Christophe Galtier (sainte)

Mercato : le jeu de Galtier convient-il à l'OL ?

Pressenti comme un possible successeur à Rudi Garcia, le récent champion de France, Christophe Galtier est une des priorités des dirigeants lyonnais. Parfois jugé peu spectaculaire, la tactique du coach de 54 ans peut-elle s'intégrer à l'effectif technique et prolifique de l'OL ?

Meilleure défense de Ligue 1 cette saison, Lille le doit en partie à son coach Christophe Galtier, qui a su mettre en place sa philosophie de jeu pour gagner des points précieux. Certes, le technicien français n'a pas l'habitude de gagner sur des scores fleuves mais il s'appuie sur la régularité pour promouvoir son jeu. Plus d'un match sur deux sans prendre de buts cette saison (21) et 7 victoires sur le score de 1-0.  Le club lyonnais a grand besoin de cette régularité qui lui fait souvent défaut face aux petites équipes. Il connaît d'ailleurs bien la ville lyonnaise après son rôle d'adjoint à Alain Perrin lors de la saison 2007-2008.

Un exemple de régularité

Adepte du 4-4-2 à Lille, le coach sait s'adapter et instaurer du sérieux dans ses équipes pour conserver un avantage. Une autre qualité qui manque à l'OL depuis quelques années, qui a perdu de nombreux points après avoir mené au score. Avec un jeu varié oscillant entre phases défensives solides et transitions offensives rapides, Christophe Galtier sort d'une saison exceptionnelle marquée par un titre de champion de France. L'homme est très courtisé et l'OL fait face à la concurrence de Naples et de l'OGC Nice. L'entraîneur devrait faire un choix dans les prochains jours.

32 commentaires
  1. Broglinnn - mar 25 Mai 21 à 16 h 37

    Aprés les 10 ans qu'on vient de vivre..on a encore une telle condescendance à l'OL..Je suis écœuré de lire encore et toujours "le jeu à la lyonnaise"..."Le meilleur centre de formation du monde".."Le 433 à la lyonnaise"..
    Bon sang..JMA est cristalisé dans le début des années 2000 et construit tout sur un schéma obsolète..
    Depuis, Juni n'est plus joueur mais DS..depuis le PSG trust le haut du tableau..

    Je pense que JMA s'est brulé le cerveau à cause des grognard anti stade..son projet était fabuleux et avec 10 d'avance sur tout le monde en L1..Mais ça a mal tourné et il refuse de l'admettre..

    Avoir Galtier serait un cadeau qu'on mérite pas ....comme parfaitement discuté ici dans l'article..Le mec a fait 1 match sur 2 sans prendre de but..il retourne des situations quand ils sont en difficulté (on peut en témoigner) et maintient son emprise quand il mène..

    On mérite pas un gars comme lui ...

    1. Moimoi - mar 25 Mai 21 à 16 h 48

      "et maintient son emprise quand il mène" : réussirait-il la chose avec nos joueurs ?

    2. gonebad - mer 26 Mai 21 à 10 h 03

      un gars comme lui , qui privilegie le jeu a 15 derriere et un bourrin devant ( avant pépé , maintenant ylmaz ) pour jouer le contre . ces équipes qui ne produisent aucun jeu ne vont pas loin en LDC . si Lille est champion , c est que le PSG a foiré physiquement comme L OL a cause de la LDC 2020 . Alors Galtier entraineur , non merci , Genesio revient!!!

  2. OLVictory - mar 25 Mai 21 à 16 h 50

    Je lis un peu Twitter et c'est fou le nombre de soi-disant influenceurs qui communiquent sur la critique systématique d'à peu près tous les dirigeants. C'est un business qui marche on dirait, les gars montent des chaînes YT, sont présents sur x réseaux sociaux. Ils construisent leur notoriété sur la destruction de l'OL, sacrés supporters !

    1. Lyolicha - mar 25 Mai 21 à 17 h 48

      J’Appel pas ça des supporters mais des put** a clic. Ces gamins influenceurs cherchent juste le buzz et les likes.

  3. Juni forever OL - mar 25 Mai 21 à 16 h 55

    A Lille, cette saison, les planètes se sont alignées parce que ... Luis campos, le QSG à la ramasse, un grand gardien, la réussite, la VAR a basculé du bon coté ...
    Rien ne dit que si Galtier vient, nous serons champions de france ...
    De notre coté cette saison, je veux bien entendre et lire cette saison que Garcia est une pipe ou une truffe mais quand même, on n'a pas eu de c.. tout au long de la saison (sans parler de la mauvaise préparation du au final 8 et au mercato )
    Mais si tout le monde me dit que c'est le coach qu'il nous faut, je veux bien vous écouter !

    1. Nenae - jeu 27 Mai 21 à 11 h 38

      Je suis 100% d´accord avec toi, il ne faut pas tout jeter parce que c´etait Garcia.
      Cette saison elle peut etre exceptionnelle, ça tourne sur le match de Lille que tu mènes 2-0 et sur Nice ou tu as des pannes de courant.
      ça tourne sur Frappart qui nous fait des misères contre OM, Metz et Monaco (en CdF).
      ça tourne sur Lopes qui nous sort sa pire saison et nous coute 4-6 points alors que Maignan te fait gagner des points que tu ne merites pas.

      Au final 76 points on fait une belle saison avec victoires derbys, á Paris, bcp de buts, un jeu plus léché au milieu avec l´apport de Paqueta et une situation de Champion d´Automne.

      Pas évident que Galtier fasse mieux.

  4. fidelalol - mar 25 Mai 21 à 17 h 03

    Une chose est vraie,Galtier a su tirer le meilleur de ses joueurs,pourtant je pense pas plus facile à gérer que ceux de l'OL;Pourrait il faire la meme avec les notres?
    Pour l'instant,l'équipe type ce serait:
    Lopès
    Dubois Marcello Denayer (Diomandé) Bard
    Caqueret Guimarès Cherki Paqueta
    Kadeweare Slimani
    Dans un 442 qui ne tient compte que des joueurs qui sont sur de rester.
    Combien de "guerriers " prets à adhérer à un éventuel projet avec coach Galtier?

  5. Sébastien TTP - mar 25 Mai 21 à 17 h 10

    Je répondrai à cette question par une autre question, existe t'il encore un style de jeu Lyonnais ?
    Je dirais, non, notre style de jeu depuis des années ne ressemble à rien et est beaucoup trop prévisible, surtout avec une défense qui est trop lente.
    Nous devons avoir un entraîneur qui emmène un réel style de jeu et une grande discipline.
    Stop au entraîneur qui bricole, nous méritons mieux et vu le niveau du championnat....

  6. juninho pernambucano - mar 25 Mai 21 à 17 h 18

    Je vous met l’interview de garcia sur l’Equipe :

    « Avez-vous vécu cette fin de saison comme un échec personnel ?
    J'assume évidemment ma part. Si on n'est pas en Ligue des champions, je suis en partie responsable mais la saison, commencée le 8 juin, reste excellente avec la finale de la Coupe de la Ligue (perdue aux tirs au but contre le PSG, 0-0, 5-6 aux t.a.b., le 31 juillet 2020) et la demie de C1 (perdue contre le Bayern Munich, 0-3, le 19 août) même si j'aurais aimé avoir ces 79 points et être troisièmes. Ça aurait été exceptionnel.

    Vous ne disputiez pas de Coupe d'Europe et le PSG a perdu 8 matches : est-ce que ça n'ajoute pas aux regrets ?
    Je pense qu'on aurait pu faire mieux et même mieux que troisièmes. Mais si on finit quatrièmes, c'est le reflet de notre saison même si on était à 45 minutes de disputer la C1. Ce qui est sûr, c'est que j'ai aimé le club, son président et la compétence de Vincent Ponsot (directeur général du football) avec un des stades les plus beaux d'Europe. Quand on a vécu la ferveur contre la Juve (1-0, le 26 février 2020 en huitièmes de finale aller de la C1), on se dit que si nos supporters avaient été là... Mais c'était pour tout le monde pareil.

    « J'ai la satisfaction d'être la deuxième équipe de France en temps de jeu pour les jeunes »

    Vous n'avez pas été bien accueilli pourtant...
    J'ai été mal accueilli par certains mais je croyais qu'après les Coupes et le titre de champion d'automne, ça changerait. Il y a des minorités bruyantes mais en ville les messages reçus étaient vraiment sympas. J'ai aussi la satisfaction d'être la deuxième équipe de France en termes de temps de jeu pour les jeunes. C'était l'un des objectifs, les lancer et favoriser ceux qui ont une valeur marchande mais aussi faire jouer les recrues brésiliennes et au bout d'un moment, il y a la quadrature du cercle...

    Mais c'est la sixième fois de suite que vous ratez la Ligue des champions...
    ... Dire ça c'est soit de la subjectivité, soit de la malveillance. Si on dit que je n'ai pas participé à la qualification de la Roma en Ligue des champions avec 19 journées, donc que mes points n'ont pas été utiles lors de ma troisième année (2015-2016), on ne peut pas dire, quand je fais le pompier de service, que je prends l'OM 12e (automne 2016) et qu'on finit 5e et que j'arrive à Lyon à un point de relégation - et avec seulement 19 journées (la saison a été arrêtée en raison de la pandémie de Covid-19) - que je dois disputer la C1... C'est de la mauvaise foi.

    « La tragédie de mon passage ici, c'est le décès de Gérard Houllier, humainement et professionnellement »

    Qu'est-ce que qui aura marqué votre passage ici ?
    La tragédie de mon passage ici, c'est le décès de Gérard Houllier (le 14 décembre 2020), humainement et professionnellement. Ça a été un moment très difficile sur un plan personnel. Et il était capital dans l'équilibre du club. Il savait mettre de l'huile dans les rouages. Il était celui qui pouvait expliquer le rôle de directeur sportif à Juninho qui manquait de cette expérience. Il est capital dans un club que tous les gens soient les uns derrière les autres comme on l'a vu à Lille. Ici, il y avait trop de dissensions dans ma relation avec Juni.

    Que s'est-il passé réellement donc avec Juninho ?
    Ça s'est bien passé au début. Les choses ont commencé à se gâter sans que je m'en aperçoive. Après deux ou trois victoires en novembre, le directeur sportif ne venait plus me féliciter. J'ai découvert que quand les recrues brésiliennes ne jouaient pas, il n'était pas heureux. Il aurait préféré gagner mais avec ses joueurs. Il s'est beaucoup investi, et c'est une qualité, mais je pense certainement qu'il a dû leur promettre d'être titulaire. On en a discuté, il m'a dit que si c'était à refaire, il ne s'avancerait pas sur ces choses-là. Mais ça aurait freiné l'éclosion de certains jeunes comme Caqueret en particulier. L'avis de Juni était que Jean Lucas était meilleur. Le problème a dû venir de là au départ. Et les choses se sont vite dégradées. À la trêve hivernale, je suis allé voir Vincent Ponsot, et je lui ai dit : « Qu'est-ce qui se passe ? Que cherche Juni, à prendre le poste ? Ce n'est pas possible de continuer comme ça. Je lui laisse les clés s'il les veut. »

    S'il avait fallu démissionner, je l'aurais fait alors que je pense que le club me correspondait totalement. J'ai posé la question dans mon entourage et Vincent m'a dit non. Mais déjà, c'était compliqué. Et on est leaders en décembre... Mais il s'était déjà fâché avec tout le monde, avec Bruno Cheyrou (responsable du recrutement), en qui il voyait peut-être un concurrent. Avec Vincent Ponsot en septembre et c'est même moi qui a calmé le jeu avec Juni pour recoller les morceaux. Je lui disais que Bruno était à sa disposition etc. Et demandez même du côté du centre de formation...

    lire aussi
    L'OL avec quel entraîneur et quelles recrues la saison prochaine ?
    Comment se matérialisaient ces difficultés ?
    D'abord, quand on ne vous félicite plus après des victoires, vous comprenez... Et quand j'allais le voir en deuxième partie de saison, on ne parlait que de composition, de tactique mais pas de projet de club, de recrutement, ou de politique de jeunes. Tout ce qui incombe à un directeur sportif. Je pense qu'il deviendra un très bon directeur sportif mais il lui faudra de l'expérience. Il est encore trop dans le mode joueur, dans la prise de décision impulsive. Il n'aimait pas l'attitude de certains joueurs mais ne se rendait pas compte qu'il faisait la même chose avec les joueurs sud-américains.

    C'est-à-dire ?
    Quant à la 16e journée, Juni accorde à Jean Lucas de repartir au Brésil deux matches avant la fin de l'année. Il dit : « il ne joue pas assez, Caqueret joue à sa place etc. » Mais il me manquait des joueurs au milieu et je ne voulais pas. C'est Jean-Michel Aulas qui me le récupère. Mais Juni l'envoie ensuite au Brésil pour la dernière journée sans me le dire mais j'avais alors récupéré du monde... Je découvre des choses comme ça. Il fait des choses dans mon dos, parle aux joueurs dans mon dos, laisse certains critiquer le coach comme Jean Lucas. Il a manqué d'objectivité et de traitement équitable. Regardez l'affaire Houssem Aouar (suspendu pour avoir refusé de s'entraîner après un match à Angers) : il est suspendu alors que j'avais proposé une forte sanction financière mais pas sportive. Et c'est déjà arrivé que d'autres joueurs aient connu des moments comme ça dans la saison mais on ne les a pas sanctionnés car ils étaient plus proches du directeur sportif... Pour un coach, c'est compliqué... Avant le match à Monaco (3-2, le 2 mai), il avait même la volonté d'exclure Aouar, Cherki et Depay du groupe. Heureusement que le président a été ferme et m'a laissé ces trois joueurs à disposition. Sinon on n'aurait pas marqué le premier but et le troisième but puisque Depay et Cherki n'auraient pas été là... Mais je mets ça sur le fait qu'il soit trop épidermique, trop à fleur de peau.

    « Il fallait garder tout le monde concerné contrairement aux avis trop tranchés de Juni »

    Ce n'était toutefois pas une guerre ouverte à la Anigo-Deschamps à l'époque de l'OM ?
    Non, pas du tout, c'était plus froid. Et encore, on a collaboré au mieux puisque le président était présent. Mais il y a des choses que les joueurs sentent, ils ne sont pas dupes.

    Certains vous ont parlé ?
    À mots couverts. J'ai tout fait pour accompagner Rayan car si la N2 avait continué, certains en interne voulaient qu'il retourne s'y entraîner... Maxence n'aurait pas beaucoup joué non plus. Je n'oublie pas que je dois m'appuyer sur une Académie de haut niveau. Rayan a fait ses 30 matches dans la saison, Maxence a explosé. Melvin (Bard), Sinaly (Diomandé) ont joué et ça aurait été à leur détriment. Attention, j'étais bien content de voir l'arrivée de Bruno Guimaraes (au mercato d'hiver 2020) et de Paqueta (l'été dernier) et c'est Juni, il n'y a rien à dire. Ce sont des bons choix. Paqueta a été indispensable et s'est imposé. Mais quand Bruno a un peu moins joué, ça a été un souci... J'ai composé avec tout ça. Ça ne met pas de l'harmonie en interne, j'ai beaucoup soutenu Rayan, j'ai beaucoup parlé avec Houssem (Aouar). Il fallait garder tout le monde concerné contrairement aux avis trop tranchés de Juni.

    Et comment étaient vos relations avec Jean-Michel Aulas ?
    Il a toujours tout su. Je l'ai eu quasiment tous les soirs au téléphone. Je l'ai informé de tout. Lui est intelligent, a de la bouteille. Et j'aurais tellement aimé le laisser en C1. Je ne peux plus rien changer mais humainement et professionnellement, j'ai découvert un homme incroyable.

    Il aurait pu trancher en votre faveur ?
    Non, jamais. Juni est une idole du club, c'est un formidable joueur et j'espère qu'il sera un grand directeur sportif. Je n'allais pas être l'homme qui a fait partir Juni. Je le répète, j'aurais aimé un Houllier pour l'aider. C'est comme ça... On était pourtant partis sur de bonnes bases avant ces histoires Jean Lucas puis Bruno Guimaraes mais c'étaient mes choix sportifs. Et je ne dis pas que j'avais tout bon.

    Quels sont vos regrets ?
    C'est le propre d'un coach d'en avoir. Après chaque match on en a si ça ne fonctionne pas. Parfois, ça se joue à pas grand-chose comme contre Lille. Et puis même avant Nice (2-3, dimanche), voir que Christophe Revel (entraîneur des gardiens), qui a fait un travail extraordinaire, allait partir... Quand tu joues une place en C1 et que tu vois ça l'après-midi du match et qu'on écrit que c'est le gardien qui l'a demandé... Est-ce que ça ne joue pas sur l'équilibre psychologique du match d'Antho (Anthony Lopes) ? Je n'en sais rien. Mais c'est une erreur de management.

    En septembre, on avait écrit dans L'Équipe que vous partiriez...
    Je n'étais au courant de rien à cette époque. J'ai eu confiance dans le président et on a toujours fait ce qu'on s'est dit. Même si je savais que je n'avais pas que des amis en interne... Moi, c'est à partir de novembre que ça a commencé, quand on a gagné. Le pire, c'est que Juni m'a soutenu au début de saison, il était là quand on faisait des nuls en série, il m'a même défendu publiquement.

    Entre Rudi Garcia et Juninho, les relations sont devenues compliquées. (P. Lahalle/L'Équipe)
    Entre Rudi Garcia et Juninho, les relations sont devenues compliquées. (P. Lahalle/L'Équipe)
    Vous vous parliez quand même ?
    Oui je l'informais de tout. Je continuais à envoyer la composition d'équipe le jour du match. Je n'ai rien contre lui. Je n'ai pas bien compris surtout. On aurait pu échanger sur nos différends mais si c'est marcher sur les plates-bandes de l'autre, ce n'est pas possible. Il réagissait comme un coach. Depuis novembre, il a mis des coups francs contre son camp. J'admire le joueur mais le directeur sportif a manqué de réflexion avant d'agir.

    Une aventure se termine. Comment envisagez-vous la suite ?
    On va voir. Il n'y a pas beaucoup de clubs qui m'intéressent. On attendait la fin des Championnats, il y a des contacts. Ce sera un club en C1 ou qui la vise. Mais c'est du 50/50 : je peux aussi ne pas entraîner. Je suis assez difficile sur le projet. Mais je souhaite aussi le meilleur à l'institution OL, son président le mérite. »

    1. GoNL - mar 25 Mai 21 à 17 h 27

      Le serveur d’O&L risque de fumer ou de fondre ce soir, vu les réactions à venir.🤯
      Seule question qui compte: qu’y a t il d’intéressant et de vrai dans l’interview qui puisse aider l’OL à s’améliorer ? Le reste c’est du passé...

      1. Nenae - jeu 27 Mai 21 à 11 h 47

        Je pense qu´il faut apprendre aussi de ce qui dit Garcia. Il a de l´experience aussi.
        J ai peur que Juninho soit pérpetuellement un facteur de déstabilisation (sans le vouloir). Sa proximité avec ses recrues bresiliennes...dangereux. Sa passion que le rend émotif, il parle trop pour un Directeur Sportif, pour un Cadre Superieur de l´OL.
        Je ne comprends toujours pas comment on peut annoncer l arriver de Vercourte et le non-reouvellement de C.Revel dans le Staff la veille du dernier match qui est capital...qui fait ça ??? Le staff est destabilisé, Baticle négocie de son cote avec Angers etc etc...
        Comment tu peux imposer Baticle á Garcia alors qu`il a fait partie de la short-liste interviewée et á proposer un projet différent ????

    2. OLVictory - mar 25 Mai 21 à 17 h 27

      Quel sale type ce Garcia !
      A ce point c'est grave !

    3. Juni forever OL - mar 25 Mai 21 à 17 h 37

      Il y va fort !

    4. Moimoi - mar 25 Mai 21 à 17 h 48

      N'étant pas abonné du torchon euh de L'Equipe, merci juninho pernambucano !

      Ce qu'avance Garcia semble en partie crédible, mais punaise, ça ne devrait jamais sortir dans la presse !

      "C'est la sixième fois de suite que vous ratez la Ligue des champions...
      ... Dire ça c'est soit de la subjectivité, soit de la malveillance". Sérieusement ?

      "Lui est intelligent" (en parlant du président) : ça sous-entend que Juni est complètement c**.

      Bref, honte à Garcia ! Il n'était déjà pas bien haut dans mon estime, mais alors là...

    5. Darn - mar 25 Mai 21 à 18 h 14

      Putain c'est chaud ! Il n'y va pas de main-morte.
      Maintenant la seule chose qu'on sait c'est qu'on a que son point de vue. Mais disons que sa version "tient", c'est pas non plus n'importe quoi, ça pourrait, au moins en partie, être vrai.
      Je ne suis pas sûr que Juni (très absent ces derniers temps) réagisse, mais je n'imagine pas le club, ou le président, ne rien dire. En tout cas si Juni réagit, il faut qu'il attende qu'il redescende, parce qu'il doit être énervé là, et c'est jamais bon de s'exprimer dans cet état !

      Je ne sais pas trop quoi en penser, sur la forme (peu importe que ce soit vrai ou non) : doit-on reprocher son "honnêteté", alors qu'on se plaint sans cesse de la langue de bois, ou bien doit-on lui reprocher de laver son linge sale en public...

      1. Moimoi - mar 25 Mai 21 à 20 h 24

        On doit lui reprocher de laver son linge sale en public.

  7. Jerinho - mar 25 Mai 21 à 17 h 18

    Pour info, je prefere largement Sergio Conçeicao mais bon

  8. Lyolicha - mar 25 Mai 21 à 17 h 31

    Rudi Garcia : "J'ai tout fait pour accompagner Rayan car si la N2 avait continué certains en interne voulaient qu'il retourne. Maxence n'aurait pas beaucoup joué non plus. Rayan a fait ses 30 matchs, Maxence a explosé. Melvin et Sinaly ont joué et ça aurait été à leur détriment."

    Rudi Garcia sur Juninho : "Il faisait des choses dans mon dos, parlait aux joueurs dans mon dos, laisse certains critiquer le coach comme Jean Lucas. Il a manqué d'objectivité. Alors que pour Aouar, il le suspend alors que j'avais proposé une sanction financière, pas sportive."

    Rudi Garcia : "J'ai la satisfaction d'être la deuxième équipe de France en termes de temps de jeu pour les jeunes. C'était l'un des objectifs, les lancer et favoriser ceux qui ont une valeur marchande."

    Rudi Garcia sur sa relation avec Juninho : "Ça s'est bien passé au début. Les choses ont commencé à se gâter après deux ou trois victoires en novembre, il ne venait plus me féliciter. Quand les brésiliens ne jouaient pas, il n'était pas heureux."

    Rudi Garcia : « Je n'ai rien contre Juninho. Il réagissait comme un coach. Depuis novembre, il a mis des coups francs contre son camp. J'admire le joueur mais le directeur sportif a manqué de réflexion avant d'agir. »

    Il y a des minorités bruyantes mais en ville les messages reçus étaient vraiment sympas. J'ai aussi la satisfaction d'être la deuxième équipe de France en termes de temps de jeu pour les jeunes." (L'Équipe)

    La tragédie de mon passage, c'est le décès de Gérard Houllier (...) il était capital dans l'équilibre du club. Il savait mettre de l'huile dans les rouages. Il était celui qui pouvait expliquer le rôle de DS à Juninho qui manquait de cette expérience"(L'Équipe)

  9. Lyolicha - mar 25 Mai 21 à 17 h 35

    Merci Juni de nous avoir mis l’intégralité de l’interview. J’ai poster qu’une partie qu’après avoir vu que tu l’ai poster. Bien vu 👍

  10. Lyolicha - mar 25 Mai 21 à 17 h 36

    Garcia, ou l’art de la putasserie… Quand la mauvaise foi atteint son paroxysme. Un maître en la matière à l’apogée du détestable. Tout aussi indigne que sa gestion. Un regret éternel d’avoir composé avec un être si pernicieux qui aura su salir l’institution et semer la division.

    Rudi Garcia est un ennemi de l'institution. Juni n'est pas irréprochable, et n'est pas intouchable. Mais il y a des limites, et rien ne justifie un règlement de compte. Hâte d'entendre la réponse de Juni, même si elle s'annonce bien plus respectueuse !

    C’est choquant que le club ait laissé Garcia faire son manège aussi longtemps. Il a craché sur le club du début à la fin, il part et il se permet de défoncer Juninho de la sorte en partant ?

    Je plains son futur club et j’espère qu’il se fera rattraper par la patrouille

  11. Juni forever OL - mar 25 Mai 21 à 17 h 38

    Presque tous les supporters savaient que cette nomination était une bétise au départ !
    Table rase et fini les CONNERIES maintenant !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    J'ai quand même peur que l'ol se fasse dépasser par Nice la saison prochaine !
    Cette défaite à domicile, Nice voulait nous la mettre profond pour que cela nous freine face à leur nouveau projet !

    1. Juni forever OL - mar 25 Mai 21 à 17 h 47

      On nous a vendu qu'ils ne jouaient rien !
      FAUX !!
      L'ol est tombé dans le panneau et à très mal préparé ce match à mon avis (je peux me tromper )

  12. Moimoi - mar 25 Mai 21 à 17 h 53

    PS à tous ceux intéressés et qui peuvent écouter la radio : Garcia va encore balancer, pas plus tard que dans quelques minutes, à 18h, dans l'émission top of the foot sur RMC.
    Juni va continuer à prendre cher.

  13. Moimoi - mar 25 Mai 21 à 17 h 57

    Pour revenir au sujet de cette page, d'après Edward Jay (le correspondant de RMC à Lyon), "pour l’après-Garcia, l’OL a une piste, c’est Galtier. Il coche toutes les cases. Il est bâtisseur, il est gagneur, c’est un bon communiquant, un diplomate. Il est volontaire pour venir à Lyon, ce serait le sens de l’histoire.
    Mais avec son titre de champion de France, il a l’embarras du choix. L’OL avait presque toutes les cartes en main, mais Aulas s’est peut-être fait doubler par Nice. Il a aussi eu des coups de fil de Tottenham, de Naples, de Milan… Il a le choix du roi.
    Lyon va devoir être persuasif pour le faire venir. Mais le grand chantier du board lyonnais, c’est de repartir sainement avec un staff avec un minimum d’état de grâce.
    Genesio, Garcia… Ils avaient les supporters sur le râble. Là, il faut apaiser les tensions dès la signature du coach. Lyon doit avoir un projet de haut niveau, avec une stratégie, une cohérence, une discipline, une cohésion… L’OL doit travailler sur tout ça. C’est demandé par tout le monde à Lyon".

    1. Darn - mar 25 Mai 21 à 18 h 36

      Galtier ne va manifestement pas apaiser tout le monde.

  14. Lyolicha - mar 25 Mai 21 à 18 h 00

    Très déçu de la politique de la terre brulée de Rudi Garcia qui réécrit l’histoire, oubliant qu’il avait le meilleur effectif.

    L’avenir s’écrit avec des ambitions nationales et européennes dès la prochaine saison, avec un nouvel entraîneur et des moyens financiers au service de ces ambitions.
    @JM_Aulas (Twitter)

  15. Lyolicha - mar 25 Mai 21 à 18 h 11

    Autre tweet de notre président.

    Dommage que Rudi n’ait pas su travailler avec Juni qui l’avait pourtant choisi et accompagné. Juni a tout notre soutien. Que de mauvaises excuses de la part de Rudi !

    1. Darn - mar 25 Mai 21 à 18 h 17

      Cela n'a pas tardé ! Mais Garcia a déjà sa parade : "Juni est une idole du club, c'est un formidable joueur et j'espère qu'il sera un grand directeur sportif. Je n'allais pas être l'homme qui a fait partir Juni."

  16. Sony07 - mar 25 Mai 21 à 18 h 19

    Je rejoins Broglinn, ça fait un sacré bail qu'on n'a pas de style de jeu, j'avais posté du temps de Génésio, qu'il fallait commencer par le commencement c'est à dire définir un style de jeu et l'appliquer dans toutes les équipes à partir des cadets et là on pourra intégrer de plus en plus de jeunes car ils seront opérationnels plus rapidement, ensuite recruter un coach qui puisse appliquer ce style de jeu, mais j'ai bien peur que l'omnipotence de Jean Mimi fasse capoter ce projet,. J'ai pensé un moment que Juni pouvait être ce catalyseur, mais j'y crois de moins en moins vu son peu de poids au sein du staff

  17. fidelalol - mar 25 Mai 21 à 19 h 02

    Garcia ou l'art de savonner la planche du futur coach de l'OL!!!!
    En meme temps il se dédouanne de toute responsabilité en chargeant Juni.
    La grande classe..
    J'espère qu'on aura rapidement un nouvel entraineur;c'est urgent de tourner la page R.G

  18. Dufduf - mar 25 Mai 21 à 20 h 17

    J'ai pas lu tous les commentaires mais c'est parce que le sujet est bien à côté de la plaque : la Galette s'en va ailleurs.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut