer un club qu'on ne comprend plus ? On a toujours pas une équipe cohérente, avec un fond de jeu et cela depuis plusieurs saisons. On empile à certains postes, on tatonne sur d'autres...c'est vraiment n'importe quoi. Et alors avec Peter c'est juste l'apothéose, plus d'un an qu'il est la et on a toujours pas vu un seul match abouti. PAS UN SEUL !
      Franchement c'est pas la meilleure période pour un supporter Lyonnais haha
      Mais bon, allez l'OL ! Courage pour cette saison qui a mon avis ne va pas être une partie de rigolade...

      Signaler
  8. OLVictory - mar 13 Sep 22 à 10 h 21

    Bosz n'a pas réussi à remplir ses objectifs début 2002.
    Il n'a pas réussi non à la fin de la saison malgré les promesses de tous nos grands dirigeants
    Bosz n'a pas été viré en juin et il en était stupéfait (normal pour un Néerlandais)
    Il est très sympa, il parle bien, mais on ne voit aucun progrès dans le jeu de son équipe, le garder est une grosse perte de temps

    Signaler