La joie des joueurs de West Ham contre le FC Séville (Glyn KIRK / AFP)

OL - West Ham : à Londres, l’optimisme est de mise

En tirant l’Olympique lyonnais en quarts de finale de Ligue Europa, West Ham ne compte pas faire un complexe d’infériorité.

L’Angleterre, l’Olympique lyonnais connait bien. D’Old Trafford à Highbury en passant par l’Etihad Stadium, l’OL a de nombreuses fois traversé la Manche. Avec quelques stops à Londres. Après Arsenal en Ligue des champions et Tottenham en Ligue Europa, le club lyonnais va découvrir un nouveau club de la capitale anglaise : West Ham. Le 7 avril prochain, les hommes de Peter Bosz vont se frotter aux Hammers au stade olympique avec l’ambition d’être en ballotage favorable pour une qualification pour le tour suivant comme ce fut le cas contre Porto.

Alors bon ou mauvais tirage que d’avoir hérité de West Ham ? Sur le papier, c’est toujours mieux de se frotter aux coéquipiers d’Alphonse Aréola que d’affronter les deux favoris que semblent être le FC Barcelone et le RB Leipzig. Mais dans les faits, en est-il de même ? Les hommes de David Moyes vient de faire l’exploit de sortir le FC Séville, six fois vainqueur de la compétition et dont le stade va accueillir la finale de cette campagne 2021-2022.


West Ham ne presse pas


Ce renversement de situation à domicile jeudi (2-0) après avoir perdu en Andalousie (1-0) a donné le plein de confiance aux Hammers. "L’optimisme est de mise avant le quart. La qualification contre Séville a changé quelque chose dans l’état d’esprit, nous confie Roshane Thomas, correspondant pour The Athletic. Les Espagnols étaient considérés comme favoris et, après cette belle qualification, West Ham ne craint rien en Europe."

Le décor est planté. Malgré le passé européen plutôt réussi de l’OL, pas de question de jouer les David contre Goliath dans l’est de Londres. La montagne est loin d'être infranchissable et on soupçonnerait même une petite pointe de prétention quand on interroge les suiveurs du club. Quand Peter Bosz et le board lyonnais annonce que les matchs seront serrés, West Ham endosserait presque le costume de favori. "Séville était deuxième en Liga, tandis que Lyon est 10e en Ligue 1, note Peter de West Ham News qui espérait tomber sur Lyon ou Braga. C'est toujours mieux que de tomber le Barça. Sur le papier, le match devrait être intéressant, mais ici, West Ham devrait être considéré comme légèrement favori."


L'OL ne fait pas trembler


Avec des joueurs comme Declan Rice, finaliste de l’Euro 2020 avec les Three Lions, Alphonse Areola, champion du monde 2018 ou encore Michail Antonio, West Ham croit en ses chances d’aller loin dans la compétition. Le complexe d’infériorité pour un club qui a connu ses grandes heures dans les années 60 avec notamment une Coupe des coupes (1965) n’existe pas même si l’OL a impressionné depuis le début de la campagne en restant invaincu.

Seulement, en Angleterre, ce n’est un secret pour personne, la Ligue 1 est loin d’emballer les foules. Il y a le PSG et les autres et ce manque de médiatisation sur le sol anglais se retrouve dans les propos de nos interlocuteurs. "Lyon a marqué le plus de buts dans la compétition (18) mais West Ham est celle qui en a encaissé le moins (4), poursuit Roshane Thomas. Ce n'est pas un secret que l’OL est une équipe intéressante avec des joueurs comme Moussa Dembélé, Houssem Aouar et Jason Denayer."

Deux des trois joueurs cités ne sont plus vraiment considérés comme des titulaires dans l’effectif de Peter Bosz… Dans le quartier de West Ham, l’heure n’est pas à l’abattement après le tirage. C’est même tout l’inverse.

2 commentaires
  1. Aliocha57 - sam 19 Mar 22 à 11 h 54

    Mieux vaut pour nous que les Anglais pèchent par excès de confiance, du moment qu'on ne fait pas la même erreur qu'eux. C'est une solide équipe de Premier League. Cette saison, ils ont tapé des équipes de tête comme Chelsea et Liverpool. L'année dernière, ils avaient éliminé City de la league Cup. De toute évidence, une équipe à ne pas prendre à la légère. Cette année, leur groupe d'Europa League n'était pas hyper relevé non plus. Par contre, sortir Séville en double confrontation, ce n'est pas rien ! Il va falloir ne pas trop se projeter sur le Barça avant d'avoir fait sérieusement le taf contre les Wolves...

  2. exile97 - sam 19 Mar 22 à 14 h 03

    C'est exactement ca, tu as tout dit. Il reste que les clubs anglais, chez eux, nous réussissent plutôt. Tout dépend quel OL se présentera sur ces deux matchs. Pour ma part je crains plus nous que n'importe quel adversaire.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut